Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Bassil refuse qu'on lui "impose" un président de la République

Reçu à Dimane par le patriarche maronite, le chef du CPL se dit contre une vacance à la magistrature suprême, après la fin du mandat de son beau-père, Michel Aoun.

Bassil refuse qu'on lui

Le leader du Courant patriotique libre Gebran Bassil (g), et le patriarche maronite, Béchara Raï, à Bkerké en février 2016. Photo d’archives ANI

Le chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, qui a été reçu samedi à Dimane par le patriarche maronite Béchara Raï, a affirmé qu'il refusait qu'on lui "impose" un président de la République, qu'il s'agisse de pressions internes ou internationales, alors qu'il est l'un des candidats officieux à ce poste, à l'approche de la fin du mandat de son beau-père, le président Michel Aoun. Dans ce contexte, Gebran Bassil a affirmé qu'il était contre une vacance à la magistrature suprême, plaidant pour un suffrage direct, non par le Parlement comme prévu par la Constitution.

Lire aussi

Après le rapprochement Joumblatt-Hezbollah, un candidat consensuel ?

"Nous sommes contre la vacance (à la présidence) et nous ne pensons pas que le Liban puisse la supporter. Nous allons œuvrer afin que cela n'ait pas lieu", a assuré Gebran Bassil. "L'élection présidentielle n'apportera malheureusement pas le grand changement attendu, mais elle doit avoir lieu", a-t-il estimé. "Nous soutenons une élection présidentielle au suffrage direct, car cela empêche le risque de vacance", a ajouté le député de Batroun.

Le "poids sur le terrain"

"Il est inacceptable que le président n'aie pas de poids sur le terrain", a encore prévenu le chef du CPL. "Nous refusons que l'on nous impose un président, que ce soit de l'étranger ou de l'intérieur", a-t-il affirmé sur ce plan.

Gebran Bassil est considéré comme un candidat potentiel à l'élection présidentielle, mais il maintient le flou sur ses intentions et reconnaît à demi-mot qu'il pourrait avoir des difficultés à être élu, notamment en raison des sanctions américaines qui le frappent. Il affirme cependant avoir son mot à dire concernant d'autres candidats. Avant lui, ses rivaux chrétien Samir Geagea, qui dirige les Forces libanaises, et Sleiman Frangié, chef des Marada et considéré comme le candidat le plus sérieux à la présidence, ont eux aussi été reçus dernièrement à Dimane par le patriarche.

Lire aussi

Quand Joumblatt torpille les plans des FL

Pour le moment, le Hezbollah, allié à la fois de Gebran Bassil et Sleiman Frangié, n’a toujours pas dit son dernier mot. Il ne s'est prononcé en faveur d'aucun des deux, bien au contraire. Dans une interview accordée fin juillet à la chaîne télévisée al-Mayadeen, le chef du parti chiite Hassan Nasrallah a laissé la porte ouverte à un compromis. "Le Hezbollah n’aura pas de candidat à l’élection présidentielle, mais pourrait en soutenir un", avait-il déclaré. Quant au leader druze Walid Joumblatt, qui pourrait se retrouver faiseur de roi sur le plan de la présidentielle, il semble être en faveur d'un candidat de compromis, ce qui consisterait à ne soutenir ni Sleiman Frangié ni Gebran Bassil, et encore moins Samir Geagea.

Nouvelles critiques contre Mikati

Sur un autre plan, Gebran Bassil a abordé la question de la formation d'un gouvernement qui se fait attendre depuis mai, date à laquelle le cabinet sortant de Nagib Mikati est depuis chargé d'expédier les affaires courantes suite aux dernières élections législatives.

"Le pays a besoin d'un gouvernement. D'abord, parce que cela est naturel. Ensuite, parce nous traversons une crise anormale, et enfin, car cela constitue une garantie contre une vacance totale", a affirmé Gebran Bassil. "Selon nous, le problème réside dans le fait qu'il y a un Premier ministre désigné qui ne veut pas former de gouvernement, sous divers prétextes (...)", a estimé le chef du courant aouniste, dans une nouvelle critique à l'encontre de M. Mikati. "Certains misent sur la vacance au pouvoir et cela est inacceptable et anticonstitutionnel. Mais malheureusement, certains qui ont nommé ce Premier ministre soutiennent ce pari", a dénoncé le chef du CPL, sans cependant nommer ceux qu'il visent par ses critiques.

Lire aussi

Entre Bassil et Mikati, une guerre d’usure qui ne dit pas son nom

Depuis la semaine dernière, le CPL et le Premier ministre désigné Nagib Mikati s'échangent des accusations, notamment de corruption, en des termes peu amènes, dans ce qui marque de fortes tensions politiques entre les deux camps, alors que le pays est sans gouvernement actif depuis le 22 mai et qu'une élection présidentielle doit se tenir entre le 1er septembre et le 30 octobre, pour élire un successeur à Michel Aoun. M. Mikati, qui dirige le gouvernement sortant, a été à nouveau nommé pour former un cabinet. Mais les tractations sont au point mort en raison d'une dispute sur les prérogatives constitutionnelles entre ce dernier et le chef de l'Etat.

