Rechercher
Rechercher

Politique - Elections

Législatives libanaises : tout savoir sur le décompte des voix

Installez-vous bien, sortez les calculatrices, concentrez-vous : nous vous emmenons dans les méandres du décompte des voix.

Législatives libanaises : tout savoir sur le décompte des voix

Le dépouillement des voix après les élections législatives du 6 mai 2018, à Beyrouth. ANWAR AMRO / Archives AFP

Voici quelques clés essentielles pour comprendre les modalités du décompte des voix, à l'issue des législatives de dimanche au Liban.

- Dans une première opération, on calcule le « coefficient électoral » de chaque circonscription en divisant le nombre total de suffrages exprimés dans la circonscription sur le nombre de sièges qu’elle comprend. Par suffrages exprimés, on entend l’ensemble des votes dont on aura soustrait les votes blancs et nuls. D’où l’inutilité du vote blanc au Liban, dans la mesure où il n’a aucun effet juridique ou pratique.

Prenons par exemple la circonscription de Saïda/Jezzine, qui comporte cinq sièges : deux à Saïda (sunnites) et trois à Jezzine (2 maronites et un grec-catholique). Supposons que trois listes A, B et C se sont présentées dans cette circonscription. La liste A a obtenu 35 000 voix, la liste B 37 500 et la liste C 2 500. Le nombre total de suffrages exprimés est donc de 75 000. On divise ce chiffre sur 5, ce qui nous donne un coefficient électoral de 15 000. La liste C est éliminée de la course ayant obtenu moins que le « seuil d’éligibilité », lequel est fixé par la loi au coefficient électoral. Reste donc deux listes, A et B.

info pratique

Législatives libanaises : Tout ce qu'il faut savoir pour voter

- Dans une deuxième opération, on calcule un nouveau coefficient électoral après avoir ôté du total des suffrages le « déchet », c’est-à-dire les voix de la liste éliminée. 75 000 – 2 500 = 72 500 à diviser sur 5 sièges = 14 500. C’est le nouveau coefficient.

- Pour connaître le nombre de sièges emportés par chacune des deux listes restantes, on divise le nombre de voix obtenues par chacune sur le nouveau coefficient électoral. La liste A obtient donc 35 000 à diviser sur 14 500 = 2,41 et la liste B 37 500 sur 14 500 = 2,59. On commence par ne pas tenir compte des décimales, ce qui donne à chaque liste deux sièges, mais il reste un cinquième siège à pourvoir. Comme la liste B a obtenu la décimale la plus élevée, ce siège lui reviendra. La liste B a donc emporté trois sièges et la liste A deux sièges.

Lire aussi

Qu'est-ce que le vote « utile » ? Et qui devrait s'en inquiéter?

A présent, pour connaître les candidats vainqueurs, on procède de la façon suivante :

- Tout d’abord on calcule la proportion des voix préférentielles obtenues par chaque candidat par rapport au total des voix préférentielles dans son caza (et non pas dans toute la circonscription).

- Ensuite, on unifie les deux listes en une seule et on y place les candidats en suivant un ordre décroissant des taux qu’ils ont obtenus.

- Et dans une troisième et dernière opération, on procède par élimination en déclarant vainqueurs les candidats ayant les taux les plus forts, mais en tenant compte, au fur et à mesure que l’on descend dans la liste, du filtrage imposé par trois paramètres : le nombre de sièges gagnés par chaque liste, le nombre de sièges par caza (lorsqu’il y a lieu) et l’identité confessionnelle des sièges.

Lire aussi

Vous êtes perdus entre les différentes listes de la contestation ? Quelques clés pour y voir plus clair

- Le système peut avoir des effets pervers. Le cas le plus marquant à cet égard est celui du scrutin de Zahlé en 2018, où un candidat de la liste Hezbollah-Nicolas Fattouche, Eddy Demerjian, a emporté le siège arménien orthodoxe alors qu’il n’avait obtenu que 77 voix et que son score était nettement inférieur à ceux de ses concurrents directs sur les principales autres listes. Pourquoi ? Tout simplement parce que du fait du vote chiite massif en faveur du candidat du Hezbollah et du score moyen (mais tout de même consistant) de l’ex-député Fattouche, la liste en question avait atteint deux coefficients électoraux, ce qui lui donnait d’emblée deux sièges. Or après l’opération de filtrage par nombre de sièges emportés et par confession, il s’est trouvé que les listes rivales avaient chacune « épuisé » son lot de sièges et qu’il ne restait plus que le siège arménien orthodoxe à allouer à la liste qui n’avait pas encore obtenu son lot au complet. C’était le cas de la liste du Hezbollah…


Voici quelques clés essentielles pour comprendre les modalités du décompte des voix, à l'issue des législatives de dimanche au Liban.- Dans une première opération, on calcule le « coefficient électoral » de chaque circonscription en divisant le nombre total de suffrages exprimés dans la circonscription sur le nombre de sièges qu’elle comprend. Par suffrages exprimés, on entend...

commentaires (7)

Il fait un doctorat en sciences avancées pour comprendre ce sytème, unique au monde. Seul un génie a pu l’imaginer , le construire, et le faire admettre par la chambre des surdoués. Une sorte d’ingénierie politique… La BDL a fait des émules…

LeRougeEtLeNoir

01 h 39, le 16 mai 2022

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Il fait un doctorat en sciences avancées pour comprendre ce sytème, unique au monde. Seul un génie a pu l’imaginer , le construire, et le faire admettre par la chambre des surdoués. Une sorte d’ingénierie politique… La BDL a fait des émules…

    LeRougeEtLeNoir

    01 h 39, le 16 mai 2022

  • Ils se sont organisés à nous voler nos sous! Ce n’est pas une poignée de vote qui va les arrêter … Un comptage concocté sur mesure, pour dérouter et décourager le citoyen et surtout pour mieux le plumer en prétendant encore que nous avons voté pour eux! NOUS SOMMES PRIS EN OTAGES BON DIEU!! ET NOUS APPELONS À L’AIDE!!

    T Myriam

    21 h 43, le 15 mai 2022

  • La loi électorale est une loi scélérate Elle est taillée sur mesure pour les chefferies confessionnelles , ils ont mis 3 ans à se mettre tous d accord pour la concocter . Ce festival électoral avec ses centaines de millions de dollars dépensés , le folklore des tentes disséminées dans la ville alors que les libanais n arrivent pas à se soigner , à payer des scolarités et que le taux de chômage explose et que les libanais cherchent par tous les moyens à partir. Honte à tous ces partis politiques et à cette débauche de dépenses sans parler de l achat des voix .

    Antonios paul

    19 h 54, le 15 mai 2022

  • Abracadabrant, du n'importe quoi

    Zampano

    19 h 52, le 15 mai 2022

  • Comme on sait si bien faire au Liban ...

    Zeidan

    19 h 37, le 15 mai 2022

  • Plus c’est un casse tête plus c’est facile de faire des entourloupes. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué!

    Riga Pavla

    19 h 12, le 15 mai 2022

  • Le système des voix préférentielles me paraît très compliqué, voire vicieux

    KASSIS Nayla

    19 h 37, le 14 mai 2022

Retour en haut