Rechercher
Rechercher

Santé - Maladies infectieuses

Le champignon noir, une maladie rare qui fait des ravages en Inde

L’infection, déclarée chez plus de 15 000 personnes ayant souffert du Covid-19, survient dans la majorité des cas au niveau du nez, du sinus ou de l’œil et peut atteindre le cerveau. La chirurgie est le seul traitement.

Le champignon noir, une maladie rare qui fait des ravages en Inde

En Inde, pays fortement touché par le Covid-19, plus de 15 000 cas de mucormycose ont été recensés. Prakash Singh/AFP

Depuis que plus de 15 000 cas de mucormycose, une infection fongique communément appelée infection à champignon noir, ont été déclarés en Inde chez des patients ayant souffert du Covid-19, cette maladie fait couler de l’encre. Des cas isolés ont été récemment recensés au Chili et en Uruguay. Mais c’est en Inde que cette pathologie rare fait des ravages.

La mucormycose est une infection causée par un champignon de la famille des mucorales. « Il n’est pas endémique dans un pays particulier et sa prolifération n’est pas tributaire d’une saison particulière, explique Jacques Mokhbat, spécialiste en maladies infectieuses. Ses spores sont présentes partout. Elles sont suspendues dans l’air à la suite de remue-ménage, d’un travail de la terre, d’un chantier de démolition… De ce fait, elles sont facilement inhalées, mais sont également rapidement détruites grâce aux défenses immunitaires du nez et de l’arrière-pharynx. »

Les spécialistes distinguent deux types de mucormycose : rhino-cérébrale, qui est la plus fréquente, et pulmonaire. Dans la première forme, « l’infection survient au niveau du nez, du sinus, de l’œil, et peut atteindre le cerveau », souligne le Dr Mokhbat. « Elle affecte surtout les personnes diabétiques dont la maladie est mal contrôlée ou qui présentent une acidocétose (un coma suite à une hyperglycémie sévère non traitée, NDLR), ajoute-t-il. Le champignon pénètre dans les tissus et la muqueuse nasale et développe son mycélium (branches), bouchant les capillaires (petits vaisseaux sanguins) et les artérioles (petites artères), ce qui entraîne la mort des tissus environnants. Ceux-ci vont noircir, d’où le surnom de la maladie. »

Lire aussi

La colchicine inefficace chez les patients du Covid-19 hospitalisés

La forme pulmonaire de la mucormycose est « excessivement rare », insiste le Dr Mokhbat. Elle survient chez les personnes présentant une importante immunodéficience comme les personnes souffrant de leucémie ou encore celles transplantées de la moelle… « Dans ce cas, la spore du champignon peut pénétrer jusqu’à l’intérieur du poumon, entraînant également une mort des tissus. C’est une forme gravissime de la maladie et la mortalité est presque de 100 %. »

La chirurgie, seul traitement

Il n’existe pas de traitement médicamenteux de la mucormycose. « Les antifongiques permettent d’endiguer la progression de l’infection, mais ne l’arrêtent certainement pas, déplore le spécialiste. C’est la raison pour laquelle le traitement chirurgical le plus rapide et le plus radical doit être appliqué. Souvent, c’est très délabrant et aucun chirurgien n’aimerait avoir à le faire. »

Il n’existe pas de signes précurseurs de la maladie. Au départ, une fièvre et une sinusite sont diagnostiquées. « La maladie évolue rapidement, précise le Dr Mokhbat. C’est une urgence médicale qui nécessite un acte chirurgical. Il n’y a pas d’autres solutions. »

Lire aussi

Les leçons du Covid-19 doivent servir à combattre la résistance aux antibiotiques

La bonne nouvelle est que la maladie, dans ses deux formes, est excessivement rare. Pourquoi a-t-elle donc été liée au Covid-19 ? « La mucormycose existait avant la pandémie, répond le Dr Mokhbat. Dans la forme grave du Covid-19, on administre de la cortisone, un traitement qui peut entraîner une décompensation diabétique, c’est-à-dire une détérioration de l’état diabétique avec une perte de contrôle de la glycémie. Même chez les personnes non diabétiques, la cortisone va favoriser une diminution de la tolérance au sucre. Or un traitement prolongé à la cortisone ou une utilisation massive ou à mauvais escient de ce médicament peut favoriser l’infection au champignon noir. Comme la mucormycose a fait des ravages en Inde où le Covid-19 affichait des records, elle a été liée à la pandémie. Il faut savoir aussi que le diabète est endémique dans ce pays. Donc il y avait un terrain fertile à la maladie. »


Depuis que plus de 15 000 cas de mucormycose, une infection fongique communément appelée infection à champignon noir, ont été déclarés en Inde chez des patients ayant souffert du Covid-19, cette maladie fait couler de l’encre. Des cas isolés ont été récemment recensés au Chili et en Uruguay. Mais c’est en Inde que cette pathologie rare fait des ravages.La mucormycose est une...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut