Rechercher
Rechercher

Politique - Gouvernement

Après l’optimisme artificiel, la prudence et le flou reprennent le dessus

Aucun rendez-vous n’est fixé pour Nagib Mikati aujourd’hui à Baabda.

Après l’optimisme artificiel, la prudence et le flou reprennent le dessus

De gauche à droite : le président de la Chambre, Nabih Berry, Michel Aoun et Nagib Mikati au palais de Baabda, le 26 juillet 2021. Photo Dalati et Nohra

Après la vague d’optimisme artificiel distillé lundi après l’entretien téléphonique, dimanche, entre le président français, Emmanuel Macron, et son homologue iranien, Ebrahim Raïssi, les contacts politiques dans la perspective de la formation du gouvernement ont connu un gel soudain hier. La date de la naissance de la nouvelle équipe est donc toujours entourée de flou, en dépit de toute la pression internationale et de la crise économique inédite qui n’en finit pas de s’aggraver.

La journée d’hier a toutefois été marquée par l’entrée en scène d’un nouveau médiateur, Moustapha Solh, gendre de Taha Mikati, frère du Premier ministre désigné, alors que le directeur de la Sûreté générale, Abbas Ibrahim, poursuit sa mission auprès du président de la République et de Nagib Mikati.

Contrairement à certaines informations relayées dans les médias hier, aucun rendez-vous n’est prévu aujourd’hui à Baabda entre MM. Aoun et Mikati, confie à L’Orient-Le Jour un proche de la présidence. Plusieurs nœuds restent donc à défaire, l’homme d’affaires tripolitain étant déterminé à ne se rendre au palais présidentiel que pour que soit annoncée la nouvelle équipe ministérielle.

L'éditorial de Issa Goraïeb

Tenez, mon brave !

« Nous éprouvons un optimisme prudent, dans la mesure où le gouvernement est finalisé à 80 % et bute encore sur quelques embûches », précise le proche du palais présidentiel, dans une réponse à ceux qui accusent Baabda, depuis plusieurs jours, de donner l’impression que tous les obstacles ont été levés, alors que les entraves persistent.

La vice-présidence du Conseil

Selon ce proche de la présidence, le débat s’articule principalement autour du ministère de l’Économie auquel le président de la République a accepté de renoncer au profit du Premier ministre désigné. À en croire une personnalité proche du dossier, « Nagib Mikati insiste pour inclure le portefeuille de l’Économie à son lot, pour qu’il soit représenté, et par conséquent la communauté sunnite, aux négociations avec le Fonds monétaire international ». « La question est aujourd’hui celle de savoir quel portefeuille le président Aoun obtiendra après avoir abandonné celui de l’Économie, souligne-t-il, confiant que l’obstacle du ministère des Affaires sociales – qui devrait jouer un rôle important dans la distribution de la carte d’approvisionnement à quelques mois des législatives de mai 2022 – est toujours entier. »

En revanche, le proche de Baabda dément les spéculations portant sur un éventuel changement qui toucherait la vice-présidence du Conseil pour l’inclure au lot du chef de l’État, au lieu de l’attribuer au Parti syrien national social. A contrario, des cercles proches de Nagib Mikati n’excluent pas une telle éventualité, sans se prononcer sur les détails liés aux noms et orientations politiques des candidats à ce poste.

Le décryptage de Scarlett Haddad

Le gouvernement suspendu aux « progrès » internes et aux développements extérieurs

Mais une source parlementaire gravitant dans l’orbite du Premier ministre désigné confie à L’Orient-Le Jour que plusieurs points devraient encore être tranchés, notamment le respect de certains équilibres politiques au sein de la future équipe, dans une allusion au tiers de blocage, que le camp présidentiel est accusé de convoiter, dans la perspective de calculs politiques futurs. Si le Courant patriotique libre, dirigé par le gendre du chef de l’État, Gebran Bassil, s’emploie à démentir ces accusations, une personnalité au courant des tractations ne semble pas convaincue d’un tel discours. « Pour savoir pourquoi le pays n’a toujours pas de gouvernement, il faut s’adresser à Michel Aoun, Nagib Mikati et Gebran Bassil », commente-t-elle.



Après la vague d’optimisme artificiel distillé lundi après l’entretien téléphonique, dimanche, entre le président français, Emmanuel Macron, et son homologue iranien, Ebrahim Raïssi, les contacts politiques dans la perspective de la formation du gouvernement ont connu un gel soudain hier. La date de la naissance de la nouvelle équipe est donc toujours entourée de flou, en dépit de...

commentaires (10)

Ils ne se rendent pas compte qu'ils sont devenus des clowns? Ils ne se rendent ps compte que le pays est dans la mouise? Et le peuple? Jusqu'a quand va-t-il endurer cet etat de chose?

IMB a SPO

19 h 38, le 08 septembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • Ils ne se rendent pas compte qu'ils sont devenus des clowns? Ils ne se rendent ps compte que le pays est dans la mouise? Et le peuple? Jusqu'a quand va-t-il endurer cet etat de chose?

