Rechercher
Rechercher

Société - Coronavirus au Liban

Enquête sur plusieurs décès suspects, 435 contaminations en 24h

Une treizième cargaison de 29.250 doses du vaccin Pfizer est arrivée à Beyrouth samedi soir.

Enquête sur plusieurs décès suspects, 435 contaminations en 24h

Deux femmes portant des masques sanitaires pour se protéger du coronavirus au Liban. Photo d'illustration AFP/Getty Images/Joseph Eid

Dans un Liban encore très loin de l'immunité collective en raison d'une lente campagne de vaccination, 24 décès et 435 nouveaux cas de coronavirus ont été enregistrés durant les dernières 24 heures, selon le rapport publié samedi soir par le ministère de la Santé. Ce bilan quotidien porte à 532.269 le nombre cumulé des cas enregistrés depuis février 2020, parmi lesquels figurent 7.460 décès et 481.968 guérisons. Parmi les cas toujours actifs, on dénombre 890 patients hospitalisés, dont 453 en soins intensifs. Le taux de propagation par rapport au nombre de tests effectués au cours des 14 derniers jours est de 8,7 %.

En outre, une treizième cargaison de 29.250 doses du vaccin Pfizer/BioNTech est arrivée samedi soir à Beyrouth, ont annoncé les autorités. Le Liban aura ainsi réceptionné depuis mi-février 498.420 doses du vaccin Pfizer/BioNTech. Des vaccins produits par AstraZeneca/Oxford sont également arrivés, ainsi qu'un don de 50.000 doses du vaccin chinois Sinopharm. Le vaccin russe Spoutnik V est pour sa part importé par le secteur privé, mais certaines livraisons prévues se font toujours attendre.

Lire aussi

Technologie, risques : zoom sur le vaccin d’AstraZeneca

Vendredi, le président de la Commission scientifique chargée de la vaccination contre le Covid-19, Abdel Rahman Bizri, a indiqué dans un entretien télévisé que 7% de la population au Liban a été vaccinée contre le virus à ce jour. En effet, selon les chiffres du ministère de la Santé en date de samedi, au cours des dernières semaines, 338.338 personnes ont reçu une première dose de vaccin et 189.183 les deux doses nécessaires pour être immunisées. Cela représente respectivement 7,1% et 4% de la population de plus de 18 ans.

Enquête

Sur ce plan, le ministère libanais de la Santé a ouvert samedi une enquête sur plusieurs cas de décès suspects qui pourraient être liés à la vaccination. Dans un communiqué, le ministère a affirmé qu'une enquête était en cours concernant "des cas de décès évoqués dans les médias et sur les réseaux sociaux, afin de savoir s'ils sont liés à la vaccination". Le ministère ne précise ni le nombre de cas de décès suspects, ni le type de vaccin qui pourrait avoir provoqué ces morts. Il a promis de rendre public "en toute transparence" le rapport final de cette enquête.

Plusieurs cas de thromboses, parfois mortelles, ont été signalés dans le monde suite notamment à l'administration du vaccin AstraZeneca/Oxford. Celui-ci a été provisoirement suspendu dans nombre de pays, et définitivement dans certains autres. Au Liban, les autorités ont donné leur feu vert à l'administration de ce vaccin aux personnes de plus de 30 ans, alors que d'autres pays adoptent le seuil de 40 ou 50, voire 55 ans et plus. De nombreux résidents au Liban ayant reçu leur rendez-vous pour être vaccinés à l'AstraZeneca/Oxford ne se sont finalement pas rendus à l'hôpital, par crainte de possibles effets secondaires. 

Vendredi, le ministre sortant de la Santé Hamad Hassan a promis la vaccination de  deux cent mille personnes par semaine, à partir de début juin.

Les partis politiques et plusieurs initiatives privées se sont parallèlement lancés dans la course à la vaccination. Le Courant du Futur du Premier ministre désigné, Saad Hariri, a ainsi poursuivi samedi sa campagne de vaccination à Tripoli (Nord), ainsi que dans les cazas de Koura, Zghorta et Batroun et dans la ville de Jounieh, dans le Kesrouan. La veille, il avait assuré des injections à ses partisans dans le Akkar (Nord) et à Baalbeck, dans la Békaa.

Au vu de la baisse des décès et des contaminations au coronavirus, la coprésidente de la commission nationale chargée du suivi du Covid-19, Petra Khoury, a estimé que le pays pourrait revenir à une "vie semi-normale" cet été, si la population continue à respecter les gestes barrières. Le Liban a été confiné au cours des fêtes de Pâques catholique et orthodoxe. Un nouveau bouclage est prévu la semaine prochaine pour la célébration du Fitr qui marque la fin du jeûne de ramadan chez les musulmans. Actuellement, un couvre-feu de 21h30 à 5h est maintenu pendant le mois de ramadan.

Dans ce contexte, des propriétaires d'échoppes dans le marché du Dimanche à Beyrouth ont manifesté une nouvelle fois samedi contre la fermeture de leurs commerces dans le cadre de la lutte contre la propagation du virus. Après avoir mené des contacts avec plusieurs responsables, ces propriétaires ont affirmé avoir été autorisés à rouvrir leurs magasins à hauteur de 20% de leur capacité d'accueil.


Dans un Liban encore très loin de l'immunité collective en raison d'une lente campagne de vaccination, 24 décès et 435 nouveaux cas de coronavirus ont été enregistrés durant les dernières 24 heures, selon le rapport publié samedi soir par le ministère de la Santé. Ce bilan quotidien porte à 532.269 le nombre cumulé des cas enregistrés depuis février 2020, parmi lesquels figurent...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut