Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Fête de l'Indépendance : Raï et Hariri fustigent les partis "fidèles à d'autres nations"

Le pays et son indépendance sont "victimes de la folie politique, sécuritaire et confessionnelle" et les dirigeants sont "même incapables de réunir un Conseil des ministres", déplore M. Hariri.

Fête de l'Indépendance : Raï et Hariri fustigent les partis

Le patriarche maronite Béchara Raï lors d'une messe à Bkerké, le 21 novembre 2021. Photo ANI

A l'occasion du 78e anniversaire de l'indépendance du Liban, qui sera officiellement célébré demain lundi, le patriarche maronite Béchara Raï et l'ancien Premier ministre Saad Hariri ont tous deux fustigé une indépendance compromise par les tensions politiques, la crise socio-économique et les allégeances de certains partis à d'autres pays, en référence implicite au Hezbollah pro-iranien. 

"L'Indépendance souffre aujourd'hui de la présence dans le pays de Libanais, de responsables et de partis qui ne sont pas indépendants", a dénoncé Mgr Raï dans son homélie dominicale, estimant que l'indépendance ne peut pas exister si certaines parties du peuple sont "fidèles à une autre nation", en allusion claire au Hezbollah et ses partisans. Il a en outre estimé que le Liban ne peut être indépendant tant que certains dirigeants "n'assurent pas au peuple une vie digne, la justice et des garanties sanitaires et sociales", alors que le pays s'enfonce depuis deux ans dans la plus grave crise socio-économique de son histoire moderne, qui a poussé 78% de la population sous le seuil de pauvreté. "L'Indépendance ne peut pas exister dans une nation qui se transforme en terrain de guerre pour tous les problèmes du Moyen-Orient et du monde", a-t-il poursuivi. Le prélat a dès lors demandé que soit "renforcée la neutralité positive et active" du Liban afin d'assurer son indépendance, un appel qu'il a lancé à de nombreuses reprises ces derniers mois, préconisant un éloignement du pays des conflits des axes, et notamment de la rivalité irano-saoudienne. 

Lire aussi

Aoun et Bassil orchestrent l’offensive contre le tandem chiite

Folie politique
De son côté, l'ex-Premier ministre Saad Hariri a estimé que le Liban "aurait pu devenir le paradis de l'Orient" si toutes les promesses faites au cours des 70 dernières années s'étaient concrétisées, mais que "les guerres des autres sur son sol, les conflits confessionnels, les échanges haineux et les allégeances à l'étranger" en ont fait un "enfer". Il a déploré que l'indépendance du Liban avait été mise aux mains d'"esprits sauvages spécialisés dans la fabrication d’États faillis". "Il est très regrettable que l'indépendance du Liban soit victime de la folie politique, sécuritaire et confessionnelle", a ajouté M. Hariri dans un tweet, regrettant que les dirigeants soient "même incapables de réunir un Conseil des ministres", alors que l'Exécutif est actuellement paralysé par des tensions concernant le sort de l'enquête sur la double explosion du 4 août 2020 et la crise diplomatique avec les pays du Golfe. "Il est très regrettable que, 78 ans après l'indépendance, les citoyens ressentent le besoin d'un État qui ne soit pas captif d'un parti, d'une confession ou qui ne soit pas une plateforme pour les guerres arabes", a ajouté l'ancien président du Conseil. 

Illustration

L'anniversaire de l’indépendance libanaise... par The Art of Boo

Pour sa part, le chef du Parlement, Nabih Berry, a estimé que l'indépendance était célébrée cette année alors que le Liban traverse le "moment le plus dangereux pour son existence", appelant à ce qu'elle soit garantie en assurant "l'indépendance de la justice, en tant que pouvoir qui respecte la Constitution et le lois, loin de toute politisation, du clientélisme, du communautarisme et de la confessionnalisation". Une pique en référence à l'enquête sur la double explosion au port de Beyrouth, menée par le juge Tarek Bitar, qui a lancé des poursuites contre plusieurs responsables, dont deux députés et anciens ministres membres du mouvement Amal, dirigé par M. Berry. Depuis, Amal et le Hezbollah accusent M. Bitar d'être politisé et réclament sa récusation, refusant de participer à toute réunion gouvernementale tant que cette question n'a pas été résolue. Les réunions gouvernementales sont, face à ce bras de fer, suspendues depuis le 12 octobre. M. Berry s'est engagé, en outre, à œuvrer pour "libérer l'économie de la mainmise des accapareurs de denrées, libérer les dépôts des citoyens dans les banques, et rétablir la confiance entre le citoyen, l'Etat et ses institutions et la confiance du monde dans le Liban". 

A l'occasion de la fête nationale libanaise, de nombreux responsables, ministres et députés ont placé des couronnes de fleurs sur les tombes des "pères de l'indépendance", dans plusieurs régions du Liban. Le chef de l’État Michel Aoun devrait, lui, s'exprimer à 20h.

A l'occasion du 78e anniversaire de l'indépendance du Liban, qui sera officiellement célébré demain lundi, le patriarche maronite Béchara Raï et l'ancien Premier ministre Saad Hariri ont tous deux fustigé une indépendance compromise par les tensions politiques, la crise socio-économique et les allégeances de certains partis à d'autres pays, en référence implicite au Hezbollah...
commentaires (9)

Comment voulez-vous qu’on continue à respecter la position et le titre de cet individu alors que lui n’a aucun respect pour nous peuple qu’il continue à nous prendre pour ses larbins serviteurs à qui il fait cracher encore et encore le moindre centime épargné ou reçu par les proches travaillant à l’étranger et qui persiste à vouloir poursuivre les voleurs et les corrompus alors qu’il est à leur tête et les protège. Bande de mafieux sans âme. LIBANAIS, REMUEZ-VOUS A LA FIN VOUS ATTENDEZ QUOI?

