Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Formation du gouvernement : le PSP dénonce "la politique d'accaparement" de certains ministères

"Le président de la République a refusé de signer le décret 6433 et a ouvert un grand bazar", affirme le parti de Walid Joumblatt au sujet du litige frontalier avec Israël.

Formation du gouvernement : le PSP dénonce

Le chef du PSP Walid Joumblatt. Photo d’archives AFP

"Il y a nécessité de former un gouvernement au plus vite", a estimé vendredi le groupe parlementaire affilié au Parti socialiste progressiste (PSP) du leader druze Walid Joumblatt, alors que les consultations parlementaires contraignantes doivent avoir lieu le 23 juin prochain pour désigner un Premier ministre et former un nouveau gouvernement.

Lors d'une réunion du groupe parlementaire de la "Rencontre démocratique", les huit députés membres et affiliés au PSP ont dénoncé "la politique d'accaparement" de ministères par certaines formations politiques, alors que les tractations vont bon train pour la répartition des portefeuilles entre les différentes parties et que, selon certaines sources citées par notre chroniqueur Mounir Rabih, les aounistes auraient déjà réclamé, une fois de plus, les ministères des Affaires étrangères et de l’Énergie.

Lire aussi

Que les tractations commencent !

"Le groupe affirme la nécessité de former un gouvernement au plus vite et a discuté des caractéristiques du Premier ministre qui doit être investi", rapporte un communiqué de la "Rencontre démocratique", après sa réunion à laquelle a assisté le chef du PSP. "Il faut se pencher sérieusement sur la formation d'un nouveau gouvernement à qui incombent plusieurs missions fondamentales", poursuit le texte, évoquant notamment les négociations avec le Fonds monétaire international (FMI), ainsi que la lutte contre la crise économique qui ravage le Liban depuis 2019. "Sur tous ces sujets, le gouvernement actuel a échoué", dénonce le groupe.

S'exprimant sur les répartitions des ministères dans le futur gouvernement, le groupe joumblattiste a exprimé son "refus de toute tentative de revenir à cette hérésie appelée tiers de blocage". Si une partie obtient ce tiers de blocage, la démission de ses ministres peut faire faire chuter le cabinet. Lors de la précédente formation des gouvernements, le Courant patriotique libre (CPL, aouniste) était accusé de vouloir obtenir cette garantie, ce qu'avait constamment démenti son chef, Gebran Bassil. Le PSP refuse également "la logique de la répartition des ministères entre souverains et non-souverains". 

Vendredi soir, le Premier ministre sortant Nagib Mikati a demandé à ce que son successeur soit "choisi rapidement" et que "toutes les facilités pour former un gouvernement soient offertes". "Nous n'avons plus le luxe du temps", a ajouté M. Mikati, qui est pressenti pour être reconduit à son poste, selon plusieurs milieux, rejetant tout "compromis contraire à l'intérêt du pays". Depuis des mois, M. Mikati pense à l'éventualité de sa propre succession à la tête du gouvernement, selon notre chroniqueur politique Mounir Rabih, ce qui serait la raison pour laquelle il ne s'était pas présenté aux élections. Depuis le 15 mai, il soufflait le chaud et le froid, mais avait finalement posé ses conditions pour être reconduit à la présidence du Conseil.

"Un grand bazar"

Le groupe affilié au PSP a également abordé un autre sujet brûlant de la scène politique libanaise : le litige autour de la délimitation de la frontière maritime avec Israël. Les tensions entre le Liban et l'État hébreu ont été ravivées depuis l'entrée d'une plateforme gazière dans le champ de Karich, au large d'Israël. Le négociateur américain Amos Hochstein a effectué une visite à Beyrouth lundi et mardi pendant laquelle il a reçu une nouvelle proposition de la part du président de la République, formulée oralement, qu'il doit transmettre à Israël.

Éclairage

Course contre la montre pour unir les députés sunnites

"Le groupe s'étonne du fait que le Liban donne une réponse verbale et non écrite, ce qui suscite des interrogations quant à la véracité de ces développements et montre un manque de transparence de l'attitude des officiels sur ce sujet", dénonce le PSP, qui appelle à "arrêter toutes les surenchères locales et l'exploitation des ressources du Liban à des fins personnelles". Des experts civils et militaires, ainsi que les députés issus de la contestation appellent à la modification du décret 6433/2011 pour revendiquer officiellement la ligne 29, qui accorde au Liban une zone supplémentaire de 1.430 km2 par rapport à la ligne 23, considérée comme officielle sur base du même décret. Mais le Liban officiel aurait fait part au médiateur d'une revendication basée sur un élargissement de la zone délimitée par la ligne 23, qui permettrait de revendiquer la totalité du champ de Cana.

"Alors que tous les responsables avaient signé le décret 6433, le président a refusé de le signer et a ouvert un grand bazar", dénonce le PSP, qui pointe du doigt des "calculs personnels n'ayant aucun lien avec les intérêts nationaux". Certains observateurs estiment que le président Aoun a finalement refusé d'appuyer les revendications maximalistes du Liban, après les avoir pourtant soutenues, dans le cadre d'un deal avec Washington qui permettrait de lever les sanctions imposées à son gendre Gebran Bassil. 



