Rechercher
Rechercher

Politique - Focus

Abbas Ibrahim sera-t-il lâché par le Hezbollah ?

Sans contrer frontalement le juge Bitar, qui a demandé à entendre le directeur de la Sûreté générale, le parti chiite pourrait tenter de contourner son action.

Abbas Ibrahim sera-t-il lâché par le Hezbollah ?

Le général Abbas Ibrahim, le 22 juillet 2020. Anwar Amro/Photo d’archives AFP/Getty images

Abbas Ibrahim, directeur de la Sûreté générale, est-il intouchable ? La question se pose depuis vendredi dernier dans les milieux politiques. Parmi toutes les personnalités que le juge Tarek Bitar, chargé de l’enquête sur la double explosion au port de Beyrouth, entend interroger, ce nom est sans doute celui qui a fait couler le plus d’encre.

Outre le fait qu’il s’agit d’une personnalité nouvellement intégrée à la liste de ceux que la justice entendrait poursuivre, le général Ibrahim est connu pour ses bons rapports avec le Hezbollah, dont le secrétaire général, Hassan Nasrallah, a critiqué hier, quoique prudemment, la décision de M. Bitar. Une attitude à même de donner l’impression que le parti chiite n’abandonnerait pas celui qui a été surnommé « l’homme des missions difficiles ». En témoignent les portraits du général Ibrahim qui décorent certaines rues de la banlieue sud de Beyrouth, fief incontestable du Hezbollah et du mouvement Amal.

Nommé à la tête de la Sûreté générale le 18 juillet 2011, Abbas Ibrahim est le troisième chiite à occuper ce poste. Il a succédé à Jamil Sayyed, actuel député de Baalbeck-Hermel, qui y avait accédé en 1998, et à Wafic Jezzini, qui a occupé cette fonction de 2005 à 2010.

Avant cette date, la direction de la Sûreté générale était réservée aux chrétiens. Elle était même considérée comme « le poste relevant du président de la République », dans la mesure où elle était détenue par des personnalités bénéficiant de la confiance des chefs d’État successifs. Aux mains des chiites, le poste s’est éloigné de la présidence de la République, Jamil Sayyed entretenant des rapports en dents de scie avec Émile Lahoud, locataire du palais de Baabda entre 1998 et 2007. Le poste a toutefois conservé son caractère sensible.

Lire aussi

Pour Tarek Bitar, la bataille politique a commencé

Abbas Ibrahim a pu donner à ses fonctions une autre dimension en se voyant attribuer des rôles éminemment politiques. En témoignent bien entendu les tractations gouvernementales entre les années 2018 et 2020. Alors que les mésententes politiciennes bloquaient complètement le processus, les protagonistes voyaient en M. Ibrahim le médiateur capable de défricher le terrain devant une entente politique élargie. Le général doué pour défaire les nœuds politiques les plus inextricables a, en outre, usé de ce talent pour paver la voie à la réconciliation entre le chef du Parti socialiste progressiste, Walid Joumblatt, et son principal rival sur la scène druze, Talal Arslane, après les incidents de Qabr Chmoun (caza de Aley) qui avaient secoué la Montagne le 30 juin 2019.

Au fil des années, le nom de Abbas Ibrahim a pris une envergure qui va bien au-delà de la stricte dimension locale, dans la mesure où il a joué un rôle dans la remise en liberté des religieuses détenues en 2014 par l’État islamique dans la localité chrétienne de Maaloula, en Syrie. Il a également contribué à libérer Nizar Zakka, un Libanais ayant passé plus de cinq ans dans les prisons iraniennes. Abbas Ibrahim a, par ailleurs, concocté le fameux accord ayant mené au retrait des jihadistes de l’EI de l’Antiliban, en 2017.

