Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Le gouvernement s’attellera à rétablir les relations avec les pays arabes, affirme Mikati

La situation au Liban a été abordée lors d'un entretien téléphonique Macron-MBS.

Le gouvernement s’attellera à rétablir les relations avec les pays arabes, affirme Mikati

Le Premier ministre libanais, Nagib Mikati, s'exprimant devant des dignitaires religieux, à Tripoli, le 1er octobre 2021. Photo ANI

Le Premier ministre libanais, Nagib Mikati, a affirmé vendredi que son gouvernement déploiera tous les efforts nécessaires pour rétablir les ponts avec les pays arabes, alors que nombre d'entre eux, notamment l'Arabie saoudite, semblent désintéressés par le Liban, qui traverse la crise la plus grave de son histoire contemporaine. 

S'exprimant à Tripoli, au Liban-Nord, devant des délégations populaires et religieuses venues le féliciter pour la formation de son équipe ministérielle, M. Mikati a déclaré que "le gouvernement s'attellera à rétablir les relations libano-arabes, rompues par le passé. Nous sommes conscients du fait que les frères arabes tiennent à ce que l'unité du Liban soit préservée, et à protéger le pays de tous les dangers", a-t-il ajouté en soulignant que "le gouvernement déploie tous les efforts pour renforcer les rapports historiques du Liban avec eux".

M. Mikati avait tenu des propos dans le même sens au palais présidentiel de Baabda, après la formation de son équipe le 10 septembre dernier, alors que l'Arabie saoudite, qui a traditionnellement tenu un rôle-clé au Liban et participé à l'élaboration de l'accord de Taëf en 1989 sur la fin de la guerre civile, s'est désengagée du dossier libanais. Depuis 2017 et la séquestration de l'ancien Premier ministre Saad Hariri à Riyad, vraisemblablement sur ordre du prince héritier Mohammad Ben Salmane, le royaume wahabite dénonce la mainmise du Hezbollah et de l'Iran sur le pays. Des saisies en Arabie de quantités de drogues en provenance du Liban ont compliqué ces relations, tandis que le Liban s'enfonce dans une grave crise socio-économique et politique.

Entretien Macron-MBS
Riyad n'a pas encore pris contact avec le nouveau gouvernement, mais la situation au Liban a été évoquée lors d'un entretien téléphonique, jeudi, entre le prince héritier, dit MBS, et le président français, Emmanuel Macron, qui ont discuté des relations bilatérales, selon une source de l'Elysée. La conversation a également porté sur la situation en Afghanistan, le suivi de la conférence de Bagdad pour la coopération et le partenariat, tenue fin août, ainsi que sur les questions régionales au Moyen-Orient, "en particulier au Liban".

Lire aussi

Gouvernement ou pas, un retour politique du Golfe reste un mirage

L'agence d'information officielle saoudienne SPA avait confirmé, jeudi, cette conversation, sans mentionner le Liban parmi les questions évoquées. Selon l'agence, M. Macron et MBS ont discuté des relations bilatérales et des opportunités de les renforcer, ainsi que des développements dans la région. Ils ont insisté sur l'importance de préserver la paix au Moyen-Orient et d'appuyer les efforts déployés dans ce sens.

Perçu comme le parrain du processus politique qui a  mené à la formation de l'équipe Mikati, le chef de l'Elysée avait reçu le Premier ministre le 24 septembre à Paris. Il lui avait alors rappelé les engagements pris en matière de réformes et d'élections législatives.

A ce sujet, M. Mikati a reconnu que les gens s'attendent "à une action de sauvetage de la part du gouvernement". "Nous avons commencé à prendre les mesures nécessaires pour mettre le pays sur la voie du redressement", a-t-il affirmé dans une allusion à la formation de la délégation libanaise chargée des négociations avec le Fonds monétaire international, en Conseil des ministres, mercredi dernier. Ces négociations, ainsi que des réformes structurelles, sont les conditions posées par les pays donateurs pour débloquer les fonds promis au Liban.


Le Premier ministre libanais, Nagib Mikati, a affirmé vendredi que son gouvernement déploiera tous les efforts nécessaires pour rétablir les ponts avec les pays arabes, alors que nombre d'entre eux, notamment l'Arabie saoudite, semblent désintéressés par le Liban, qui traverse la crise la plus grave de son histoire contemporaine. S'exprimant à Tripoli, au Liban-Nord, devant des...

commentaires (2)

TOZ....on n a rien vu de concret de vous tous et depuis des millénaires ..

Marie Claude

10 h 10, le 02 octobre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • TOZ....on n a rien vu de concret de vous tous et depuis des millénaires ..

    Marie Claude

    10 h 10, le 02 octobre 2021

  • Tu peux toujours courir …

    Bery tus

    19 h 36, le 01 octobre 2021

Retour en haut