Rechercher
Rechercher

Politique - Formation du gouvernement au Liban

Washington appelle les dirigeants libanais à faire preuve de "flexibilité"

Le porte-parole du département d'Etat américains appelle les dirigeants à mettre de côté leur "politique du bord du gouffre".

Washington appelle les dirigeants libanais à faire preuve de

Le porte-parole de la diplomatie américaine, Ned Price. Photo AFP / POOL / Carolyn Kaster

Le porte parole du département d'Etat américain, Ned Price, a déclaré jeudi que Washington et la communauté internationale s'attendent à ce que les dirigeants libanais fassent preuve de "flexibilité" pour former un gouvernement capable d'engager de vraies réformes pour redresser l'économie du pays. Il a également rappelé que "des actions concrètes" demeurent "cruciales" pour aider le Liban, noyé dans une crise économique inédite et qui reste sans gouvernement effectif depuis bientôt onze mois. Toutefois, M. Price n'a mentionné à aucun moment l'imposition de nouvelles sanctions contre les dirigeants libanais.

Le responsable américain s'exprimait lors d'un point de presse qui est intervenu deux jours après une réunion en Italie entre le secrétaire d'Etat américain, Anthony Blinken, et ses homologues français, Jean-Yves Le Drian, - très impliqué aux côtés du président Emmanuel Macron dans le dossier libanais - et saoudien, Fayçal ben Farhane. Les trois responsables avaient pressé d'une seule voix les dirigeants libanais d'agir pour débloquer la crise.

Intérêts partagés
Dévoilant les grandes lignes de ces discussions, Ned Price a fait savoir que les trois pays "partagent des intérêts" concernant le Liban, et que les trois responsables ont notamment évoqué l'urgence pour le Liban de se doter d'un gouvernement qui opterait pour des "actions concrètes", à même de débloquer l'aide promise au Liban.

"Nous avons été très clairs quant à notre engagement avec les autres parties (prenantes au dossier), y compris les Saoudiens et les Français et tout autre gouvernement de par le monde, sur le fait que nous nous attendons à ce que les leaders libanais fassent preuve de suffisamment de flexibilité pour former un gouvernement capable et déterminé à opérer des réformes importantes et fondamentales, ce qui permettrait aux Libanais de déployer tout leur potentiel", a expliqué M. Price. Selon lui, "la communauté internationale est claire sur le fait que des actions concrètes demeurent cruciales pour débloquer les aides à long terme promises au Liban".

Nommé en octobre 2020 pour former une nouvelle équipe ministérielle après la démission de celle de Hassane Diab dans la foulée de l'explosion meurtrière du 4 août 2020 au port de Beyrouth, le Premier ministre désigné Saad Hariri n'a toujours pas réussi à former son équipe, notamment en raison d'un bras de fer politico-personnel avec le chef de l'Etat, Michel Aoun, et son gendre, le leader du Courant patriotique libre, Gebran Bassil. La France a déjà imposé des sanctions contre les dirigeants qu'elle estime responsables du blocage, sans toutefois rendre publics les noms des personnes visées. L'Union européenne, sous l'impulsion de Paris, travaille également sur d'éventuelles sanctions.

"Nous avons toujours dit que le peuple libanais mérite un gouvernement qui opérerait urgemment les réformes à même de sauver l'économie moribonde du pays", a rappelé le porte-parole du département d’État américain, Selon lui, la situation actuelle s'explique par "des décennies de corruption et de mauvaise gestion de la part des leaders politiques". "Nous continuons à les appeler à mettre de côté leur politique du bord du gouffre et à œuvrer pour l'intérêt commun des Libanais", a encore dit Ned Price.

Enfin, dans une réponse à une autre question, Ned Price a confirmé que le dossier libanais a été évoqué, sous l'angle humanitaire, par le secrétaire d'Etat US, lors de son entretien avec le pape François à Rome il y a quatre jours. Jeudi, le souverain pontife, qui a convié des religieux chrétiens du Liban au Vatican, a critiqué sans les nommer les dirigeants libanais, affirmant que le pays du Cèdre ne peut pas être laissé à la merci des "sans scrupules".