Le Hezbollah et « la pression implicite »

La demande adressée par le juge Bitar au ministre sortant de l’Intérieur, Mohammad Fahmi, de donner l’autorisation pour entendre le directeur de la Sûreté générale constitue donc le premier coup sérieux que pourrait subir M. Ibrahim depuis sa nomination à la tête de la SG. S’exprimant à ce sujet hier, M. Fahmi aurait déclaré, selon des propos rapportés par la chaîne LBCI, qu’il accorderait l’autorisation si M. Ibrahim est convoqué en tant que témoin. Mais s’il est poursuivi, l’affaire sera déférée devant le département légal au ministère de l’Intérieur.

La demande n’est pas sans susciter des interrogations autour de l’avenir de M. Ibrahim sur le double plan politique et militaire, au cas où il serait amené à comparaître devant la justice. Ne voulant pas anticiper les prochaines étapes de Tarek Bitar, Nizar Abdel Qader, général à la retraite, estime que « s’il s’avère que la décision de M. Bitar n’est qu’une mesure ordinaire à l’encontre de responsables militaires, cela ne devrait pas avoir des retombées négatives sur son rôle sur la scène locale ».

Même son de cloche du côté de Mouhanad Hajj Ali, analyste politique. « Abbas Ibrahim est intouchable », lance-t-il, dans une allusion à une protection politique dont bénéficierait le responsable militaire. À la question de L’Orient-Le Jour concernant l’attitude du Hezbollah à l’égard d’une éventuelle poursuite en justice de Abbas Ibrahim, M. Hajj Ali explique que le directeur général de la SG est « un outil pour le Hezbollah ». « Mais pour éviter les accusations d’entraver le cours de l’enquête autour d’un drame aussi important que celui du 4 août, il ne pourrait pas interdire un interrogatoire avec M. Ibrahim. Mais il pourrait déployer des efforts pour contourner l’action de Tarek Bitar », souligne l’analyste. C’est d’ailleurs ce que montrent les critiques mesurées que Hassan Nasrallah a lancées hier à la démarche du magistrat.

Lire aussi

Les entraves possibles à la levée des immunités parlementaires

À son tour, Khalil Helou, également général à la retraite, estime que le parti chiite pourrait agir de façon discrète pour empêcher la justice d’entendre M. Ibrahim. « Aujourd’hui, le Hezbollah ne peut plus faire un 7 mai 2008 bis. Mais il peut exercer des pressions politiques implicites pour entraver le cours de la justice », analyse M. Helou. Il faisait référence à l’invasion de Beyrouth par des éléments armés du Hezbollah, en réaction à une décision du gouvernement Siniora de limoger Wafic Choucair, officier proche du Hezbollah, alors chef de la sécurité à l’aéroport, de son poste et de se saisir du réseau de télécoms du Hezb. La décision de Tarek Bitar intervient dans un contexte marqué par des divergences de plus en plus fréquentes entre le Hezbollah et le mouvement Amal de Nabih Berry, surtout que certains évoquent la possibilité de voir M. Ibrahim succéder au leader d’Amal. C’est sous cet angle que Karim Bitar, directeur de l’Institut des sciences politiques à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth, tend à percevoir l’affaire Ibrahim. Si l’enquête est appelée à durer longtemps, on pourrait supputer qu’il s’agirait d’un règlement de comptes politiques et de rivalités entre MM. Berry et Ibrahim, estime-t-il.


Abbas Ibrahim, directeur de la Sûreté générale, est-il intouchable ? La question se pose depuis vendredi dernier dans les milieux politiques. Parmi toutes les personnalités que le juge Tarek Bitar, chargé de l’enquête sur la double explosion au port de Beyrouth, entend interroger, ce nom est sans doute celui qui a fait couler le plus d’encre.Outre le fait qu’il s’agit d’une...

commentaires (11)

Le hezb n'abandonne jamais ses gens et surtout ses hommes forts...ils seront bien entourés même quand ils sont envoyés dans des régions à très hauts risque...quoique de temps en temps,... l'un d'eux se fait tué bien sûr comme martyr et avec grande pompé et honneur.

