Rechercher
Rechercher

Crasserie solidaire


À chaque fois qu’une solution bancale est trouvée à un problème bidon, l’on se rend compte après coup que la crasserie est partagée entre les trois turlupins du pouvoir. Des personnages qui sentent davantage le soufre que le vétiver.

Petit rappel à l’intention des demeurés : au départ, on était parti sur une ratatouille autour de la loi électorale. D’abord concernant la date du scrutin que le Taulier du Parlement voulait avancer à mars, ensuite au sujet du vote des expats que l’Ancêtre du Château et le Basileus voulaient encaquer dans une circonscription unique avec à la clé six strapontins réservés aux Koullounas de l’étranger. Ratage du bazar aouno-persan qui devait dégommer le juge Tarek Biton, et à l’arrivée on se retrouve avec une formule bâtarde consistant à maintenir la date des élections à mai tout en gardant inchangé le système de vote des émigrés. La politique est l’art de l’adaptation.

Voici donc venu le temps des couturiers. Dans une économie en capilotade, s’il y a bien un corps de métier qui va très vite rouler sur l’or, ce sera certainement celui des tailleurs pour hommes. Logique : plus l’étau international se resserre autour des caciques calcifiés du pouvoir, plus les vestes qui se retournent craquent sous toutes les coutures.

Le numéro autour de la loi électorale était d’ailleurs impeccable : décollage express par une condamnation à tout berzingue des amendements au texte de la part du Parti agrume, puis atterrissage en douceur avec les Cons constitutionnels qui sifflotent en regardant ailleurs, enfin admirable rétablissement de posture pour appeler les cobayes locaux à voter le 15 mai. Chapeau, les artistes ! Les « Seigneurs des panneaux » électoraux vont pouvoir s’en donner à cœur joie.

Abreuvé de slogans, abruti par les promesses, le pays est au sommet du toboggan. À partir de là, il ne pourra que bouger… Certes, tous promettent aux Libanais la liberté, sans même se douter que l’essentiel n’est pas de parler librement. Alors lequel des camps en place choisir ? Facile, celui qui les laissera libres après avoir parlé.

[email protected]


À chaque fois qu’une solution bancale est trouvée à un problème bidon, l’on se rend compte après coup que la crasserie est partagée entre les trois turlupins du pouvoir. Des personnages qui sentent davantage le soufre que le vétiver. Petit rappel à l’intention des demeurés : au départ, on était parti sur une ratatouille autour de la loi électorale. D’abord concernant la...

commentaires (4)

Excellent. MERCI

Sissi zayyat

12 h 22, le 05 janvier 2022

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Excellent. MERCI

    Sissi zayyat

    12 h 22, le 05 janvier 2022

  • Les costumes craquent,,,

    Wow

    20 h 45, le 31 décembre 2021

  • "A l'intention des demeurés" !!! ??

    Bassam Youssef

    16 h 01, le 31 décembre 2021

  • Excellent comme dab!!! Merci Gaby et bonne 2022!!!

    Eva Younes

    13 h 09, le 31 décembre 2021

Retour en haut