Rechercher
Rechercher

Politique - Éclairage

Comment Bassil est sorti du mode survie

Le chef du CPL aurait déjà imposé ses conditions pour la formation du gouvernement : avoir une fois de plus les ministères des Affaires étrangères et de l’Énergie.

Comment Bassil est sorti du mode survie

Le chef du CPL Gebran Bassil à son arrivée, le 31 mai, à la première séance du nouveau Parlement après les législatives. Anwar Amro/AFP

Certains de ses adversaires l’avaient enterré. L’homme le plus conspué par le soulèvement d’octobre 2019, sanctionné par les États-Unis, en perte de vitesse au sein de la rue chrétienne, devait nécessairement ressortir affaibli par les législatives. Le gendre du président devait dire adieu à ses rêves de Baabda et accepter de devenir un personnage secondaire sur la scène politique libanaise. Mais Gebran Bassil n’est pas homme à se laisser enterrer de la sorte. Au contraire, le chef du Courant patriotique libre ne semble jamais aussi à l’aise que dans l’adversité, là où il se nourrit de la haine que lui vouent ses adversaires. « Plus tu as d’ennemis, plus longtemps tu vivras » : telle est sa devise.

Pour mémoire

Comment le Hezbollah a permis à Gebran Bassil de limiter la casse

Et nul aujourd’hui n’a plus d’ennemis que lui au Liban. Dans sa propre circonscription, celle du Liban-Nord III, dans laquelle tous les poids lourds de la scène chrétienne s’affrontent, il était sans conteste la cible numéro un. Il pouvait tout perdre : son siège, son statut de chef du plus grand parti au Parlement, ses ambitions présidentielles.

Au final, le recul est bien là. Le bloc du Liban fort est passé de 29 députés à 21, au mieux, s’il parvient à s’entendre avec le Tachnag. Ce qui n’est pas encore le cas, semble-t-il. Gebran Bassil est arrivé en deuxième position à Batroun et aurait même pu perdre si ses adversaires s’étaient coalisés contre lui. Le parti orange est plus dépendant que jamais de son alliance avec le Hezbollah qui lui a permis de limiter la casse. Mais pour Gebran Bassil, l’essentiel est ailleurs : il a survécu à la tempête et préservé les apparences. « Le Hezbollah a sacrifié tous ses alliés pour le protéger. Il faut lui reconnaître qu’il sait se rendre indispensable », décrypte un vieux baron de la politique libanaise.

Lire aussi

Le Hezbollah peut-il encore imposer le Premier ministre et le président ?

Avec 18 députés, auxquels pourraient donc se joindre les trois du Tachnag, il estime (un peu vite) qu’il est à la tête du plus grand bloc parlementaire devant les Forces libanaises (19 députés). « Il est obsédé par l’idée d’avoir un bloc plus important que celui des FL, au point qu’il a fait passer le message qu’il chercherait à l’agrandir jusqu’à ce qu’il dépasse celui de Samir Geagea », témoigne un leader de premier plan opposé au chef du CPL. Ce dernier considère qu’il sort renforcé du scrutin et se permet de poser à nouveau ses conditions. Peu à peu, il commence à reprendre tout le contrôle de l’initiative politique, y compris les détails de la formation du gouvernement. « Bassil ne fait pas obstruction. Mais il est en droit de poser ses conditions étant donné les résultats », affirme un proche du chef du CPL qui a requis l’anonymat.

« Beaucoup plus habile que ses adversaires »

Au lendemain des résultats du scrutin législatif de mai, Gebran Bassil a écarté la possibilité de former un gouvernement de technocrates. Selon lui, le prochain cabinet doit être politique et tenir compte des équilibres au sein de l’hémicycle. Le chef du CPL menace de ne pas participer au gouvernement si celui-ci ne lui convient pas. « Il a toujours maîtrisé ce jeu. Il affirme ne pas chercher à participer au gouvernement et fait monter ainsi les enchères. Il sait que tout Premier ministre désigné a besoin de lui pour réussir à former un gouvernement. Et il peut le faire parce que son beau-père est président », dit un opposant chrétien au chef du CPL. La mouture gouvernementale doit en effet être contresignée par le président de la République, une arme institutionnelle de premier plan que le camp aouniste a utilisée à de multiples reprises pour contrer l’ancien Premier ministre Saad Hariri. Alors que le Premier ministre sortant Nagib Mikati est aujourd’hui le favori à sa propre succession, le chef du CPL a annoncé le 13 juin courant qu’il ne le nommerait pas. « Sur le plan personnel, j’apprécie beaucoup le président Mikati, mais il est impuissant », s’est justifié Gebran Bassil, qui a fait savoir qu’il se démenait en coulisses pour lui trouver un remplaçant. Il a ainsi fait fuiter des informations sur des contacts entrepris avec des personnalités politiques ou des spécialistes envisagés à la tête du gouvernement, comme Fayçal Nsouli ou Abderrahmane Bizri. Il a même fait allusion à la possibilité de nommer le député de Tripoli issu des rangs de la contestation Rami Fanj. L’objectif était double : mettre Mikati sur la défensive sur son propre terrain et diviser les membres de la contestation. « Bassil veut à tout prix éviter qu’une alliance se forme entre les FL et les représentants de la thaoura », dit le leader de premier plan cité plus haut.

