Rechercher
Rechercher

Politique - Décryptage

Gouvernement : l’enjeu caché derrière la question du choix des deux ministres chrétiens restants

Depuis hier, l’initiative du président de la Chambre (pour la formation d’un nouveau gouvernement) joue les prolongations. En principe, Nabih Berry s’est donné une semaine de plus pour parvenir à un accord entre les deux parties en conflit, le camp du chef de l’État Michel Aoun et le Courant patriotique libre d’un côté, le Premier ministre désigné Saad Hariri et le courant du Futur de l’autre. Certains pensent même que ce délai supplémentaire pourrait être prolongé jusqu’à la fin du mois, mais les milieux diplomatiques se demandent si l’accord, impossible à trouver au cours des huit derniers mois, pourrait être atteint en deux semaines...

La question mérite d’être posée tant le fossé semble profond entre les parties en conflit. Malgré tout, Nabih Berry ne semble pas découragé et il a décidé de procéder à une nouvelle série de contacts en coordination avec le Hezbollah (ce dernier se chargerait de discuter avec le chef du CPL, Gebran Bassil, et lui-même contacterait Saad Hariri, tout en coordonnant son action avec le chef du Parti socialiste progressiste, Walid Joumblatt).

Aux dernières nouvelles, l’ultime obstacle qu’il faut encore aplanir porte sur l’identité de la partie qui devra choisir les deux ministres chrétiens qui restent : en effet, dans un cabinet de 24 membres, on compte 12 ministres chrétiens, dont sept considérés dans la part du chef de l’État, deux au courant des Marada et un au Parti syrien national social. Le nœud porte donc sur le choix des deux derniers ministres chrétiens. Depuis l’apparition de ce problème, le président de la Chambre, en coordination avec le patriarche maronite Mgr Béchara Raï, a fait de multiples propositions qui vont de l’idée de demander à MM. Aoun et Hariri de soumettre plusieurs noms dont deux seraient tirés au sort par Berry. Il y a eu aussi l’idée que Michel Aoun choisisse un et Saad Hariri l’autre, ou encore que le patriarche choisisse les deux parmi les noms acceptés par MM. Aoun et Hariri... D’autres idées du même genre ont aussi été lancées. Pourtant, jusqu’à hier matin, aucun accord n’avait été encore trouvé.

Beaucoup de Libanais ne comprennent pas l’importance du choix de ces deux ministres, qui serait donc le dernier obstacle qui entrave la formation du gouvernement.

Lire aussi

Berry et le Hezbollah se livrent au rapiéçage

Officiellement, pour le CPL, il s’agit d’une question de critères unifiés. Si le Premier ministre désigné peut choisir des ministres chrétiens, le chef de l’État devrait pouvoir lui aussi choisir des ministres sunnites, d’autant que, selon la démarche suivie actuellement, Amal et le Hezbollah sont en train de choisir les ministres chiites, le PSP et le Parti démocratique libanais choisissent respectivement les ministres druzes, le Tachnag choisit le ministre arménien et ainsi de suite. Pourquoi, dans ce cas, « l’appétit » (si l’on peut dire) de Hariri ne s’ouvre qu’au sujet des ministres chrétiens?

Cette argumentation ne fait pas l’unanimité, même au sein des chrétiens, puisque certains d’entre eux estiment que la priorité absolue est de former le gouvernement, même s’il comporte deux ministres chrétiens choisis par le président du Conseil. Mais, en réalité, selon des sources bien informées, ce problème en cache un autre bien plus important. Il porterait en fait sur la majorité des voix en Conseil des ministres.

Selon cette thèse, si les deux ministres chrétiens restants sont choisis par le Premier ministre désigné, cela permettra à ce dernier de pouvoir compter sur 13 à 14 voix lorsqu’une décision sera soumise au vote en Conseil des ministres (grâce à ses alliés), c’est-à-dire plus de la majorité. Ce qui veut dire qu’il est en mesure de faire adopter par le cabinet toutes les décisions de son choix, même si le chef de l’État et son camp ne sont pas d’accord.

Dans les détails, lorsqu’une proposition sera soumise au vote des ministres, M. Hariri aura de son côté les huit ministres qu’il a choisis dans le cadre de la division du gouvernement en trois parts, de huit membres chacune (il faut préciser que le ministre druze choisi par M. Joumblatt fait partie de ces huit, alors que celui choisi par Talal Arslane est intégré à la part présidentielle et le ministre PSNS est intégré à la part d’Amal et du Hezbollah). Il aura aussi de son côté les deux ministres des Marada et au moins un des ministres de M. Berry. S’il a en plus les deux chrétiens restants, il sera ainsi assuré d’avoir la majorité plus une des voix des membres du cabinet, et il pourra ainsi obtenir l’adoption de toutes les décisions de son choix. Or, dans ce contexte de crise de confiance aiguë entre le chef de l’État et le Premier ministre désigné, alimentée par les malentendus de ces derniers mois et les attaques précises de Hariri contre Aoun, ainsi que les ripostes de ce dernier, le chef du CPL estime avoir toutes les raisons de ne pas vouloir donner l’avantage au sein du cabinet à Saad Hariri.

