Rechercher
Rechercher

Campus - BOURSES

CMA CGM soutient les universitaires libanais

Le transporteur s’engage à accorder 240 bourses à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth (USJ) et à l’Université américaine de Beyrouth (AUB) avec pour but, entre autres, de contribuer à freiner l’exode de la jeunesse libanaise.

CMA CGM soutient les universitaires libanais

Des étudiants universitaires et des collaborateurs de la CMA CGM lors d’une cérémonie au siège de la compagnie à Beyrouth pour annoncer le lancement du programme « CMA CGM Excellence Fund for Lebanon ». Photo CMA CGM

Structurantes dans le parcours étudiant, les relations universités-entreprises deviennent, en ce temps de crise que traverse le Liban, plus que jamais nécessaires. Vitales peut-être. Puisque aujourd’hui c’est la survie du secteur de l’enseignement supérieur et de la capacité de la jeunesse libanaise à poursuivre des études universitaires qui sont désormais en jeu. C’est dans cette optique que le groupe CMA CGM a développé le « CMA CGM Excellence Fund for Lebanon » avec pour triple objectif de freiner l’exode des Libanais, de brider la perte en capital humain et de préserver la pérennité de l’éducation longtemps symbole de fierté nationale.

Développant plusieurs projets avec de multiples acteurs du secteur de l’enseignement supérieur, le leader mondial du transport maritime et de la logistique a récemment lancé un important programme de soutien aux étudiants libanais. L’initiative consiste à allouer 240 bourses à deux universités prestigieuses, l’une francophone et l’autre anglophone, réputées d’être parmi les meilleures de la région, à savoir l’Université Saint-Joseph de Beyrouth (USJ) et l’Université américaine de Beyrouth (AUB). À raison de 40 bourses par an sur trois ans, ces aides s’adressent essentiellement à des jeunes poursuivant des formations en ingénierie, en gestion, en sciences économiques, en data sciences et en maths appliquées. Elles seront octroyées selon un double critère : le mérite académique et la situation sociale.

Cette nouvelle action portée par la multinationale d’origine libanaise s’inscrit dans la continuité du partenariat déjà signé en 2021 avec la Fondation HEC pour accorder 20 bourses annuelles sur une période de 10 ans aux étudiants libanais désireux de poursuivre leurs études à HEC Paris.

Offrir de l’espoir aux étudiants

Interrogée sur cette collaboration, Cynthia-Maria Ghobril Andréa, directrice de la Fondation USJ, à savoir l’instance centrale au sein de l’USJ habilitée à collecter des dons, a tout d’abord tenu à rappeler que l’éducation est l’arme la plus puissante pour changer le monde. « Investir dans ce domaine doit être une priorité pour toutes les entreprises », estime-t-elle. « Ces dernières, en tendant la main à nos étudiants, leur donnent l’opportunité d’accéder à une université reconnue pour la qualité de son enseignement », ajoute-t-elle, soulignant que la Fondation vise à travers ses actions à encourager les partenariats auprès de donateurs et d’entreprises. Tout en espérant que cette collaboration fructueuse se poursuivra à l’avenir, la directrice de la Fondation USJ souligne par ailleurs que du fait « de sa taille et de sa présence mondiale, de son rôle-clé dans le fonctionnement de l’économie mondiale, le groupe CMA CGM et l’ensemble de ses collaborateurs se doivent de montrer l’exemple ». Cela passe notamment par l’octroi de bourses aux étudiants qui, grâce à leur diplôme, pourront être embauchés et servir leur pays, le Liban, qui souffre de la fuite des cerveaux «, remarque-t-elle. Simultanément, la solidarité de CMA CGM envers les étudiants contribue, à son avis, à promouvoir la mission de l’USJ, lui permettant ainsi d’être auprès de chacun de ses étudiants en garantissant l’accès à un enseignement d’excellence. Les boursiers auront la chance de profiter de certaines initiatives liées au mentorat, à l’insertion et l’évolution professionnelle. Le Dr Imad Baalbaki, vice-président senior pour l’avancement et le développement des affaires, assure de son côté qu’en cette période de crise sans précédent, l’AUB est très fière de s’associer à CMA CGM pour gagner un impact encore plus grand. « Ce soutien est inestimable car il permet d’alléger la charge financière des boursiers », précise-t-il avant d’ajouter : « Ce programme apporte quelque chose d’encore plus précieux d’autant qu’il donne de l’espoir à certains de nos nombreux étudiants extraordinaires qui se débattent en ces temps difficiles, notamment ceux qui se spécialisent en priorité dans la gestion, l’économie et l’informatique. »