"Il y a nécessité de former un gouvernement au plus vite", a estimé vendredi le groupe parlementaire affilié au Parti socialiste progressiste (PSP) du leader druze Walid Joumblatt, alors que les consultations parlementaires contraignantes doivent avoir lieu le 23 juin prochain pour désigner un Premier ministre et former un nouveau gouvernement. Lors d'une réunion du groupe parlementaire de...

commentaires (8)

Alors Walid Bey ? Apres avoir reconduit Berry et elu BouSaab, il faut maintenant reconduire Mikati au plus vite ? En attendant d'elire Bassil ou Frangieh dans quelques mois. Une veritable politique progressiste, que dis-je ? Revolutionaire meme ! Ya di3anak. Celui qui fut naguere le plus prometteur, le plus cultive, le plus avance de notre landerneau politique, se complait maintenant dans une mediocrite de mauvais aloi. Et il est trop tard pour se reprendre....

Michel Trad

22 h 40, le 18 juin 2022

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • Alors Walid Bey ? Apres avoir reconduit Berry et elu BouSaab, il faut maintenant reconduire Mikati au plus vite ? En attendant d'elire Bassil ou Frangieh dans quelques mois. Une veritable politique progressiste, que dis-je ? Revolutionaire meme ! Ya di3anak. Celui qui fut naguere le plus prometteur, le plus cultive, le plus avance de notre landerneau politique, se complait maintenant dans une mediocrite de mauvais aloi. Et il est trop tard pour se reprendre....

    Michel Trad

    22 h 40, le 18 juin 2022

  • Il enfile les mensonges comme des perles. Désolée, mais c’est vous et vos semblables qui avez permis à cette bande de chacals de revenir au pouvoir et de perpétuer les combines et le massacre du pays avec votre absolution. N’est ce pas votre parti qui a voté pour Berry, votre allié de toujours dans le but d’obtenir une miette du gâteau? Comment osez-vous venir vous plaindre comme les autres qui ont participé à le consacrer pour la énième fois président de la chambre malgré tous les travers que vous lui reprochez? De qui vous vous moquez? Assez de simagrées, y en a mare qu’on prenne les libanais pour des cruches (qu’ils sont d’ailleurs) puisque certains ont voté pour vous pour écouter vos mêmes jérémiades insensées et incessantes pour justifier vos actes impardonnables. Vous creusez la tombe du pays et venez le pleurer en dénonçant son assassinat. Vous êtes tous coupables du désastre et de l’anéantissement de notre pays et de son peuple et on n’attend qu’une chose, un miracle qui fait, que vous disparaissez tous sans laisser de trace pour que pays puisse revivre à nouveau et redevenir respectable. Vous lui faites honte et en avez fait une chose innommable en anéantissant toutes ses structures et ses institutions pour vous enrichir. Vous ne bernez que les acquis à votre cause vous tous. Nous autres, nous vous vomissons et regrettons le jour de votre naissance à tous réunis pour tout le malheur que vous avez causé à notre pauvre pays.

    Sissi zayyat

    10 h 10, le 18 juin 2022

  • Encore une fois le DERVICHE TOURNEUR parle pour ne RIEN dire .....

    Derwiche Ghaleb

    01 h 50, le 18 juin 2022

  • Ilhak el kazzab ala beito !

    Michel Trad

    21 h 36, le 17 juin 2022

  • De qui vous vous moquez Monsieur Joumblat ? Vous n'êtes pas mieux que ceux dont vous vous plaigniez. Votre rôle décisif a ramené l'équipe qui prend ses aises dans nos malaises...

    Esber

    19 h 23, le 17 juin 2022

  • AU MOINS JOUMBLATT EST LE SEUL POLITICIEN A AVOIR AVOUE PUBLIQUEMENT QU'IL A TRANSFERE APRES LE 17 OCTOBRE 500 MILLIONS DE DOLLARS A L'ETRANGER MAIS EVIDEMENT AUCUN JUGE NE LUI A DEMANDE L'ORIGINE DE CETTE FORTUNE QUI PEUT PROVENIR EN GRANDE PARTIE DES COMMISSIONS QUE LUI A RAPPORTE LE DEPOT DE NAAME CAR LE BENEFICIARE DE L'ADJUDICATION PRENAIT 70 DOLLARS PAR TONNE POUR DIVISER LES PRODUITS ET ENVOYER AU RECYCLAGE, CE QU'IL N'A JAMAIS FAIT ET PROBALEMENT DISTRIBUE CETTE SOMME POUR GAGNER L'ADJUDICATION LA VERITE: TANT QUE NOTRE JUSTICE SERA A LA SOLDE DES POLITICIENS QUI SE PARTAGENT DES MILLIARDS SANS RISQUE D'ETRE POURSUIVI, CE PAYS NE SE REDRESSERA JAMAIS MALHEUREUSEMENT

    LA VERITE

    16 h 14, le 17 juin 2022

  • ON APPELLE LE PSP UN PARTI ! IL Y A WALID ET TAYMOUR, LES AUTRES NE SONT QUE DES EMPLOYERS. C’EST PLUTÔT UNE ENTREPRISE QUI EXPLOITE TOUS LES DRUZES, Y COMPRIS HAMADÉ.

    Gebran Eid

    15 h 48, le 17 juin 2022

  • PSP, vous faites aussi partie de ce "grand bazar" dans lequel vous tous ne savez faire qu'une chose: accuser les autres de la situation catastrophique dans laquelle se débat notre pays. Une question: PSP, qu'avez-vous fait de positif pour le pays ? Pas pour votre parti seulement...mais pour le pays tout entier ??? - Irène Saïd

    Irene Said

    15 h 31, le 17 juin 2022

Retour en haut