Sissi zayyat

14 h 57, le 22 novembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Comment voulez-vous qu’on continue à respecter la position et le titre de cet individu alors que lui n’a aucun respect pour nous peuple qu’il continue à nous prendre pour ses larbins serviteurs à qui il fait cracher encore et encore le moindre centime épargné ou reçu par les proches travaillant à l’étranger et qui persiste à vouloir poursuivre les voleurs et les corrompus alors qu’il est à leur tête et les protège. Bande de mafieux sans âme. LIBANAIS, REMUEZ-VOUS A LA FIN VOUS ATTENDEZ QUOI?

    Sissi zayyat

    14 h 57, le 22 novembre 2021

  • Berry profite de chaque occasion pour nous rappeler qu’il ne lâchera pas notre juge jusqu’à le déboulonner et vient parler de la constitution, des lois et d’indépendance. Il ne manquait dans sa bouche que les mots, souveraineté et dignité, deux mots qui sont chers au cœur de ces vendus qui s’en gargarisent en allant lécher les bottes du pays qui leur a permis, grâce aux armes envoyées de toute part, de poignarder leur pays jusqu’à la mort et de venir le pleurer, pas peu fiers d’arriver à son extermination sans avoir à fournir le moindre effort et sans livrer bataille. Ce ne sont pas eux qui sont à blâmer non c’est tout le peuple libanais qui a permis à ces malotrus de le piétiner pour mieux le dominer en procédant méticuleusement à le rendre dépendant de toutes les solutions qu’ils imposeraient faute de mieux et que le peuple applaudit à chacune d’elle sans réserve. Pauvre créatures ces libanais imbus de leur personne qui n’arrivent plus à aboyer et encore moins à mordre.

    Sissi zayyat

    12 h 06, le 22 novembre 2021

  • Independance du Liban … si seulement on aurait pu rester sous mandat Francais , ca aurait été bien mieux que de vivre sous domination de l’olp puis sous tutelle Syrienne puis maintenant sous la coupe Iranienne par le biais d’une milice qui sont aujourd’hui les maitres de facto du liban…

    23 h 33, le 21 novembre 2021

  • L’indépendance commence par l’indépendance financière. Quand les caisses de l'Etat sont vides, quand l'Etat est endetté, les conditions d'une véritable indépendance ne sont pas réunies. Conclusion: l'Etat doit d'abord travailler a augmenter ses revenus et couper ses dépenses afin de restaurer un excédent. Tant qu'un plan clair n'est pas en place, tout le reste est du baratin et il ne peut y avoir d’indépendance.

    Mago1

    20 h 14, le 21 novembre 2021

  • ON CÉLÈBRE L'INDÉPENDANCE DE L'IRAN SUR LE SOL LIBANAIS. LA MEILLEUR AUJOURD'HUI C'EST HARIRI QUI CRITIQUE LA SITUATION DU LIBAN. IL N'EST PAS CONCERNÉ DE CETTE SITUATION C'EST DE MA FAUTE MOI ET TOI ET L'AUTRE. SACRÉ GARÇON GATÉ IDIO.

    Gebran Eid

    17 h 03, le 21 novembre 2021

  • Hariri fustige ceux qui ont une autre nation que l’Arabie Saoudite comme sponsor ? Et Rai ceux qui ne sont pas pro USA ? Décidément, tous sans exception (les fustigeurs et les fustigés) sont à mettre dans la poubelle de l’histoire…

    EL RIZ Mohamed

    16 h 19, le 21 novembre 2021

  • The Art of Boo, Khair'oul Kalam ma kala wa dall !... Un chef d'œuvre

    Wlek Sanferlou

    15 h 34, le 21 novembre 2021

  • LES ELEMENTS DE LA DEPENDANCE DU PAYS AUX ARCHAIQUES ET OBSCURANTISTES MOLLAHS PERSES SONT LES CHIITES DU HEZBOLLAH ET D,AMAL ET LEURS COMPLICES LES TRAITRES CHRETIENS MARONITES DE LA BERGERIE DE RAI.

    LA LIBRE EXPRESSION NE COMMENTE PAS.ELLE CONSEILLE

    14 h 44, le 21 novembre 2021

  • C,EST UNE HONTE QUE DE CELEBRER L,INDEPENDANCE QUAND EN FAIT IL Y A DEPENDANCE DEPUIS DEUX DECENNIES ET SURTOUT ACTUELLEMENT CELEBREE PAR LA TRINITE DIABOLIQUE DU MAL PLUSIEURS FOIS PAR AN ET A LAQUELLE PARTICIPENT ACTIVEMENT LES DEUX BELIERS INFERNAUX DE LA BERGERIE DE RAI ET SON BELIER DU NORD ET QUI N,OSE PAS LES NOMMER PUBLIQUEMENT OU LES INDIQUER COMME IL INDIQUE LE HEZBOLLAH.

    LA LIBRE EXPRESSION NE COMMENTE PAS.ELLE CONSEILLE

    14 h 06, le 21 novembre 2021

Retour en haut