Rechercher
Rechercher

Société - Explosions au port

Les familles des victimes réclament justice

Les familles des victimes réclament justice

Des proches des victimes des explosions du 4 août portant à bout de bras des cercueils de fleurs. Anwar Amro/AFP

Sous le thème « Justice pour les victimes du pouvoir au Liban », les familles des victimes de la double explosion au port de Beyrouth le 4 août 2020, soutenues par plusieurs autres collectifs, ont effectué hier une marche depuis la place des Martyrs au centre-ville en direction du port, avant de se diriger vers Mar Mikhaël.

Vers 17 heures, les proches des victimes commencent à se rassembler. Vêtus de tee-shirts noirs frappés de la phrase « Mon État a tué… », au-dessous de laquelle est imprimée la photo d’une victime et son nom, ou portant un portrait de leur proche, ils discutent des derniers détails en vue de la marche vers le port de Beyrouth. Un an après l’apocalypse, la tristesse et la colère restent tout aussi palpables.

« Notre destin est d’investir les routes pour réclamer justice, alors que c’est aux responsables d’agir, martèle Cécile, sœur de Joseph Roukoz. Or ils sont en train de manœuvrer pour étouffer l’affaire de la manière qui les arrange ». « Le 4 août a changé à jamais notre vie, renchérit Dolly, sa sœur. Nous ne sortirons de la rue que lorsque justice sera rendue. »

Lire aussi

Un air de déjà-vu : Nasrallah ouvre le feu sur Tarek Bitar

Hier toutefois, n’était pas le jour de l’escalade annoncée par les familles des victimes. « À travers cet événement, nous voulons rendre hommage aux révolutionnaires qui, lors du rassemblement organisé le 8 août 2020 au lendemain des explosions, ont été victimes de la répression exercée par les forces de l’ordre », explique Ibrahim Hoteit, porte-parole des familles.

C’est ce qu’affirme Nizar Saghiyé, avocat et directeur de l’Agenda légal, qui souligne que le « 8 août est la journée de la justice » et devrait être « célébrée chaque année jusqu’à ce que la justice soit rendue pour toutes les causes » : explosions au port, effondrement financier…

« Récupérer le Liban »

La marche débute. Précédés par deux motards des Forces de sécurité intérieure, les proches des victimes se dirigent vers la porte 3 du port de Beyrouth où ils sont accueillis aux sons des tambours par des jeunes portant des flambeaux et des membres de plusieurs autres collectifs qui se sont joints à l’événement : l’Agenda légal, le Comité des familles des disparus et kidnappés au Liban, l’Union libanaise pour les personnes atteintes de handicap physique (ULPH), l’Observatoire libanais pour les droits des ouvriers et employés, le Rassemblement des militants écologiques à Koura (Liban-Nord), les militants contre la pollution du Litani à Bar Élias (Békaa), la Ligue des dépositaires, la Fédération internationale de la jeunesse libanaise et la Compagnie de théâtre Zoukak.

« Aujourd’hui (hier) est une commémoration pour toutes les victimes de ce gouvernement, avance Tracy Naggear. La guerre que nous sommes en train de mener très ouvertement contre lui n’a pas pour unique but de récupérer nous-mêmes la justice pour nos victimes. Nous avons décidé de rester dans ce pays et de mener cette bataille non seulement pour Lexou (leur fille Alexandra tuée par l’explosion), mais pour récupérer le Liban. Pour pouvoir y vivre. »

Cercueils de fleurs

Des proches des victimes, rentrées au port, portent à bout de bras trois cercueils en bois ornés de pots de fleurs. À peine sont-ils posés sur le sol qu’ils commencent à être couverts par des photos de victimes. « Le 8 août est une journée de tristesse, de colère et de prise d’action pour rendre justice aux victimes des crimes multiples des mafias au pouvoir », lance au micro Wadad Halaouani, présidente du Comité des familles des disparus et kidnappés au Liban.

Lire aussi

Commémoration du 4 août : le jour d’après

La marche se poursuit, silencieuse cette fois-ci, vers Mar Mikhaël où le convoi est accueilli par des violonistes jouant des airs classiques. Dans une allocution, Sylvana Lakkis, présidente de l’ULPH, appelle à « la justice », à « sanctionner les coupables » du crime et à œuvrer pour ce faire à la levée des immunités. Elle revendique une indemnisation des victimes et des personnes qui se sont retrouvées avec un handicap, affirmant que « l’indifférence des responsables est encore plus dure que l’explosion ».

