Rechercher
Rechercher

Société - Liban

"Aoun, Hariri, Berry, dégagez" : des manifestants marchent vers Baabda

Les protestataires réclament un gouvernement de transition.

Des manifestants sur l'autoroute de Baabda, le 27 mars 2021. Photo Hanaa Gemayel Jabbour

Quelques centaines de manifestants se sont rassemblés samedi après-midi au carrefour dit de "Chevrolet", dans le sud-est de Beyrouth, avant de marcher vers le palais présidentiel de Baabda, pour réclamer la formation d'un gouvernement de transition doté de prérogatives législatives, ainsi que le départ de la classe au pouvoir. Plusieurs groupes issus du soulèvement populaire du 17 octobre 2019 ont invité à ce rassemblement sous le slogan "Aoun, Hariri, Berry, dégagez !" et le hashtag #résistance_populaire, en référence aux président de la République, au Premier ministre désigné et au chef du Parlement, incarnations selon eux du système corrompu en place. En chemin vers le palais de Baabda, les manifestants se sont arrêtés sur l'autoroute y menant, bloqués par un important déploiement militaire. Ils se sont ensuite dispersés sans qu'aucune tension ne soit observée avec les forces armées.

Pendant leur mouvement, les protestataires, brandissant des drapeaux libanais, ont appelé à un "combat"  contre la corruption et réclamé le départ du pouvoir en place. "Yalla dégage Michel Aoun", ont-ils scandé, estimant que sans le démission des dirigeants actuels, le pays ne peut pas espérer de "salut". 

"Que les corrompus rendent des comptes"

Les manifestants ont encore demandé au pouvoir d'"écouter les demandes du peuple pour obtenir justice et que les corrompus rendent des comptes". Dans ce contexte, ils ont aussi dénoncé l'absence de résultat dans l'enquête locale sur les explosions du port de Beyrouth, près de huit mois après cette catastrophe meurtrière, demandant à la justice de révéler "qui a importé le nitrate d'ammonium au port et qui est à l'origine du crime". Les groupes issus du soulèvement populaire demandaient également "l'indépendance de la justice", "la mise en place d'un programme économique clair" et "la protection des classes pauvres et moyennes".

Lire aussi

Six calculs pour un gouvernement


Par ailleurs, d'autres ont brandi des banderoles réclamant "la neutralité du Liban face aux conflits dans la région" - une demande portée notamment par le patriarche maronite, Mgr Raï. Les groupes présents ont dénoncé "un régime criminel reposant sur la corruption à l'ombre des armes (du Hezbollah)". Le parti chiite est accusé par beaucoup de fournir un parapluie au système corrompu du pays et d'engager celui-ci contre son gré dans des conflits régionaux, dont la guerre en Syrie où sa milice combat aux côtés du pouvoir de Bachar el-Assad.

Des manifestations organisées par les groupes se revendiquant du soulèvement populaire avec les mêmes revendications ont été organisées ces deux dernières semaines, alors que le Liban est en proie à une crise politique, économique et sociale sans précédent, marquée par la dépréciation de la monnaie nationale face au dollar, l'hyperinflation des prix et la paupérisation de la population. Ces crises sont encore aggravées par la pandémie de coronavirus et la double déflagration qui a ravagé des quartiers entiers de la capitale l'été dernier. Cerise sur le gâteau : il n'y a pas de gouvernement depuis près de huit mois, le chef d'Etat et le Premier ministre désigné ne parvenant pas à s'attendre, englués dans des rivalités personnelles et un bras de fer sur la forme du gouvernement. 


Quelques centaines de manifestants se sont rassemblés samedi après-midi au carrefour dit de "Chevrolet", dans le sud-est de Beyrouth, avant de marcher vers le palais présidentiel de Baabda, pour réclamer la formation d'un gouvernement de transition doté de prérogatives législatives, ainsi que le départ de la classe au pouvoir. Plusieurs groupes issus du soulèvement populaire du 17...

commentaires (13)

??? Publiez mon commentaire svp

Wow

16 h 36, le 28 mars 2021

Tous les commentaires

Commentaires (13)

  • ??? Publiez mon commentaire svp

    Wow

    16 h 36, le 28 mars 2021

  • Bien sûr, je cite : "Que les corrompus rendent des comptes", et ailleurs "De mal en pitre", et j’ajoute que justice soit faite. Il faut croire en ce mouvement de revendication, aux révolutionnaires qui veulent vivre dans un pays digne. Ils n’ont plus rien à attendre de politiciens corrompus, qui ont fait leur temps. Faire de la politique n’est pas une profession libérale à vie, c’est un mandat, et qu’il faut rendre compte. On a du mal pour notre pays, ça fait 50 ans dans un désordre total, de guerres sans nom, et on ne sait plus comment aider nos proches au bord des crises de nerf, pour ne pas dire du suicide. Vous vous rendez-compte, on ne pas nommer un responsable, un corrompu, un ancien chef de guerre par les faits graves qu’il a commis. Tout est aseptisé, sur le mode neutre, ou du semblant du débat contradictoire. Sur les commentaires, mais pour quoi ne pas heurter les sensibilités, quand il le faut, sinon c’est perpétuer la censure. Tout blesse dans mon pays, la pauvreté, la mauvaise "gouvernementalité". Le débat blesse aussi. Pourquoi subir toutes ces humiliations sauf que d’en débattre par une liberté d’expression responsable pour faire avancer la démocratie. Un seul mot d’ordre, démission des incompétents. Il y a plein de jeunes compétents pour prendre la relève et assurer au pays la transition vers une démocratie, un pays où il fait bon vivre, oui dans un vivre-ensemble qui nous est très cher.

    L'ARCHIPEL LIBANAIS

    12 h 42, le 28 mars 2021

  • C'est donc à cela que sert la savamment sous-épuiqée armée Libanaise.

    Lillie Beth

    12 h 32, le 28 mars 2021

  • JE M.ADRESSE RESPECTUEUSEMENT A L,OLJ : - LA SITUATION DANS LE PAYS EST TRAGIQUE. - LES CITOYENS RESIDENTS ONT PERDU TOUTES LEURS ECONOMIES. APPAUVRIS ET AFFAMES ILS MANIFESTENT DANS LES RUES LEUR COLERE AVEC DES PANCARTES ET DES SLOGANS CARACTERISANT LES MAFIEUX QUI GOUVERNENT, LES NOMMANT MEME, CORROMPUS, VOLEURS, CRIMINELS, INCOMPETENTS ET D,AUTRES ADJECTIFS JUSTIFIES, ILS SONT POURSUIVIS PAR LES FSI POUR LES FAIRE TAIRE. L,AFFAME NE SE TAIT PAS. IL CRIE MEME S,IL MEURT. - LES EMIGRES DEPUIS 1975 ET APRES VIVANT DANS LES PAYS D,ACCUEIL ONT AUSSI PERDU TOUTES LEURS ECONOMIES DEPOSEES AU LIBAN ET APPAUVRIS. BEAUCOUP ONT QUITTE LEURS PAYS D,ACCUEIL VERS LE CANADA ET AILLEURS POUR TROUVER SUBSISTANCE CHEZ DES PARENTS EUX AUSSI EMIGRES. LA DOULEUR DE CE QUI SE PASSE DANS LEUR PATRIE, LE VOL DE LEURS ECONOMIES PAR LES MAFIEUX ET LE DESESPOIR QUAND A UN EVENTUEL ILLUSOIRE RETOUR UN JOUR AU PAYS MEME POUR LEURS ENFANTS LES OBLIGENT EUX AUSSI A MANIFESTER LEUR COLERE, PAS DANS LES RUES DE LA PATRIE LOINTAINE, MAIS AVEC LEURS PLUMES, DANS CE FORUM OFFERT PAR L,OLJ, AU LIEU DE PANCARTES ET SLOGANS EN LIBRES EXPRESSIONS OU ILS EXPOSENT LEUR COLERE. ILS NOMMENT. ILS CARACTERISENT LES MAFIEUX. ILS N,INSULTENT PAS. - JE PRIE L,OLJ DE NE PAS JOUER LE ROLE DES FSI CAR CENSURER C,EST FAIRE TAIRE LEUR LIBRE EXPRESSION OU SEUL MOYEN DE CRITIQUER A MOINS QU,ILS DEROGENT AUX REGLES OU INSULTENT. CENSURER C,EST PLUS QUE FRAPPER ET INSULTER. C,EST FAIRE TAIRE. C,EST UN CRIME .

