Rechercher
Rechercher

Politique - Crise

Les FL et les Kataëb appellent aux démissions collectives, « seul moyen de sauvetage »

Le CPL s’oppose à une telle démarche, estimant qu’elle ne modifiera pas la donne.

Les FL et les Kataëb appellent aux démissions collectives, « seul moyen de sauvetage »

Le patriarche Raï entouré de la délégation FL à Bkerké hier. Photo tirée du site web des FL

La paralysie du processus gouvernemental ne surprend guère les opposants au pouvoir en place, notamment les Kataëb et les Forces libanaises. Celles-ci sont de plus en plus convaincues que la mise sur pied d’une nouvelle équipe ministérielle est impossible avec la majorité parlementaire actuelle (principalement articulée autour du Hezbollah et de ses alliés). Pour le parti, la solution débuterait par des démissions collectives qui mèneraient vers des législatives anticipées afin de renouveler le pouvoir.

C’est dans ce sens que va l’appel lancé hier par Sethrida Geagea, députée FL de Bécharré, au bloc du Liban fort, dont le Courant patriotique libre est la principale composante, depuis Bkerké.

S’exprimant à l’issue d’une réunion entre une délégation de son parti et le patriarche maronite Béchara Raï, Mme Geagea a déclaré : « Il n’y a aucun espoir à avoir un gouvernement qui se formerait sous la majorité actuelle au pouvoir. C’est pourquoi nous ne sommes pas intéressés par la formation d’un nouveau cabinet. Même si le gouvernement est formé, il ne sera qu’une copie conforme de celui qui l’a précédé », a-t-elle estimé, ajoutant qu’avec la majorité actuelle, « aucune réforme n’est possible ».

Lire aussi

Que reste-t-il du bloc du Liban fort ?

« La seule solution est de reconstruire le pouvoir. Il n’y a qu’un seul moyen de sauvetage (...) la tenue de législatives anticipées. Je saisis l’occasion pour appeler le bloc du Liban fort à coordonner avec nous pour que nous démissionnions tous du Parlement », a lancé la députée, estimant qu’une telle démarche « mettrait le Parlement en porte-à-faux avec le pacte national », dans la mesure où la majorité écrasante des députés chrétiens serait démissionnaire. « Nous irions alors vers des élections anticipées », a-t-elle dit.

Ces propos de Mme Geagea s’inscrivent dans la continuité de la bataille que Meerab mène depuis des mois pour que soit organisée une consultation populaire anticipée, sachant que le prochain scrutin est prévu, en principe, en mai 2022. Mais les FL estiment qu’une démission unilatérale de leur part ne mènerait pas le pays vers des législatives, d’où la pression sur leur principal adversaire sur la scène chrétienne. « Nous espérons qu’ils (le groupe parlementaire aouniste) se saisiront de cette initiative », a déclaré Mme Geagea, rappelant que sa formation avait tenté, dans la foulée de la tragédie du 4 août 2020, de convaincre (ses anciens alliés) le Parti socialiste progressiste et le courant du Futur de claquer la porte du Parlement, mais que la démarche n’a pas abouti.

Tout comme les FL, les Kataëb, dont les trois députés ont démissionné du Parlement quelques jours après la double explosion au port de Beyrouth, ont appelé hier à ce que de nouvelles élections se tiennent « incessamment ». « La situation actuelle ne changera pas tant que le Parlement se pliera à la volonté du Hezbollah », a déploré le bureau politique du parti dans un communiqué publié à l’issue de sa réunion hebdomadaire hier. « La tenue d’élections législatives au plus tôt pourrait changer la donne », a encore souligné le parti de Samy Gemayel.

Lire aussi

Gebran Bassil dans les pas de Michel Aoun ?


De son côté, le camp aouniste ne semble pas disposé à lâcher du lest. Le leader du CPL, Gebran Bassil, avait certes évoqué, lors de sa toute dernière conférence de presse samedi, l’option de la démission de la Chambre. Au vu des rapports complètement rompus entre le Premier ministre désigné et le camp présidentiel, Gebran Bassil a estimé qu’il s’agit du « seul moyen » pour que Saad Hariri n’ait plus à former la future équipe ministérielle. M. Bassil avait toutefois estimé que l’heure n’est pas à la tenue de législatives anticipées, qui « ne modifieront pas la donne », selon lui. Une position que le bloc aouniste a naturellement réitérée à l’issue de sa réunion hebdomadaire hier. Les aounistes rejetaient ainsi clairement l’appel des FL contre lesquelles M. Bassil avait décoché samedi ses flèches. Le bloc s’est en outre, dit « ouvert » à une entente qui porterait sur un agenda de réformes dont feraient partie des législatives anticipées.

