Rechercher
Rechercher

Économie - Crise

Les syndicats touristiques appellent à une « réconciliation » avec les pays du Golfe

Les syndicats touristiques appellent à une  « réconciliation » avec les pays du Golfe

La terrasse et la piscine d’un hôtel à Bécharré, au Liban-Nord. Photo P.H.B.

Le président de la Fédération des syndicats touristiques et du syndicat des hôteliers, Pierre Achkar, a souligné hier dans un communiqué « la nécessité pour le Liban de se réconcilier avec ses voisins arabes, notamment ceux du Golfe ». Il a expliqué que le secteur touristique compte toujours sur les touristes du Golfe, ces derniers enregistrant les « plus longues périodes de séjour au Liban », et étant ceux qui « viennent le plus fréquemment » et qui y « dépensent le plus ». A la suite de cela, il a ajouté que « les crises ont endommagé l’image du Liban auprès des touristes du Golfe, qui se sont alors abstenus de s’y rendre ».

Pour mémoire

À quel point la crise a détruit le tourisme libanais

Pierre Achkar a de plus souligné que la dépréciation de la livre libanaise, supposée faire du Liban une destination plus attractive pour certains vacanciers en rendant certains produits et services plus accessibles, n’a finalement pas eu les retombées positives espérées sur le secteur touristique « comme certains le présageaient ». Ce bilan décevant s’explique selon lui par le « manque de confiance et l’absence de stabilité financière, politique et économique ». Hier, le dollar s’échangeait contre environ 16 300 livres libanaises, alors que les Libanais subissent toujours d’importantes restrictions bancaires illégales limitant leur accès à leurs comptes.

Le président du syndicat a enfin souligné dans son communiqué que le secteur touristique a réussi « à surmonter la crise du carburant ainsi que la plupart des défis auxquels il a récemment été confronté (…) et que le secteur n’a aucune demande au nouveau gouvernement, à l’exception d’une réconciliation entre le Liban et les pays du Golfe », soulignant que « le tourisme est capable de retrouver sa prospérité une fois que les visiteurs (de ces pays) reviendront ».

Pour mémoire

Batroun, poumon touristique d’un Liban essoufflé par les crises

Les professionnels du tourisme libanais ont régulièrement dénoncé les conséquences pour leurs activités des tensions qui ont émaillé les relations diplomatiques entre le Liban et les pays du Golfe, principalement en raison de la rivalité entre l’Arabie saoudite et l’Iran. À l’image d’autres secteurs, ils ont également été très impactés par la crise économique et financière que traverse le pays depuis mi-2019 ainsi que la crise sanitaire qui a mis la quasi-totalité du tourisme mondial à l’arrêt pendant plusieurs mois en 2020. En début de semaine, le nouveau Premier ministre Nagib Mikati a affirmé que l’une de ses priorités était de rétablir les ponts coupés avec les pays arabes.


Le président de la Fédération des syndicats touristiques et du syndicat des hôteliers, Pierre Achkar, a souligné hier dans un communiqué « la nécessité pour le Liban de se réconcilier avec ses voisins arabes, notamment ceux du Golfe ». Il a expliqué que le secteur touristique compte toujours sur les touristes du Golfe, ces derniers enregistrant les « plus longues...

commentaires (3)

Tout à fait juste . Le retour des arabes est indispensable, mais, il faut savoir les accueillir.

Esber

23 h 13, le 15 septembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Tout à fait juste . Le retour des arabes est indispensable, mais, il faut savoir les accueillir.

    Esber

    23 h 13, le 15 septembre 2021

  • Les touristes du Golf ont ils envie d'être accueillis avec les portraits de leur bête noire qui jalonnent la route de l'aéroport ? C'est peut-être un détail, mais les petites rivières font les grands fleuves.

    Desperados

    10 h 37, le 15 septembre 2021

  • Avant de se reconcilier, il faudrait que "certains" et pas des moindres cessent de les insulter a tout bout de champ

    Michel Trad

    10 h 05, le 15 septembre 2021

Retour en haut