Rechercher
Rechercher

Politique - Législatives au Liban

Aoun : La révolution dans les urnes est la plus propre et la plus crédible des révolutions

 "Votre responsabilité est grande aujourd'hui afin que le démantèlement de la classe politique corrompue ne s'arrête pas", lance le chef de l’État.

Aoun : La révolution dans les urnes est la plus propre et la plus crédible des révolutions

Le président libanais Michel Aoun à Baabda, le 14 mai 2022. Photo Dalati et Nohra

Le président libanais Michel Aoun a appelé samedi soir, à douze heures du début du scrutin législatif, les électeurs à voter en nombre, profiter de cette "opportunité" de demander des comptes à la "classe politique au pouvoir" et d'atteindre le changement, affirmant que "la révolution dans les urnes est la plus propre et la plus crédible des révolutions". Dans son discours, le chef  de l’État a lancé de nouvelles accusations envers ses opposants politiques, sans toutefois les nommer, critiquant notamment le fait qu'ils ont "menti" pendant des années sur la situation financière du pays. 

Les élections de dimanche sont la première consultation populaire depuis le soulèvement du 17 octobre 2019, au cours duquel les Libanais sont descendus par milliers dans les rues de tout le pays pour réclamer le départ de la classe politique, accusée de corruption et d'incompétence. Le vote est organisé alors que le pays s'enfonce toujours plus dans une crise économique et financière dévastatrice.

A lire

Législatives libanaises : Tout ce qu'il faut savoir pour voter

"Je m'adresse à vous à la veille des élections afin de vous appeler à participer en nombre, d'exprimer votre avis et de défendre vos droits", a déclaré M. Aoun dans un discours télévisé, indiquant que le futur Parlement "devra faire face à de grandes responsabilités législatives et échéances constitutionnelles", comme la présidentielle d'octobre. "Pendant trente ans, ils nous ont fait vivre un grand mensonge et prétendu que la livre libanaise se portait bien, que notre argent était en sécurité et qu'il ne fallait s'inquiéter de rien, a accusé le chef de l’État, en allusion notamment au gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé. Ce mensonge était confortable, mais le temps devait venir où nous allions en payer le prix. Et plus le temps passe, plus ce prix sera élevé".

Une opportunité à ne pas rater
Face à cette situation, les élections représentent une "opportunité à ne pas rater, surtout après ces deux dernières années au cours desquelles des noms et des visages ont été mis sur la corruption et le vol", a-t-il ajouté. "Votre responsabilité est grande aujourd'hui afin que le démantèlement de la classe politique corrompue ne s'arrête pas", a lancé le président de la République, qui a ajouté que le scrutin n'est pas "juste un droit mais aussi une obligation pour tous les citoyens, et représente le droit chemin vers le changement". "Le moment est venu de demander des comptes et de faire des choix", a-t-il déclaré, avant de faire valoir que "ce n'est pas au président de la République de poursuivre les corrompus et les voleurs et de les jeter en prison". Il a toutefois souligné pouvoir montrer la voie qui permettrait de savoir qui a volé, ce qu'il a fait en insistant sur le fait que cela peut être accompli via l'audit juricomptable. "Aujourd'hui, pour que le Liban se redresse et qu'il n'y ait plus d'échanges d'accusations concernant les responsabilités de la crise, c'est à la justice de faire son travail, de nommer les corrompus et de les poursuivre", a-t-il poursuivi. 

Lire aussi

Législatives libanaises : tout savoir sur le décompte des voix

Le chef de l’État a ensuite dénoncé une "campagne visant à désespérer" les gens, dont le titre est "le Liban est brisé et en faillite : quittez-le, fuyez". "Mais je le dis depuis des années, le Liban est pillé et non en faillite". Et de critiquer le fait que les personnes ayant menti au sujet de la situation financière du pays veulent maintenant faire croire "aux Libanais et surtout aux jeunes qu'il est possible de supprimer une composante de notre société sans que cela n'affecte la stabilité de la nation". "Cette mentalité est extrêmement dangereuse et son coût est élevé : elle risque de nous coûter la sédition et la guerre civile", a-t-il poursuivi. 

