Rechercher
Rechercher

Culture - Scène

Et si, pour vous changer les idées, vous assistiez à une comédie musicale ?

À l’affiche du théâtre al-Madina jusqu’au 18 juillet, « Hala3 », un musical plein de fraîcheur, écrit, produit et interprété par de jeunes talents libanais. 

Et si, pour vous changer les idées, vous assistiez à une comédie musicale ?

« Hala3 », un spectacle porté par un groupe de jeunes comédiens-chanteurs à la contagieuse vitalité. Photos DR

Ils sont enthousiastes, dynamiques et talentueux, ces « millennials libanais » qui, en dépit de tous les obstacles, n’ont pas renoncé à faire du théâtre au Liban. Et à monter sur scène pour leur plaisir – évident ! – comme pour celui du public libanais auquel ils offrent, avec Hala3 (Affolement), une petite parenthèse divertissante dans l’accablante réalité quotidienne de ce pays.

« Ils », ce sont Samer Hanna (alias Ralph), Charbel Abi Nader (Walid), Tracy Younès (Pamela), Maria Béchara (Maya), Layal Ghossein (Aïcha) et Melissa Dano (Chantal), six jeunes comédiens-chanteurs qui interprètent, avec justesse, des « Friends » libanais. Des amis d’enfance et de voisinage qui, après avoir été séparés par la vie, se retrouvent confinés ensemble en pleine pandémie de Covid-19. Dans l’appartement où ils sont provisoirement réunis, leurs retrouvailles font défiler des histoires d’amour, d’amitié, de séparation, de choix de vie et d’interrogations sur l’avenir… Le tout ponctué par un melting-pot de rythmes occidentaux aux paroles réadaptées au dialecte et au contexte actuel libanais.


L’affiche du musical signée Cynthia Kyrillos.

Bourré d’ondes positives

Féru de comédies musicales, Samer Hanna, vingt ans et des poussières, a écrit le scénario de cette pièce durant la première phase d’isolement sanitaire en 2020. Décidé à introduire une bouffée de fraîcheur dans le genre de la comédie musicale libanaise, il a fait appel à un groupe d’acteurs de sa génération, tout juste diplômés comme lui en arts scéniques, dont notamment le metteur en scène Sany Abdel Baki. Il a également eu l’intelligence de se laisser conseiller par la comédienne et productrice de spectacles Josyane Boulos. Bien lui en a pris ! Car, pour un tout premier spectacle (abstraction faite de son projet de diplôme Mamma mia ! ), son Hala3 est bien ficelé. Notamment au niveau des mécanismes du rire, et des saynètes chantées et chorégraphiées.

Lire aussi

« Nous espérons vous procurer une heure et demie de bonheur »

D’autant que sous l’apparente légèreté de cette réunion de « Friends » revisitée à la sauce libanaise, émane un regard assez percutant sur des situations, des travers et des caractères typiquement libanais. Cette Chantal des beaux quartiers, insouciante et égocentrique, qui entretient une relation équivoque avec son coach sportif ; ce duo de sœurs, l’une voilée, l’autre « influenceuse », aux antipodes l’une de l’autre ; cette Pamela au caractère ombrageux qui cache une situation familiale difficile, ou encore Ralph et Walid, ces ex-meilleurs amis aux profils désormais estampillés local et international… Tous ces personnages attachants, un brin caricaturaux, et dont les tribulations scéniques ne manqueront pas de vous redonner le sourire, racontent en fait ce que c’est que d’avoir vingt ans dans le Liban d’aujourd’hui.

Premier spectacle produit avec le soutien du fonds Whispers-Hamasat d’aide aux créations théâtrales des jeunes artistes, Hala3, inspiré à Samer Hanna par l’affolement généralisé lors de l’irruption du virus au Liban, brosse surtout le tableau d’une jeunesse libanaise en butte aux difficultés des temps. Sauf qu’on en sort réjouis et comme requinqués. Parce que ses personnages dessinent, au final, le portrait d’une société libanaise inclusive et tolérante. Comme celle que l’on expérimente épisodiquement et dont on rêve qu’elle devienne la norme… une fois cette période sombre dépassée.

Vous broyez du noir, la situation vous inquiète et la réalité vous déprime ? Mettez vos masques sanitaires (même si vous êtes vaccinés) et allez au théâtre al-Madina encourager ces espoirs du théâtre libanais. Allez voir leur comédie bourrée d’ondes positives contagieuses. Assurément, l’un des meilleurs remontants contre l’affolement.

« Hala3 » au théâtre al-Madina, jusqu’au 18 juillet, les mercredis, jeudis, vendredis et dimanches à 20h30. 

Fiche technique

 Consultante à la production : Josyane Boulos ; mise en scène Sany Abdel Baki ; chorégraphies : Roy Azar ; paroles des chansons : Joanna Toubia ; direction artistique et stylisme : Charbel Abi Nader ; design de lumière : Jean-Pierre Abdayem.


Ils sont enthousiastes, dynamiques et talentueux, ces « millennials libanais » qui, en dépit de tous les obstacles, n’ont pas renoncé à faire du théâtre au Liban. Et à monter sur scène pour leur plaisir – évident ! – comme pour celui du public libanais auquel ils offrent, avec Hala3 (Affolement), une petite parenthèse divertissante dans l’accablante réalité...

commentaires (1)

Oui ça fait du bien. Bravo !

Brunet Odile

15 h 07, le 08 juillet 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Oui ça fait du bien. Bravo !

    Brunet Odile

    15 h 07, le 08 juillet 2021

Retour en haut