Rechercher
Rechercher

Politique - Enquête sur l'explosion du 4 août

Poutine prêt à fournir des images satellite du port de Beyrouth, mais n'en voit pas l'utilité

Le président russe appelle les dirigeants libanais à trouver un "compromis pour éviter une effusion de sang", après les combats miliciens meurtriers de Tayouné.

Poutine prêt à fournir des images satellite du port de Beyrouth, mais n'en voit pas l'utilité

Le président russe Vladimir Poutine lors de la conférence du club Valdaï organisée à Sotchi, en Russie, le 21 octobre 2021. Photo Sputnik/Maksim Blinov/Kremlin via REUTERS

Le président russe Vladimir Poutine a affirmé jeudi qu'il est prêt à fournir au Liban des images satellite du port de Beyrouth, afin d'aider le Liban à avancer au niveau de l'enquête sur l'immense explosion du 4 août 2020 qui a fait plus de 200 morts et 6.500 blessés dans la capitale libanaise. Il a toutefois affirmé ne pas voir l'utilité de telles images. M. Poutine a dans ce contexte appelé la classe politique à trouver "un compromis" afin de faire face aux problèmes qui frappent le pays sans que du sang ne soit versé, une semaine après les combats miliciens meurtriers du 14 octobre qui ont fait craindre une nouvelle guerre civile dans le pays.

Images satellite du port
Lors d'une conférence du club Valdaï organisée à Sotchi, en Russie, le président russe s'est indigné de la mauvaise gestion des matières explosives stockées au port de Beyrouth, en référence aux centaines de tonnes de nitrate d'ammonium qui avaient provoqué l'énorme explosion. "Des médias ont précisé qu'une cargaison contenant du nitrate d'ammonium a été transportée au port il y a quelques années et que les autorités n'ont pas su quoi en faire parce qu'elles voulaient la vendre et gagner de l'argent. C'est ce qui a surtout causé la catastrophe à mon avis", a estimé le président russe. "Concernant l'enquête, je ne comprends franchement pas comment des images satellite pourraient aider. Nous détenons de telles images, oui. Je promets d'étudier le sujet si cela peut aider. Nous devons d'abord demander à nos collègues si ces images peuvent aider. Si c'est le cas, nous fournirons évidemment ces images", a-t-il ajouté.

Lire aussi

Tarek Bitar, au nom de la loi

Le président libanais Michel Aoun, qui avait évoqué la possibilité d’une attaque "au moyen d’un missile ou d’une bombe", avait déjà demandé à la France de fournir au Liban les images satellite qu'elle pourrait détenir, ce que Paris avait fait. 

L'avocat Akram Azoury, membre du barreau de Beyrouth, qui défend la partie civile (les victimes) dans l'affaire de l'explosion du port de Beyrouth, a réagi vendredi aux propos de M. Poutine : "Je remercie le président russe pour sa volonté de coopérer avec la justice libanaise et le prie de transmettre immédiatement au juge Tarek Bitar les images satellite en sa possession sur l'explosion du 4 août. C'est au juge d'instruction de décider, à la lumière des éléments de l'enquête que Vladimir Poutine ignore, de l'utilité de ces images. Aussi, j'invite tous les chefs d'Etats étrangers en possession d'images satellite à les remettre spontanément et dans les plus brefs délais au juge libanais dans le cadre de la bonne foi et de la coopération internationale, nécessaires à l'émergence de la vérité dans cette affaire", a-t-il dit, dans des déclarations à L'Orient-Le Jour.

L'éditorial de Issa GORAIEB

Services très spatiaux

Plus d'un an après le drame, l'enquête peine à avancer en raison d'ingérences et de pressions politiques visant à torpiller l'instruction. Ces ingérences, de la part notamment du tandem chiite Hezbollah-Amal, mais aussi de responsables politique sunnites et chrétiens poursuivis par le juge Tarek Bitar ont débouché sur des combats miliciens le 14 octobre dans le quartier de Tayouné, dans le sud de Beyrouth, lorsqu'une manifestation du Hezbollah et d'Amal contre le magistrat s'est transformée en accrochages armés qui ont fait sept morts. Hassan Nasrallah, chef du parti chiite, a accusé le leader des Forces libanaises Samir Geagea d'avoir provoqué ces combats. Le juge Bitar, après avoir été dessaisi à deux reprises de l'enquête suite à des recours présentés contre lui par des députés et ex-ministres, a repris ses investigations et compte interroger ces responsables qui refusent de comparaître devant lui. 

