Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Aoun : La solution à la crise gouvernementale réside dans le principe de séparation des pouvoirs

Le chef de l’État exhorte les Libanais à "ne pas gâcher l'opportunité qui leur sera offerte de se débarrasser de la classe dirigeante corrompue" lors des élections de 2022. 

Aoun : La solution à la crise gouvernementale réside dans le principe de séparation des pouvoirs

Le président libanais Michel Aoun, pendant son discours télévisé prononcé du palais de Baabda, le 21 novembre 2021, à l'occasion de l'indépendance. Photo tirée du compte Twitter du président @General_Aoun

Le président libanais Michel Aoun a estimé dimanche soir, dans un discours prononcé à la veille des célébrations du 78e anniversaire de l'Indépendance du Liban, que la solution à la crise gouvernementale actuelle résidait dans "le principe de séparation des pouvoirs", une manière de rejeter les revendications des ministres chiites, qui boycottent le gouvernement jusqu'à ce que celui-ci prenne la décision d'écarter le juge Tarek Bitar, en charge de l'enquête sur le drame du 4 août 2020 au port de Beyrouth, et les tractations politiques entourant cette affaire.

M. Bitar, qui a lancé des poursuites contre une série de responsables, et notamment deux députés du mouvement Amal du président de la Chambre Nabih Berry, est accusé par le tandem chiite (Amal-Hezbollah) de politiser l'enquête. Cette question constitue le nœud de la nouvelle crise gouvernementale, le cabinet de Nagib Mikati ne s'étant plus réuni depuis le 12 octobre. 

Rappelant que le gouvernement Mikati doit faire face à "d'énormes défis", et notamment "une crise financière et monétaire sans précédent, et une crise socio-économique et sanitaire étouffante", qui ont provoqué une hausse du chômage, de la pauvreté et de l'émigration, Michel Aoun a déploré la "nouvelle crise" qui a mis un terme au travail du cabinet en mêlant "la justice, la sécurité et la politique". "La sortie de cette crise gouvernementale n'est pas insurmontable et pourrait se trouver au point E. du préambule de la Constitution, qui stipule que le régime libanais est fondé sur le principe de la séparation des pouvoirs", a-t-il ajouté. Avec ce point, M. Aoun écarte toute éventualité d'une décision du gouvernement concernant le sort de l'enquête sur la double explosion au port de Beyrouth et se positionne également contre les tractations en cours concernant une "solution politique" à la crise, telle qu'elle avait été discutée fin octobre entre le patriarche maronite, Béchara Raï, et le chef du Parlement, Nabih Berry, et qui consistait à ce que les responsables politiques poursuivis dans l’enquête du port soient jugés devant la Haute Cour formée à cette fin, comme le veulent Amal et le Hezbollah. Aucune suite n'a toutefois été jusqu'à présent donnée à cette initiative.

Le chef de l'Etat a encore exprimé l'espoir que l'équipe gouvernementale puisse revenir rapidement au travail et accomplir ses missions "dans les circonstances pressantes" actuelles qui risquent d'empirer si le blocage se poursuit, selon lui. "Cette situation ne peut plus durer", a-t-il lancé. 

Lire aussi

Fête de l'Indépendance : Raï et Hariri fustigent les partis "fidèles à d'autres nations"

Les tensions empêchant au cabinet de se réunir se sont en outre aggravées avec la crise diplomatique avec les pays du Golfe, provoquée par des déclarations du ministre de l'Information Georges Cordahi, concernant la guerre au Yémen et le rôle de la coalition menée par Riyad.

Critique contre les juges
Abordant cette crise, le chef de l’État a déploré qu'elle a eu "des répercussions négatives sur de nombreux plans, notamment sur la situation gouvernementale", le Hezbollah rejetant notamment la démission du ministre Cordahi, qui est réclamée par certains de ses collègues et par le président du Conseil. Il a dans ce cadre espéré une "solution prochaine" à cette crise, rappelant que le Liban tient à conserver les meilleures relations possibles avec tous es pays arabes et ceux du Golfe. Il a toutefois réitéré son appel à "effectuer une distinction entre les positions de l’État libanais et les déclarations qui peuvent être faites par certains individus ou groupes, surtout dans le cadre du régime libanais qui garantit la liberté d'opinion et d'expression". Les propos polémiques de Georges Cordahi avaient été enregistrés avant qu'il ne soit nommé ministre. Suite à leur diffusion, plusieurs pays du Golfe, Arabie saoudite en tête, ont décidé de rappeler leurs ambassadeurs à Beyrouth et de renvoyer les diplomates libanais présents sur leur territoire. Riyad a également interdit toutes les importations en provenance du Liban, alors que les producteurs peinent déjà à écouler leurs produits. 

