Rechercher
Rechercher

Politique - Affrontements armés à Beyrouth

Raï appelle le gouvernement à se réunir pour affirmer l'autorité de l’État

"L'armée libanaise a montré que la force légale qui assure la sécurité est plus puissante que tout autre force qui viole la paix civile dans le pays", souligne le patriarche maronite. 

Raï appelle le gouvernement à se réunir pour affirmer l'autorité de l’État

Le chef de l’Église maronite, Béchara Raï. Photo ANI

Le chef de l’Église maronite Béchara Raï a dénoncé dans son homélie dominicale les affrontements armés qui ont eu lieu jeudi dernier à Beyrouth et appelé le gouvernement à se réunir "pour affirmer l'autorité de l’État". Le prélat a souligné le rôle primordial de l'armée libanaise dans la préservation de la  sécurité, dénonçant "l'intervention de toute autre force qui viole la paix civile dans le pays", dans une critique à peine voilée de l'arsenal du Hezbollah. 

Au moins sept personnes ont été tuées et une trentaine d'autres blessées par balles jeudi dans des violences au cœur de Beyrouth, en marge d'un rassemblement de centaines de partisans du Hezbollah et du mouvement Amal du président du Parlement Nabih Berry devant le Palais de justice pour protester contre le juge Tarek Bitar, en charge de l'enquête sur la double explosion dans le port de la capitale, le 4 août 2020. Le tandem chiite a mis en cause le parti chrétien des Forces libanaises (FL) de Samir Geagea, qui avait appelé mercredi les Libanais à ne pas céder aux "intimidations". Selon le Hezbollah, les FL avaient placé des tireurs sur les toits de plusieurs immeubles d'où ils ont tiré sur le cortège qui passait en contrebas, sur son chemin vers le secteur du Palais de justice. Les FL ont toutefois rejeté ces accusations et fait porter au parti pro-iranien l'entière responsabilité des accrochages, en raison de ses "incitations" contre le juge Tarek Bitar.

Affirmer l'autorité de l’État

"Nous soutenons le rôle de l'armée libanaise dans la sauvegarde de la sécurité civile", a affirmé Béchara Raï, dénonçant "tout retour aux accusations arbitraires, à l'armement confessionnel et aux médias séditieux". "L'armée libanaise a montré que la force légale qui assure la sécurité est plus puissante que toute autre force qui viole la paix civile dans le pays", a-t-il dit.

Lire aussi

Qui a tiré sur qui hier à Tayouné ?

Il a par ailleurs souligné que "le gouvernement doit se réunir pour affirmer l'autorité de l’État et prendre les décisions nationales nécessaires". Selon lui, "tout ministre devrait respecter l'autorité de l’État et assumer ses responsabilités au nom du peuple libanais et non pas au nom de tierces parties puissantes", dans une critique évidente des ministres chiites qui ont décidé de boycotter le gouvernement tant que celui-ci ne prend pas une position claire contre le juge Bitar.

Dans ce contexte, le prélat a noté qu'"aucune partie ne devrait avoir recours à la menace et à la violence", déplorant que des partis politiques ou des clans aient installé des barricades sur la voie publique pendant les incidents. Il a appelé dans ce cadre les protagonistes à s'entendre afin de mettre un terme à la sédition. Béchara Raï a en outre souligné qu'il partageait le point de vue du chef de l’État Michel Aoun, qui avait refusé dans une allocution jeudi toute tentative de "prendre le pays en otage de ses propres intérêts ou comptes", dans une critique implicite du tandem chiite Amal-Hezbollah. 

Ingérences politiques et confessionnelles 

Mgr Raï a d'autre part appelé à "libérer le pouvoir judiciaire des ingérences politiques et confessionnelles et à respecter son indépendance conformément à la séparation des pouvoirs". "La confiance dans le pouvoir judiciaire est le critère sur lequel se basse le monde pour accorder sa confiance au Liban", a-t-il souligné.

Lire aussi

Le gouvernement Mikati en mode survie

Évoquant ensuite l'anniversaire du soulèvement du 17 octobre, il a demandé aux Libanais de s'unir tout comme ils l'avaient fait en 2019  et déploré que la commémoration de la thawra soit "marquée par la tristesse, le deuil et la fragmentation".

Le chef de l’Église maronite a enfin invité les Libanais à "exprimer leur volonté lors des prochaines législatives" afin d'aboutir au changement auquel ils aspirent.

De son côté, le métropolite grec-orthodoxe de Beyrouth, Mgr Elias Audi, a appelé les dirigeants à "restaurer et imposer l'autorité de l'Etat" afin que le pays acquière une "véritable indépendance". Le prélat a dénoncé les combats meurtriers de jeudi qui ont rappelé aux Libanais le début de la guerre civile, soulignant qu'ils "ne sont pas prêts à la revivre". "Il n’y a ni vie ni avenir pour un pays sans justice et sans mise en application de la loi", a-t-il affirmé, estimant que "la véritable justice consiste en l'application de la loi à tout le monde, sans discrimination".


Le chef de l’Église maronite Béchara Raï a dénoncé dans son homélie dominicale les affrontements armés qui ont eu lieu jeudi dernier à Beyrouth et appelé le gouvernement à se réunir "pour affirmer l'autorité de l’État". Le prélat a souligné le rôle primordial de l'armée libanaise dans la préservation de la  sécurité, dénonçant "l'intervention de toute autre force...

commentaires (7)

QUE NE VOUS TAISEZ VOUS PAS POUR UNE FOIS. VOUS DORMEZ DEBOUT EN PLEIN JOUR. VOUS APPLAUDISSEZ UN GOUVERNEMENT DES DEUX MILICES CHIITES QUI FONT DEJA DU CHANTAGE POUR LE FAIRE TOMBER. WAYNAK YIA FEU GRAND PATRIARCHE SFEIR POUR VOIR JUSQU,OU EST TOMBE LE RANG DE PATRIARCHE A BKERKE !