Il sait que Nagib Mikati finira probablement par être désigné. Mais il sait aussi que le gouvernement ne pourra pas se faire sans lui. « Bassil a été très clair : il veut faire son retour au gouvernement et il réclame pour son parti les ministères des Affaires étrangères et de l’Énergie », dit la source précitée. Le chef du CPL parie sur l’absence des FL et des Kataëb pour se tailler une fois de plus la part du lion au sein du gouvernement. Il se présentera en même temps comme le principal opposant, arguant du fait qu’il n’a pas nommé Nagib Mikati.

Lire aussi

Mikati pas près de quitter le Sérail

Contrairement à Samir Geagea qui peine à transformer sa victoire électorale en victoire politique, Gebran Bassil a réussi, malgré les résultats, à obtenir la vice-présidence de la Chambre et tous les postes que son parti convoitait au sein du Parlement. « Il est beaucoup plus habile que ses adversaires à ce jeu-là », dit le vieux baron de la politique libanaise cité plus haut.

Le gendre du président sait allier petits pas et victoires de longue haleine. Il s’accroche et ne lâche rien, comme sur le dossier de l’électricité où il réclame que la réforme passe par la construction d’une centrale à Selaata. Mais que fera-t-il, dans quelques mois, lorsque le mandat de Michel Aoun s’achèvera ? S’il n’accède pas à la présidence, ce qui est le scénario le plus probable pour l’instant, comment se comportera-t-il alors ? « Sans Aoun, Bassil n’est rien », dit un homme politique chrétien qui lui est opposé. Selon lui, le parti sera exposé à de nombreuses scissions, tandis que son bloc parlementaire se réduira. « La principale leçon de ces élections, c’est qu’il ne faut surtout pas l’enterrer trop vite », estime pour sa part le leader de premier plan précité. « Il a une base populaire, personne ne peut s’opposer à lui au sein du parti et, surtout, il a le Hezbollah à ses côtés », ajoute-t-il.


Certains de ses adversaires l’avaient enterré. L’homme le plus conspué par le soulèvement d’octobre 2019, sanctionné par les États-Unis, en perte de vitesse au sein de la rue chrétienne, devait nécessairement ressortir affaibli par les législatives. Le gendre du président devait dire adieu à ses rêves de Baabda et accepter de devenir un personnage secondaire sur la scène...

commentaires (28)

Bientôt nous nous en passerons de l'Orient Le Jour, bien que c'est triste et nous suspenderons nos abonnements, car c'est intolérable de voir à la une des articles de cet ignoble personnage !!

Salibi Andree

08 h 03, le 18 juin 2022

Tous les commentaires

Commentaires (28)

  • Bientôt nous nous en passerons de l'Orient Le Jour, bien que c'est triste et nous suspenderons nos abonnements, car c'est intolérable de voir à la une des articles de cet ignoble personnage !!

    Salibi Andree

    08 h 03, le 18 juin 2022

  • Ouii il faut arrêter de parler de lui!!!les médias sont indomptables !!!Viendra un jour où on n'achètera plus ce journal!!

    Salibi Andree

    23 h 54, le 17 juin 2022

  • C’est vrai, arrêtez de parler de Gebran Bassil dans vos colonnes. Négligez le, ça sera la plus belle forme du mépris qu’on ressent vers ce personnage même si les 2 ou 3 lecteurs de l’OLJ adorateurs de Bassil vont s’offusquer

    Liberté de penser et d’écrire

    21 h 53, le 16 juin 2022

  • Pour une fois, il serait judicieux, de la part des opposants de laisser pourrir la situation et de faire trainer jusqu'à l'élection présidentielle , dans lequel cas Mikati, puisqu'il est évident qu'il sera reconduit dans ces fonctions, pourra nommer un ministre indépendant du cpl et déterrer tous les cadavres qu'il y a sous les tapis.