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    11 h 26, le 28 mars 2021

  • Et les véritables responsables vous ? vous restez! Bravo!

    PHENICIA

    10 h 14, le 28 mars 2021

  • Cette classe au pouvoir a eu longuement le temps de prouver son incompétence. Donc ce régime, cette classe politique, ces tronches de politiciens qui nous sont imposées tous les jours et maintenant les dimanches, ils s'invitent sur nos chaines... Ils ne comprennent pas le "libanais"??? Le libanais leur demande de DEGAGER et PARTIR.... Bon sang, s'ils avaient UNE ONCE d'amour propre, ils auraient démissionné ILLICO. Mais c'est comme ce vieil adage libanais: Si on leur crache à la figure, ils sourieront et diront qu'il pleut. Ils n'ont AUCUNE DIGNITE, en revanche, leur EGO est bien présent et fort malheureusement. Normal, faute de compétences et comme ce sont des parvenus pour la plupart, ils n'ont que leur EGO à montrer aux libanais. Et Ils demandent que les libanais les respectent "par la force". Alors que le respect coule naturellement de sources grâce au charisme d'un chef. Ici, ce sont tous des nains, dans les 2 sens du terme avec aucun charisme. Zéro charisme, zéro compétence et 1 millions de complexes en revanche. Merci pour la publication

    radiosatellite.online

    23 h 43, le 27 mars 2021

  • un seul slogan : Aoun démission pour que le système s'écroule !

    Le Point du Jour.

    20 h 41, le 27 mars 2021

  • Nous n’arrêtons pas de dire vouloir la même chose mais n’arrivons pas à nous entendre sur la méthode pour nous débarrasser de toute cette crasse. POURQUOI? Le nombre des manifestants en dit long sur le désarroi des libanais qui bouillonnent et ne trouvent pas un représentant fiable à suivre pour s’élever tous ensemble contre ce système pourri et ces politiciens véreux qui gangrènent le pays.

    Sissi zayyat

    20 h 02, le 27 mars 2021

  • Il manque à ces revendications exprimées par ces manifestants une revendication qui est bien plus importante, celle de demander à celui qui formera le prochain gouvernement de traduire en justice le ou les ministres qui se sont succédés au ministère de l’énergie afin qu’ils rendent à l’Etat les 40 milliards de dollars qu’ils ont empochés à l’occasion de projets fictifs. Quant à l’appel au « dégagement » des trois personnes citées, je souhaiterais qu’on ajoute un 4e responsable qui n’est autre que le beau-fils du beau-père.

    Honneur et Patrie

    18 h 58, le 27 mars 2021

  • IL MANQUE LES NOMS DU GENDRE ET DE NASRALLAH. ET PUIS DE TOUS LES AUTRES.

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    18 h 57, le 27 mars 2021

  • IL Y EN A ENCORE DES NAÏFS QUI CROIENT QUE LES HAUTS GRADES DE L'ARMÉE SONT AU SERVICE DU PEUPLE. PUIS CE N'EST PAS AVEC UNE CENTAINES DE MANIFESTANTS QUE BERRI, AOUN ET HARIRI VONT SE DÉGAGER. RIEN QUE BERRI TOUT SEUL, IL EN A DES CENTAINES DE MILICES SOUS SES ORDRES. TOUT LE MONDE DANS LA RUE OU SAUVE QUI PEUT.

    Gebran Eid

    18 h 39, le 27 mars 2021

  • Il faut plus de manifestants tout le Liban , honte Mr Aoun vous avez vendu votre pays à l'Iran et au Hezbollah pour un fauteuil ???

    Eleni Caridopoulou

    18 h 15, le 27 mars 2021

  • Des dizaines de manifestants, seulement ! Honte aux libanais, il faudrait que l’on soit 250'000 pour jeter le pouvoir aux orties, comme en Birmanie ou en Biélorussie, avec courage et détermination, ce pouvoir et tous ceux qui l’ont précédé est pourris, dehors !

    TrucMuche

    16 h 58, le 27 mars 2021

Retour en haut