En effet, dans ce sillage, le chef du CPL serait ainsi convaincu que Saad Hariri – et peut-être ses alliés – saisiraient la première occasion pour que le gouvernement adopte des décisions neutralisant l’audit juricomptable ou toute autre mesure de nature à combattre la corruption. D’autant que Michel Aoun a fait de ce thème le thème principal de la dernière partie de son mandat.

Selon les sources précitées, ce serait donc la raison cachée du refus du CPL de laisser Saad Hariri choisir les deux ministres chrétiens restants. L’enjeu caché pour le CPL et le camp présidentiel porterait en réalité sur le refus d’accorder à M. Hariri le contrôle de la décision en Conseil des ministres.

Du côté du courant du Futur, la volonté du camp présidentiel de choisir les deux ministres chrétiens restants cacherait, sous le prétexte des critères unifiés, une volonté de se doter du tiers de blocage en ajoutant indirectement deux ministres aux 8 de la part présidentielle.

Dans ce climat de tension, Nabih Berry pourrait avoir besoin de plus que deux semaines pour trouver un compromis acceptable par tous...


Depuis hier, l’initiative du président de la Chambre (pour la formation d’un nouveau gouvernement) joue les prolongations. En principe, Nabih Berry s’est donné une semaine de plus pour parvenir à un accord entre les deux parties en conflit, le camp du chef de l’État Michel Aoun et le Courant patriotique libre d’un côté, le Premier ministre désigné Saad Hariri et le courant du...

commentaires (11)

Vous voulez etre ministres ok sans rémunération . Quelle honte je n'ai jamais vu le Liban avec cette marchandage ..

Eleni Caridopoulou

20 h 06, le 08 juin 2021

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • Vous voulez etre ministres ok sans rémunération . Quelle honte je n'ai jamais vu le Liban avec cette marchandage ..

    Eleni Caridopoulou

    20 h 06, le 08 juin 2021

  • Rafraîchissez ma mémoire, qui sont les politiciens qui font l’objet de sanctions du Trésor Americain pour corruption active ? Bon comme la priorité pour la fin du mandat est la lutte contre la corruption, nous voilà rassurés. Dès demain on trouvera de l’essence et du mazout à profusion, des médicaments déborder des pharmacies, des dollars impeccable à 1515 LL, des denrées alimentaires empilées dans les rayons des supermarchés à des prix tellement bas que vous ne pourrez même pas vous pencher pour les lire, de l’électricité 24/24 et 7/7, un internet à la vitesse de la lumière….je tiens ces informations de sources très bien informées proches des grands génies de notre pays.

    Liberté de Penser

    18 h 50, le 08 juin 2021

  • tomAto ou tomEto ? meme resultat pousse par les 2 chefs et demi ,insurmontables, inenarrables et infaillibles et bien entendu irremplaçables. tiers de blocage=8 x 3 + ?? , majorite de vote =12 + 1 ??, quant a la majorite de ces messieurs dames qui voteraient POUR NOUS AUTRES CITOYENS LIBANAIS? que nenni. Diogenes les cherche encore.

    Gaby SIOUFI

    16 h 23, le 08 juin 2021

  • "Dans ce climat de tension, Nabih Berry pourrait avoir besoin de plus que deux semaines pour trouver un compromis acceptable par tous..." Plus que deux semaines dites-vous? Dites plutôt deux signes, comme les gitanes liseuses de bonne fortune: deux semaines, deux mois, deux ans... Quel pays! Mais quel foutu pays, bon sang!

    Georges MELKI

    10 h 56, le 08 juin 2021

  • Le CPL devrait exiger que le PM pressenti s'engage sur un PROGRAMME pour un an. Quelles sont les choses indispensables à faire tout de suite. Après quoi ,il pourra démissionner s'il le veut.

    NASSER Jamil

    10 h 38, le 08 juin 2021

  • C’est à hurler ! Et ainsi donc, nous dégringolons allègrement vers le pire.

    Esber Arwad

    10 h 25, le 08 juin 2021

  • Nou connaissons tous l’attitude de Aoun de moi ou le chaos. Sauf que cette fois ci le temps ne joue pas en sa faveur dans 15 mois il sera out nouveau président élu ou pas. Harri a lui encore un avenir et l’histoire lui a appris que les compromis ne marchent qu’avec les gens s de bonne volonté Les sunnites et les Maronites se chamaillent alors que les 2 communautés devraient s’unir pour pouvoir peser sur les armes illégales qui qu’on le veuille ou pas dirigent et ruinent le pays.

    Liban Libre

    10 h 24, le 08 juin 2021

  • "...dont deux (noms de ministres) seraient tirés au sort par Berry..." Dites, dirigeants politiques arborant titres de président, chef de, ministre etc., avez-vous complètement perdu toute notion de dignité et d'honneur ? Etes-vous des adultes responsables...ou des gamins qui se disputent des friandises...en les tirant au sort ? - Irène Saïd

    Irene Said

    09 h 09, le 08 juin 2021

  • HYPOCRISIE DES INTENTIONS AOUN ET GENDRE. HYPOCRISIE DANS L,ECRITURE DE CE VAURIEN D,ARTICLE.

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    08 h 34, le 08 juin 2021

  • Conclusion : il faut faire démissionner les deux qui bloquent la formation du gouvernement

    Liberté de Penser

    08 h 01, le 08 juin 2021

  • Gamins!

    Gros Gnon

    05 h 20, le 08 juin 2021

Retour en haut