Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Nos grands petits espoirs

Peuple fatigué, désabusé, révolté par ces léthargiques criminels, nous avons néanmoins développé, au nez et à leurs barbes, une aptitude à nous créer quand même des joies faciles. Non, ils ne nous ôteront pas ça aussi !

Lorsque nous rencontrons un copain à l’épicerie du coin.

Lorsqu’un ami expatrié vous envoie un gros sac de médicaments par l’intermédiaire d’un copain au copain d’un ami.

Lorsqu’un autre ami, sachant que vous aimez le chocolat, vous fait parvenir un paquet honteusement rempli des chocolats que vous ne trouvez plus ici.

Quand le voisin vous appelle en urgence parce qu’il y a tout simplement un arrivage de pain à l’épicerie du coin.

Quand, aussi, le concierge de votre immeuble adopte tous les animaux du quartier abandonnés par leurs maîtres et que le petit restaurant du coin lui assure de quoi les nourrir tous les jours…

Alors, vous ne perdez pas foi.

Alors, vous ne renoncez plus à espérer.

Alors, vous comprenez la spécificité d’être libanais.

On dit que les plus belles fleurs poussent dans la boue.

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


Peuple fatigué, désabusé, révolté par ces léthargiques criminels, nous avons néanmoins développé, au nez et à leurs barbes, une aptitude à nous créer quand même des joies faciles. Non, ils ne nous ôteront pas ça aussi ! Lorsque nous rencontrons un copain à l’épicerie du coin.Lorsqu’un ami expatrié vous envoie un gros sac de médicaments par l’intermédiaire d’un copain...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut