Rechercher
Rechercher

Politique - Politique

Forcing international pour une présidentielle « dans les délais »

L’Arabie saoudite, la France et les États-Unis dressent le profil du successeur de Michel Aoun.

Forcing international pour une présidentielle « dans les délais »

Le président français, Emmanuel Macron, s’entretenant avec le Premier ministre désigné, Nagib Mikati, à New York, le 19 septembre 2022. Photo Dalati et Nohra

L’élection d’un nouveau président de la République dans les délais constitutionnels est une priorité. C’est à travers ce prisme que la communauté internationale aborde le dossier libanais, dans lequel elle est désormais clairement impliquée. Et pour assurer le bon déroulement du processus, elle presse pour que soient éliminés tous les prétextes qui pourraient soit retarder l’échéance soit mener à une dérive constitutionnelle contraire à l’esprit de Taëf. Et cela passe avant tout par la formation d’un gouvernement de pleins pouvoirs auquel Michel Aoun acceptera alors de transmettre ses prérogatives. Une tâche qui incombe à Nagib Mikati attendu samedi à Beyrouth, fort du soutien international qu’il a reçu lors des entretiens qu’il a menés en marge de l’Assemblée générale de l’ONU, notamment avec le président français, Emmanuel Macron, le chef de la diplomatie américaine, Anthony Blinken, et le président iranien Ebrahim Raïssi. C’est ce qui ressort du communiqué conjoint publié mercredi soir à l’issue d’une réunion tenue à New York entre les ministres des Affaires étrangères français, américain et saoudien. « Les trois ministres ont insisté sur l’importance de tenir l’élection présidentielle dans les délais fixés par la Constitution libanaise », peut-on lire dans le texte. Dans la forme, le premier message concerne le président de la Chambre, Nabih Berry, qui n’a toujours pas convoqué la Chambre à une séance plénière consacrée à l’élection d’un nouveau chef de l’État, sachant que le délai a commencé à courir le 1er septembre. Dans le fond, cet appel vise d’abord le camp présidentiel qui menace de « chaos constitutionnel » après le 31 octobre, date de la fin du sexennat Aoun. Ce dernier a récemment menacé de ne quitter Baabda que « si la situation était normale », affirmant redouter « un complot contre la Constitution et la présidence ». Par complot, Michel Aoun entend qu’un cabinet sortant dirigé par une figure sunnite assume les prérogatives du chef de l’État, maronite, en cas de vacance à la magistrature suprême. Dans leur communiqué, les trois ministres ont pour cette raison appelé à la formation d’un gouvernement « capable de mettre en œuvre les réformes structurelles et économiques nécessaires de toute urgence pour faire face aux crises politique et économique du Liban, en particulier les réformes nécessaires pour parvenir à un accord avec le Fonds monétaire international ». Comprendre : il faut que le Premier ministre désigné puisse mettre en place une équipe de pleins pouvoirs qui serait en mesure de gérer le pays dans la prochaine phase... en attendant l’arrivée du successeur de Michel Aoun à Baabda.

Lire aussi

Gouvernement : place à un optimisme prudent

Un candidat consensuel ?

Dans leur communiqué, les États-Unis, la France et l’Arabie saoudite ont d’ailleurs en quelque sorte défini les caractéristiques du futur chef de l’État, tout en lui traçant une feuille de route ainsi que certaines lignes rouges à ne pas franchir. « Il est essentiel d’élire un président qui puisse unir le peuple libanais et travailler avec les acteurs régionaux et internationaux pour surmonter la crise actuelle », souligne le texte, qui semble couper l’herbe sous les pieds des chefs de file présentés comme des candidats « naturels » à la magistrature suprême, mais qui sont tous marqués dans un camp contre un autre. À commencer par les deux alliés du Hezbollah, le chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, et le leader des Marada, Sleiman Frangié. Mais aussi le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, qui prône le défi et la confrontation en vue de cette échéance. Faut-il en déduire que la communauté internationale est favorable à l’élection d’un candidat de consensus ? Le communiqué intervient à l’heure où Walid Boukhari, ambassadeur d’Arabie saoudite à Beyrouth, multiplie ses rencontres avec les alliés de Riyad au Liban pour les exhorter à souder leurs rangs face au Hezbollah en vue de cette échéance. Mais si pour Riyad l’élection d’une figure pro-8 Mars est une ligne rouge à ne pas franchir, la porte ne semble pas fermée à un candidat de compromis, tel que prôné par le leader druze Walid Joumblatt qui s’est entretenu avec M. Boukhari lundi. « Ce communiqué reflète les espoirs des Libanais qui aspirent à un président réformiste et souverainiste », se contente pour sa part de commenter un cadre FL.

Focus

Pourquoi cherche-t-on à écarter le ministre des Finances ?

L’accord de Taëf

« La conclusion la plus importante à tirer de ce communiqué réside dans le fait que Riyad a pu rallier Paris à sa vision de la présidentielle, en prônant une figure capable de restaurer la confiance internationale, alors que la France adoptait jusque-là une attitude jugée conciliante avec le Hezbollah », estime une source diplomatique arabe.

Lire aussi

Remaniement : deux scénarios dans les coulisses

Dans leur communiqué, les trois pays ont en outre appelé le gouvernement libanais à respecter les résolutions du Conseil de sécurité se rapportant au Liban et à se conformer à l’accord de Taëf. Ce point a été ajouté au communiqué par l’Arabie saoudite, confie à L’OLJ une source informée de la teneur des discussions. Walid Boukhari a d’ailleurs posté deux tweets axés sur un appel à la préservation de l’accord qui avait mis fin à la guerre civile en 1989. Il en a également discuté avec Walid Joumblatt lors de leur entretien lundi soir. « M. Boukhari a mis en garde contre une Constituante qui déboucherait sur une modification de l’accord de Taëf ou du régime politique libanais », avait confié à L’OLJ M. Joumblatt. Cette mise en garde intervient en réponse aux menaces lancées implicitement et régulièrement par le camp aouniste quant au besoin de changer le système politique actuel. Michel Aoun – farouche opposant à Taëf – a tenu des propos allant dans ce sens devant une délégation européenne mardi. Il a affirmé que le pays « ne peut pas être géré par trois têtes » et « a besoin de réformes politiques, en plus de changements structurels dans le système qui doit être renforcé et réformé ». Comme pour calmer les appréhensions saoudiennes et internationales, Nagib Mikati a pour sa part réitéré, devant l’Assemblée générale de l’ONU, l’engagement du Liban à respecter l’accord de Taëf et le refus de toute tentative de porter atteinte à ses dispositions.

Mikati à l’ONU : La route est encore longue pour sortir de la crise

Le gouvernement sortant du Liban a « réussi à atteindre un grand nombre des objectifs qu’il s’était fixés », a déclaré mercredi dans la nuit le Premier ministre sortant Nagib Mikati devant l’Assemblée générale des Nations unies à New York, mais la « route est encore longue » pour que le pays parvienne à surmonter la crise économique sans précédent qu’il traverse. Face à cet effondrement, M. Mikati a exhorté la communauté internationale à venir en aide au pays du Cèdre.

« Nous avons atteint un grand nombre des objectifs que nous nous sommes fixés. Toutefois, la route à emprunter pour émerger de la crise est encore longue, ardue et pleine de difficultés », a déclaré M. Mikati à la tribune de l’ONU. Il a cité parmi les « succès » de son cabinet l’organisation des élections législatives de mai dernier qui ont pu être tenues à temps malgré la crise. Il a ajouté que son équipe s’engage par ailleurs à aller de l’avant avec toutes les réformes législatives et administratives exigées par le FMI pour débloquer un programme d’aide de 3 milliards de dollars.

M. Mikati a en outre appelé les « amis » du Liban, dans le monde arabe et ailleurs, à aider le pays. La crise économique actuelle du Liban est l’une des pires au monde depuis le milieu du XIXe siècle, selon la Banque mondiale. Le Premier ministre sortant a dit espérer l’organisation future d’une nouvelle conférence internationale pour rassembler des fonds qui aideraient le pays à surmonter les « défis » auxquels il est actuellement confronté.

Concernant les récents développements dans l’exploitation des ressources énergétiques offshore du Liban, le milliardaire de Tripoli s’est dit « très heureux d’annoncer que les négociations » sur la délimitation de la frontière maritime avec Israël « prendront fin très prochainement » après un « progrès concret » dans ce dossier. Le Liban « est déterminé à protéger ses intérêts nationaux et à faire fructifier ses ressources nationales », a-t-il ajouté.