Lire aussi

Aoun et Bassil orchestrent l’offensive contre le tandem chiite

Le président Aoun a en outre admonesté les juges libanais, estimant que s'ils "avaient respecté leurs obligations et si les responsables politiques et autres n'avaient pas mis la main sur la justice", le pays ne connaîtrait pas une telle "mêlée d'accusations" lancées dans tous les sens et qui "menacent la stabilité et la paix civile". "La justice peut encore prendre l'initiative et se distancier de toutes les ingérences et respecter les textes de loi", a-t-il exhorté.

Chance de changement
Évoquant les futures élections législatives de mars 2022, initialement prévues en mais de la même année mais dont la date précise a provoqué des tensions politiques, M. Aoun a souligné que cette échéance "allait offrir une chance de changement" aux Libanais, les appelant à ne pas permettre aux dirigeants dont ils réclament le départ depuis le soulèvement populaire de 2019 de "revenir sous de nouveaux masques, avec de l'argent politique qui n'apporte rien de bon". "Vous allez bientôt avoir une chance de vous débarrasser de la classe dirigeante corrompue, ne gâchez pas cette opportunité", a-t-il insisté.

Si le Parlement a adopté des amendements à la loi électorale, et notamment l'avancée de la date du scrutin au 27 mars 2022, le chef de l’État refuse cette initiative et a laissé entendre qu'il ne signerait pas de décret de convocation du corps électoral pour cette date, mais seulement pour des dates en mai 2022. Le refus de cette date est également porté par le parti qu'il a fondé, le Courant patriotique libre, qui a d'ailleurs présenté un recours en invalidation des amendements apportés à la loi électorale. 

Lire aussi

Législatives et présidentielle : les scénarios du pire

En ce qui concerne l'exploitation des hydrocarbures offshore et les négociations "indirectes" avec Israël, sur la frontière-sud contestée, le président a évoqué des "signaux positifs qui ont commencé à apparaitre concernant un accord qui entre dans l'intérêt du Liban et de sa souveraineté sur ses eaux et ses ressources naturelles". Sans donner plus de détails à ce propos, il a souligné qu'un tel accord permettrait "de reprendre les opérations d'exploration". 

Michel Aoun a en outre appelé les citoyens à "ne pas laisser le désespoir les envahir" face à la crise, qui a poussé 78% de la population sous le seuil de pauvreté et connaît chaque fois de nouveaux rebondissements, notamment au fur et à mesure que sont supprimées les subventions sur les importations de produits de première nécessité, comme dernièrement les médicaments. "Le début de la solution repose sur la coopération avec les institutions internationales et les préparatifs à cela ont commencé", a-t-il rappelé, en allusion aux discussions en cours avec le Fonds monétaire international. Il a finalement mis en garde les Libanais contre les "discours de haine qui se multiplient avec l'approche de législatives", ainsi que contre les informations mensongères propagées par "certains médias" afin de saper la confiance entre les gens.

Le président libanais Michel Aoun a estimé dimanche soir, dans un discours prononcé à la veille des célébrations du 78e anniversaire de l'Indépendance du Liban, que la solution à la crise gouvernementale actuelle résidait dans "le principe de séparation des pouvoirs", une manière de rejeter les revendications des ministres chiites, qui boycottent le gouvernement jusqu'à ce que...
commentaires (27)

ce type parle comme s'il etait un commentateur, invité dans un talk show. A pleurer. Les elections ! vite !

Lebinlon

09 h 32, le 23 novembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (27)

  • ce type parle comme s'il etait un commentateur, invité dans un talk show. A pleurer. Les elections ! vite !

    Lebinlon

    09 h 32, le 23 novembre 2021

  • A lire et a écouter notre cher président, on le croirait dans le déni total, c’est comme s’il se lavait les mains de toute responsabilité, alors qu’il est un des grands protagonistes de la perdition du Liban, qu’il a vendu le pays pour son intérêt propre et qu’il continue a le faire pour mettre sur le trône son gendre! Il est temps de dégager Mr Aoun, peut-être que les libanais auraient encore un peu de chance de sauver le pays.