Trouver "un compromis"
S'exprimant au sujet de la situation dans le pays, notamment suite aux affrontements meurtriers de Tayouné, Vladimir Poutine a insisté sur la nécessité de résoudre les discordes à travers le dialogue sans que du sang ne soit versé.

Lire aussi

Après Tayouné, le Hezbollah lance la bataille politique contre les FL

"(...) Le Hezbollah constitue une grande force politique au Liban", a estimé le président Poutine. "Nous appelons toujours, notamment au Liban à résoudre tous les conflits à travers le dialogue", a-t-il ensuite plaidé. "Nous sommes en contact avec toutes les forces politiques au Liban et nous continuerons à le faire pour parvenir à un compromis et éviter une effusion de sang. Cela ne convient aux intérêts d'aucune partie, notamment au vu de la situation en permanence perturbée au Moyen-Orient ces derniers temps", a-t-il noté. "Nous ferons tout notre possible pour convaincre toutes les parties libanaises de la nécessité de faire primer la raison et d'essayer de trouver un compromis", a insisté le président russe.


Le président russe Vladimir Poutine a affirmé jeudi qu'il est prêt à fournir au Liban des images satellite du port de Beyrouth, afin d'aider le Liban à avancer au niveau de l'enquête sur l'immense explosion du 4 août 2020 qui a fait plus de 200 morts et 6.500 blessés dans la capitale libanaise. Il a toutefois affirmé ne pas voir l'utilité de telles images. M. Poutine a dans ce contexte...

commentaires (8)

Que montrent les photos satellite que la France aurait fournis au Liban ? Il est nécessaire que tout pays possédant des images du moment de l’explosion, présentent leurs documentation sans hésiter, vu l’atrocité de cet événement. Sûrement tout pays possédant des satellites aurait déjà bien analysé leurs prises d’images au temp de l’explosion et pourrait tout simplement fournir l’information, de bonne foi, au Liban. Cette évidence doit être fournie sans égards aux répercussions diplomatiques, politiques ou militaires.

Hani Akaoui

03 h 42, le 23 octobre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • Que montrent les photos satellite que la France aurait fournis au Liban ? Il est nécessaire que tout pays possédant des images du moment de l’explosion, présentent leurs documentation sans hésiter, vu l’atrocité de cet événement. Sûrement tout pays possédant des satellites aurait déjà bien analysé leurs prises d’images au temp de l’explosion et pourrait tout simplement fournir l’information, de bonne foi, au Liban. Cette évidence doit être fournie sans égards aux répercussions diplomatiques, politiques ou militaires.

    Hani Akaoui

    03 h 42, le 23 octobre 2021

  • il ne nous reste plus qu'à demander les photos satellite de l'Iran? Ou pt'etre notre voisin du sud? Ou même aux drôlenes ultra offistiqués du hezeb... On a sûrement toujours le choix de l'embarras...

    Wlek Sanferlou

    18 h 37, le 22 octobre 2021

  • HAHAHA ! ET PAFF ! une gifle de plus assenee aux imbeciles qui prennent ce truc comme pretexte pour affirmer que LE MONDE ENTIER veut cacher la verite, verite qui pour ces esprits eleves veut rejeter la responsabilite de l'ezplosion aux israeliens.

    Gaby SIOUFI

    17 h 16, le 22 octobre 2021

  • Mais, pourquoi il hésite ? Et pourquoi il en parle maintenant ? Qu'est ce qu'il cache ?

    Esber

    16 h 33, le 22 octobre 2021

  • Très mauvaise diplomatie !

    Wow

    13 h 13, le 22 octobre 2021

  • Plus d'un an et deux mois se sont écoulés sans qu'aucune puissance ne nous fournisse des images satellites !!!.... Mais comme l'a si bien insinué Poutine, la "vérité" sert-elle a quelque chose dans le jeux des nations ? sûrement pas...

    Henri Najm

    13 h 00, le 22 octobre 2021

  • Le Hezbollah est effectivement un grnad parti, devenu grand grasse a la terreur rendue possible pasr les armes de la traitrise, financees par l' Iran, et la creatin d' une administration et d' une economie paralleles souterraines, fondees sur le blanchiment d' argent et le crime organise.

    LeRougeEtLeNoir

    12 h 37, le 22 octobre 2021

  • Le champion du monde des semeurs de m… Soit il sait, soit il ne sait pas ! Mais c’est sûrement plus subtil que ça, confirmer le Hezb au Liban pour qu’il, et ses amis iraniens, lui laissent les coudées franches en Syrie ? Ou pousser les français, et donc, les américains, à la faute à fin de s’en débarrasser au Liban ?

    TrucMuche

    10 h 45, le 22 octobre 2021

Retour en haut