Édito

Annexion

L'égyptologue français Gaston Maspero écrivait en 1897 dans son Histoire ancienne des peuples de l'Orient classique ces lignes lucides : « Certaines contrées semblent prédestinées dès l’origine à n’être que des champs de bataille disputés sans cesse entre les nations. C’est chez elles et à leurs dépens que leurs voisins viennent vider, de siècle en siècle, les querelles et les questions de primauté qui agitent leur coin du monde. On s’en jalouse la possession, on se les arrache lambeau à lambeau, la guerre les foule et les démembre... » L'on pense au Liban, victime d'agressions fréquentes de deux voisins qui le saignent à blanc et convoitent son territoire, ses eaux et aujourd'hui son pétrole, à la Pologne, longtemps malmenée par l'Allemagne et l'URSS, et bien sûr à l'Ukraine, actuellement bombardée par l'armée de Poutine. Et l'on se demande à quoi sert l'ONU, ce « machin », selon le mot du général de Gaulle, qui aurait dû faire régner la paix dans le monde, mais déçoit sans cesse à cause de son impuissance... Alors que la planète est toujours confrontée à une terrible épidémie qui, jusqu'ici, a causé la mort de six millions de personnes, les grandes puissances, au lieu d'avoir pour priorité la santé et la recherche scientifique en vue d'éradiquer ce fléau et les variants à venir, jouent avec le feu et allument un conflit aux conséquences désastreuses, aussi bien pour les belligérants que pour l'Europe. « Pendant longtemps, l'Occident a voulu croire que le XXIe serait exempt de toute animosité. Mais ce qui se passe depuis quelques années nous a fourni suffisamment de preuves pour nous rendre compte que l'attitude agressive de la Russie, entre autres en Géorgie ou en Ukraine, n'était pas une illusion, mais l'annonce d'un nouveau chapitre dans l'histoire du monde occidental », a affirmé dans une tribune le chef du gouvernement polonais Mateusz Morawiecki. L'homme n'a pas la mémoire courte : la partition et l'annexion du territoire polonais par l'Allemagne et l'Union soviétique en 1939 ont déclenché la Seconde Guerre mondiale.



L'égyptologue français Gaston Maspero écrivait en 1897 dans son Histoire ancienne des peuples de l'Orient classique ces lignes lucides : « Certaines contrées semblent prédestinées dès l’origine à n’être que des champs de bataille disputés sans cesse entre les nations. C’est chez elles et à leurs dépens que leurs voisins viennent vider, de siècle en siècle, les...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut