Rechercher
Rechercher

Lifestyle - La Mode

Nineteen Fifty, de passionné à passionnés, pour la gloire de la F1

Depuis le temps que la mode va chercher ses inspirations dans ses archives les plus lumineuses, on ne peut qu’être attiré par le nom de ce nouveau label libanais : Nineteen Fifty. Sauf qu’on n’y trouvera pas le célèbre power dressing féminin des années 1950, tailleur cintré et jupe crayon, ni de référence au new look de Christian Dior. Christian Tambeh, puisqu’il s’agit de lui, rend hommage, à travers sa marque, à la formule 1.

Nineteen Fifty, de passionné à passionnés, pour la gloire de la F1

Modèle de la collection Nineteen Fifty. Photo DR

Il a grandi dans une famille spécialisée dans l’import de vêtements de marque pour enfant, mais sa passion à lui, ce sont les voitures classiques et les sports automobiles. Une passion difficile à entretenir entre Covid et effondrement économique, s’agissant du Liban. Mais comme chacun sait, la clé du succès est l’art de saisir les opportunités. Et justement, une opportunité se présente à Christian Tambeh – alors que les vêtements importés deviennent inabordables pour le marché libanais – de produire une ligne locale de prêt-à-porter de luxe. Sans abandonner son domaine de prédilection lié aux compétitions de circuit, il décide de se lancer dans l’affaire en dédiant son label à la formule 1. Nineteen Fifty, 1950, n’est autre que l’année du premier championnat du monde des pilotes automobiles en six épreuves et autant de Grands Prix, une saison dont Giuseppe Farina, pour Alfa Romeo, fut le héros absolu.

Modèle de la collection Nineteen Fifty. Photo DR

Une histoire de transmission

Le plan mis en place, le logo dessiné, représentant un casque de course et les mots Nineteen Fifty calligraphiés dans la tendance des années 1950, Christian Tambeh lance la marque le 16 juin 2021, en pleine crise du dollar. Il explique : « Nous produisons des vêtements de tous les jours avec une identité dédiée aux sports automobiles. Cette passion étant, la plupart du temps, transmise de père en fils, nous avons décidé de souligner cette tradition en réalisant une ligne de vêtements pour homme et garçon. Au-delà d’une simple marque d’habits, l’idée de Nineteen Fifty est d’accompagner et de véhiculer une culture dans laquelle se retrouvent tous les passionnés de voitures, de motos et de sport automobile sur un marché qui ne répond pas, ou très peu, à leurs attentes. Et nous avons été surpris par l’enthousiasme qui a accueilli le lancement. Forts de cette réponse, nous avons récemment lancé une collection capsule pour femme. »

Modèle de la collection Nineteen Fifty. Photo DR

Un univers en expansion

Partie sur les chapeaux de roue, c’est le cas de le dire, la marque Nineteen Fifty peut désormais s’appuyer sur sa vocation culturelle pour développer ces éléments d’ADN qui transforment un label en maison. Autour des vêtements, sur le site de Nineteen Fifty, qui propose un catalogue de vente en ligne, Christian Tambeh lance un blog où l’on peut déjà trouver des interviews de deux passionnés de course automobile libanais. Le champion de rallye Abdo Feghali, détenteur de records Guinness et fils de coureur automobile spécialisé dans l’affinage des voitures BMW, y raconte son parcours. Sur la même page, Assaad Raphaël, directeur général du centre Porsche au Liban, partage sa passion pour la légendaire allemande. D’autres interviews en préparation tiennent déjà la communauté de la marque en haleine. Bientôt suivront, carrément, un magazine en ligne dédié à la passion automobile, des collaborations et la production de courts-métrages.

Modèle de la collection Nineteen Fifty. Photo DR

Esprit vintage et plans de construction

Pour l’heure, les collections masculines et pour enfant se déclinent en tee-shirts, chemises, pulls, sweats à capuche, pantalons de jogging, shorts et pantalons de conduite. Tous les articles sont ornés tantôt de plans de construction de voiture ou de moto, tantôt d’affiches de courses ou de déclinaisons du logo dans l’esprit vintage, notamment un casque de course avec des ailes. Sur la ligne enfant, le casque est placé au cœur d’une pâquerette et flanqué d’un cactus qui rappelle le circuit légendaire d’Indianapolis, dans un médaillon qui indique « Preservation Society ». Une manière de rappeler que pour que ce sport qui suscite tant de passion puisse survivre sous la menace du changement climatique, il lui faudra s’orienter vers davantage de durabilité. La capsule féminine se limite pour l’instant à des tee-shirts courts, ou crop-tops, ornés des mêmes motifs que ceux de la collection homme. Une ligne d’accessoires est également disponible, proposant des porte-clés, des casquettes, des badges et des stickers. De quoi cocher les cases d’un petit univers en pleine expansion. Les créations Nineteen Fifty sont déjà disponibles dans tous les grands magasins ABC, et plus particulièrement chez « 16ème », boutique multimarque pour enfant, qui vend notamment des griffes comme Kenzo Kids, Paul Smith Junior ou Tartine et Chocolat. À partir de son site de vente en ligne www.nineteenfiftyworld.com Christian Tambeh se fait fort de livrer ses produits au monde entier.

Lire aussi

« Foux » mais alliés ! Le tandem émergent de la mode libanaise


Il a grandi dans une famille spécialisée dans l’import de vêtements de marque pour enfant, mais sa passion à lui, ce sont les voitures classiques et les sports automobiles. Une passion difficile à entretenir entre Covid et effondrement économique, s’agissant du Liban. Mais comme chacun sait, la clé du succès est l’art de saisir les opportunités. Et justement, une opportunité se...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut