Rechercher
Rechercher

Politique - Affaire Tarek Bitar

Le gouvernement Mikati en mode survie

Une source ministérielle exclut la démission des membres chiites du cabinet.

Le gouvernement Mikati en mode survie

Le Conseil des ministres réuni le mardi 12 octobre 2021, à Baabda. Photo Dalati et Nohra

À peine un mois après sa naissance, le gouvernement de Nagib Mikati a essuyé son premier, et sérieux, camouflet. Car l’ultimatum lancé en début de semaine par le tandem Hezbollah-Amal est on ne peut plus clair : le déboulonnement de Tarek Bitar, le juge chargé de l’enquête sur le drame du 4 août 2020, ou la démission des ministres chiites. Après l’étalage de force pour lequel ont opté les deux alliés chiites jeudi à Beyrouth, de sérieuses interrogations entourent aujourd’hui la capacité du cabinet à survivre et poursuivre sa mission de sauvetage.

La séquence commence lundi soir en fait, lorsque le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, se livre à une violente diatribe contre le juge Bitar, qui mène une enquête dans le cadre de laquelle plusieurs figures alliées du parti chiite, des faucons d’Amal et des Marada de Sleimane Frangié, sont poursuivies. Dans son discours, le leader chiite accuse alors ouvertement le magistrat de « faire du ciblage politique », allant même jusqu’à le soupçonner « de ne pas vouloir révéler la vérité » et appelant à son remplacement.

Mais c’est l’intervention incendiaire, le lendemain, du ministre de la Culture, Mohammad Mortada (Amal), en Conseil des ministres qui pousse vraiment le cabinet Mikati au bord de l’implosion. Prenant la parole juste après l’allocution du président de la République, Michel Aoun, le ministre de la Culture se livre, au nom de ses collègues chiites, à un long exposé juridico-politique concernant le cours de l’enquête menée par Tarek Bitar contre qui il tire à boulets rouges, appelant le gouvernement à prendre position (comprendre à remplacer M. Bitar) et brandissant la menace d’une démission des ministres chiites. Ces propos, il les tient quelques heures après que le juge Bitar eut émis un mandat d’arrêt contre Ali Hassan Khalil, bras droit du président de la Chambre, Nabih Berry. C’est donc pour éviter une implosion du cabinet que le débat est suspendu, la séance levée et reportée au lendemain. Sauf que les contacts politiques lancés pour régler cette crise n’aboutissent pas. Les réunions gouvernementales sont, dès lors, ajournées sine die.

L'édito de Issa GORAIEB

Boulevards de crises

Le tandem chiite décide alors de passer à la vitesse supérieure, en mobilisant sa rue contre le juge d’instruction. Ce qui avait été présenté comme « une manifestation pacifique » prévue jeudi dans la matinée devant le Palais de justice à Beyrouth, dégénère toutefois rapidement en affrontements armés entre des miliciens du binôme chiite et d’autres éléments armés, notamment dans le secteur de Tayouné.

Les deux formations chiites accusent les Forces libanaises d’avoir déployé des francs-tireurs sur les toits des immeubles environnants et d’avoir visé leurs partisans qui s’approchaient des quartiers chrétiens jouxtant le secteur. La formation de Samir Geagea dément et réclame une enquête officielle, accusant le Hezbollah d’avoir « envahi » les quartiers chrétiens.

Le bilan des ces violences, qui ont ravivé le spectre de la guerre civile, est lourd : au moins sept morts et une trentaine de blessés.

Outre la guerre civile, les scènes de violence de jeudi ont rappelé aux Libanais la funeste journée du 7 mai 2008, lorsque des éléments armés du parti de Nasrallah avaient envahi les quartiers à majorité sunnite de la capitale ainsi que la Montagne après une décision du gouvernement de Fouad Siniora de démettre de ses fonctions Wafic Choucair, alors responsable de la sécurité de l’AIB (proche du parti chiite), à la suite d’une faille sécuritaire à l’aéroport révélée par le leader druze Walid Joumblatt.

À la recherche d’un compromis

Sans aller jusqu’à faire ce parallélisme, Kassem Kassir, analyste politique réputé pour être proche des milieux du Hezbollah, estime toutefois que « l’après jeudi ne sera pas comme l’avant ». « Après les accrochages de Tayouné, le gouvernement Mikati ne pourra plus se réunir comme si de rien n’était, et le juge Bitar ne pourra plus poursuivre son enquête de la même manière », explique-t-il à L’Orient-Le Jour.

Lire aussi

Quand le Hezbollah met Michel Aoun dans une position intenable

C’est donc cette nouvelle équation qui s’impose aujourd’hui, mettant le Premier ministre Mikati devant un véritable casse-tête : concilier les demandes et intérêts des parrains de son équipe et les exigences liées à son mandat de chef du gouvernement. Attendu au tournant sur les grands dossiers tels que les réformes économiques et l’enquête sur la catastrophe du port de Beyrouth, Nagib Mikati ne peut pas céder au forcing visant à dessaisir Tarek Bitar de l’enquête. Il ne peut pas non plus jeter l’éponge, alors que son équipe est sous surveillance internationale, notamment de la part de la France. « Limoger le juge Bitar n’est pas chose facile. C’est pourquoi, des contacts seraient actuellement en cours à la recherche d’une sortie de crise qui permettrait à toutes les composantes du gouvernement de sauver la face », analyse Kassem Kassir. Notre correspondante à Baabda, Hoda Chédid, indique dans ce cadre que des contacts sont menés en quête d’un compromis à même de redynamiser le Conseil des ministres dans les plus brefs délais, d’une part, et de préserver le prestige du pouvoir judiciaire, de l’autre. Impliqué dans ces efforts, le chef de l’État, Michel Aoun – qui avait assuré, dans un discours adressé à la nation jeudi soir, que le gouvernement reprendra ses réunions rapidement –, œuvre pour une solution axée sur le principe de séparation des pouvoirs et celui de la spécialité. Il prône donc une solution dont serait chargé le Conseil supérieur de la magistrature, surtout après la nomination mardi de nouveaux membres de cette instance, ajoute Hoda Chédid. Ainsi, si le juge Bitar est soupçonné d’infraction aux lois en vigueur, il pourrait être interrogé par l’inspection judiciaire, dont les décisions ne sont pas susceptibles de recours. Parallèlement, des efforts sont déployés pour que le tandem Amal-Hezbollah modifie sa position, dans le sens d’un dénouement heureux.

Mikati s’accroche

En attendant l’issue de ces contacts, Nagib Mikati semble conscient du sérieux coup que son équipe a subi. Dans une interview accordée jeudi soir, soit quelques heures après les affrontements de Tayouné, à notre confrère an-Nahar, il s’est – très subtilement – prononcé contre l’interférence du pouvoir politique dans l’action de la justice. Comprendre que le Premier ministre est contre le dessaisissement de Tarek Bitar. M. Mikati s’est en outre posé la question de savoir si ces accrochages avaient pour but de faire tomber son équipe. Avançant sa propre réponse, il a déclaré que son gouvernement est maintenu et continuera à œuvrer pour sortir le pays de la crise actuelle. Un peu plus tard, le chef de l’État s’est invité dans la partie. Dans son discours adressé à la nation, il a souligné que les différends devraient être réglés au sein des institutions, critiquant l’usage des armes dans la rue. Des propos qui en disent long sur l’état des rapports entre le président Aoun et son allié de longue date, le Hezbollah, d’une part, et le mouvement Amal, avec qui il est à couteaux tirés depuis plusieurs mois, d’une autre.

Lire aussi

Pour les Forces libanaises, une victoire en dents de scie

La survie précaire du gouvernement semble conditionnée au compromis que les parties concernées n’ont pas encore trouvé. « Nagib Mikati ne rendra pas son tablier facilement et n’approuvera pas un limogeage de Tarek Bitar », estime un observateur de la scène politique libanaise qui a requis l’anonymat. Selon lui, la véritable question qui devrait être posée est la suivante : quelle sera la prochaine étape pour le Hezbollah ? Ira-t-il jusqu’à faire tomber le cabinet et torpiller par la même occasion les prochaines législatives, surtout après la défaite du camp pro-iranien lors des élections irakiennes du 10 octobre ? L’OLJ a tenté, en vain, de contacter des responsables de la formation de Hassan Nasrallah pour obtenir des éléments de réponse. Une source ministérielle proche du duo Amal-Hezbollah assure toutefois à L’OLJ que les ministres chiites ne claqueront pas la porte du gouvernement, « parce qu’ils ne fuiront pas leurs responsabilités politiques ». « Mais le pouvoir exécutif, notamment le chef de l’État et le Premier ministre, doivent être conscients qu’il y a un plan visant à mener le pays vers la discorde (confessionnelle) et que certains Libanais sont en train de l’exécuter », prévient ce ministre sous couvert d’anonymat, dans une critique à peine voilée adressée à Tarek Bitar.


À peine un mois après sa naissance, le gouvernement de Nagib Mikati a essuyé son premier, et sérieux, camouflet. Car l’ultimatum lancé en début de semaine par le tandem Hezbollah-Amal est on ne peut plus clair : le déboulonnement de Tarek Bitar, le juge chargé de l’enquête sur le drame du 4 août 2020, ou la démission des ministres chiites. Après l’étalage de force pour...

commentaires (5)

La discorde confessionnelle est mené de bout en bout par les leaders chi’ites traîtres qui l’alimentent par des apparitions hebdomadaires en scandant des menaces et intimidations envers les libanais et en défilant dans NOS rues armés lourdement en cagoules et en assassinant nos gens de tout bords au fil des trente dernières années, sans relâche. Nulle part au monde, cela existe à part en Afghanistan. Cela doit cesser hier avant demain !

Wow

18 h 06, le 16 octobre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • La discorde confessionnelle est mené de bout en bout par les leaders chi’ites traîtres qui l’alimentent par des apparitions hebdomadaires en scandant des menaces et intimidations envers les libanais et en défilant dans NOS rues armés lourdement en cagoules et en assassinant nos gens de tout bords au fil des trente dernières années, sans relâche. Nulle part au monde, cela existe à part en Afghanistan. Cela doit cesser hier avant demain !

    Wow

    18 h 06, le 16 octobre 2021

  • Si les libanais sont assez dupes pour croire à la discorde confessionnelle après ce qui vient de se passer, alors on peut dire au revoir ou plutôt adieu à notre cher pays. Il est clair comme l’eau de roche que HN et Berry veulent dominer le pays pour terroriser ses citoyens quelque soit leur religion. Ils veulent imposer leur dictature et s’accaparer du pouvoir seuls pour anéantir tout ce qui reste des citoyens et du pays. Le but est pour l’un, la gloire d’un autre pays, et pour l’autre sa propre gloire de mâle dominant manquant de testostérone qu’ils substituent tous les deux par des gorilles armés pour arriver à leur fin pendant qu’ils sont terrés dans leur bunker respectif, pour l’un réel, et pour l’autre virtuel grâce à son armada armée qui veuille sur sa sécurité. Comment des libanais peuvent admettre de donner leur vie pour que leur pays meurt alors que le peuple est sensé mourir pour que vive sa patrie puisqu’on en a qu’une et unique et qu’elle est irremplaçable.

    Sissi zayyat

    13 h 51, le 16 octobre 2021

  • je leur demande cesser de tergiverser, je leur demande de donner au boulanger le soin de faire du pain, je leur demande de recourir a salim jreissati, aka raspoutine qui lui seul pourrait trouver la formule magique necessaire pour sauver la face a tous ces kellon, mais certainement pas a la justice ni aux citoyens libanais.

    Gaby SIOUFI

    10 h 55, le 16 octobre 2021

  • Le gouvernement Mikati est né mort. Les ministres sont en principe des technocrates indépendants alors qu’ils sont en réalité inféodés à leurs partis politiques ou à leurs milices. Mikati veut trouver une solution qui sauve la face à tout le monde. Et voilà, on reprend les anciennes méthodes et on continue à faire l’autruche. ON LE FAIT DEPUIS DES ANNÉES ET ON VIT EN CRISE DEPUIS DES ANNÉES. SAUF QUE CETTE FOUS CI ON VA TOUS CREVER DE FAIM ET DE SOIF. IL FAUT QU ÇA CESSE UNE FOIS POUR TOUTES. LA COHABITATION A MONTRÉ SES LIMITES ET UN NOUVEAU RÉGIME POLITIQUE DOIT ÊTRE TROUVÉ. CESSONS DE NOUS MENTIR À NOUS MEME ET SORTIR DE BELLES PHRASES SUR LA COHABITATION ALORS QU’ON SE DÉTESTE PROFONDÉMENT

    Censuré par l’OLJ

    09 h 43, le 16 octobre 2021

  • "il y a un plan visant à mener le pays vers la discorde (confessionnelle) et que certains Libanais sont en train de l’exécuter". En effet. Et le discours incendiaire de Nasrallah entre clairement dans ce jeu.

    Yves Prevost

    07 h 32, le 16 octobre 2021

Retour en haut