Un même appel est lancé par Ibrahim Hoteit, qui a affirmé que si les responsables comptaient vraiment lever les immunités, ils n’ont qu’à le faire lors d’une assemblée plénière au Parlement. « Attendez-vous à tout », a-t-il menacé, notant que les familles des victimes savent que les responsables vont « nous mettre en confrontation avec les forces de l’ordre », mais « nous serons obligés de le faire ». « Nous avons décidé de nous rendre devant les domiciles de tous ceux qui refusent de se conformer aux décisions de la justice », a encore déclaré M. Hoteit, saluant le juge Tarek Bitar, chargé de l’enquête, et l’assurant du soutien de toutes les familles.

Sous le thème « Justice pour les victimes du pouvoir au Liban », les familles des victimes de la double explosion au port de Beyrouth le 4 août 2020, soutenues par plusieurs autres collectifs, ont effectué hier une marche depuis la place des Martyrs au centre-ville en direction du port, avant de se diriger vers Mar Mikhaël.Vers 17 heures, les proches des victimes commencent à se...
commentaires (2)

Tous les libanais se plaignent de tout dans leurs fauteuils ou depuis leurs balcons. Ils leur ont volé leur argent après avoir asséché les caisses de l’état, couper le courant et donner le pouvoir aux propriétaires des générateurs sur qui ils se sucrent aussi et qui ne sont que des voleurs comme eux puisqu’ils facturent le Kilowatt selon la tarification du pouvoir et fournissent le courant au compte gouttes puisqu’ils ont les voleurs à tête de l’état comme exemple. Le citoyen paie deux fois pour ne rien obtenir en retour. Personne ne leur demande des comptes et les libanais continuent d’encaisser comme des idiots sans jamais se révolter. Les familles des victimes se retrouvent seules faces à ces moins que rien qui nous gouvernent et qui ont décidé que personne n’est coupable et PERSONNE NE BOUGE. Y A T-IL UN PEUPLE DANS CE FOUTU PAYS OU A-T-IL DISPARU AVEC LE POUVOIR ET LA DIGNITÉ ? MAIS OU EST LE PEUPLE? REMUEZ VOUS ET ALLEZ ARRACHER VOS DROITS ET METTRE À LA POUBELLE TOUS CES DIRIGEANTS A LA CON COMME ONT FAIT AVANT VOUS LES AUTRES PEUPLES MASSACRÉS. ILS N’AURONT AUCUNE PITIÉ NI EMPATHIE SI VOUS MÊMES ACCEPTEZ VOTRE SORT DE MISÉRABLES SANS BRONCHER, ILS CONTINUERONT À SERRER L’ÉTAU JUSQU’À VOTRE DERNIER SOUFFLE. Je ne dirais pas le fond de mes pensées pour ne pas heurter mais je n’en pense pas moins.

Sissi zayyat

16 h 22, le 09 août 2021

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Tous les libanais se plaignent de tout dans leurs fauteuils ou depuis leurs balcons. Ils leur ont volé leur argent après avoir asséché les caisses de l’état, couper le courant et donner le pouvoir aux propriétaires des générateurs sur qui ils se sucrent aussi et qui ne sont que des voleurs comme eux puisqu’ils facturent le Kilowatt selon la tarification du pouvoir et fournissent le courant au compte gouttes puisqu’ils ont les voleurs à tête de l’état comme exemple. Le citoyen paie deux fois pour ne rien obtenir en retour. Personne ne leur demande des comptes et les libanais continuent d’encaisser comme des idiots sans jamais se révolter. Les familles des victimes se retrouvent seules faces à ces moins que rien qui nous gouvernent et qui ont décidé que personne n’est coupable et PERSONNE NE BOUGE. Y A T-IL UN PEUPLE DANS CE FOUTU PAYS OU A-T-IL DISPARU AVEC LE POUVOIR ET LA DIGNITÉ ? MAIS OU EST LE PEUPLE? REMUEZ VOUS ET ALLEZ ARRACHER VOS DROITS ET METTRE À LA POUBELLE TOUS CES DIRIGEANTS A LA CON COMME ONT FAIT AVANT VOUS LES AUTRES PEUPLES MASSACRÉS. ILS N’AURONT AUCUNE PITIÉ NI EMPATHIE SI VOUS MÊMES ACCEPTEZ VOTRE SORT DE MISÉRABLES SANS BRONCHER, ILS CONTINUERONT À SERRER L’ÉTAU JUSQU’À VOTRE DERNIER SOUFFLE. Je ne dirais pas le fond de mes pensées pour ne pas heurter mais je n’en pense pas moins.

    Sissi zayyat

    16 h 22, le 09 août 2021

  • Si la canaille politichienne continue a empecher toute justice alors viendra necessairement le temps de la vengeance....

    Michel Trad

    01 h 21, le 09 août 2021

Retour en haut