Le porte parole du département d'Etat américain, Ned Price, a déclaré jeudi que Washington et la communauté internationale s'attendent à ce que les dirigeants libanais fassent preuve de "flexibilité" pour former un gouvernement capable d'engager de vraies réformes pour redresser l'économie du pays. Il a également rappelé que "des actions concrètes" demeurent "cruciales" pour aider le...

commentaires (9)

Il n’est pas très net Price, il nous répète aussi ce que les autres n’ont pas cesser de ressasser à maintes reprises. A Force de flexibilité on est complètement démantibulé. Il n’y a qu’à voir Joumblatt dans quel état il est le pauvre, tordu de partout c’est à se demander comment il tient encore debout. Depuis qu’il prône la compromission et à force de mettre de l’eau dans son vin il est complètement rouillé. De toute façon il paraît qu’il n’y a même plus d’eau au Liban.

Le Point du Jour.

00 h 50, le 04 juillet 2021

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Il n’est pas très net Price, il nous répète aussi ce que les autres n’ont pas cesser de ressasser à maintes reprises. A Force de flexibilité on est complètement démantibulé. Il n’y a qu’à voir Joumblatt dans quel état il est le pauvre, tordu de partout c’est à se demander comment il tient encore debout. Depuis qu’il prône la compromission et à force de mettre de l’eau dans son vin il est complètement rouillé. De toute façon il paraît qu’il n’y a même plus d’eau au Liban.

    Le Point du Jour.

    00 h 50, le 04 juillet 2021

  • Arriver au pouvoir doit être grisant,provoquant même une addiction. On espère réaliser un projet pour ses adhérents, imposant ses convictions, protestant contre des injustices. Ceci ne s’applique malheureusement pas ou pour très peu chez nos politiciens. Chez nous on peut retenir: grisant, addiction. Projets, convictions, injustices ne les intéressent pas. Ces derniers sont remplacés par intérêts, corruption et argent. Vengeance est l’épice qui s‘y ajoute car le peuple s‘en amuse et cela l‘occupe. Car il faut occuper le peuple. Ce peuple qui n‘a plus le temps de se demander quelle est la cause de ces revirements de positions de leurs leaders. Dois-je maintenant aimer les chrétiens ou les musulmans? Le chiite ou le sunnite? Puis-je maintenant apprécier un orthodoxe ou un druze? Un Syrien? Un Américain ? Un Français? Les leaders apparaissent relativement peu dans les médias, À part les bien puissants entre eux ou ceux qui n‘ont plus beaucoup à perdre. On envoie préférablement des porte-paroles qui quelques fois trébuchent en essayant de justifier la nouvelle position de leur leader adoré. Les grandes nations de ce monde sont bien au courant de la marchandisation au Liban. On n‘a pas affaire à des Tibétains. Ici on achète à la dernière minute, attendons voir le deal le plus avantageux.

    Khazzaka May

    10 h 15, le 03 juillet 2021

  • Biden et Macron ne font que s’inspirer de leur prédécesseur Obama et de ses « menaces » langue de bois jamais suivies d’actions à l’encontre du régime assadien qui n’ont fait que convaincre ce dernier que les États-Unis n’avaient aucunement l’intention de faire quoique ce soit contre lui tout en lui permettant de se présenter comme victime de l’impérialisme américain. Combien de temps il faudra pour que tout citoyen libanais sincère comprenne que l’oligarchie mondialiste dite « communauté internationale » avec à sa tête les régimes et surtout états profonds américains et français est complice de l’Axe de l’Imposture Safavide tout autant qu’elle est complice du sionisme d’Israël ?

    Citoyen libanais

    08 h 24, le 03 juillet 2021

  • C'est tout ce que vous pouvez demander BON SANG à cette mafia qui a volé et détruit le pays, qui s'obstine à laisser le Liban couler complètement, qui se fiche carrément du sort de tout un peuple: "qu'elle fasse preuve de flexibilité". Encore un peu vous allez vous mettre à genoux devant ces crapules et les supplier d'être moins égoïstes, de voler quelques millions en moins, de ne pas laisser toute la population crever de faim mais seulement la moitié....Allons donc, soyons sérieux au moins une fois! Toutes ces circonvolutions linguistiques montrent bien que vous vous en fichez vous aussi du Liban et que vous donnez carte blanche à ces mafieux pour continuer leur funeste entreprise!

    Georges Airut

    02 h 10, le 03 juillet 2021

  • Il faut demander la permission à l’Iran pour faire le gouvernent, figli di buona donna

    Eleni Caridopoulou

    19 h 04, le 02 juillet 2021

  • "Nous avons été très clairs quant à notre engagement avec les autres parties (prenantes au dossier), y compris les Saoudiens et les Français et tout autre gouvernement de par le monde, sur le fait que nous nous attendons à ce que les leaders libanais fassent preuve de suffisamment de flexibilité pour former un gouvernement capable et déterminé à opérer des réformes importantes et fondamentales, ce qui permettrait aux Libanais de déployer tout leur potentiel", a expliqué M. Price. Selon lui, "la communauté internationale est claire sur le fait que des actions concrètes demeurent cruciales pour débloquer les aides à long terme promises au Liban". CE QUE TOUS LES LIBANAIS VOULAIENT ENTENDRE C'EST CE QUE VOUS FAIRIEZ VOUS SI ILS NE VEULENT PAS FAIRE CE QUE VOUS DEMANDEZ A PART LAISSER LE PEUPLE MOURRIR DE FAIM LE PRESIDENT MACRON A TOUT ESSAYER , MEME LES SANCTIONS (sans nommer les personnes evidement pour ne pas les froisser) ET RIEN N'A ETE FAIT SANS SANCTIONS QUI TOUCHERAIENT A LEURS BIENS ET A LEURES FAMILLES MOBILIER ET IMMOBILIERS DE PART LE MONDE CES GENS NE FERONT JAMAIS RIEN ET VOUS DEVENEZ EN PRINCIPE COMPLICE DE LEURS NON ACTIONS POUR AVOIR MIS LE PEUPLE LIBANAIS EN DANGER DE MORT SANS AUCUNE INITIATIVE PERTINANTE QUI ABOUTIRAIT A L'EXECUTION DE VOS " DESIR " LA VERITE: MENACER DU BATON SANS L'UTILISER DEPUIS UN AN EST PIRE QUE DE NE RIEN DIRE CAR IL A DONNE A NOS DIRIGEANTS LA CONFIRMATION QUE RIEN NE PEUT LEUR ARRIVER

    LA VERITE

    13 h 32, le 02 juillet 2021

  • L'Arabie Saoudite, les USA et, en dernier, la France ont pris acte de la satellisation du Liban dans l'orbite Iranienne. Leur appels ne sont qu'hypocrisie et leurs "sanctions" que gesticulations sans valeur. Leur (petit) appui a l'armee n'est destine qu'a faire face leur l'ennemi commun eux et l'Iran, l'integrisme sunnite Daechite.

    Michel Trad

    13 h 09, le 02 juillet 2021

  • Mais que tout le monde comprenne que les dirigeants libanais n’ont rien à foutre du Liban, d’un gouvernement, de réformes ou quoi que ce soit. La seule chose qui les intéresse est comment voler d’avantage et d’avantage d’argent aux libanais et à ceux qui veulent aider ces derniers. Je mets au défi le moindre dirigeant de dévoiler où habitent ses enfants

    Liberté de Penser

    12 h 22, le 02 juillet 2021

  • BIZARRE ! BLIKEN OU PRICE ET LE DRIAN ET TOUT CE MONDE, NE SAVENT PAS QU'ILS S'ADRESSE À DES MERCENAIRES ? ET QU'IL FAUT S'ADRESSER DIRECTEMENT À L'IRAN VIA LE HEZBOLLAH ? . DEPUIS QUAND UN MERCENAIRE A LE DROIT OU LE POUVOIR DE RÉAGIR SANS L'ACCORD DE CELUI QUI L'ALIMENTE ? ET DU CÔTÉ PAPE, IL VEUT PAS LES NOMMER. ET LE DRIAN AUSSI NE VEUT PAS LES NOMMER ! DONC ON CONTINUE À PARLER DANS LE VIDE.

    Gebran Eid

    12 h 09, le 02 juillet 2021

Retour en haut