Rechercher
Rechercher

Politique - Affaire Moussa el-Hage

Bkerké veut la tête de Fadi Akiki

Le dialogue entre le patriarcat maronite et le Hezbollah ne semble pas encore rompu.

Bkerké veut la tête de Fadi Akiki

Le chef des Marada, Sleiman Frangié, s’entretenant avec Mgr Raï, hier à Dimane. Photo tirée du compte Twitter du leader maronite @sleimanfrangieh

La confrontation entre le patriarche maronite, Béchara Raï, et les protagonistes hostiles à ses prises de position, notamment le Hezbollah, a pris un nouveau tournant dans la foulée de l’affaire de l’arrestation, lundi, du vicaire patriarcal maronite de Haïfa, Moussa el-Hage, au check-point frontalier de Ras Naqoura au Liban-Sud.

Un peu plus de 48 heures après l’incident, l’Église maronite est sortie de son silence au moyen d’un communiqué d’une particulière virulence. Le texte, rendu public mercredi soir à l’issue d’une réunion du conseil restreint permanent de l’Église maronite, s’en est pris aux autorités politiques et sécuritaires. « Nous demandons que soit mis fin à cette farce sécuritaire, judiciaire et politique », ont tonné les évêques, appelant au limogeage du commissaire du gouvernement près le tribunal militaire par intérim, Fadi Akiki, sur ordre de qui Mgr Hage avait été arrêté. De source proche du dossier, on apprend que Béchara Raï entend revenir à la charge dans son homélie de dimanche. Signe de la détermination du prélat à aller jusqu’au bout : des informations relayées hier par certains médias locaux, que L’Orient-Le Jour n’a pas pu confirmer, indiquaient que le juge aurait demandé un rendez-vous avec Mgr Raï. Mais ce dernier aurait refusé avant que l’évêque de Haïfa ne récupère tout ce qui lui avait été confisqué lundi dernier, à savoir son passeport et les 500 000 dollars qu’il transportait.

Lire aussi

Bkerké somme l’État de mettre fin à « la farce sécuritaire, judiciaire et politique »

Le patriarcat maronite ne sera pas seul dans cette bataille. S’y sont déjà joints les partis connus pour leur soutien à Bkerké et leur opposition au Hezbollah, à l’instar des Forces libanaises. Le leader de ce parti, Samir Geagea, était un des premiers responsables à appeler à démettre le magistrat Akiki de ses fonctions, quelques heures après l’arrestation de Mgr Hage. Même son de cloche du côté des Kataëb. C’est dans ce cadre que s’inscrit une déclaration de Salim Sayegh, député du Kesrouan et numéro deux des Kataëb. « Nous appelons au limogeage immédiat du juge Fadi Akiki », a-t-il lancé. M. Sayegh a critiqué l’activité du tribunal militaire, une instance visée par de fréquents appels à l’abolition.

Le chef du Parti socialiste progressiste, Walid Joumblatt, s’est toutefois démarqué de ses alliés du 14 Mars. Il a estimé dans un tweet que « quelles que soient les circonstances derrière l’arrestation de l’évêque, une résolution calme est préférable à ce vacarme ». « D’un autre côté, nous refusons l’exploitation israélienne des hommes du clergé afin de faire entrer illégalement de l’argent à des fins politiques », a-t-il ajouté.

Le dialogue Bkerké-Hezbollah

Le chef de l’État, Michel Aoun, plus haut pôle maronite du pays, a opté pour le silence sur cette affaire, mais est toutefois entré en contact avec le patriarche Raï. Dans son communiqué, Bkerké s’est indigné du silence des autorités officielles. Quelques heures auparavant, le chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, avait dénoncé sur Twitter l’arrestation de l’évêque de Haïfa. Concernant une potentielle mise à l’écart de Fadi Akiki, Alain Aoun, député de Baabda, se dit ouvert. « Nous n’avons aucun problème, surtout si une telle démarche pourrait contribuer à rectifier le tir », répond-il, sollicité par L’OLJ. Il s’empresse toutefois de préciser que cela « relève de la compétence du Conseil supérieur de la magistrature ». Il n’en demeure pas moins qu’une telle démarche a une dimension politique. D’autant que Michel Aoun bloque depuis mars 2020 le projet de permutations judiciaires. « Il faut également voir si (le président de la Chambre, Nabih) Berry et consorts vont assurer la protection politique au juge », rappelle un député relevant de l’ex-14 Mars. Des affirmations que les milieux du chef du législatif (qui entretient un lien de parenté par alliance avec le juge Akiki) rejettent en bloc. L’affaire Moussa el-Hage est à analyser sous l’angle du contexte politique dans lequel elle est intervenue. L’évêque a été arrêté alors que le patriarche maronite plaide sans relâche depuis plus de deux ans en faveur de la neutralité du Liban par rapport aux conflits des axes, une notion à laquelle le Hezbollah, impliqué dans la guerre en Syrie, au Yémen et en Irak, s’oppose. Le patriarche multiplie aussi ses critiques contre le parti chiite, son arsenal illégal et son attitude sur la scène politique, notamment pour ce qui est du monopole de la décision de la paix et de la guerre et des tentatives du parti d’imposer sa volonté au reste des protagonistes. L’affaire Moussa el-Hage semble donc être porteuse d’un message du Hezbollah à Béchara Raï. Là aussi, Bkerké est catégorique : ses positions ne changeront pas d’un iota. « Nous continuerons à plaider pour la neutralité du Liban et sa liberté », affirme une personnalité proche de Mgr Raï. Sans vouloir se prononcer au sujet de la place du Hezbollah dans ce différend, le proche de Bkerké se contente de faire valoir que « le Hezbollah doit savoir que les accusations de collaboration avec Israël ne peuvent pas être lancées contre des évêques ».