Lire aussi

CMA CGM et HEC Paris tendent la main aux jeunes Libanais

L’AUB n’en est pas à sa première collaboration avec le groupe franco-libanais. Au contraire, la collaboration a été particulièrement étroite au niveau des deux programmes de maîtrise à la Suliman S. Olayan School of Business, notamment le programme MBA et le programme MS in Business Analytics (MSBA). « Les anciens élèves de l’AUB qui travaillent à CMA CGM constituent un autre moyen d’établir des liens entre nous », se félicite le Dr Baalbaki.

De son côté, Chiara Khatounian, coordinatrice des bourses et chargée de communication auprès du service social à l’USJ précise que ces bourses permettront aux jeunes « d’aller de l’avant ». « Ces collaborations sont importantes car elles rendent l’éducation abordable et accessible à tous », affirme-t-elle avant d’expliquer que la politique du service social à l’USJ consiste à co-construire des solutions sur mesure adaptées à la situation de chaque étudiant qu’il soit au premier cycle ou en cycle supérieur. Par ailleurs, le service social à l’USJ a décidé d’octroyer à toutes les personnes à besoins spécifiques inscrites pour l’année 2023-2024 et répondant au double critère académique et social des bourses couvrant l’intégralité des frais de leur scolarité. « L’université souhaite les accompagner vers l’autonomie en leur garantissant un accompagnement personnalisé et en leur assurant l’accessibilité et les commodités nécessaires », a-t-elle affirmé.

Actuellement, plus de 50 % des jeunes universitaires inscrits à l’USJ perçoivent une aide financière, sachant que le total des aides octroyées s’élève à 7 300 bourses, un étudiant inscrit pouvant bénéficier de plusieurs aides à la fois. Au cours des trois dernières années, 2 795 aides provenant de donateurs ont été attribuées. Un chiffre qui augmentera cette année avec l’octroi des bourses du groupe CMA CGM.

Il convient de souligner à ce stade que le groupe CMA CGM est l’un des premiers employeurs au Liban. Le groupe qui comptera plus de 2 000 employés dès le début de 2023, a créé 1 100 emplois en 2022.

Structurantes dans le parcours étudiant, les relations universités-entreprises deviennent, en ce temps de crise que traverse le Liban, plus que jamais nécessaires. Vitales peut-être. Puisque aujourd’hui c’est la survie du secteur de l’enseignement supérieur et de la capacité de la jeunesse libanaise à poursuivre des études universitaires qui sont désormais en jeu. C’est dans...
commentaires (1)

Et pourquoi pas aux étudiants de l'UL aussi. Même si les frais d'inscription ne sont pas aussi élevés, le cour de la vie a augmenté comme pour tous les autres. L'UL compte beaucoup d'excellentes formations et d'excellents étudiants, qu'il faut encourager. Quant à dire que octroyer des bourses limitera l'exode des étudiants, c'est absurde, c'est le contraire. Les bourses sont une première étape avant le départ (ne serait ce que pour trouver un emploi), et traduisent une préférence de classe... CMA CGM devrait s'employer à financer la formation professionnelle au Liban, le développement de l'agriculture locale et autres filières valorisant une forme d'autonomie du Liban qui seule permettra de limiter l'exode de sa population en favorisant son développement et non son extraversion. Mais c'est dur d'aller contre 150 ans d'histoire...

Verdeil Eric

13 h 14, le 22 décembre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Et pourquoi pas aux étudiants de l'UL aussi. Même si les frais d'inscription ne sont pas aussi élevés, le cour de la vie a augmenté comme pour tous les autres. L'UL compte beaucoup d'excellentes formations et d'excellents étudiants, qu'il faut encourager. Quant à dire que octroyer des bourses limitera l'exode des étudiants, c'est absurde, c'est le contraire. Les bourses sont une première étape avant le départ (ne serait ce que pour trouver un emploi), et traduisent une préférence de classe... CMA CGM devrait s'employer à financer la formation professionnelle au Liban, le développement de l'agriculture locale et autres filières valorisant une forme d'autonomie du Liban qui seule permettra de limiter l'exode de sa population en favorisant son développement et non son extraversion. Mais c'est dur d'aller contre 150 ans d'histoire...

    Verdeil Eric

    13 h 14, le 22 décembre 2022

Retour en haut