Rechercher
Rechercher

Campus - ACTION SOLIDAIRE

« Medonations » pour soutenir et secourir les Libanais

Grâce à l’initiative de Marina el-Khawand, une étudiante de 20 ans, et à la générosité de nombreux bénévoles et donateurs, quelque 9 000 familles libanaises ont pu se procurer des médicaments.

« Medonations » pour soutenir et secourir les Libanais

« La jeunesse est capable d’agir et cela se traduit concrètement par l’engagement social de milliers de Libanais et de Libanaises. Cette volonté de vouloir changer les choses va permettre à la nouvelle génération de tracer au pays du Cèdre un avenir meilleur. » Photo DR

« Alors que chaque citoyen devrait avoir accès aux soins de santé et aux médicaments, quelle que soit sa situation financière, nous remarquons malheureusement que, depuis le 4 août 2020, de plus en plus de Libanais peinent à obtenir leurs traitements, sans oublier ceux qui n’ont pas les moyens de se faire opérer alors que leurs jours sont en danger », lance d’emblée Marina el-Khawand. Inscrite à la fois en 3e année de droit à l’Université la Sagesse et en 3e année de littérature anglaise à l’Université libanaise, l’étudiante décide de s’engager pour aider ses concitoyens à retrouver l’un de leurs droits les plus fondamentaux : celui de se soigner.

« À la suite de la double explosion qui a ravagé la capitale, je suis allée à la rencontre des habitants de Beyrouth et j’ai remarqué que ce dont ils avaient le plus besoin, c’était de se procurer leurs médicaments, la plupart des ONG s’étant chargées de leur fournir nourriture et vêtements. L’initiative Medonations est née pour leur venir en aide », explique la jeune femme. Entourée d’autres personnes bénévoles, en particulier des jeunes, elle commence à collecter des dons et des médicaments destinés à ces personnes qui ont subi des pertes inestimables et qui essaient de préserver ce qu’il y a de plus important : leur santé. « Il s’agit, le plus souvent, de gens atteints de maladies chroniques et qui, en raison de la pénurie de médicaments et de la crise économique, ne peuvent plus se soigner convenablement », précise la bénévole de 20 ans. Marina el-Khawand s’appuie sur les réseaux sociaux pour lancer des appels aux dons et diffuser les listes de médicaments dont la population libanaise a besoin.

Lire aussi

Contre la pénurie de médicaments, le système D des initiatives privées

« Grâce à la générosité de donateurs, nous avons pu assez vite débuter cette mission. Les aides sont nombreuses, elles comptent toutes, qu’il s’agisse de dons matériels importants ou d’une seule boîte de médicaments offerte. L’objectif est d’aider les citoyens à survivre en ces moments particulièrement difficiles et de leur redonner espoir », raconte l’étudiante. Elle souligne que c’est la diaspora libanaise qui soutient en particulier l’initiative Medonations grâce aux dons généreux faits régulièrement depuis plus de douze mois. « En un an, nous avons pu couvrir les frais de 50 opérations chirurgicales et traitements contre le cancer et aider jusqu’à 9 000 familles à recevoir des médicaments. Nous avons également lancé la campagne Nafas Beyrouth qui nous a permis de nous procurer 4 machines à oxygène destinées aux patients atteints de Covid-19, et trois autres machines pour ceux qui ont des problèmes respiratoires. Cela nous a permis de sauver 33 vies », précise Marina el-Khawand.

Poursuivre cette mission

L’aide fournie par Medonations à la population libanaise ne cesse d’augmenter. « Cela se fait aussi grâce au soutien et à l’engagement de nombreux bénévoles dont les visages se renouvellent au fil des saisons. Il y a évidemment des étudiants, mais aussi des médecins et des infirmiers, au Liban et à l’étranger », note Marina el-Khawand. La jeune femme œuvre actuellement pour transformer l’initiative qu’elle a lancée en une ONG. « La jeunesse est capable d’agir et cela se traduit concrètement par l’engagement social de milliers de Libanais et de Libanaises. Cette volonté de vouloir changer les choses va permettre à la nouvelle génération de tracer un avenir meilleur au pays du Cèdre, j’en suis persuadée », affirme l’étudiante. Celle qui a fait partie, adolescente, des guides du Liban affirme que le fait de s’engager transforme complètement une personne et encourage chacun à agir pour créer un changement positif autour de lui. « En s’engageant socialement, on réalise concrètement que notre action a un impact positif et qu’elle peut carrément sauver des vies. On en tire plein de leçons et nos priorités changent. Quand on donne de son temps et de sa personne pour aider les autres, on reçoit énormément en retour », promet Marina el-Khawand.



« Alors que chaque citoyen devrait avoir accès aux soins de santé et aux médicaments, quelle que soit sa situation financière, nous remarquons malheureusement que, depuis le 4 août 2020, de plus en plus de Libanais peinent à obtenir leurs traitements, sans oublier ceux qui n’ont pas les moyens de se faire opérer alors que leurs jours sont en danger », lance d’emblée...

commentaires (2)

Bravo pour cette initiative dont j’ai été personnellement témoin! Cette soif d’aider s’est concrétisée grâce à un travail acharné! Merci pour tous les efforts fournis à tous les libanais !

Zeina Mansour

06 h 46, le 28 novembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Bravo pour cette initiative dont j’ai été personnellement témoin! Cette soif d’aider s’est concrétisée grâce à un travail acharné! Merci pour tous les efforts fournis à tous les libanais !

    Zeina Mansour

    06 h 46, le 28 novembre 2021

  • UN PAYS DE 10000 Km2, de 4.500 000 habitants ! super super actifs s'y presentent des centaines de ONG ! autant que les experts financiers, politiques,analystes et decrypteurs de tous genres. Y A QUAND MEME SUJET A DEBATTRE PAS VRAI ?

    Gaby SIOUFI

    10 h 20, le 21 octobre 2021

Retour en haut