L’élection d’un nouveau président de la République dans les délais constitutionnels est une priorité. C’est à travers ce prisme que la communauté internationale aborde le dossier libanais, dans lequel elle est désormais clairement impliquée. Et pour assurer le bon déroulement du processus, elle presse pour que soient éliminés tous les prétextes qui pourraient soit retarder...

commentaires (7)

Heureusement que nos 3 super-responsables complètement déboussolés peuvent compter sur les conseils très désintéressés et sincères de leurs nombreux amis français, américains, iraniens et séoudiens. Ces derniers ont compris depuis longtemps qu'ils peuvent manipuler nos "dirigeants" à leur guise et qu'il suffit de flatter leur orgueil démesuré... - Irène Saïd

Irene Said

11 h 43, le 23 septembre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Heureusement que nos 3 super-responsables complètement déboussolés peuvent compter sur les conseils très désintéressés et sincères de leurs nombreux amis français, américains, iraniens et séoudiens. Ces derniers ont compris depuis longtemps qu'ils peuvent manipuler nos "dirigeants" à leur guise et qu'il suffit de flatter leur orgueil démesuré... - Irène Saïd

    Irene Said

    11 h 43, le 23 septembre 2022

  • Ils nous gavent ces pays amis avec leurs conditions à la noix. Un gouvernement de consensus, un président de consensus, autant garder le pays tel quel entre les mains des vendus voleurs en attendant que le gaz et les autres richesses soient pompés pour conclure des contrats juteux avec ceux là mêmes qu’ils ont permis d’accéder au pouvoir. Ils ne font que répéter les erreurs commises avec Poutine en sacralisant les dictateurs et les corrompus pour se retrouver coincés avec rien au bout que des menaces de guerre dans la région et la déstabilisations de ce monde déjà en effervescence sans jamais trouver d’issue qui leur permettraient de profiter des denrées auxquelles ils aspirent mais avec sûrement un problème insoluble qu’ils ont créé en maintenant ces loubards au pouvoir. Ce ne sera que justice pour notre pays qui ne cesse de servir de bouc émissaire à tous les pays aussi bien amis qu’ennemis. Si notre pays devrait couler autant emporter tous ces pays qui chaque jour le trahissent un peu plus. Nous ne voulons plus faire de concessions, nous voulons un président patriotique et compétent que cela plaise ou non aux vendus comme aux amis message à faire passer à tous les protagonistes.

    Sissi zayyat

    11 h 25, le 23 septembre 2022

  • MIKATI EST L'HOMME DE LA SITUATION JOUMBLATT LA STAR DE LA POLITIQUE AU LIBAN. ET TOUS LES DEUX SONT PROCHE ET MANIPULÉS PAR BERRY. ET LE HEZBOLLAH IRANIEN QUI EST LÀ POUR LEUR MONTRER LE BON CHEMIN À SUIVRE. CE QUI DONNE: MIKATI, JOUMBLATT, BERRY ET HASSAN NASRALLAH AVEC L'ACCORD DE MACRON VONT NOUS AMENER UN PRÉSIDENT PATRIOTE. WOW.....IL FAUT ÊTRE UN DÉBILE POUR ESPÉRER VOIR UN JOUR UN PRÉSIDENT NON MERCENAIRE. SAUVE QUI PEUT.

    Gebran Eid

    09 h 57, le 23 septembre 2022

  • Le plus important est qu'aucun assassin et voleur qui gère sa poche et non le pays reste au pouvoir.

    Georges Zehil Daniele

    08 h 32, le 23 septembre 2022

  • Des gangsters étrangers qui veulent s'emparer du pays!

    Chucri Abboud

    07 h 23, le 23 septembre 2022

  • Le Liban continue a mendier les trois milliards de dollars alors que les reformes, si elles sont faites, pourraient générer bien plus! Trop de fonctionnaires inutiles au pouvoir grace au clientélisme, des factures et des impôts non payées par certains privilégiés par les clans et partis politiques. Commençons par faire le menage chez nous et arrêtons cet esprit de mendicité!

    CW

    03 h 13, le 23 septembre 2022

  • LES TROIS VEULENT UN PRESIDENT SOUVERAINISTE QUI RESPECTE ET APPLIQUE TAEF ET SES DISPOSITIONS... DONC A COMPRENDRE LA DISSOLUTION DE TOUTES LES MILICES... SAMIR GEAGEA, LE HAKIM, N,EST PAS UN CANDIDAT DE CONFRONTATION MAIS UN CANDIDAT PRESIDENTIEL QUI EXACTEMENT VEUT RESPECTER ET APPLIQUER TAEF ET SES DISPOSITIONS DONC LA DISSOLUTION DE TOUTES LES MILICES. EXACTEMENT CE QUE LES TROIS INTERNATIONAUX DEMANDENT. YIALLA ALLEZ-Y DE BON COEUR. VOUS NE TROUVEREZ PAS UN MEILLEUR PRESIDENT.

    LA LIBRE EXPRESSION.

    00 h 36, le 23 septembre 2022

Retour en haut