Wlek Sanferlou

23 h 03, le 06 juillet 2021

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • Le hezb n'abandonne jamais ses gens et surtout ses hommes forts...ils seront bien entourés même quand ils sont envoyés dans des régions à très hauts risque...quoique de temps en temps,... l'un d'eux se fait tué bien sûr comme martyr et avec grande pompé et honneur.

    Wlek Sanferlou

    23 h 03, le 06 juillet 2021

  • Ça a tout changé au Liban je me souviens quand j’étais une petite jeune fille que le dir. delà SG était Mr. Hagithoma un ami de mon papa , il était bien , je me souviens comme si c’était aujourd’hui. Pauvre Liban c’est un satellite syro-iranien ???

    Eleni Caridopoulou

    21 h 09, le 06 juillet 2021

  • On doit se poser la question, quelle est la valeur de notre système judiciaire si à chaque interpellation les politiciens se mêlent pour décider l’autorité d’un juge et interdisent l’interrogation des responsables; pardon « personnes intouchables ». Mazraa!

    Georges S.

    14 h 01, le 06 juillet 2021

  • Intouchable comme la caste indienne?

    Wow

    13 h 39, le 06 juillet 2021

  • Jamais, ils ne peuvent pas se permettre le luxe qu'il avoue sa couverture au gens de Nasrallah.

    Onaissi Antoine

    13 h 06, le 06 juillet 2021

  • Si la sûreté générale et les ministères régaliens sont confiés à des individus placés par la Syrie depuis des décennies et aux ordres de HN il ne faut pas chercher très loin pour savoir la raison du délitement de ce pays à tous les niveaux. Et l’autre naze qui se bat pour obtenir un ministre ou deux dans le nouveau gouvernement alors que les postes clés sont confiés aux fossoyeurs de la république. Quel cinoche pour camoufler leur incompétence et inconsistance. Des épouvantails qui jouent aux leaders et qui s’y croient alors que les libanais ne donneraient pas cher de leur peau pour avoir trahi ce pays et son peuple.

    Sissi zayyat

    12 h 35, le 06 juillet 2021

  • Nommé à la tête de la Sûreté générale le 18 juillet 2011, Abbas Ibrahim est le second chiite à occuper ce poste. Il a succédé à Jamil Sayyed... Wafic Jezzini, ..., alors chef de la sécurité à l’aéroport, deux erreurs factuels dans le meme article respect

    Georges Yared

    07 h 48, le 06 juillet 2021

    • Bonjour Monsieur, Merci pour votre commentaire. Les deux erreurs relevées ont bien été corrigées dans l'article. Bien cordialement,

      L'Orient-Le Jour

      11 h 55, le 06 juillet 2021

  • C’est toujours bon de rappeler comment c’est l’occupant assadien qui a introduit ses chiites safavides dévoués dans tous les rouages de l’état le plus souvent aux dépends des chrétiens, et de voir que ce sont ces chiites safavides importés dans les institutions par l’occupant ennemi assadien qui sont les meilleurs collaborateurs de la mainmise du Hezbollah sur l’état. Jamil Sayyed et Abbas Ibrahim sont les meilleurs représentants du pouvoir profond libanais, c’est eux les têtes que toute révolution libanaise digne de ce nom doit faire tomber en premier, avant même nos deux dhimmis de l’Axe Safavide que sont notre président de façade et notre premier ministre de façade !

    Citoyen libanais

    07 h 39, le 06 juillet 2021

  • tant qu il y aura des citoyens touchables et des citoyens intouchables ,c est que la justice n existe pas. A l'occasion le President qui proclame defendre les droits de la communaute chretienne au sein de l administration ,c est l occasion de reprendre la direction generale de la surete generale qui devrait un chretien et surtout lle bras droit du president

    Jimmy Barakat

    07 h 12, le 06 juillet 2021

  • Je ne pense pas que Mr Ibrahim a quelque à avoir avec le nitrate au port … cependant sa faute a été d’être le directeur de la sûreté pendant l’arrive du navire et débarquement de sa marchandise

    Bery tus

    03 h 12, le 06 juillet 2021

Retour en haut