Rechercher
Rechercher

Politique - Bkerké

Raï dénonce « le massacre de la nation »

Le patriarche maronite appelle les autorités libanaises à « contrôler » la frontière sud afin d’éviter que le pays ne soit « entraîné dans de nouvelles guerres ».


Raï dénonce « le massacre de la nation »

Le patriarche maronite Béchara Raï pendant la messe dominicale à Bkerké. Photo ANI

Le patriarche maronite Béchara Raï est revenu à la charge hier contre les responsables politiques, estimant que le gel du processus de formation du gouvernement est « un crime » contre le peuple et la nation. Outre les problèmes économiques, financiers et sociaux dans lesquels « l’immobilisme » immerge chaque jour davantage le pays, le prélat a par ailleurs évoqué l’escalade de violence entre Israël et le Hamas, invitant les autorités à « contrôler la frontière » libano-israélienne afin d’éviter « d’impliquer » le Liban dans le conflit.

« Il n’y a ni pouvoir exécutif ni institutions de contrôle pour stopper la hausse effrayante des produits de consommation et mettre fin à la pénurie de médicaments, ainsi qu’à la contrebande, aux monopoles de distribution et à l’avidité », a déploré Mgr Raï dans son homélie dominicale prononcée à Bkerké. « Nous refusons que la monnaie nationale perde plus de 85 % de sa valeur et que les Libanais mendient dans les rues tandis que les subventions bénéficient aux contrebandiers, aux commerçants et aux gens riches », a-t-il ajouté, rejetant dans ce cadre « toute atteinte aux réserves de la Banque du Liban et aux dépôts bancaires des gens ».

Mgr Raï a dénoncé la corruption dans les secteurs de l’énergie et de l’électricité, « qui fait entrer le pays dans l’ère de l’obscurité » et déploré par ailleurs la « fuite des cerveaux et l’émigration des élites et des spécialistes ». « Nous n’acceptons pas qu’à la place des personnes réellement coupables on recherche des boucs émissaires », a-t-il encore déclaré, faisant allusion au gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé, dont il avait pris la défense à plusieurs reprises.

Béchara Raï a en outre commenté l’escalade de violence depuis lundi dernier entre Israël et le mouvement islamiste palestinien Hamas. « Il est temps de mettre un terme à la spirale de violence, aux destructions et aux combats, et de trouver une solution définitive à la cause palestinienne », a-t-il martelé.

En référence notamment au lancement de trois roquettes tirées jeudi en direction d’Israël depuis un secteur proche du camp de réfugiés palestiniens de Rachidiyé (Liban-Sud), le dignitaire maronite a par ailleurs appelé les autorités à « contrôler la frontière et empêcher que le territoire libanais soit utilisé comme une plate-forme de lancement de missiles ». « Il y a des moyens de se solidariser avec le peuple palestinien sans pour autant impliquer militairement le Liban », a-t-il affirmé, mettant en garde contre ceux qui « exposent le pays à de nouvelles guerres ». « Le peuple libanais n’est pas prêt à voir son pays détruit encore une fois », a-t-il ajouté.

Péché mortel

Dans le même esprit de reproche contre la classe dirigeante, le métropolite grec-orthodoxe de Beyrouth Élias Audi a décrit la paralysie du pays comme « un péché mortel contre la patrie et les citoyens », estimant que « le boycottage et la bouderie ne sont pas permis dans le contexte difficile que nous vivons ».

Commentant les événements violents entre Israéliens et Palestiniens, Mgr Audi a souhaité que « le pays soit à l’abri des conséquences liées aux conflits extérieurs, et ce à travers une solidarité et une entente intérieures en vue de l’intérêt du Liban ».


Le patriarche maronite Béchara Raï est revenu à la charge hier contre les responsables politiques, estimant que le gel du processus de formation du gouvernement est « un crime » contre le peuple et la nation. Outre les problèmes économiques, financiers et sociaux dans lesquels « l’immobilisme » immerge chaque jour davantage le pays, le prélat a par ailleurs...

commentaires (3)

Je ne pense pas le Hezbollah a besoin d'une autre guerre et détruire ce qui reste de ce beau pays ???

Eleni Caridopoulou

17 h 44, le 17 mai 2021

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Je ne pense pas le Hezbollah a besoin d'une autre guerre et détruire ce qui reste de ce beau pays ???

    Eleni Caridopoulou

    17 h 44, le 17 mai 2021

  • Vous êtes très bien placé Monseigneur pour savoir qui bloque quoi ! Soyez clair et nommez les Svp car autrement vous les encouragez à continuer leur mauvaises attitudes. C’est terrible de vous répéter inlassablement sans agir fermement et promptement.

    Wow

    13 h 30, le 17 mai 2021

  • COMBIEN DE DIVISIONS A BKERKE DITES ?

    gaby sioufi

    11 h 58, le 17 mai 2021

Retour en haut