Rechercher
Rechercher

Économie - Liban

La justice libanaise interrogera début août Riad Salamé

Le gouverneur de la BDL sera interrogé pour "détournement de fonds publics, enrichissement illicite, blanchiment d'argent et évasion fiscale".

La justice libanaise interrogera début août Riad Salamé

Le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé. Photo d'archives JOSEPH EID/AFP/Getty Images

La justice libanaise va interroger début août le gouverneur de la Banque centrale Riad Salamé sur des affaires de détournement de fonds publics et d'évasion fiscale, a indiqué lundi à l'AFP une source judiciaire.

Le Liban est miné par la pire crise économique de son histoire, la moitié de la population vivant désormais sous le seuil de pauvreté tandis que la monnaie nationale ne cesse de dévisser. Il y a plus de deux mois, la justice libanaise avait ouvert une enquête sur la fortune de M. Salamé, qui fait déjà l'objet d'enquêtes en cours en Suisse et en France et d'une plainte au Royaume-Uni.

Lire aussi

Patrimoine de Riad Salamé : l'enquête en France confiée à des juges d'instruction


Selon la source judiciaire, M. Salamé sera interrogé début août par le procureur adjoint auprès de la cour de cassation, Jean Tannous, pour "détournement de fonds publics, enrichissement illicite, blanchiment d'argent et évasion fiscale".

L'enquête locale "recoupera" les enquêtes lancées en Europe, affirme cette même source selon laquelle la décision d'interroger M. Salamé "et les poursuites engagées contre lui se fondent sur des données internes et externes" nécessitant qu'il soit interrogé.

Déjà visé depuis plusieurs mois par une enquête en Suisse pour "blanchiment d'argent aggravé en lien avec un éventuel détournement de fonds au détriment de la Banque du Liban", deux plaintes ont été déposées en avril en France à l'encontre de M. Salamé, qui y possède plusieurs biens immobiliers.

L'enquête française a été confiée début juillet à des juges d'instruction anticorruption. Elle doit notamment permettre d'éclaircir la provenance du riche patrimoine immobilier de M. Salamé, figure désormais honnie par son peuple à mesure que le pays s'enfonce dans la pire crise économique de son histoire.

Lire aussi

Ce que l’on sait sur l’enquête en France visant Riad Salamé

Arrivé à la tête de la Banque centrale en 1993, Riad Salamé, 71 ans, est soupçonné par une grande partie de la population d'avoir, comme les dirigeants libanais, mené le pays à la dérive et d'avoir transféré d'importantes sommes à l'étranger lors de la contestation populaire d'octobre 2019.

M. Salamé s'est défendu dans les médias, estimant être un "bouc-émissaire" et affirmant avoir fait fructifier le patrimoine qu'il détenait en 1993, au moment de sa prise de fonction comme gouverneur de la banque centrale.



La justice libanaise va interroger début août le gouverneur de la Banque centrale Riad Salamé sur des affaires de détournement de fonds publics et d'évasion fiscale, a indiqué lundi à l'AFP une source judiciaire.Le Liban est miné par la pire crise économique de son histoire, la moitié de la population vivant désormais sous le seuil de pauvreté tandis que la monnaie nationale ne cesse...

commentaires (8)

JEAN TANNOUS SERA PROTÉGÉ PAR UNE ARMÉE DU GARDE DE CORPS, OU BIEN IL SERA LAISSÉ À LUI MÊME ? LE POIDS EST TELLEMENT LOURD SUR SES ÉPAULES. SI SALAMÉ TOMBE, IL RISQUE DE SORTIR LA LISTE DE TOUS CEUX QUI ONT PROFITÉ DU SYSTÈME.

Gebran Eid

22 h 30, le 19 juillet 2021

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • JEAN TANNOUS SERA PROTÉGÉ PAR UNE ARMÉE DU GARDE DE CORPS, OU BIEN IL SERA LAISSÉ À LUI MÊME ? LE POIDS EST TELLEMENT LOURD SUR SES ÉPAULES. SI SALAMÉ TOMBE, IL RISQUE DE SORTIR LA LISTE DE TOUS CEUX QUI ONT PROFITÉ DU SYSTÈME.

    Gebran Eid

    22 h 30, le 19 juillet 2021

  • Voila bientot deux ans que la crise financiere sevit. Je n'ai pas entendu un seul, mais pas une seule des crapules bancaires evoquer meme un debut de plan de remboursement des depots. Quand les banques sont incapables de rembourser ne serait-ce que 5%!des depots qui leur ont ete confies, c'est qu'elles sont en faillite. Mais, sous le haut patronage de la crapule en chef M. Salame, il vont garder leur etablissements a l'abri tout en se "debarassant" des depots encombrants.... Putain de republique et aussi putains de juges corrompus....

    Michel Trad

    20 h 44, le 19 juillet 2021

  • Elle est bonne celle-là. Que ceux qui ont été désignés par le juge Bitar comme responsables du crime du port se présentent devant lui pour qu’on puisse croire à un soupçon de justice. Chaque voleur a son protecteur alors on attend celui qui va monter au créneau pour empêcher la justice de condamner de lui qui est à la base de tous nos maux à cause de sa complicité avec les mafieux au pouvoir dans le pillage du pays. TOUS SANS EXCEPTION.

    Sissi zayyat

    19 h 38, le 19 juillet 2021

  • Mon œil !!!!!!! On va lui taper l'épaule et l'envoyer chez lui comme étant innocent

    Nayla Francis

    19 h 33, le 19 juillet 2021

  • On dirait que l'article est copié d'un journal étranger !

    Shou fi

    19 h 31, le 19 juillet 2021

  • A moins que ça ne soit politisé pour lui faire assumer seul le résultat des abus de la classe politique. Innocent jusqu'à preuve du contraire.

    Esber

    19 h 15, le 19 juillet 2021

  • Très beau pour être vrai dans un pays ou la justice est devenue injustice .

    Antoine Sabbagha

    18 h 49, le 19 juillet 2021

  • Et vous y croyez vous ?

    TrucMuche

    18 h 47, le 19 juillet 2021

Retour en haut