Rechercher
Rechercher

Politique - Diplomatie

Riyad aurait promis de préparer son retour au Liban

Après une visite à Riyad, Melhem Riachi et Waël Bou Faour répercutent une position saoudienne positive à l’égard du pays.

Riyad aurait promis de préparer son retour au Liban

Le prince héritier saoudien Mohammad ben Salmane lors d’une réunion avec le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, le 9 décembre 2021 à Manama. Bahrain News Agency/Handout via Reuters

L’événement est passé inaperçu, mais ses effets devraient se concrétiser prochainement. C’est du moins ce que laissent croire les propos de l’ancien ministre de l’Information Melhem Riachi (Forces libanaises), de retour de Riyad où il a rencontré plusieurs hauts responsables du royaume. Dépêché par le chef des FL Samir Geagea, un ami de longue date de l’Arabie saoudite, pour s’enquérir de la teneur de la rencontre historique entre le prince héritier saoudien Mohammad ben Salmane et le président français Emmanuel Macron à Djeddah, le 4 décembre dernier. La visite de M. Riachi est survenue en même temps que celle de Waël Bou Faour, ancien ministre de la Santé (Parti socialiste progressiste de Walid Joumblatt), également bien introduit dans les hautes sphères saoudiennes, qui lui était invité par Riyad. Les deux hommes se sont retrouvés dans le même avion et se seraient tous les deux entretenus avec les mêmes interlocuteurs. À tour de rôle, ils ont rencontré l’ambassadeur d’Arabie au Liban Walid Boukhari (rappelé à Riyad dans la foulée de la récente brouille diplomatique entre Beyrouth et les monarchies du Golfe) et le responsable saoudien chargé du dossier libanais, Nizar Alaoula.

L'éditorial d'Issa Goraïeb

Poings d’interrogation

Pur hasard ou voyage orchestré pour sceller une nouvelle alliance, voire peut-être un nouveau front regroupant des personnalités amies des Saoudiens et opposées au Hezbollah? La seconde éventualité semble a priori écartée, à en croire des sources concordantes de part et d’autre. Dans les milieux des FL et du PSP, on affirme qu’il est encore prématuré, voire injustifié dans le contexte actuel, de parler d’un front d’opposition regroupant des forces qui feraient contrepoids au Hezbollah et qui seraient soutenues par Riyad. « Il y a certainement eu une évolution dans l’attitude récente de l’Arabie saoudite envers le Liban. Mais de là à dire que Riyad est en passe de former un front, ce n’est pas le cas », confie un cadre des FL à L’Orient-Le Jour.

Ayant généreusement investi, politiquement aussi bien que financièrement, par le passé en vue de rassembler un bloc constitué de forces unies contre l’influence iranienne au Liban, l’Arabie saoudite a fini par constater que ses efforts n’avaient pas abouti pour autant, l’emprise du Hezbollah s’étant entre-temps renforcée. Riyad ne peut plus tabler d’ailleurs sur l’allégeance du camp dit souverainiste qui s’est aujourd’hui effrité, notamment depuis que le royaume est brouillé avec le chef du courant du Futur Saad Hariri. Même les Kataëb, un interlocuteur jadis privilégié de Riyad, et qui se sont récemment repositionnées dans le camp de la contestation populaire, n’ont plus politiquement parlant d’atomes crochus avec leurs anciens partenaires chrétien et druze.

Attitude « positive »

Si la constitution d’un front d’opposition uni sous le parrainage du royaume wahhabite paraît irréalisable, du moins pour l’heure, c’est surtout avec la promesse d’un retour, lentement et sûrement, de l’Arabie sur la scène libanaise que sont rentrés MM. Bou Faour et Riachi.

À l’occasion d’entretiens médiatiques séparés, les deux responsables ont évoqué une attitude « positive » de la part des responsables saoudiens et une volonté ferme d’aider le Liban à qui il est demandé en contrepartie de jouer sa partition. « Les efforts vont se poursuivre et la communication également » entre Beyrouth et Riyad, a assuré M. Riachi dans une interview accordée lundi à la chaîne MTV.