Lire aussi

Arrestation de l’archevêque de Haïfa : un message du Hezbollah à Raï ?

Le dialogue entre Bkerké et le parti chiite, gelé depuis plusieurs mois, a-t-il atteint le point de non-retour ? Non, selon les milieux du patriarcat, mais... à une condition. « Bkerké est ouvert à tout dialogue qui irait au-delà de l’exercice de pure forme », affirme un proche du chef de l’Église maronite. De son côté, le Hezbollah préfère ne pas enfoncer le clou avec Mgr Raï, se lavant les mains de la polémique. « Nous ne sommes pas concernés par le problème entre le patriarche et l’État », souligne Abou Saïd el-Khansa, membre du comité de dialogue entre Bkerké et le Hezb.

Cela explique peut-être la visite hier à Dimane du chef des Marada, Sleiman Frangié, allié du Hezbollah, mais aussi un des plus sérieux présidentiables, pour rencontrer Mgr Raï. À l’issue de la réunion, il a tenu des propos flous, imputant à une « cinquième colonne » la responsabilité dans l’affaire de l’évêque. Une façon pour lui d’en dédouaner le Hezbollah. Et M. Frangié de faire valoir qu’il ne complote pas contre ses alliés, mais qu’il « ne prend pas d’ordres de chez eux », comme pour assurer que le Hezbollah n’est pas au courant de son entretien avec Béchara Raï.


La confrontation entre le patriarche maronite, Béchara Raï, et les protagonistes hostiles à ses prises de position, notamment le Hezbollah, a pris un nouveau tournant dans la foulée de l’affaire de l’arrestation, lundi, du vicaire patriarcal maronite de Haïfa, Moussa el-Hage, au check-point frontalier de Ras Naqoura au Liban-Sud. Un peu plus de 48 heures après l’incident, l’Église...

commentaires (16)

" un des plus serieux presidentiables " :presidentiable d'accord , mais serieux ...?! ça fait doucement rigoler

OBEGI CHARLES

14 h 38, le 24 juillet 2022

Tous les commentaires

Commentaires (16)

  • " un des plus serieux presidentiables " :presidentiable d'accord , mais serieux ...?! ça fait doucement rigoler

    OBEGI CHARLES

    14 h 38, le 24 juillet 2022

  • honte a Mr Joumlatt Si lui a des millions transferes apre le debut de la revolution, d'autres druzes Libanais ne sont pas aussi fortunnes et si les druzes israeliens veulent aider les druzes du Liban , qui est Joumblatt pour s'y opposer? et si les maronites Israeliens ou meme Libanais resident en Israel de peur du Hezbollah et ne veulent donc pas retourner au Liban peuvent aider leurs familles au LIban qui sont ces juges ou politiciens qui ont le toupet de critiquer le Prelat ET DE REFUSER CETTE AIDE alors qu'en fait le plus " geant " d'entre eux passe en ce moment ses vacances en France LA VERITE: UN PAYS AUX MAINS DE VENDUS N'A PLUS LE CHOIX: IL DOIT SE DEBARRASSER DE CETTE MAFIA AU POUVOIR ET VOTER POUR UN PRESIDENT QUI N'A AUCUNE AFFINITE AVEC CETTE MAFIA NI DE PRES NI DE LOIN SUIVEZ MON REGARD

    LA VERITE

    13 h 51, le 22 juillet 2022

  • Pays de fromagistes

    Robert Moumdjian

    12 h 28, le 22 juillet 2022

  • Mr. Joumblat les meilleurs soldats dans l’armée israélienne sont les druzes

    Eleni Caridopoulou

    12 h 16, le 22 juillet 2022

  • Le patriarche a le drapeau libanais Hassouna a le drapeau du Hezbollah. En italien on dit fanno gola les 500.000 dollars

    Eleni Caridopoulou

    12 h 08, le 22 juillet 2022

  • LE FUTURE PRÉSIDENT ET L'ANCIEN AMI DE RAÏ ET LE POULIN DU HEZBOLLAH EST LÀ EN CHAIR ET EN OS CHEZ RAÏ. ET COMME RAÏ A L'HABITUDE DE DONNER RAISON À LA DERNIÈRE PERSONNE QU'IL RENCONTRE, IL NE VA PAS TARDER À AVALER L'IDÉE ET NOUS ANNONCER QUE SLEIMAN 2 SERA UN BON PRÉSIDENT. SACRÉ RAÏ LE MANIPULABLE.

    Gebran Eid

    11 h 54, le 22 juillet 2022

  • Si l’incident avait touché un de ces muftis qui n’ont eu de cesse de propager les slogans haineux et menaçant les libanais de les tuer et de les décapiter comme ce fut le cas pour un des journaliste sans jamais être inquiétés, et que par miracle on les aurait arrêter pour les questionner, chose qui n’a même pas effleuré l’esprit d’un juge, qu’il soit civile ou militaire., HB aurait reçu la tête du juge en question sur un plateau d’argent sans avoir à négocier. Dans ce cas précis d’humiliation de Bkerké, Ils espèrent monnayer le juge Akiki contre un autre juge pour stopper net l’enquête du port. Les magistrats et les autres vendus finiront par accéder à sa demande et l’affaire sera pliée. Ils finirons par nous faire croire que l’honneur est sauf pour ne pas passer pour des lâches et des ridicules en plus d’être vendus.

    Sissi zayyat

    11 h 29, le 22 juillet 2022

  • L'affaire du prelat Hage n'est qu'une diversion pour faire oublier la reculade et le retropedalage du Hezb dans le debut d'escalade sur les champs gaziers off shore commanditee par l'Iran pour faire contrepied a la visite de Biden au MO.

    Michel Trad

    09 h 58, le 22 juillet 2022

  • Une fois de plus la composante non patriotique Libanaise du pays se montre agressive et essaye par tous les moyens de taire ses opposants. Si le Hezbollah a donné l’ordre d'importuner un Prélat c'est qu'il sent que le vent tourne et que son avenir est en jeu. Ceci se confirme par le fait que Franjié a du se rendre chez le Patriarche pour tenter de calmer l'affaire et passer outre. A voir la réaction de Joumblatt, nous comprenons que dans ce qui se dessine, il n'est pas pris en compte. Alors il trahi une fois de plus en faisant monter les enchères traitant les Prélats Maronites d'agents Israéliens. De telles positions risques d’être aussi grave pour les Druzes que pour les Chiites, si ces derniers décident de s'aventurer dans une guerre. La tolérance, contrairement a 1982, sera "Zero".

    Pierre Christo Hadjigeorgiou

    09 h 39, le 22 juillet 2022

  • tribunal militaire disent ils ? mais pourquoi donc , de quel droit ce tribunal intervient il hors du cadre des cas MILITAIRES ?

    Gaby SIOUFI

    09 h 29, le 22 juillet 2022

  • L’Eglise Maronite aurait du réclamer la tête de tous les dirigeants politiques depuis fort longtemps à commencer par le plus fort des maronites

    Liberté de penser et d’écrire

    08 h 54, le 22 juillet 2022

  • LE FLOU DEVIENT CLAIR ! NOS COMMERÇANTS DE DIEU NOUS DISENT QUE L’ARGENT TOMBE DU CIEL . MAIS OUI , POUR EUX PAS DE PROBLÈME DE LOLLARS CE QUI COMPTE C’EST LE CASH FRESH DOLLARS … TOUS ENSEMBLE PRIONS.

    aliosha

    08 h 54, le 22 juillet 2022

  • Quel culot ce tweet de Joumblatt. Va-t-il oser pousser la couardise et la trahison jusqu’à voter pour Sleimane Frangié à la présidence, comme il avait l’intention de le faire en 2015 ?

    Citoyen libanais

    08 h 34, le 22 juillet 2022

  • Raz le bol de tous ces jeux la, et la Nation crève!

    Marie Claude

    08 h 33, le 22 juillet 2022

  • Frangié impute le problème à une cinquième colonne , faudrait il donc croire qu'il existerait une force occulte indépendante des hezbollahis, de amal ou de leurs acolytes au pouvoir...Et qand à la girouette joumblatt perd une nouvelle fois l'occasion de se taire, ces dollars, semble t il, ne sont pas fabriqués en Israël, en outre ils devaient bénéficier aussi à la communauté druze, peut-on se payer le luxe, au stade où le Liban est réduit, de faire la fine bouche. Ces (ir)responsables ne connaissent pas la peur du lendemain et leurs enfants ne dorment pas le ventre vide...

    C…

    08 h 24, le 22 juillet 2022

  • Encore une histoire à la libanaise…pitoyable tout simplement

    Karam Georges

    08 h 10, le 22 juillet 2022

Retour en haut