    C…

    19 h 54, le 16 juin 2022

  • Cet ignoble individu sera tôt ou tard rattrappé par son Karma ...

    Remy Martin

    19 h 27, le 16 juin 2022

  • Pardonnez-moi ma question, je vis en France, donc je ne "peux pas comprendre", on me l'a assez dit: Combien ont réellement voté pour le changement? Pourquoi cette impression que les libanais qui ne soutenaient pas le mouvement de protestation et ceux qui se plaignent aujourd'hui sont les mêmes?

    Levantine

    17 h 11, le 16 juin 2022

  • L’OLJ, vous poussez le bouchon trop loin dans la censure. 3 commentaires hier et 3 aujourd’hui? Ça vaaaaa

    Sissi zayyat

    14 h 03, le 16 juin 2022

  • UNE AUTRE SALE AFFAIRE DE BARGES TURQUES ET DE MILLIONNAIRE L,ON DEVIENT MILLIARDAIRE... ET LES HEBETES D,APPLAUDIR !

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION.

    13 h 54, le 16 juin 2022

  • Il continue de pavoiser et d’imposer sans l’ombre d’une honte après s’être allié avec les ennemis de son pays pour continuer d’exister. Il est fier d’avoir trahi encore et encore. Il ne s’agit plus de culot c’est un affront et il faut impérativement agir au plus vite pour le stopper.

    Sissi zayyat

    13 h 46, le 16 juin 2022

  • Vous ne pouvez pas tartiner sur quelqu’un d’autre que Bassil ? Histoire de sortir de cette obsession maladive . Au bout du compte ça devient soûlant.

    Hitti arlette

    12 h 59, le 16 juin 2022

  • L,ADAGE DIT QUE LORSQUE L,ANE DEVIENT ANIER ET CHEF DE L,ETABLE LES CHEPTELS DE MOUTONS, DE BAUDETS, DE MULETS ET DE MAINTS BETAILS BROUTENT TOUJOURS L,HERBE SECHE ET L,AVOINE QU,ON LEUR SERT ET BELENT, BRAIENT ET MUGISSENT HEUREUX DE LEUR DESTIN. ET CES GENRES DE QUADRUPEDES L,ETABLE EN A MALHEUREUSEMENT DE GRANDS NOMBRES.

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION.

    12 h 32, le 16 juin 2022

  • SAVEZ VOUS POURQUOI IL VEUT TOUJOURS LE MINISTERE DE LA SANTE? reponse: c'est pour qu'un nouveau ministre hors de son controle ne vienne fouiller dans les dossiers de ce ministere et trouve ou sont passes vraiment les 40 milliards de dollars depenses alors que Siemens avait proposes 24/24 avec uniquement 1.4 milliards a credit garantie par le gouvernement de Merkel SAVEZ VOUS POURQUOI IL VEUT A TOUT PRIS LE MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES? c'est pour aller a l'ONU aux Etats Unis et partout ailleurs ou le droit interdit a un poursuivie pour corruptions d'aller , de pouvoir y aller avec un passeport diplomatique sans que l'on puisse lui interdire l'entree ou un vis a toutes les conferences internationales LA VERITE: NOUS , EXPATRIES, AVONS TOUT FAIT POUR LES METTRE DEHORS MAIS VOUS LIBANAIS , AU LIBAN QUI SOUFFRAIENT LE PLUS N'AVEZ PAS EU LA VOLONTE DE VOUS DEPLACER POUR ALLER VOTER CORRECTEMENT APRES 3 ANS DE REVOLTE ET LE MASSACRE DE L'ECONOMIE DE NOTRE PAYS PAR LES PERSONNES QUE VOUS AVEZ REELUES JE NE VEUX MEME PAS DIRE QUE C'EST BIEN FAIT POUR VOUS MAIS JE VEUX DIRE QUE SI TOUS LES DEPUTES DE L'OPPOSITION A HEZBOLLAH ET AU CPL N'AVALENT PAS LEURS EGOS, CES 2 PARTIS GAGNERONT COMME ILS L'ONT PROUVE DEJA AU VOTES AU PARLEMENT. CESSEZ DE DIRE TOUS CAD TOUS ET UNISSEZ VOUS POUR ABATTRE SES MASSACREURS DU PAYS OU NE DITES PLUS QUE VOUS VOULEZ CHANGER LA POLITIQUE DE CE PAYS OUI TOUS CAD TOUS CAD VOUS MEMES TOUS LES OPPOSANTS A CES CRIMINEL, ENSEMBLE POUR GAGNER

    LA VERITE

    12 h 29, le 16 juin 2022

  • Et que fera le petiot...le jour où son "big beau Ammo" ne sera plus là pour le soutenir envers et contre tout ? Et l'autre Ammo enturbanné de noir...n'est pas éternel lui aussi... Bon, les réserves de culot et de fanfaronnades du petiot semblent inépuisables...mais pour combien de temps encore...??? - Irène Saïd

    Irene Said

    11 h 19, le 16 juin 2022

  • La photo de votre édition papier est significative : Gebran Bassil en conducteur de TukTuk fièrement affichée au siège du CPL. Il faut leur reconnaître cette lucidité de savoir quelle devrait être la vraie fonction du chef du CPL : conducteur de tuk tuk à BATROUN.