CENSURE CRIMINELLE. NI ABONNEMENT NI SOUTIEN.

18 h 36, le 18 octobre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • QUE NE VOUS TAISEZ VOUS PAS POUR UNE FOIS. VOUS DORMEZ DEBOUT EN PLEIN JOUR. VOUS APPLAUDISSEZ UN GOUVERNEMENT DES DEUX MILICES CHIITES QUI FONT DEJA DU CHANTAGE POUR LE FAIRE TOMBER. WAYNAK YIA FEU GRAND PATRIARCHE SFEIR POUR VOIR JUSQU,OU EST TOMBE LE RANG DE PATRIARCHE A BKERKE !

    CENSURE CRIMINELLE. NI ABONNEMENT NI SOUTIEN.

    18 h 36, le 18 octobre 2021

  • Le gouvernement a été concocté par tous les traitres du pays. Comment peut on espérer un déroulement normal de la démocratie lorsque les ministres choisis sont des pions vendus au service des mercenaires et montent au créneau pour vociférer et menacer puis bloquer le pays forts de leur position alors que ne sont que des ignares qui préfèrent la trahison à servir honnêtement leur pays. Makati devrait réunir le gouvernement et accepter la démission de tous les ministres qui veulent bloquer le pays en rejetant toute forme de menace pour pouvoir exercer sa mission de sauvetage. Qu’on ne nous parle surtout pas d’équilibre de force ou d’équité confessionnelle puisque nous savons que tout cela n’a plus de sens depuis que la seule milice chiite est dominante et raffle tous les ministères de toutes les confessions soit par alliance soit par les menaces. Ils ont eu leur gouvernement monochrome qu’ils ont dissout eux mêmes par intérêt personnel et pour bloquer le pays alors agissons sans eux et montrons qu’ils ne pèsent rien dans la balance de la politique du pays et laissons les aboyer et que cette caravane du gouvernement passe.

    Sissi zayyat

    15 h 25, le 18 octobre 2021

  • GOUVERNEMENT DE MASCARADE ET DE POLICHINELLES. COPIE DE TOUS LES PASSES. ET RAI Y SOUSCRIT. DE GRACE LE SILENCE VOUS SERAIT MIEUX. VOUS ETES DEVENU LE COMPLICE DE VOS DEUX BELIERS BISCORNUS QUI AVEC LES MERCENAIRES IRANIENS ONT DETRUIT LE PAYS.

    CENSURE CRIMINELLE. NI ABONNEMENT NI SOUTIEN.

    20 h 55, le 17 octobre 2021

  • Cher seigneur, pas la peine de faire appel au gouvernement ou au zombs du pouvoir, ils ont tous perdus leurs co....es et n'osent rien dire où faire. Joignez donc la résistance du Peuple pour la récupération de la Patrie, ou tout simplement devenez ermite et pensez au Liban dans vos prières...

    Wlek Sanferlou

    19 h 08, le 17 octobre 2021

  • Il faut être franc. De quel état parle-t-on ? L'état où les forces armées n'arrivent pas à s'imposer contre des voyous qui ne ménagent aucune occasion pour attaquer les citoyens dans leurs quartiers ? Des voyous guidés par des hauts responsables de cet état hypothétique ? Des hauts responsables qui piétinent les lois sans scrupules ? Non, on est loin de la notion d'Etat.

    Esber

    18 h 45, le 17 octobre 2021

  • IL N'Y A QUE RAÏ QUI N'A PAS VU ENCORE QUE CE GOUVERNEMENT À QUI FAIT APPEL N'EST QUE LE GOUVERNEMENT DU HEZBOLLAH. SOUVENEZ VOUS QUAND CE GOUVERNEMENT A ÉTÉ FORMÉ, RAÏ A DÉCLARÉ SON BONHEUR ET REMERCIÉ SON DIEU. IL CONTINUE À Y CROIRE. QUE QUEQU'UN LUI EXPLIQUE , SVP, QUE CE GOUVERNEMENT EST FORMÉ DE 2 MINISTRES DES MARADA DE SLEIMAN FRANGIÉ QUI A APRÉCIÉ HIER LE COURAGE DU BERRI ET DU NASRALLAH. 2 MINISTRES POUR JOUMBLATT, 3 OU 4 POUR BERRI OÙ L'UN DE SES MILICES A TAPPÉ SUR LA TABLE EN MENAÇANT ....3OU 4 POUR LE HEZBOLLA ET LES AUTRE POUR LES MERCENAIRES DU HEZBOLLA C'EST À DIRE AOUN ET BASSIL DONC LA LARGE MAJORITÉ. MIKATI EST UN PREMIER MINISTRE SUR QUI ? CE N'EST QU'UN CONCIERGE QUI APPLIQUE LES ORDRES DE BERRI ET NASRALLH VIA LEURS MINISTRES.

    Gebran Eid

    16 h 11, le 17 octobre 2021

  • Comment faire pour récupérer les armes du Hezb, FL, Amal et de tous les partis politiques qui ne devraient ni avoir de bras armé ni financer ces milices qui fichent en l'air le pays ? Et d’ailleurs comment se financent-t-ils ?

    TrucMuche

    13 h 20, le 17 octobre 2021

Retour en haut