    IMB a SPO

    19 h 38, le 08 septembre 2021

  • LE PAYS PEUT MOURRIR BASSIL VEUT DEVENIR PRESIDENT AVEC L'APPUI DE NASRALLAH ET DE QUELQUES PRO SYRIENS. IL OUBLIE VITE QUE HARRIRI BERRY GEAGEA ET LE PEUPLE SONT CONTRE LUI AINSI QUE LES AMERICAINS . IL NE REVE QUE DE CELA ET SUIT LA VOIE DE SON MAITRE CE GENERAL QUI A FUIT LE PAYS 48 HEURES APRES AVOIR DECLARE LA GUERRE A LA SYRIE ET A SON RETOUR DU A L'ASSASSINAT DE RAFIC HARRIRI LAISSER ENSUITE LE PAYS SANS PRESIDENT PENDANT DEUX ANS ET DEMI. TEL BEAUPERE TEL GENDRE ET CELA NE FAIT QUE 11 MOIS SANS GOUVERNEMENT SEULEMENT , ON PEUT FAIRE MIEUX ENCORE

    LA VERITE

    17 h 13, le 08 septembre 2021

  • PRIERE LIRE PROROGATION. MERCI.

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    14 h 38, le 08 septembre 2021

  • VOUS REVEZ TOUS QUI ESPEREZ. AVEC LA TRINITE DIABOLIQUE DU MAL, BIEN CONNUE, LEUR PLAN EST LE SUIVANT 1 - PAS DE FORMATION DE GOUVERNEMENT. 2 - PAS DE LEGISLATIVES. 3 - PROLONGEMENT DES MAFIEUX CHAMBRISTES . 4 - PROLONGEMENT DE DEUX ANS DU LIEUTENANT BELIER BISCORNUS DE L,APOCALYPSE PRETENDU MOEURS EN MARGE DE LA CONSTITUTION. 5 - NOUVEAU TAEF OU DES MICROS LIBANS A LA PELLE. LES FORCES ANTI MAL ET A LEUR TETE LES FORCES CHRETIENNES PREPAREZ-VOUS AU PIRE. BELZEBUTH A MENACE MAINTES FOIS DE GUERRE CIVILE SI LA TRINITE DIABOLIQUE DU MAL N,A PAS LA MAIN HAUTE SUR TOUT. NE PRENEZ PAS LEURS MENACES A LA LEGERE. RESISTANTS DE LA LIBERTE, PEUPLE LIBANAIS, PREPAREZ-VOUS ! LES ARAFATS ET LES DIABLES NE NOUS FONT PAS PEUR. LEUR FIN EST PROCHE.

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    13 h 43, le 08 septembre 2021

  • Pour pouvoir vivre normalement et dignement, renvoyons en toute urgence ces trois mauvais acteurs à leurs vraies fonctions: 1) le papi à sa famille 2) le milliardaire sunnite à ses affaires florissantes 3) le 2ème milliardaire chiite à ses combines habituelles et très rentables financièrement ! Et alors, notre Liban pourra renaître, dirigé par des responsables compétents et...surtout, honnêtes ! - Irène Saïd

    Irene Said

    11 h 53, le 08 septembre 2021

  • Et les libanais sont disposés à continuer à faire des heures de queue devant les stations d’essence sous un soleil de plomb plutôt que de camper jour et nuit devant les institution et le palais présidentiel jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée pour mettre fin à leur misérable vie. Aucune dignité et aucun amour propre, ils préfèrent attendre l’aumône qui sera charitablement distribuée aux partisans de ces mafieux pour garantir leur succès si des élections auront lieu et mourir à petit feu si cela devenait impossible plutôt que de se rassembler tel un seul homme pour les dégager et ainsi sauver leur vie et leur pays. Le seul coupable de cette situation désastreuse est le peuple et personne d’autre.

    Sissi zayyat

    11 h 53, le 08 septembre 2021

  • Optimisme et Michel Aoun sont 2 mots icompatibles..

    Liban Libre

    10 h 32, le 08 septembre 2021

  • Plus une once de dignité et de respect de leur fonction de la part de ces trois piteux acteurs... - Irène Saïd

    Irene Said

    07 h 41, le 08 septembre 2021

  • Ils commencent à nous casser les pieds avec leur cinéma …optimiste, oui-non , non-oui, oui-non, non-oui… On s’en fiche totalement de leurs réunions ! Il n’y a pas de gouvernement ! !

    LeRougeEtLeNoir

    07 h 12, le 08 septembre 2021

  • Tant que le peuple n'a pas compris que tous ces gens là sont de mèche, qu'ils s'emploient dès le début à l'infantiliser, à l'occuper à voir ailleurs, à mendier le carburant, le médicament ou le courant, chacun continuera à applaudir son zaïm et à se prosterner devant lui, entretenant ce jeu d'acteurs, hypocrite et malsain, dans le seul intérêt de chacun.

    Carlos El KHOURY

    07 h 05, le 08 septembre 2021

Retour en haut