    Liberté de penser et d’écrire

    10 h 58, le 16 juin 2022

  • C’est dégoûtant et vous voulez que la diaspora investisse à nouveau au Liban. Tant qu’il y aura ce genre de politicien élu, que l’économie s’enfonce d’avantage, les libanais n’ont que ce qu’ils méritent. Ils ont eu une occasion en or pour élire de nouveaux députés compétents, ils ont préféré s’abstenir ou bien voter pour ce genre d’individus. Pendant que la diaspora faisait des heures de queue pour voter dans les consulats mal organisés

    Liberté de penser et d’écrire

    09 h 42, le 16 juin 2022

  • Exiger les ministeres de l'energie (bastion de la corruption) et des AE, mais ne pas voter pour Mikati comme premier afin de se presenter comme opposant ? Mais qui croient-ils tromper avec ces simagrees ? Les yeux se sont dessilles et plus personne n'est dupe. CPL, Mikati, Hezb et bien d'autres : Kellon ya3neh kellon !

    Michel Trad

    09 h 23, le 16 juin 2022

  • On pourrait dire que le Liban à les politiciens qu'il mérite, mais aucun pays ne mérite Bassil !

    Pandora

    09 h 19, le 16 juin 2022

  • Le comble du comble du comble c'est quoi? C'est un parti politique qui ne nomme pas un 1er ministre mais qui exige d'avoir ses ministres en son sein ! Mais bon, bravo au tout pti BO fils, de savoir profiter des faiblesses égocentriques de certaines forces dites souverainistes, ie. les FL .

    Gaby SIOUFI

    09 h 11, le 16 juin 2022

  • au Liban ,hélas, on confond intelligence et sournoiserie , ruse et ...

    Citoyen Lambda

    08 h 25, le 16 juin 2022

  • Dans le pays des surprises, tout est possible les premiers seront les dernières et le contraire est vrai. Mais aussi rira bien qui rira le dernier.

    Antoine Sabbagha

    07 h 39, le 16 juin 2022

  • Partout ailleurs, on ne chandfe pas une équipe qui gagne. Au Liban, on joue à "qui perd, gagne". Le principe est donc: "On ne change pas une équipe qui perd". C'est donc décidé: le CPL conservera les portefeuilles des AE et de l'Energie. On ne change pas une méthode qui a prouvé son inefficacité: le prochain gouvernement sera par conséquent une macédoine de légumes (ou un panier de crabes, au choix).

    Yves Prevost

    07 h 22, le 16 juin 2022

  • ???

    Rita Selouan

    06 h 47, le 16 juin 2022

  • Mais je comprend pas .. comment peut on dire d’un individu qu’il est habile après ce qu’il a fait à EDL ? même en politique après avoir affirmer des bêtises pendant ces speechs ? Je comprend pas les critères …

    Bery tus

    06 h 15, le 16 juin 2022

  • Il nous l’a promis, et nous l’avons eue, l’électricité 24 (minutes) / 24 (heures). Respect. C’est un grand, malgré sa petite taille, comme le fut Napoléaoun…

    Gros Gnon

    05 h 27, le 16 juin 2022

  • Gibran trump ou donald basil?

    Zampano

    03 h 21, le 16 juin 2022

  • Il est futé, pas vraiment, plutôt malin et rusé. Mais qu'à il réaliser pour le Liban pendant tous ces années en tant que ministre ? Finalement s'imposer n'est peut être pas le plus important ni le plus difficile quand en s'appuie sur le président de la république, et qu'on permet au Hezb de s'appuier sur soi.

    Sarkis Dina

    01 h 33, le 16 juin 2022

  • Grâce à un système électoral pourri Bécile réussi à s’imposer par le biais des voix des barbus. Quelle ironie !

    Georges S.

    01 h 17, le 16 juin 2022

  • Can somebody stop this clown?

    Robert Moumdjian

    00 h 32, le 16 juin 2022

Retour en haut