Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Lorsque la lumière paraît

Réflexes et nouveau mode de vie de notre quotidien. Lorsqu’on se met à penser à la monotonie stérile des jours qui passent, à nos raisonnements de plus en plus pareils à ceux de la veille, à toutes ces futilités qui sont devenues vitales et nécessaires. Lorsque notre cerveau enregistre d’abord ces choses qui nous paraissent actuellement primordiales et qui n’étaient qu’accessoires avant.

- Acheter ce qui est le moins périssable.

- Avoir des provisions et des stocks d’aliments de base.

- Avoir son petit lot de médicaments (sans en faire trop).

- Savoir faire une analyse comptable avancée pour décider de la manière la plus raisonnable de payer (carte ? autre carte ? livres libanaises ? dollars ? ...)

- Savoir quel est le moment adéquat pour mettre en marche le lave-linge et autres appareils électriques.

- Se précipiter d’urgence sur nos téléphones portables, nos chargeurs, notre chauffe-eau…

- Explorer rapidement, en un instant, le contenu du réfrigérateur qui s’éveille de son sommeil.

- Établir en une fraction de seconde la liste des affaires à consommer, à jeter, à remplacer…

- Et enfin, si nous avons quelques minutes, brancher la télévision sur les nouvelles étrangères pour ne pas oublier qu’ailleurs, la vraie vie continue et qu’ailleurs… les politiciens servent à quelque chose… et que les responsables sont responsables !

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


Réflexes et nouveau mode de vie de notre quotidien. Lorsqu’on se met à penser à la monotonie stérile des jours qui passent, à nos raisonnements de plus en plus pareils à ceux de la veille, à toutes ces futilités qui sont devenues vitales et nécessaires. Lorsque notre cerveau enregistre d’abord ces choses qui nous paraissent actuellement primordiales et qui n’étaient...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut