Rechercher
Rechercher

Bas-fonds et bas de plafond

Qui n’a jamais assisté à une empoignade entre le Taulier du Parlement et le Gendre grognon serait passé à côté d’un savoureux morceau d’anthologie. D’un côté, un ancien déshérité des bas-fonds devenu spécialiste de la captation d’héritage, qui a aiguisé son mental et élimé son futal sur une tripotée de combines, fondant sur tout ce qui passait près de sa convoitise ; de l’autre, un beauf bas de plafond, héritier politique par copier-coller de beau-papa tendance « j’aime pas, donc je bloque », et dont la tendance a fini par lui manger tout l’espace neuronal disponible.

Invariablement, et à chaque fois que les deux hommes se retrouvent face à face, c’est le gag devant les collègues et les journalistes. L’un trônant sur son perchoir, chapelet de patience pendouillant au bout de ses doigts rustiques, et apostrophant son vis-à-vis dans un langage de bouvier ; l’autre, quelques marches plus bas, vociférant ses arguments, gonflé à bloc par ses privilèges décrochés par alliance. Autour des deux guignols, ministres et députés font tapisserie en échangeant rires gras et blagues épaisses, question sans doute de laisser filer une corvée vraisemblablement non comptabilisée dans leur fiche de paie.

La bisbille homérique a même été épicée par la castagne Hezbollah-Geageallah à Tayouné, ce qui a forcé le patriarche maronite à entrer dans la danse pour calmer la béchamel. Le prélat a dû se farcir la tournée des trois clampins du haut du panier en se bouchant le nez. D’abord Istiz Nabeuh, qui lui promet une solution bidouillée de derrière les fagots, dans l’espoir d’un quelconque retour sur investissement. Puis le Mikati mi-décati du Sérail, rapidement déculotté et dont les ministres « indépendants » sont partis chacun de son côté s’ébrouer auprès de sa communauté. Enfin pompon du pèlerinage, le Château présidentiel pour un dialogue improbable : Mongénéral, comme d’habitude, parlait de lui-même à la troisième personne, ce qui obligeait son interlocuteur à se retourner sans cesse pensant que quelqu’un d’autre était entré dans la pièce. Pardi ! À tout instant, le Basileus pouvait se parachuter dans le fauteuil en face, résultat d’un coup tordu de son beau-père.

Ainsi, au gré de l’effondrement généralisé et pendant que le pays tombe gentiment en ruine, la classe politique s’obstine à mouliner les mêmes futilités en secouant de temps en temps le compotier pour trafiquer les priorités. Bel exemple de solidarité dans la mouise. Un pour tous, tous purins !

[email protected]


Qui n’a jamais assisté à une empoignade entre le Taulier du Parlement et le Gendre grognon serait passé à côté d’un savoureux morceau d’anthologie. D’un côté, un ancien déshérité des bas-fonds devenu spécialiste de la captation d’héritage, qui a aiguisé son mental et élimé son futal sur une tripotée de combines, fondant sur tout ce qui passait près de sa convoitise ;...

commentaires (10)

Gaby Triomphe ... De nouveau un miroir magique qui reflète le pays, et ses réputés politiciens, en style Comics!! Merci Gaby!

Wlek Sanferlou

02 h 52, le 02 novembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • Gaby Triomphe ... De nouveau un miroir magique qui reflète le pays, et ses réputés politiciens, en style Comics!! Merci Gaby!

    Wlek Sanferlou

    02 h 52, le 02 novembre 2021

  • Excellent et tordant comme tjrs !! Merci Gaby tu nous régale !!!

    Eva Younes

    21 h 21, le 29 octobre 2021

  • Merci pour la caricature et l'humour! Bravo!

    Marwan Takchi

    17 h 57, le 29 octobre 2021

  • Un régal ! A tel point que le purin finit par sentir bon. Merci Monsieur Nasr

    Sidaoui Paul

    17 h 45, le 29 octobre 2021

  • VOUS SAVEZ GABY NASR CE QUE C,EST QUE D,AVOIR LE DERRIERE DANS LE PLAFOND ET LA TETE DANS LE FOND ? LE METHANE EN HAUT ET LE PARLER EN BAS ?

    LIBRES EXPRESSIONS SANS CENSURE=ESSOR/PROGRES OLJ

    15 h 25, le 29 octobre 2021

  • Very funny, le rire gras,,, Tout cela forme bien une farine indigeste et toxique .

    Wow

    12 h 34, le 29 octobre 2021

  • Excellent! Avec un Mgr Raï qui a voulu joué le rôle de Wilfrid Laurier conciliant face à un Sir John, et qui s’est pris les pieds dans le tapis du Berryste parce que allié du vendu qui à eux deux cumulent des projets d’anéantissements débordants pendant que nos élites boivent tout leur soûl en espérant un miracle pour nous débarrasser de ses guignols qui se prennent pour des Einstein’s chacun dans son domaine de prédilection, vol, arnaques et trahison jusqu’à l’écœurement pour nous noyer dans nos vomis.

    Sissi zayyat

    11 h 00, le 29 octobre 2021

  • SUPER COMME TOUJOURS

    Hind Faddoul

    09 h 44, le 29 octobre 2021

  • Excellent ! Bravo

    Brunet Odile

    09 h 25, le 29 octobre 2021

  • Excellent Gaby! Vous nous dilatez la rate depuis belle lurette avec votre verve, votre cynisme et votre plume unique… Mais malheureusement, au point où se trouve cette bananeraie où se promènent toutes les espèces de singes grotesques, on a vraiment envie de pleurer de désespoir! Le Liban de notre enfance disparaît sous nos yeux impuissants et la débâcle de notre jeunesse, hélas! Un avenir dans le « purin » en effet…

    Saliba Nouhad

    01 h 30, le 29 octobre 2021

Retour en haut