    CW

    23 h 36, le 22 novembre 2021

  • Video youtube https://www.youtube.com/watch?v=Hwioly0x3IQ Le discours d'un président cad Cheikh bachir en 1982 à voir sur ce lien. Il précise "si le président n'a rien à dire? Eh bien coupez l'antenne". Si c'est parler pour ne rien dire. Dixit : Bachir Gemayel Président de la république : Le seul et le vrai.

    LE FRANCOPHONE

    17 h 59, le 22 novembre 2021

  • Mais il faut lui réserver une place d'honneur dans le nouveau musée du Caire en construction. Les momies, c'est là bas, leur place. Franchement, qui pourrait croire qu'il soit en mesure de décider?? Parler c'est tout juste si son dentier ne tombe pas. Qu'il aille se reposer chez lui et reposer les libanais par la même occasion? Merci de ne PAS censurer svp !!

    LE FRANCOPHONE

    17 h 38, le 22 novembre 2021

  • Deux commentaires censurés. Alors L’OLJ n’aime pas que je dise la vérité à cet épouvantail de président qui ne sert qu’à remuer tout en étant sur place et à promettre le meilleur alors qu’il n’est capable que du pire? Vous n’avez pas le droit de nous museler

    Sissi zayyat

    17 h 23, le 22 novembre 2021

  • "Vous allez bientôt avoir une chance de vous débarrasser de la classe dirigeante corrompue, ne gâchez pas cette opportunité" : il est pour le moins étrange d'entendre cela du Chef de l'Etat... Une question s'impose : avant l'inutile voyage à Davos, le gendre du Président, ancien ministre des Affaires Étrangères, s'était rendu à Wellington en Nouvelle Zélande pour retrouver l'hôtel que gérait son grand-père paternel au début du 20ème siècle. Qui a payé ce voyage ?

    Un Libanais

    16 h 19, le 22 novembre 2021

  • Vous allez bientôt avoir une chance de vous débarrasser de la classe dirigeante corrompue, ne gâchez pas cette opportunité MERCI MR LE PRESIDENT NOUS ALLONS PRENDRE A LA LETTRE VOTRE RECOMMENDATION EN NOUS DEBARASSANT EN PREMIER DE VOTRE BEAU FILS GEBRAN ET DE VOTRE EX PARTIE LE CPL . APRES CELA NOUSNOUS FERONS UNE OBLIGATION DE JUGER TOUTES LES PERSONNES QUI EN PREMIER ONT ETE MIS SUR LES LISTES AMERICAINES DE CORROMPUS. PAR LA SUITE DE JUGER LES MAFIEUX QUI SE PERMETTENT DE MENACER UN JUGE SANS QUE LA POLICE NE FASSE RIEN POIUR LES METTRE SOUS LES VERROUX SUROUT QUAND ON SAIT QUE LE PARTI A QUI APPARTIENT CET INDIVIDU N'EN EST PAS A SON PREMIER ASSASSINAT LA VERITE: Le président Aoun a en outre admonesté les juges libanais, BRAVO DE NE PAS SIGNALER QUE A CAUSE DU JUGE AOUN, LES PERMUTATIONS QUE LA JUSTICE AVAIT DECIDE SONT RESTE DANS VOTRE TIRROIR CAR VOTRE POLITIQUE EST TOUT LE CONTRAIRE DE CE QUE VOUS DECLAREZ ( independance de la justice est claire avec votre position et celle de Hezbollah concernent le juge Bitar)

    LA VERITE

    16 h 19, le 22 novembre 2021

  • Noooo wow! La montagne a accouche a une souris: Quelle observation brillante et que vous appliquez si bien en 'shared governance' avec vos maitres barbus, ministres Eisteinesques, allies corrompus et beau fils: 'je veux etre calife a la place du calife".

    Sabri

    15 h 09, le 22 novembre 2021

  • "Vous allez bientôt avoir une chance de vous débarrasser de la classe dirigeante corrompue, ne gâchez pas cette opportunité" Comptez sur nous, M. le Président: Un grand ménage assorti d'une loi martiale et d'un grand procès... Alors nous aurons l'opportunité de savoir comment votre gendre s'est rendu à Davos en jet privé "sans qu'il en coûte un sou au contribuable" (ni à lui apparemment). Une loterie? Mar Charbel? Ou Iran Air? Si l'aplomb et le mensonge des dirigeants pouvaient être taxés, le Liban n'aurait besoin d'aucune aide extérieure. Imaginez même: on pourrait taxer l'héritage des postes au gouvernement - les gendres, fils, petit-fils, neveux et autres épouses - là on finirait carrément avec un excédent primaire.

