Rechercher
Rechercher

Économie - Banques

Les marchés partiellement rassurés après le rachat de Credit Suisse par UBS

Après une ouverture dans le rouge et une forte volatilité, les indices européens se redressaient à Paris, Londres Milan et Francfor vers 11H25 GMT, après une semaine noire sur le secteur bancaire qui a plombé l'ensemble des marchés.

Les marchés partiellement rassurés après le rachat de Credit Suisse par UBS

Les logos du Crédit suisse et de la banque UBS visibles à Zurich, en Suisse, le 19 mars 2023. Photo Moritz Hager/Reuters

Le mesures d'urgence du week-end pour apaiser les craintes sur Credit Suisse et la tension sur le système bancaire permettent aux Bourses européennes de remonter lundi, mais la pression persiste sur les banques.

Après une ouverture dans le rouge et une forte volatilité, les indices européens se redressaient à Paris (+0,95%), Londres (+0,47%) Milan (+0,73%) et Francfort (+0,75%) vers 11H25 GMT, après une semaine noire sur le secteur bancaire qui a plombé l'ensemble des marchés.

Le secteur financier souffre encore: les banques européennes reculent de 1,57% dans l'indice européen Eurostoxx 600, avec notamment -4,29% pour BNP Paribas, -5,13% pour ING et -2,34% pour Deutsche Bank.

L'action de Credit Suisse s'effondrait près de 60%, et valait moins que l'offre de rachat de son rival UBS, qui perdait par ailleurs aussi 3,5% vers 10H55 GMT.

"Les investisseurs ont encore du mal à évaluer la situation des valeurs financières" et restent suspendus à la réunion de la Réserve fédérale américaine mardi et mercredi, commente Pierre Veyret, analyste chez ActivTrades.

Lire aussi

Faillite de SVB : retour sur une semaine périlleuse pour les États-Unis

Signe de la fébrilité persistante, les investisseurs se rabattent sur toutes les valeurs considérées comme refuge, notamment l'or et le marché de la dette souveraine.

A Wall Street, les contrats à terme laissaient entrevoir une ouverture prudente, avec un gain de 0,13% attendu pour l'indice S&P 500 comme pour l'indice Nasdaq à forte coloration technologique et un Dow Jones proche de l'équilibre.

A l'issue d'intenses tractations ce week-end, le premier groupe bancaire suisse UBS a consenti dimanche à racheter pour une bouchée de pain son rival en difficulté Credit Suisse, avec d'importantes garanties du gouvernement de Berne et de liquidités de la BNS, la banque centrale du pays.

Le montant du rachat de Credit Suisse, qui traversait une intense phase de turbulences depuis le début de la semaine dernière, s'élève à 3 milliards de francs suisses (3,02 milliards d'euros) pour une banque qui en valait près du triple vendredi à la clôture de la Bourse.

Pour calmer le stress bancaire, les déclarations officielles ont fusé: "le secteur bancaire européen est résilient, avec de solides niveaux de capitaux et de liquidités", a indiqué lundi la Banque centrale européenne dans un communiqué commun avec le Mécanisme européen de résolution bancaire (SRB) et l'Autorité bancaire européenne (EBA).

Le superviseur bancaire allemand Bafin a répété que le système financier national est "stable et robuste".

"Que savent-ils ?"

Dimanche, les banques centrales américaine (Fed), européenne, de Suisse, d'Angleterre, du Canada, du Japon ont annoncé mener une action coordonnée pour améliorer l'accès aux liquidités, une mesure exceptionnelle pour rétablir la confiance dans le système financier, ébranlé depuis dix jours par la faillite de l'établissement américain Silicon Valley Bank (SVB).

Mais "plus les décideurs politiques agissent, plus les investisseurs s'attendent à de mauvaises nouvelles, ce qui crée une boucle de réaction horriblement négative, comme si les investisseurs se demandaient :+que savent-ils que nous ne savons pas?+", estime Stephen Innes de SPI Asset Management.

Sur le marché obligataire, les rendements à court terme continuaient de baisser fortement, signalant que les investisseurs estiment que la Fed ne relèvera pas ses taux mercredi lors de sa prochaine réunion.

"Si elle continue de monter les taux, elle renforce sa crédibilité anti-inflationniste mais risque de renforcer les tensions financières", souligne Xavier Chapard chez LBPAM.

L'or au-dessus des 2.000 dollars l'once Propulsé par les inquiétudes qui s'aggravent sur le secteur bancaire, le prix de l'or a dépassé lundi le seuil symbolique de 2.000 dollars l'once dans la matinée. Vers 10H30 GMT, le métal jaune s'effritait de 0,16% à 1.985 dollars.

L'euro grappillait 0,14% par rapport au dollar, à 1,0685 pour un dollar.

Sur le marché du pétrole, le baril de WTI américain dérapait de 2,73% à 64,92 dollars vers 10H30 GMT et le baril de Brent de la mer du Nord cèdait 2,45% à 71,21 dollars.

Le gaz naturel européen a glissé sous la barre des 40 euros le mégawattheure (MWh) lundi, un plus bas depuis juillet 2021, freiné par une météo clémente et des niveaux de stockage élevés.

Le mesures d'urgence du week-end pour apaiser les craintes sur Credit Suisse et la tension sur le système bancaire permettent aux Bourses européennes de remonter lundi, mais la pression persiste sur les banques.
Après une ouverture dans le rouge et une forte volatilité, les indices européens se redressaient à Paris (+0,95%), Londres (+0,47%) Milan (+0,73%) et Francfort (+0,75%) vers 11H25...
commentaires (3)

Que ceux qui sont en admiration devant les banques Russes et Chinoises placent leur argent avec elles dans leur propre monnaie. Comme on dit en Anglais: “Put your money where your mouth is”.

Akote De Laplak

21 h 42, le 20 mars 2023

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Que ceux qui sont en admiration devant les banques Russes et Chinoises placent leur argent avec elles dans leur propre monnaie. Comme on dit en Anglais: “Put your money where your mouth is”.

    Akote De Laplak

    21 h 42, le 20 mars 2023

  • Les Etats-Unis sont en train de péricliter et perdent leur place mondiale , économiquement et politiquement ....tandis que les banques russe s et chinoises accusent une très forte et robuste amélioration et que leurs monnaie commence à devenir de vraies devises internationales . Et pendant ce temps les pauvres américains et européens veulent continuer à sombrer dans la funeste interminable et néfaste guerre de l'Ukraine ! Mais quel fanatisme ! Quel désordre ! C'est désobligeant !

    Chucri Abboud

    15 h 32, le 20 mars 2023

  • La Suisse serait-elle en train de devenir le Liban de l'Europe? :-D

    Gros Gnon

    11 h 21, le 20 mars 2023

Retour en haut