Rechercher
Rechercher

Société - Santé

Subventions, fonds pour les hôpitaux, traçabilité des médicaments : Abiad annonce du nouveau

Le ministre de la Santé annonce plusieurs mesures qui devraient bientôt être mises en place.

Subventions, fonds pour les hôpitaux, traçabilité des médicaments : Abiad annonce du nouveau

Les journalistes réunis, hier, autour du ministre de la Santé, Firas Abiad. Photo transmise par le ministère de la Santé

« Dès que j’ai eu du concret, j’ai commencé à en parler. » C’est ce qu’a déclaré hier le ministre de la Santé, Firas Abiad, lors d’une discussion informelle organisée avec un petit groupe de journalistes de la presse écrite.

Le ministre de la Santé, qui mène des pourparlers depuis plusieurs semaines avec la Banque mondiale, a ainsi pu annoncer une nouvelle mesure visant à renflouer les caisses des hôpitaux grâce à l’organisation financière internationale, afin de limiter la charge financière que doivent supporter les patients, en raison d’une facture d’hospitalisation qui devient de plus en plus impossible à couvrir par les malades, sur fond de dévaluation violente de la monnaie nationale et de crise financière aiguë. La Banque mondiale, via le fonds alloué au Liban pour soigner les patients du Covid, va donner aux hôpitaux trois fois et demi la somme qui était jusque-là déboursée par le ministère de la Santé.

Lire aussi

Firas Abiad peut-il soigner le Liban ?

« Imaginez qu’un patient souffre d’appendicite et que l’opération coûte un million de livres libanaises. Le malade paiera 10 %, soit 100 000 LL, le ministère 900 000 L.L et la BM s’acquittera de deux millions et demi à l’hôpital. » Comme pour le système de soutien du Covid, la facture est envoyée à la BM qui, après avoir audité l’hôpital, lui transférera l’argent sans passer par le gouvernement. « Cette aide va surtout permettre aux hôpitaux gouvernementaux d’avoir un répit afin de continuer à payer leurs employés », a affirmé le ministre selon lequel la crise la plus grave est celle du départ en masse du personnel hospitalier dont les salaires ne sont plus assurés.

Des médicaments bientôt disponibles

Concernant la pénurie de médicaments, notamment les traitements pour le cancer, Firas Abiad a annoncé l’arrivée sur le marché de quarante médicaments, soit une commande d’un montant de 60 millions de dollars. Ces médicaments seront donc disponibles à la Quarantaine (où les malades peuvent récupérer des médicaments fournis par le ministère public) ainsi que dans les hôpitaux. Le ministre de la Santé a par ailleurs décrié le fait que les Libanais en difficulté ne se tournent pas vers les centres de soin primaires dédiés qui relèvent de son institution : au nombre de 250 sur tout le territoire, ils ne sont fréquentés que par quelque 350 000 résidents dont une grande partie de non-Libanais. « Où sont le reste des Libanais dans le besoin ? » s’est-il demandé, annonçant des campagnes de sensibilisation bientôt lancées à cet égard.

Un nouveau système de traçage

L’une des annonces les plus importantes de M. Abiad hier concernait la naissance prochaine d’un système de traçage des médicaments, qui permettra enfin de contrôler le flux sur le marché libanais. Ce système qui sera mis en œuvre dans quatre semaines environ, permettra de numériser les stocks. « Un numéro d’identité va être attribué à chaque patient, à commencer par ceux touchés par les maladies graves comme le cancer », a-t-il précisé.

Dans les détails, chaque boîte de médicament sera dotée d’un code-barres et enregistrée dans le programme, avant de se retrouver soit chez l’importateur, soit à la Quarantaine, soit dans les hôpitaux. À chaque étape de son parcours, le code-barres est enregistré. « Avant, on ne suivait pas le cheminement de la boîte jusqu’au patient », a précisé le ministre.

Pour mémoire

Face à la pénurie de médicaments, une alternative existe

Parmi les décisions prises, figure aussi celle consistant à suivre de très près les traitements de chimiothérapie qui ne seront livrés qu’aux hôpitaux ayant des unités de chimio et qui peuvent les administrer aux patients. Le traitement en question pourra être suivi grâce à ce programme, à partir du moment où il est importé jusqu’à son administration au patient. De même, les médicaments pour les maladies graves vendus en pharmacies ne seront livrés qu’à un nombre restreint d’officines (environ 70), qui seront dotées de ce système de traçage par code-barres. « Nous saurons très précisément à qui la pharmacie a vendu le médicament et si elle essaye d’en stocker chez elle », a précisé le ministre.

« Nous mettons aussi en place trois nouveaux systèmes concernant les fournitures et équipements médicaux (Medimport, Medredge et meditrac). À titre d’exemple, quand un patient se fait installer une endoprothèse, il sera informé de son numéro de série et par conséquent de son prix. Ce programme sera applicable pour les assurances et les hôpitaux et empêchera toute fraude. »

À souligner que tous ces programmes ont été mis en place en coordination avec l’ordre des médecins, ainsi que les syndicats des pharmaciens et des importateurs de médicaments.

Et le Covid ?

Alors que l’Europe est confrontée à une quatrième vague de Covid-19, Firas Abiad a affirmé que le Liban n’en est pas encore là mais que l’heure est à l’anticipation pour éviter les écueils à l’approche des fêtes de fin d’année. « Je ne veux pas qu’on se réveille à la mi-décembre avec 4 000 cas et qu’on se dispute à la dernière minute pour savoir s’il faut fermer les frontières ou pas. » Le ministre a affirmé être parvenu à un accord avec les compagnies aériennes et les représentants du secteur touristique. Ainsi, dès le 1er janvier 2022, les personnes vaccinées arrivant à l’aéroport Rafic Hariri du Beyrouth seront exemptées du test PCR. Les voyageurs devront être détenteurs d’un pass sanitaire qui sera scanné par un membre du ministère de la Santé tandis que les personnes non vaccinées seront obligatoirement soumises à un test à l’arrivée. Le ministre a annoncé par ailleurs la sécurisation d’un grand nombre de doses de vaccin et la mise en place d’un système d’incitation qui consiste à payer deux dollars par vaccin aux centres publics de vaccination. « Cela va pousser les hôpitaux à ouvrir de nouvelles unités, mais le gros challenge reste d’inciter les Libanais, encore très réticents » à se faire vacciner, affirme Abiad. Quelque 35 % de la population auraient reçu les doses nécessaires, selon le ministre.


« Dès que j’ai eu du concret, j’ai commencé à en parler. » C’est ce qu’a déclaré hier le ministre de la Santé, Firas Abiad, lors d’une discussion informelle organisée avec un petit groupe de journalistes de la presse écrite.Le ministre de la Santé, qui mène des pourparlers depuis plusieurs semaines avec la Banque mondiale, a ainsi pu annoncer une nouvelle mesure...

commentaires (5)

Excellente initiative, reste à surveiller les agences de distribution de médicaments qui elles, stockent sans la moindre éthique les médicaments anti cancéreux, bien que l'oncologue ait été avisé par la compagnie pharmaceutique de la disponibilité au Liban du médicament en question (histoire réelle qui date d'hier!). Alors le patient est admis pour recevoir son traitement, et voilà que l'agence ne livre pas le médicament, et que le patient est privé de sa chance de guérison, car La Droguerie ... refuse de livrer, espérant une prochaine levée des subventions. Mr le Ministre, êtes vous prêt à écouter les oncologues ou autres médecins qui peuvent vous en citer des exemples pareils? mettez à leur disposition une ligne d'appel directe s'il vous plaît!

C EL K

15 h 03, le 11 novembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Excellente initiative, reste à surveiller les agences de distribution de médicaments qui elles, stockent sans la moindre éthique les médicaments anti cancéreux, bien que l'oncologue ait été avisé par la compagnie pharmaceutique de la disponibilité au Liban du médicament en question (histoire réelle qui date d'hier!). Alors le patient est admis pour recevoir son traitement, et voilà que l'agence ne livre pas le médicament, et que le patient est privé de sa chance de guérison, car La Droguerie ... refuse de livrer, espérant une prochaine levée des subventions. Mr le Ministre, êtes vous prêt à écouter les oncologues ou autres médecins qui peuvent vous en citer des exemples pareils? mettez à leur disposition une ligne d'appel directe s'il vous plaît!

    C EL K

    15 h 03, le 11 novembre 2021

  • Suite du précédent message coupé à refaire si pas reçu."Valise voyageur humanitaire,". Dans notre suivi nous demandons accusé et photo de réception ainsi que l'engagement de non facturation au patient. Dans votre plan, existera t-il des contacts sécurisés répondant aux attentes de nos donateurs. D'avance merci de ne penser qu'à l'aspect soins de la population libanaise.

    VASSEUR ANDRE

    14 h 33, le 11 novembre 2021

  • Bien Monsieur le ministre de sécuriser de A à Z avec les médecins et pharmaciens le circuit des médicaments pour le cancer. De nombreuses associations et particuliers en France comme nous les Amis d'Antelias, Marcq en Baroeul collectent et envoient par valise

    VASSEUR ANDRE

    14 h 22, le 11 novembre 2021

  • Programme édifiant,attention aux embûches.

    Esber

    12 h 55, le 11 novembre 2021

  • Un bon début.

    Brunet Odile

    11 h 49, le 11 novembre 2021

Retour en haut