    El moughtareb

    14 h 57, le 22 novembre 2021

  • Pour comprendre Aoun il faut aller très loin en arrière du temps après l’assassinats de Bachir où il était colonel dans l’armée …. Et la subitement tout devient clair

    Bery tus

    14 h 23, le 22 novembre 2021

  • Quel désastre de voir un pseudo président pareil ! C’est une souffrance et grande frustration de l’apercevoir en direct. J’ai zappé aussitôt ,Il faut le dégager illico !

    Wow

    12 h 53, le 22 novembre 2021

  • TRES BON. CAR VOUS DEVEZ PRENDRE PART A CE SOULEVEMENT DES PLUMES DE LA LIBRE EXPRESSION DE TOUS LES ABONNES CONTRE LA TRINITE DIABOLIQUE DU MAL ET CONTRE TOUS LES CORROMPUS ET MAFIEUX, BANQUIERS INCLUS, QUI ONT APPAUVRI ET AFFAME LE PEUPLE FIER DU LIBAN. LA PATRIE EST EN DANGER DE DISPARITION ET DE MORT. NOS ARMES SONT NOS LIBRES EXPRESSIONS. A BAS TOUS CES VOLEURS, MAFIEUX ET MERCENAIRES TRAFIQUANTS ENRICHIS SUR LE DOS ET DES ECONOMIES DE LA SUEUR DU PEUPLE. DEGAGEZ-LES DE MALGRE S,IL NE QUITTENT PAS DE BONGRE.

    LA LIBRE EXPRESSION PARLE AU PEUPLE.

    11 h 22, le 22 novembre 2021

  • BON, APPAREMMENT JE DOIS REFORMULER MON COMMENTAIRE PRECEDENT : LE CULTE DE L'ARROGANCE NAUSEABONDE EST CE QUE NUL NE DECRIT AOUN,GENDRON JOBRANO ET LEURS SERFS.... DE LOIN PIRE QUE LE CULTE DE SOI-MEME DONT LES 2 CHEFS ?- SONT ROIS.

    Gaby SIOUFI

    11 h 03, le 22 novembre 2021

  • LA TRINITE DIABOLIQUE DU MAL : BELZEBUTH LE BARBU AVEC SATAN LE BERIOTE. HADES ET CHARON LES DEUX BELIERS INFERNAUX DE LA BERGERIE DE RAI. ET LE PAYS SE DEBAT DANS L,ENFER PROMIS PAR CETTE CLIQUE INFERNALE.

    LA LIBRE EXPRESSION PARLE AU PEUPLE.

    10 h 59, le 22 novembre 2021

  • FALLAIT PAS BIFFER LA REACTION 13 DES ECRANS MAIS PUBLIER MA SECONDE REACTION. CE TYPE A PERDU LA TETE ET LE PAYS EST DANS UNE SITUATION DRAMATIQUE QUE TOUS LES QUALIFICATIFS USES DOIVENT LUI PARVENIR POUR PEUT-ETRE LE REVEILLER UN PEU. VOUS POUVEZ PUBLIEZ CE MOT SI VOUS VOULEZ.

    LA LIBRE EXPRESSION PARLE AU PEUPLE.

    10 h 20, le 22 novembre 2021

  • C’est tout à fait un discours digne de ce personnage qui depuis 1989 s’acharne a détruire TOUT sur son passage pour son ego personnel et depuis qu’il a accédé à la présidence, pour l’ego de son petit gendre. Se débarrasser de la classe politique dirigeante comme à se débarrasser de Gebran Bassil, le seul dirigeant politique à faire l’objet de sanctions pour faits avérés de corruption.

    Lecteur excédé par la censure

    09 h 33, le 22 novembre 2021

  • Notre très cher et apprécié BIG BOSS NATIONAL, B.B.N., nous a vraiment époustouflés avec son discours hier soir, en nous décrivant en détail tous les problèmes qui font de notre quotidien l'enfer qu'il nous a promis ! Par contre, lui et les siens ne sont en rien concernés par cela..."c'est tous les autres...!!!..." Et nous, le peuple, constatons chaque jour que la honte est un sentiment inexistant parmi nos dirigeants !!! - Irène Saïd

    Irene Said

    09 h 02, le 22 novembre 2021

  • QUEL CULOT. TENTATIVE DE SE DISCULPER DE LA RESPONSABILITE DES CINQ ANS OU L,EMBLEME DE SON MANDAT ETAIT DE COMBATTRE LA CORRUPTION. OR LA PLUS GRANDE CORRUPTION DE L,HISTOIRE DU PAYS FUT DANS CES CINQ ANS DE SON MANDAT. L,HISTOIRE DE SON GENDRE ET DES BARGES TURQUES ET DES 24/24 HEURES ELECTRICITE POUR L,EDL ... PLUS DE LA MOITIE DE LA DETTE DU PAYS... ETANT LE SUMMUM DE LA CORRUPTION. CERTAINS SONT VENUS PIEDS NUS ET DEPUIS ONT ACQUIS DES PROPRIETES, DES YACHTS, DES AVIONS ET DES SOCIETES OFFSHORES POUR TOUTE LA FAMILLE. ON PARLE DU CURE DENT DANS L,OEIL DES AUTRES ET ON VEUT FAIRE OUBLIER LA POUTRE DANS SON OEIL. LES LIBANAIS NE SONT PAS DUPES ET NE GOBENT PAS LES INEPTIES. ILS VONT LES CHASSER TOUS D,UNE FACON OU D,UNE AUTRE.

    LA LIBRE EXPRESSION PARLE AU PEUPLE.

    08 h 36, le 22 novembre 2021

  • "Vous allez bientôt avoir une chance de vous débarrasser de la classe dirigeante corrompue, ne gâchez pas cette opportunité", a-t-il insisté. Lire cela au réveil, je crois rêver

    Karam Georges

    07 h 53, le 22 novembre 2021

  • Qu'il ne se plaigne pas de la paralysie du gouvernement alors que c'est lui qui a refusé une équipe formée de techniciens indépendants, disant qu'il faudrait aller sur la lune les chercher!

    Yves Prevost

    07 h 05, le 22 novembre 2021

  • Although I don't support the FPM, I agree that we should use the opportunity of the 2022 elections to punish the traditional political Parties and fire their leaders by voting them out and voting in new faces from the alternative Parties emanating from the October 17 revolution.

    Mireille Kang

    03 h 49, le 22 novembre 2021

  • La solution crise consiste à se débarrasser du Hezbollah, et…. De vous !

    LeRougeEtLeNoir

    01 h 33, le 22 novembre 2021

  • L,ADAGE DIT : LE CHAMEAU A DEUX BOSSES ACCUSE LES DROMADAIRES D,AVOIR UNE BOSSE. - SEBHANE ALLAH COMMENT ON SE VEUT AVEUGLE ET ON JOUE L,INNOCENT.

    LA LIBRE EXPRESSION PARLE AU PEUPLE.

    00 h 21, le 22 novembre 2021

  • Le marchand de sable …un métier disparu ! Dans la foulée, j’ai pas compris, il faut partir ou patienter ?

    Ayoub Elie

    00 h 03, le 22 novembre 2021

  • Ce discours, avec tout le contenu positif, ne sert nullement tant que le parti pro iranien se veut imposant dans toute décision, faisant fi du système démocratique, et menaçant en brandissant les armes. Le désarmement des partis qui se baladent avec les armes, aurait dû être votre seule occupation dès le premier jour de votre mandat. Mais, vous aviez d'autres calculs en tête, et vous ne nous faites pas oublier votre lâcheté.

    Esber

    22 h 55, le 21 novembre 2021

  • Mort de rire. Voyez-vous? Le chef de l’État exhorte les Libanais à "se débarrasser de la classe dirigeante corrompue" hihihihihi

    Abichaker Toufic

    21 h 30, le 21 novembre 2021

  • Soit il perd la tête soit il baigne dans l'hypocrisie la plus totale ... se débarrasser de toute la classe politique corrompue? y compris son gendre ? ou bien à ses yeux aveugles c'est le seul homme honnête de ce pays ... il faut mieux être sourd et aveugle pour ne pas pas entendre ou lire de tel propos !!!

    Zeidan

    21 h 29, le 21 novembre 2021

Retour en haut