Le CCG appelle le Liban à "empêcher le Hezbollah de mener des activités terroristes"

Le CCG appelle le Liban à "empêcher le Hezbollah terroriste de mener ses activités terroristes"

Un son de cloche qui rejoint celui de M. Bou Faour qui a déclaré le même jour au quotidien an-Nahar que l’Arabie serait prête à faire preuve d’une attitude encore plus positive, si par ailleurs des efforts sont entrepris du côté du Liban « qui doit cesser sa virée en direction de l’axe iranien, et pas seulement dans la rhétorique ». M. Bou Faour reprenait ainsi avec des termes propres à lui la teneur du communiqué conjoint publié à l’issue du sommet qualifié d’historique entre M. Macron et MBS, qui avaient assuré leur engagement auprès du Liban sous certaines conditions. Parmi celles-ci, la sauvegarde de la souveraineté du pays et le monopole des armes par les institutions de l’État. Bien que Riyad ne soit pas disposé à lâcher du lest sur des questions aussi fondamentales sur le long terme, il serait cependant résolu dans le court terme à ne pas complètement abandonner le Liban à son sort, à renouer avec des personnalités considérées comme proches et à parer à certaines urgences, notamment de type humanitaire. Une position qui tranche avec l’action punitive, qui semblait irréversible, enclenchée par l’Arabie saoudite et plusieurs pays du Golfe depuis la crise diplomatique avec le Liban, après les propos controversés sur le Yémen du ministre aujourd’hui démissionnaire de l’Information Georges Cordahi.

Le retour du Liban dans le giron arabe

Au sein du royaume, on fait désormais la nette distinction entre la position officielle du Liban – considérée comme récalcitrante aux réformes requises – et l’intérêt du peuple libanais. « Les choses vont aller vers davantage de mesures positives. Non pas tant parce que le Liban officiel s’est acquitté de ses devoirs, mais parce que l’Arabie saoudite regarde les intérêts des Libanais », affirme M. Bou Faour.

Une orientation que confirme Walid Joumblatt, en soulignant que la visite de Waël Bou Faour s’inscrit dans la continuité des efforts entrepris dans le sillage de la rencontre MBS-Macron et destinés à dissuader Riyad de se désengager complètement de la scène libanaise. « Les Saoudiens ont dit à M. Bou Faour que la situation est devenue intenable mais que l’abandon du Liban n’est pas une option », assure le leader druze à L’Orient-Le Jour.

Lire aussi

"La guerre au Yémen doit prendre fin immédiatement", affirme un ministre chiite

Cette conviction à laquelle serait parvenue l’Arabie de se réinvestir de manière subtile et bien calculée au Liban, pour ne pas laisser le champ libre au Hezbollah et ses affidés, aurait peu à peu mûri à la suite du déplacement du chef de l’Élysée à Djeddah. Récemment, elle aurait été confortée par une position russe qui va dans le même sens. Lors d’une rencontre avec l’ambassadeur du Liban à Moscou, Chawki Bou Nassar, le vice-ministre des Affaires étrangères Mikhaïl Bogdanov « a prêché la nécessité du retour du Liban dans le giron arabe pour précisément éviter de réitérer le scénario qui s’est produit en Syrie avec l’emprise iranienne sur ce pays », assure une source proche de la rencontre. Contrairement à l’Arabie saoudite, la position russe n’émane pas d’une divergence stratégique avec l’Iran. Mais plutôt du souci souvent exprimé par Moscou de préserver la stabilité du Liban et sa souveraineté. « L’intérêt du Liban converge avec l’intérêt des pays du Golfe. La Russie œuvre donc pour l’accalmie, qui passe par une bonne relation entre Beyrouth et son environnement arabe », conclut la source.

L’événement est passé inaperçu, mais ses effets devraient se concrétiser prochainement. C’est du moins ce que laissent croire les propos de l’ancien ministre de l’Information Melhem Riachi (Forces libanaises), de retour de Riyad où il a rencontré plusieurs hauts responsables du royaume. Dépêché par le chef des FL Samir Geagea, un ami de longue date de l’Arabie saoudite, pour...
commentaires (9)

Ce qui est certain, l'investissement de l'arabie a été pour la construction, la reconstruction du liban. Jamais pour des armes et missiles, aux libanais, jamais pour envoyer des éléments FL, PSP ou Futur en irak, libye ou iran pour combattre. Contrairement aux autres integristes chiites iraniens et leurs filiale / mercenaires au liban: Du propre aveu de leur barbu en chef : tout leur fric et armes et tout tout tout provient d'iran. Pour lancer guerres, menaces et terreurs auprès des libanais , des juges, des résidents de beyrouth, de la montagne etc...et de quiconque qui conteste leur idéologie integriste de HAINE . Sans parler des divers trafics et contrebandes illiciles ....Bref...Rien à comparer entre 2 genres d'investissements. L'un légal qui passe par les circuits étatiques et l'autre ? .... Par toutes les combines et leurs réseaux bancaires qui leur sont propre.... Bonne journée / soirée

LE FRANCOPHONE

20 h 09, le 15 décembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Ce qui est certain, l'investissement de l'arabie a été pour la construction, la reconstruction du liban. Jamais pour des armes et missiles, aux libanais, jamais pour envoyer des éléments FL, PSP ou Futur en irak, libye ou iran pour combattre. Contrairement aux autres integristes chiites iraniens et leurs filiale / mercenaires au liban: Du propre aveu de leur barbu en chef : tout leur fric et armes et tout tout tout provient d'iran. Pour lancer guerres, menaces et terreurs auprès des libanais , des juges, des résidents de beyrouth, de la montagne etc...et de quiconque qui conteste leur idéologie integriste de HAINE . Sans parler des divers trafics et contrebandes illiciles ....Bref...Rien à comparer entre 2 genres d'investissements. L'un légal qui passe par les circuits étatiques et l'autre ? .... Par toutes les combines et leurs réseaux bancaires qui leur sont propre.... Bonne journée / soirée

    LE FRANCOPHONE

    20 h 09, le 15 décembre 2021

  • BELLE RENCONTRE DE NOS EX. MINISTRES : Comme, les virements bancaires sont contrôlés , la rémunération ,et LES PAYEMENTS EN AVANCE DOIVENT être perçus , sur place : il doit être un jour ouvrable qui correspond à tous les jours de la semaine, à l'exception du jour de repos hebdomadaire (généralement le VENDREDI ) et des jours fériés .Calendrier des payements pour 2021 Jeudi 26 novembre a Mardi 21 décembre. COÏNCIDENCE , JOB WELL DONE .

    aliosha

    18 h 22, le 15 décembre 2021

  • En dépit de l’affaire « J’amal Kashoggi » le MBS, à quelques exceptions …. Comme le palais présidentiel, son parti affidé le cpl et nos barbus favoris, serait plutôt considéré comme bienvenu, même qu’il lui serait judicieux de parrainer un front d’opposition sur lequel se grefferait une partie de l’opposition Sunnite. Cette tambouille permettrait d’avoir du sens au parlement lors des prochaines élections et pour peu que se joignent les « insoumis »…

    C…

    17 h 31, le 15 décembre 2021

  • Que MBS aide les sunnites et les chrétiens, voila

    Eleni Caridopoulou

    17 h 14, le 15 décembre 2021

  • Certains préfèrent que les leaders politiques à commencer par le président de la république signe un traité de soumission et d’asservissement ouvertement et déclare publiquement son allégeance à l’Iran, puisque jusqu’à maintient il le fait mais s’en défend en attendant que ces vendus place son gendron dans le fauteuil. L’Iran, ce pays qui a toujours œuvré pour usurper le pays alors que l’Arabie Saoudite qui a toujours été au chevet de notre pays pour renflouer son économie et le voir se redresser et rester souverain et libre de toute usurpation sans jamais le combattre et sans contre partie. Ils ont de la merde dans Les yeux et rien dans le cerveau, et préfèrent continuer à appuyer ceux qui les ont ruinés, tués, humiliés et bientôt dépossédés de leur pays plutôt que de voir les choses en face. Non mais quel peuple! Les patriotes libanais ont vite fait leur choix , n’en déplaise à certains collabos.

    Sissi zayyat

    14 h 19, le 15 décembre 2021

  • FAUT PAS TROP S,Y FIER TANT QUE LES MERCENAIRES IRANIENS CONTROLENT TOUJOURS LE PAYS.

    JE NE COMMENTE PAS. JE PARLE AU PEUPLE.

    10 h 40, le 15 décembre 2021

  • La nature des relations ( ambitions électorales et frech devises obligent ) entre Geagea, joumblatt et le royaume d'Arabie est désormais le secret de polichinelle .Caresser dans le sens du poil est leur credo . Les saoudiens ne sont plus si naïfs, du moment qu'ils ont besoin du maximun d'adhérents fidèles à leur ligne politique . Quoiqu'il en soit,"Peu importe le flacon pourvu qu'on ait l'vresse".... Et le sauvetage du pays.

    Hitti arlette

    10 h 19, le 15 décembre 2021

  • MAIS ASSEZ DE SCEPTICISME. PEUT ETRE LES EFFORTS CONJUGUES DES FL ET DE JOUMBLAT AURONT REUSSI A CONVAINCRE ! SAUF QUE CE CHANGEMENT D'HUMEUR DE MBS NE PROFITERAIT EN FINAL QU'AUX KELLON MOINS LE HEZB ET SES ESCLAVES , MAIS AUX KELLON QUAND MEME.

    Gaby SIOUFI

    08 h 45, le 15 décembre 2021

  • BEN OUI JE LE CROIS BIEN ! MBS SE PREPARE A RENTRER DANS LES RANGS ? VRAIMENT ? COMME MOI JE ME PREPARE A CONSTRUIRE UN CHATEAU,,,, EN ESPAGNE.

    Gaby SIOUFI

    08 h 43, le 15 décembre 2021

Retour en haut