La révolution dans les urnes
Michel Aoun a dès lors appelé une nouvelle fois à voter : "La révolution dans les urnes est la plus propre et la plus crédible des révolutions. Ne la vendez pas ce dimanche". 

Lire aussi

Législatives libanaises : les 10 principales batailles à suivre

Plus tôt dans la journée, la présidence avait partagé sur son compte Twitter des extraits d'un entretien à l'agence de presse officielle du Qatar (QNA), dans lequel il affirmait entre autres que la stratégie de défense nationale, et donc le désarmement du Hezbollah "nécessite un accord total de toutes les parties". Il a rappelé avoir précédemment appelé à une "rencontre nationale" sur ce dossier.

Il a enfin estimé que le redressement économique du pays nécessite "un programme de réformes exhaustif, la stabilité économique et financière à atteindre au moyen de politiques efficaces, le rétablissement de la confiance, le soutien de toutes les parties et la reconnaissance de l'étendue des pertes du secteur financier". Il a dans ce cadre affirmé qu'il utiliserait les derniers mois de son mandat pour réaliser ce qu'il avait prévu. "Et si le temps ne suffit pas, je laisserai un plan de route à mon successeur", a-t-il conclu. 


Le président libanais Michel Aoun a appelé samedi soir, à douze heures du début du scrutin législatif, les électeurs à voter en nombre, profiter de cette "opportunité" de demander des comptes à la "classe politique au pouvoir" et d'atteindre le changement, affirmant que "la révolution dans les urnes est la plus propre et la plus crédible des révolutions". Dans son discours, le...

commentaires (18)

Tfehh

Rita Selouan

22 h 45, le 16 mai 2022

Tous les commentaires

Commentaires (18)

  • Tfehh

    Rita Selouan

    22 h 45, le 16 mai 2022

  • "Votre responsabilité est grande aujourd'hui afin que le démantèlement de la classe politique corrompue ne s'arrête pas", lance le chef de l’État.... hèhèhè... le démantèlement a peut-etre commencé au dépens du toit en acier pour devoiler un ciel d'espoir qui manquait à notre Patrie...

    Wlek Sanferlou

    15 h 11, le 16 mai 2022

  • POUR UNE FOIS DADDY A DIT VRAI . " "Votre responsabilité est grande aujourd'hui afin que le démantèlement de la classe politique corrompue ne s'arrête pas" avec 13 deputes de moins pour lui, 1 autre pour khamenai le libanais, une dizaine de nouveaux venus..... le demantelement pronostique par lui commence par..... les siens propres. pour un diagnostique, c'en un rarement aussi juste.

    Gaby SIOUFI

    10 h 01, le 16 mai 2022

  • "Il a dans ce cadre affirmé qu'il utiliserait les derniers mois de son mandat pour réaliser ce qu'il avait prévu. "Et si le temps ne suffit pas, je laisserai un plan de route à mon successeur", a-t-il conclu. " Surtout pas, de grâce!

    Georges MELKI

    09 h 19, le 16 mai 2022

  • Écœurée- Haram - triste ?

    Rita Selouan

    21 h 50, le 15 mai 2022

  • JE DIS SI... SI... LE GENDRE BACILLE EST PORTE A LA CHAISE PAR LES INTERVENTIONS, INTIMIDATIONS ET MENACES DU HEZBOLLAH LE LIBAN SERAIT UNE SATRAPIE PERSE ET FINI COMME ETAT. IDEM POUR L,ILLETRE FRANGIOTE.

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION

    17 h 30, le 15 mai 2022

  • Il a raison lui il a été élu démocratiquement en bloquant les institutions pendant 2 ans

    barada youssef

    15 h 21, le 15 mai 2022

  • Sans vouloir manquer de respect à ce vieil homme, n’est -ce pas là un discours caméléon ?

    Marie Françoise Akl

    14 h 41, le 15 mai 2022

  • HA HA HA ! QUI DIT QUOI ? CELUI QUI S,EST IMPOSE PAR LES MERCENAIRES AU PEUPLE LIBANAIS ET EN BOYCOTTANT POUR PLUS DE DEUX ANS L,ELECTION PRESIDENTIELLE ? OU MOI OU PERSONNE ! GRANDE BLAGUE !

