Édito édito

Désordre

On assiste actuellement à une furie répressive sous couvert de lutte contre la corruption. Or toute action désordonnée, en dehors des règles légales et de la présomption d'innocence, risque de mettre en danger le secteur bancaire déjà très ébranlé, car les accusations hasardeuses lancées par certains juges et la médiatisation de leurs agissements conduiront fatalement à couper les ponts entre les banques libanaises et les banques correspondantes, très pointilleuses sur les questions de « compliance » et déjà préoccupées par la chute des réserves en devises de la Banque du Liban qui, selon Moody's, a aggravé le « risque de contrepartie » encouru par les banques correspondantes, c’est-à-dire le risque que les banques libanaises ne soient plus en mesure de régler les transferts internationaux demandés par leurs clients. Enfin, la déconnexion du réseau SWIFT équivaudrait à la paralysie totale du Liban.

La lutte contre la corruption est indispensable. Mais encore faut-il savoir contre qui la mener et où trouver l'argent pillé, au lieu de s'attaquer à des moulins, à la manière de Don Quichotte, pour faire diversion ou pour créer des abcès de fixation, tout en se vengeant au passage d'adversaires politiques gênants.

L'État de droit et des institutions ne saurait être bafoué au nom de croisades sélectives et anarchiques qui foulent aux pieds les libertés publiques et les principes les plus élémentaires du droit. On ne fait pas d'omelette sans casser des œufs, nous dit-on. Certes. Mais quand on brûle la cuisine pour faire une omelette, ce n'est plus de la bravoure, c'est de l'irresponsabilité.


On assiste actuellement à une furie répressive sous couvert de lutte contre la corruption. Or toute action désordonnée, en dehors des règles légales et de la présomption d'innocence, risque de mettre en danger le secteur bancaire déjà très ébranlé, car les accusations hasardeuses lancées par certains juges et la médiatisation de leurs agissements conduiront fatalement à couper les...

commentaires (2)

Que vient faire cet éditorial dans l'Orient Littéraire???

Georges MELKI

10 h 59, le 28 mai 2021

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Que vient faire cet éditorial dans l'Orient Littéraire???

    Georges MELKI

    10 h 59, le 28 mai 2021

  • Les banques Libanaises sont coupables. Soit leurs Risk Managers sont des idiots, soit leurs directions ne les ont pas écouté. Les banques sont coupables d’avoir prêté à un état failli, par appât du gain. Les banques sont coupables d’avoir pris trop de risques, et d’engager leurs clients avec eux. Et leurs arguments que les dépositaires doivent partager le risque puisqu’ils ont bénéficié de taux d’intérêt exceptionnels ne tiennent pas debout. D’abord le client lambda n’est pas capable d’évaluer les risques aussi bien que les experts financiers à qui ils ont confié leur épargne. Ensuite les banques traitent de la même manière les titulaires de comptes courants, c’est à dire qui n’ont touché aucun centime d’intérêt. Il faudrait les condamner de façon exemplaire. Les faire mettre en faillite, saisir tous leur avoirs ainsi que ceux de leurs actionnaires, et rembourser leurs client autant que possible. D’autres banques viendront naturellement combler le vide. Il y aura un mauvais moment à passer, mais franchement ça ne peut pas aller beaucoup plus mal. On parle de justice? Montrez nous.

    Gros Gnon

    21 h 56, le 09 mai 2021

Retour en haut