Bassil en Russie

Pour le moment, le chef du CPL reste plutôt soucieux de se placer au centre des tractations gouvernementales. À cette fin, il est attendu à Moscou ce soir, deux semaines après une visite similaire de Saad Hariri. De source informée, on apprend que M. Bassil pourrait se réunir avec le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, ainsi qu’avec son adjoint pour les Affaires du Proche-Orient, Mikhaïl Bogdanov.

De même source, on indique que les deux responsables devraient insister sur l’attachement de Moscou à la stabilité du Liban et à l’initiative lancée par le président français Emmanuel Macron, à Beyrouth en septembre dernier, et prévoyant la mise en place d’un cabinet de mission qui lancerait le processus de réformes. Ils se prononceraient également en faveur d’un gouvernement de spécialistes dirigé par Saad Hariri, une position que la Russie avait déjà exprimée à plusieurs reprises au cours des derniers mois.


La paralysie du processus gouvernemental ne surprend guère les opposants au pouvoir en place, notamment les Kataëb et les Forces libanaises. Celles-ci sont de plus en plus convaincues que la mise sur pied d’une nouvelle équipe ministérielle est impossible avec la majorité parlementaire actuelle (principalement articulée autour du Hezbollah et de ses alliés). Pour le parti, la solution...

commentaires (6)

Bassil vendrait son âme au diable , il l'a déjà vendu au parti du diable, pourvu qu'il soit président ???

Eleni Caridopoulou

17 h 01, le 28 avril 2021

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Bassil vendrait son âme au diable , il l'a déjà vendu au parti du diable, pourvu qu'il soit président ???

    Eleni Caridopoulou

    17 h 01, le 28 avril 2021

  • La balle est maintenant dans le camp des protecteurs des chrétiens. Voyons comment ce parti vendu va se dépêtrer de cette proposition qui met Aoun et son faux rejeton devant un choix historique qui aux yeux de tous les libanais qui désirent sortir du giron iranien est le meilleur pour qu’enfin une union sacrée se forme et sauve le pays et ses citoyens. Les sunnites et toutes les autres communautés étant d’accord là dessus. C’est une occasion en or qui ne se représentera plus alors voyons voir le mot final des réfractaires et la réaction des libanais à leur refus. Surtout celle de leurs partisans.

    Sissi zayyat

    13 h 38, le 28 avril 2021

  • Sans vouloir lui faire de la peine au Bassil, s'il n'a pas peur des élections anticipées pourquoi ne les soutiendrait il pas? Il gagnera en légitimité même s'il perd deux ou trois siège. Au moins il confirmera sa base populaire. La vérité est qu'il sait très bien qu'a part les zones d'influence du Hezbollah, il perdra tous ces députés et se retrouvera avec a peine une petite dizaine qui ne seront même pas représentatifs des Chrétiens dont il prétend défendre les droits après que son beau père les y a spolié. De plus, il n'est pas de l’intérêt du Hezbollah de voir se faire des élections car je puis vous assurer qu'il perdra aussi des sièges parlementaires chiites, mais aussi sunnites qui le soutiennent. Alors il faudra attendre 2022 ou qu'un événement de taille se passe pour changer la donne. Il semble que ce n'est pas pour bientôt.

    Pierre Hadjigeorgiou

    11 h 00, le 28 avril 2021

  • Une seule SOLUTION: REVOLUTION !!

    Citoyen libanais

    08 h 06, le 28 avril 2021

  • "l’heure n’est pas à la tenue de législatives anticipées, qui « ne modifieront pas la donne ". Bien sûr que ce ne serait pas encore une victoire totale pour les souverainistes - le temps n'est pas encore venu - mais un progrès certain, accompagné, par conséquent d'un grand recul du CPL. D'où l'évident redus de Bassil.

    Yves Prevost

    07 h 28, le 28 avril 2021

  • Si le chef !!! du cpl est attendu à Moscou ce soir... Ce serait a quel titre, d'autant que des sanctions ont été imposées par le Trésor américain, dans le cadre du Magnitsky Act pour corruption dans le secteur de l'énergie et collusion avec le parti de dieu , sans oublier l’accusation de corruption dans le cadre de la conclusion de «contrats gouvernementaux, d’extraction de ressources naturelles ou d’affaires de pots-de-vin . Le Liban signataire de cette loi devait bloquer tous ses comptes bancaires, a moins de se faire mettre, comme précédemment, un avion a disposition, par un ami,..

    C…

    00 h 41, le 28 avril 2021

Retour en haut