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION

    12 h 57, le 15 mai 2022

  • Il ne manque pas de souffle ! en terminant son laïus par : Et si le temps ne suffit pas, je laisserai un plan de route à mon successeur. Non merci Mr Aoun, six ans c’était déjà de trop, rentrez chez vous et, surtout reposez-vous en ne pensant à rien, pour ne pas risquer une hémorragie cérébrale ! Avec lui son bof-fils c’est encore et toujours la faute des autres ; Ils sont les jusqu’au-boutistes de la dérision personnifiée. Ils oublient que non seulement ils font partie de la classe politique, mais qu’ils sont les chefs de file de cette caste manipulatrice et malhonnête. Qu’ils remettent dans les caisses de l’Etat Libanais les milliards de dollars détournés de l’énergie etc… par Bassil et le CPL, et la Livre Libanaise retrouvera sa valeur initiale. Ne pouvant pas appeler au boycotte des élections qu’il a lui-même et son bof-fils préféré essayé de torpiller, il appelle le peuple à voter, en espérant secrètement qu’il ne sera pas entendu comme toujours. OUI Mr Aoun le vote est une ARME redoutable ; que vous et vos alliés redoutez comme la peste. Espérons que le peuple Libanais saisira cette opportunité pour vous mettre hors d’état de nuire avec le Hesbollah/Amal/Cpl. Que Dieu sauve le Liban multiconfessionnel UNI ! Amen-Amine !!!

    Le Point du Jour.

    10 h 26, le 15 mai 2022

  • Mais Monsieur le Président, vous même, votre gendre et votre partie vous êtes aux premières loges de la classe au pouvoir.

    Liberté de penser et d’écrire

    08 h 04, le 15 mai 2022

  • Donc, c'est brusquement, à quelques mois de la fin de votre mandat, que vous découvrez tous ces principes de bonne gouvernance, et que vous prétendez vouloir les appliquer ? Mais alors, que faisiez-vous donc depuis le 31 oct. 2016...??? - Irène Saïd

    Irene Said

    07 h 30, le 15 mai 2022

  • “Pendant 30 ans ils nous ont fait vivre un grand mensonge” Sur cette periode de 30 ans, Mr. Michel Aoun a ete responsable politique pour une periode de 17 ans (2022-2005) dont 6 ans en qualite de President.

    Hawath Laurent

    01 h 56, le 15 mai 2022

  • Il croit en ce qu'il raconte lui ?

    Zeidan

    23 h 17, le 14 mai 2022

  • Vous accusez les autres de corruption, tandis que la façon dont vous êtes arrivé au pouvoir, est la pire des corruptions,paralysant le pays pendant 2ans et demi, pour ne faire que ce qui convient à vos parrains tout au long de votre sexennat.

    Esber

    23 h 05, le 14 mai 2022

  • Il a fui le pays en 1989 après l’avoir mis dans les mains de la Syrie. Il est revenu en 2005 pour le mettre entre les mains du Hezbollah. La corruption règne depuis plus de 30 ans et lui l’a accentué. Qu’il nous dise ce qu’il a fait pour son pays depuis 2005 et surtout depuis 2016. À oui c’est vrai, on ne l’a pas laissé faire. Il s’est juste assis sur la chaise et a regardé le temps passé. Aujourd’hui, il fait la morale. Un vrai saint exactement comme Hassouna.

    Achkar Carlos

    22 h 22, le 14 mai 2022

  • Quel culot... TFEH

    Emile G

    21 h 54, le 14 mai 2022

  • S'il avait réalisé le quart de la moitié de ces bonnes intentions, on se porterait pas mieux, mais moins mal, ce mandat à été marqué par l'insuffisance d'une personne quant à la valeur, aux capacités, aux résultats et surtout un manque d'élévation morale ou intellectuelle. Et maintenant il veut laisser une feuille de route à son successeur s'il ne réalise pas ce qu'il avait prévu, on serait tenté de lui dire, non merci et bon vent.

    C…

    21 h 33, le 14 mai 2022

Retour en haut