Réagissant à cette polémique, le patriarche Raï avait estimé que la querelle entre le CPL et Nagib Mikati visait à occulter la formation du gouvernement et à contourner la présidentielle.


Le chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, qui a été reçu samedi à Dimane par le patriarche maronite Béchara Raï, a affirmé qu'il refusait qu'on lui "impose" un président de la République, qu'il s'agisse de pressions internes ou internationales, alors qu'il est l'un des candidats officieux à ce poste, à l'approche de la fin du mandat de son beau-père, le président Michel...

commentaires (14)

"...affirmé qu'il refusait qu'on lui "impose" un président de la République, qu'il s'agisse de pressions internes ou ..." hahahaha.... as-tu donc pris la permission de ton copain god-whisperer pour parler de cette façon ? Fais gaffe son doigt pourra se lever...

Wlek Sanferlou

21 h 40, le 15 août 2022

Tous les commentaires

Commentaires (14)

  • "...affirmé qu'il refusait qu'on lui "impose" un président de la République, qu'il s'agisse de pressions internes ou ..." hahahaha.... as-tu donc pris la permission de ton copain god-whisperer pour parler de cette façon ? Fais gaffe son doigt pourra se lever...

    Wlek Sanferlou

    21 h 40, le 15 août 2022

  • Trop tard petit, ils ont plus besoin de toi ou même d’avoir un grand bloc chretien!! Tu as compris trop tard qu’ils vous a utiliser … si vous êtes pas encore sure attendez Un peu

    Bery tus

    18 h 32, le 14 août 2022

  • MAHDOUM ! LOL

    Cabbabe Nayla

    12 h 36, le 14 août 2022

  • Une arrogance et une mauvais foi qui dépasse l'entendement ! Il préfère le Liban à genoux ou détruit plutôt que de voir son pouvoir restraint. Un anti patriote de 1ère catégorie.

    Pandora

    08 h 59, le 14 août 2022

  • Ce monsieur est tout simple indigeste

    Liberté de penser et d’écrire

    08 h 59, le 14 août 2022

  • Petiot, tu peux "refuser" ou exiger tout ce qui te passe par la tête...nous on s'amuse à chaque fois de ton culot inépuisable et de ton manque total de perception de la réalité chez nous. On attend avec impatience le prochain épisode de ton feuilleton " MOI...!!!...JE...". - Irène Saïd

    Irene Said

    08 h 27, le 14 août 2022

  • Pffff pathétique ce personnage …

    Bruno Luxe

    02 h 06, le 14 août 2022

  • Cette comédie sans fin avec ce monsieur serait carrément loufoque, n’était-ce la situation dramatique du pays…Il persiste et signe…Mais le pire dans ce qui se passe, et on en parle peu, c’est que, de manière sournoise, on est en train de marginaliser complètement le rôle des chrétiens: en effet, on s’aligne vers une vacance prolongée de la présidence et de la formation du gouvernement, et, dans l’intervalle ce sera Mikati qui continuera à gouverner à sa guise, en s’acoquinant avec Berri et le Hezbollah, sans compter le girouette Joumblatt qui montre des signes de retournement de veste et de changement d’alliance: dans l’intervalle, tant Bassil que Geagea que les soit-disant nouveaux élus de la société civile perdront totalement leurs majorités au parlement et ne pourront rien faire…scénario catastrophe et j’espère me tromper: seul l’avenir nous le dira!

    Saliba Nouhad

    00 h 15, le 14 août 2022

  • Ah, il a oublié qu'ils ont imposé Aoun après 2ans et demi de vide. Puis, en quelle qualité il parle ? Peut-être qu'il se considère l'ayatollah Bassil.

    Esber

    20 h 42, le 13 août 2022

  • J’aime bien lorsqu’il parle en disant nous. C’est pour parler de sa propre majesté ou pour parler de lui et de ses alliés vendus? Parce que nous, les libanais patriotiques nous n’avons cure de ce que tu veux ou pas, et c’est valable aussi pour tes alliés vendus qui te montent le bourrichon.

    Sissi zayyat

    19 h 33, le 13 août 2022

  • Gebran Bassil, qui a été reçu samedi à Dimane par le patriarche maronite Béchara Raï, a affirmé qu'il refusait qu'on lui "impose" un président de la République autre que lui meme bien sur. Il y a du Donald Trump en cet homme .....

    Michel Trad

    19 h 32, le 13 août 2022

  • Pas de van à ces à la présidentielle. Look who’s talking? Les rois des vacances forcées pour bloquer ce pays jusqu’à obtenir ce qu’ils leur est permis d’avoir par les traîtres du pays.

    Sissi zayyat

    19 h 28, le 13 août 2022

  • Mais qui est donc Bassil pour avoir voix au chapitre ? Un Paria international ??

    LeRougeEtLeNoir

    19 h 03, le 13 août 2022

  • "Nous sommes contre la vacance (à la présidence)" . Tiens? C'est nouveau ! La dernière fois il avait moins de préoccupations envers les libanais !

    Yves Prevost

    18 h 18, le 13 août 2022

Retour en haut