Rechercher
Rechercher

Politique - Liban/Iran

Sanctions US contre un réseau de contrebande de pétrole au profit du Hezbollah et de la brigade al-Qods

Le secrétaire d'État américain Anthony Blinken réaffirme l'engagement de Washington à "imposer des coûts au régime iranien pour son soutien aux satellites terroristes qui déstabilisent le Moyen-Orient".

Sanctions US contre un réseau de contrebande de pétrole au profit du Hezbollah et de la brigade al-Qods

Un drapeau du Hezbollah brandi par des partisans rassemblés dans la Békaa pour célébrer l'arrivée d'un camion de carburant en provenance d'Iran, en septembre 2021. Photo d'archives AFP

Le département américain du Trésor a sanctionné mercredi un "réseau international de contrebande de pétrole et de blanchiment d'argent" dirigé selon lui par la brigade d'élite al-Qods des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de l'Iran, et "facilitant la vente de centaines de millions de dollars de pétrole iranien pour la brigade al-Qods et le Hezbollah" au Liban. Selon Washington, ce réseau est dirigé par Behnam Chahriyari, un responsable d'al-Qods, et Rostam Ghasemi, un ancien de ce corps d'élite. Ils sont soutenus selon le Trésor par des responsables du gouvernement russe.

La semaine dernière, le Trésor US avait imposé un nouveau train de sanctions à l'encontre d'Ahmad Jalal Reda Abdallah, un homme d'affaires libanais accusé de financer le Hezbollah, classé comme organisation terroriste par Washington depuis 1997, ainsi que cinq de ses associés et huit de ses entreprises, au Liban et en Irak.

Deux membres présumés du Hezbollah sont désignés par les États-Unis dans le communiqué du Trésor US publié mercredi : Mohammad Kassem el-Bazzal et Mohammad Kassir. Ils auraient utilisé une société-écran, "Concepto Screen SAL Off-Shore", basée au Liban, pour "faciliter des transactions pétrolières susceptibles de bénéficier à la brigade al-Qods des Gardiens de la révolution et au Hezbollah", poursuit le texte. "Cette société est visée pour avoir aidé, parrainé ou fourni un soutien financier, matériel et technologique au Hezbollah, ou des biens et services à ce dernier", détaille le Trésor américain.

Du Liban à la Russie en passant par la Turquie... et Hong Kong

Le Bureau de contrôle des avoirs étrangers (Office of Foreign Assets Control – OFAC) du Trésor US précise dans son texte que ce réseau est également soutenu par "des hauts responsables du gouvernement de la Fédération de Russie". Il s'étend aussi jusqu'en Turquie, où "des associés de la brigade al-Qods dissimulent l'origine du produit des ventes illicites de pétrole et de produits pétrochimiques iraniens", précise le texte.

Lire aussi

Assassinat en Iran d’un officier de haut rang des pasdaran : enjeux, contexte et conséquences

Des facilitateurs et acheteurs chinois sont également pointés par le Trésor américain, qui déclare qu'une société énergétique chinoise a "acheté des millions de barils de pétrole iranien, évalués à des dizaines de millions de dollars, au Corps des gardiens de la révolution islamique". 

Concrètement, tous les biens et intérêts des personnes citées dans le rapport "doivent être bloqués et signalés à l'OFAC", précise le texte. Il en va de même pour toutes les entités détenues à 50% ou plus par ces personnes, et qui sont aux États-Unis ou en possession ou sous le contrôle de citoyens américains. Toutes les transactions effectuées par ces derniers ou par des résidents aux États-Unis sont également bloquées.

La réaction de Blinken

Réagissant à cette publication du Trésor US, le secrétaire d'État américain Anthony Blinken a estimé, dans un communiqué publié le même jour, que "les États-Unis restent pleinement engagés à imposer des coûts au régime iranien pour son soutien aux satellites terroristes qui déstabilisent le Moyen-Orient". M. Blinken réaffirme aussi la volonté de Washington d'appliquer strictement les sanctions sur "le commerce illicite de pétrole iranien". 

Éclairage

Comment la communauté internationale voit le nouveau Parlement libanais

"Nous n'hésiterons pas à cibler ceux qui fournissent un soutien essentiel au Corps des gardiens de la révolution islamique ou au Hezbollah et qui facilitent leur accès au système financier international", poursuit M. Blinken. "Nous travaillons énergiquement pour contrer le contournement des sanctions et continuons à appliquer strictement ces sanctions sur le commerce illicite du pétrole iranien. Quiconque achète du pétrole à l'Iran s'expose à des sanctions américaines", a-t-il conclu.

Les États-Unis prennent régulièrement des sanctions à l’encontre de membres du Hezbollah et d'hommes d'affaires accusés de financer ses activités. En novembre 2020, Gebran Bassil, chef du parti aouniste, Ali Hassan Khalil, bras droit du président de la Chambre Nabih Berry, et Youssef Fenianos, du courant chrétien des Marada, avaient été ciblés par l'OFAC pour corruption et liens avec le Hezbollah.

En septembre 2021, après un été marqué par de graves pénuries de carburant, le Hezbollah avait acheminé au Liban des cargaisons d'essence et de mazout en provenance d'Iran, faisant fi des sanctions internationales à l'encontre de Téhéran. Cette initiative avait fait scandale dans les milieux souverainistes libanais et avait été dénoncée comme une "campagne de communication" par les États-Unis, qui n'avaient pas toutefois sanctionné le Liban pour ces importations.


Le département américain du Trésor a sanctionné mercredi un "réseau international de contrebande de pétrole et de blanchiment d'argent" dirigé selon lui par la brigade d'élite al-Qods des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de l'Iran, et "facilitant la vente de centaines de millions de dollars de pétrole iranien pour la brigade al-Qods et le Hezbollah" au Liban. Selon...

commentaires (3)

Il faut faire 2 états le sud Hezbollah - Iran et construire un mur avec le reste du pays comme à Chypre

Eleni Caridopoulou

21 h 45, le 26 mai 2022

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Il faut faire 2 états le sud Hezbollah - Iran et construire un mur avec le reste du pays comme à Chypre

    Eleni Caridopoulou

    21 h 45, le 26 mai 2022

  • Je me demande toujours pourquoi les usa se permettent d'interdire ou d'autoriser ceci ou cela a tel pays de sanctionner telle ou telle personne etc...faire la guerre a un pays où interdire a un autre pays de faire la même chose etc etc..mais qui sont ils bon sang! Heureusement qu'il Y a la Russie et la Chine pour contre peser

    kassem chady

    21 h 23, le 25 mai 2022

  • Je ne comprends pas pourquoi on empêche un pays de vendre son pétrole, même si l'argent qui en découle est viré au parti iranien. Alors, il ne faut plus s'étonner si Poutine empêche l'Ukraine de vendre son blé, et ses huiles végétales pour punir l'adversaire, on ne sait plus lequel... De tous les côtés, une animosité grandissante sévit contre les terrestres. Une philosophie de paix devrait débuter quelque part...

    Esber

    20 h 50, le 25 mai 2022

Retour en haut