Rechercher
Rechercher

Politique - Crise gouvernementale au Liban

Depuis Baabda, l’ambassadrice américaine appelle au "compromis"

Dorothy Shea s'est également entretenue avec Saad Hariri.

Depuis Baabda, l’ambassadrice américaine appelle au

L'ambassadrice des Etats-Unis au Liban Dorothy Shea s'entretenant avec le président de la République, Michel Aoun, le 25 mars 2021 au palais de Baabda. Photo Dalati et Nohra

L’ambassadrice américaine au Liban, Dorothy Shea, a souligné jeudi à l’issue d’un entretien avec le président de la République, Michel Aoun, "l’urgence" de former un gouvernement, appelant à un compromis entre les forces politiques qui bloquent ce processus.

Mme Shea s’est rendue au palais de Baabda à la demande du président Aoun, selon notre correspondante Hoda Chedid. Le chef de l'Etat avait déjà invité mardi au palais de Baabda l’ambassadrice de France Anne Grillo et l’ambassadeur saoudien Walid Boukhari. D’après notre correspondante, le chef de l’Etat a demandé cet entretien avec l’ambassadrice américaine, comme il a rencontré les autres diplomates, "pour évoquer le blocage dans la formation du gouvernement". Le président Aoun organise ces rencontres avec les ambassadeurs après son entretien houleux lundi avec le chef du gouvernement désigné, Saad Hariri, qui a ramené le processus de formation du cabinet à la case départ.

Lire aussi

Baabda cherche à se débarrasser de Hariri, sans le reconnaître

"Nous avons discuté de l’importance et de l’urgence de former un gouvernement engagé à mener des réformes et capable de les appliquer", a déclaré Dorothy Shea à la presse depuis Baabda à l’issue de son entretien avec le président en présence du conseiller de ce dernier Salim Jreissati. "Maintenant, il est nécessaire d’avoir des leaders courageux, qui sont disposés à mettre de côté leurs différences partisanes et à œuvrer ensemble pour sauver le pays (…)", a-t-elle ajouté. "Je suis certaine que vous pouvez le faire".

"N’est-il pas temps de faire des compromis ?"
"Je demande respectueusement à toute personne qui pose des exigences pour la formation de ce gouvernement, dont votre peuple a désespérément besoin (...) : maintenant que nous sommes depuis près de huit mois sans un cabinet ayant les pleins pouvoirs, n’est-il pas temps d’abandonner ces exigences et de commencer à faire des compromis ? Il est important de se concentrer sur la formation d’un gouvernement, et non de bloquer un gouvernement", a encore ajouté la diplomate. Mme Shea a indiqué s’être entretenue mercredi soir "avec de jeunes activistes politiques de tous bords". "Il est clair qu’ils veulent un gouvernement qui puisse assumer ses responsabilités", a-t-elle souligné. "Ils veulent l’indépendance de la justice, ils veulent un Etat de droit. Ils veulent extirper la corruption endémique qui dépossède le pays et son peuple des précieuses ressources dont ils ont désespérément besoin. Et ils veulent voir les élections prévues l’an prochain se dérouler à temps", a-t-elle encore dit.

L’ambassadrice s’est par la suite rendue à la Maison du Centre où elle s’est réunie avec le chef du gouvernement désigné Saad Hariri, a annoncé le bureau de presse de ce dernier. L’entretien, qui a porté sur "les derniers développements politiques", s’est déroulé en présence de l’ancien ministre Ghattas Khoury. M. Hariri s'est également entretenu avec la coordinatrice adjointe des Nations unies pour le Liban, Najat Rochdi.

Lire aussi

Six calculs pour un gouvernement

Le Liban est toujours sans gouvernement actif depuis la démission du cabinet de Hassane Diab, dans la foulée de la double explosion le 4 août 2020 au port de Beyrouth. Lundi, le processus gouvernemental était une fois de plus revenu à la case départ à l'issue d'une très brève et orageuse réunion entre MM. Aoun et Hariri, qui campent tous les deux sur leurs positions et s'accusent mutuellement du blocage. Dans une conférence de presse à l’issue de ce bref entretien, M. Hariri avait dénoncé l’attitude du chef de l’Etat, révélant avoir reçu la veille, de la part de la présidence, une mouture complète d’un cabinet avec "une répartition confessionnelle et partisane des ministères dans des gouvernements de 18, 20 ou 22", à laquelle il lui était demandé "d’ajouter" des noms. Cette proposition "accorde le tiers de blocage à la formation politique", du président, avait déploré M. Hariri, estimant que cette liste était "inacceptable" et que "le travail du Premier ministre n’est pas juste de compléter un document qui lui a été envoyé". Le Premier ministre désigné a par la suite rendu publique la mouture d’un gouvernement soumise à Michel Aoun le 9 décembre 2020, composé de 18 technocrates, dans lequel aucune partie ne bénéficierait du tiers de blocage, et qui a été rejetée par la présidence. Saad Hariri considère que son action se place dans le cadre de l’initiative française qui prône un gouvernement de mission, alors que la communauté internationale conditionne toute aide financière au Liban à des réformes importantes.

Lire aussi

Guerre des prérogatives : que dit la Constitution ?

Mercredi, l’ambassadeur saoudien Walid Boukhari s’était entretenu séparément avec les ambassadrices américaine et française, des réunions qui traduisent bien l’inquiétude de la communauté internationale face à cette impasse politique alors que le pays traverse une crise économique et sociale d’une ampleur inégalée. Selon notre correspondant politique Mounir Rabih, l'ambassadeur saoudien se rendra samedi à Moukhtara pour s'entretenir avec le leader druze Walid Joumblatt. Pour sa part, l'ambassadrice française Anne Grillo s'est entretenue avec le président du Parlement, Nabih Berry, jeudi à Aïn el-Tiné. Comme après son entretien avec M. Aoun, elle n'a pas fait de déclaration à l'issue de la réunion.


L’ambassadrice américaine au Liban, Dorothy Shea, a souligné jeudi à l’issue d’un entretien avec le président de la République, Michel Aoun, "l’urgence" de former un gouvernement, appelant à un compromis entre les forces politiques qui bloquent ce processus. Mme Shea s’est rendue au palais de Baabda à la demande du président Aoun, selon notre correspondante Hoda Chedid. Le chef...

commentaires (19)

JE VOIS QUE LA RAISON A PREVALU. JE N,AIMERAI POINT ME RETROUVER DANS LA MEME SITUATION DE BRAS DE FER AVEC L,OLJ. QUE JE PRIE TRES AIMABLEMENT DE NE POINT CENSURER AUCUNE DE MES LIBRES EXPRESSIONS A MOINS QU,ELLE DEROGE AUX REGLES ETABLIES OU QU,ELLE INSULTE, CHOSE QUE JE NE PRATIQUE PAS DANS MES COMMENTAIRES.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

15 h 53, le 26 mars 2021

Tous les commentaires

Commentaires (19)

  • JE VOIS QUE LA RAISON A PREVALU. JE N,AIMERAI POINT ME RETROUVER DANS LA MEME SITUATION DE BRAS DE FER AVEC L,OLJ. QUE JE PRIE TRES AIMABLEMENT DE NE POINT CENSURER AUCUNE DE MES LIBRES EXPRESSIONS A MOINS QU,ELLE DEROGE AUX REGLES ETABLIES OU QU,ELLE INSULTE, CHOSE QUE JE NE PRATIQUE PAS DANS MES COMMENTAIRES.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    15 h 53, le 26 mars 2021

  • Il est devenu insupportable ce système en place! Pour former un gouvernement, on traîne 8 mois, voir plus! Pour élire le président de la republic, il faut attendre deux ans, voir plus! Afin de produire une loi électorale médiocre , il nous faut deux ans, voir plus! Peut-on un jour devenir un pays civilisé et non tribal?

    Georges S.

    14 h 49, le 26 mars 2021

  • .... je cite Mme Shea: ""maintenant que nous sommes depuis près de huit mois sans UN CABINET AUX PLEINS POUVOIRS"" et quel parlement lui donnerait cet outil dites ? outil qui le rendra - non pardon- qui confirmera son inutilite absolue !

    gaby sioufi

    13 h 04, le 26 mars 2021

  • OLJ, SI VOUS ETES DES IMPARTIAUX ET DIGNES DU NOM DE JOURNAL DEMOCRATIQUE JE VOUS METS AU DEFI DE PUBLIER MON COMMENTAIRE CENSURE ET DE DIRE OUVERTEMENT AUX INTERNAUTES LA RAISON DE CETTE CENSURE DU MOINS QU,ON PUISSE DIRE EST ETRANGE CAR LE COMMENTAIRE RESPECTE ET EXPLIQUE TOUT SIMPLEMENT.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    11 h 13, le 26 mars 2021

  • Aoun et compromis dans la même phrase. Un des deux est de trop.

    Liban Libre

    10 h 59, le 26 mars 2021

  • POURQUOI MON COMMENTAIRE D,AUJOURD,HUI EST-IL CENSURE ? JE N,Y INSULTE PERSONNE. JE REPETE CE QUE L,AMBAQSSADRICE SHEA A DIT ET A QUI A MON AVIS CA ETAIT DESTINE. PRIERE DE PUBLIER LE COMMENTAIRE HONTEUSEMENT CENSURE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 56, le 26 mars 2021

  • Sans aucune ironie mais je suis curieux de savoir à quoi pense le président Aoun lorsqu’il en face de la représentante du pays qui a sanctionné son gendre pour corruption et autres méfaits ... il devrait au moins en demander les preuves faute de quoi la moindre des choses serait de rappeler l’ambassadeur du Liban aux USA. Mais comme rien de tel n’est effectué, cela laisse penser que les sanctions américaines à l’encontre de M. Gebran Bassil sont étayées de preuves irréfutables. Pour le chef d’un parti qui se prétend posséder la plus grande représentation parlementaire, ce n’est pas très glorieux. C’est une simple constatation de faits sans aucune attaque personnelle

    Liberté de Penser

    10 h 39, le 26 mars 2021

  • L,AMBASSADRICE SHEA DIT : J,AI DEMANDE RESPECTUEUSEMENT A TOUTE PERSONNE QUI POSE DES EXIGENCES, N,EST-IL PAS TEMPS D,ABANDONNER CES EXIGENCES ET DE COMMENCER A FAIRE DES COMPROMIS ? ET LE PLUS IMPORTANT ELLE DIT :: IL EST IMPORTANT DE SE CONCENTRER SUR LA FORMATION D,UN GOUVERNEMENT ET NON DE BLOQUER UN GOUVERNEMENT. - TOUS CES PAROLES ET CONSEILS SONT ADRESSES COMME ON PEUT LE VOIR A CEUX QUI POSENT DES EXIGENCES ET QUI BLOQUENT CAD A AOUN ET BASSIL. LES ETERNELS BOYCOTTEURS POUR COMPTE DU HEZBOLLAH.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    08 h 41, le 26 mars 2021

  • "Maintenant, il est nécessaire d’avoir des leaders courageux, qui sont disposés à mettre de côté leurs différences partisanes et à œuvrer ensemble pour sauver le pays (…)", a-t-elle ajouté. "Je suis certaine que vous pouvez le faire". Mais madame Shea, vous rêvez. Cela fait presque 8 mois qu’on fait du surplace avec des personnes incapables d’avancer et de trouver une solution. Quand aux activistes, ils ne demandent que ce que offre naturellement n’importe quel pays qui respecte les droits de ses citoyens et qui travaillent pour leur bien. Au Liban, les citoyens n’existent que pour recevoir quelques billets au moment des élections pour qu’ils mettent leur bulletin dans les urnes. Quand aux ambassadeurs, ils ont attendu 8 mois pour bouger, pourquoi????? Le pays est menacé par la Covid-19 et par la FAMINE. On se croirait en 1914...

    mokpo

    08 h 34, le 26 mars 2021

  • Aoun est tel un noyé qui boit la tasse et qui gesticule pour que quelqu’un puisse le sauver en vain. Ce régime est déjà dans le passé, il veut croire à son avenir qui est derrière lui. A dieu et à jamais de vous revoir Mr Aoun .

    Le Point du Jour.

    20 h 56, le 25 mars 2021

  • Aoun est tel un noyé qui boit la tasse et qui gesticule pour que quelqu’un puissse le sauver en vain. Ce régime est déjà dans le passé, il veut croire à son avenir qui est derrière lui. A dieu et à jamais de vous revoir Mr Aoun .

    Le Point du Jour.

    19 h 27, le 25 mars 2021

  • ELLE N,APPELLE PAS LES 2 PARTIES AU COMPROMIS. ELLE APPELLE CEUX QUI PRESENTENT DES DEMANDES EXAGEREES ET NON CONSTITUTIONELLES, AOUN ET GENDRE, A FAIRE DU COMPROMIS EN REJOIGNANT CE QUE PRESENTE L,AUTRE BORD. LISEZ BIEN SES DIRES.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    18 h 37, le 25 mars 2021

  • Et voila ! L'intelligence fulgurante de M. le premier ministre qui a reussi a remettre son president en selle aupres des ambassadeurs de France, d'Arabie Saoudite et des USA. Il ne reste plus a Hariri qu'une seule tache : ramener le Patriarche Rai chez le president Aoun, et la boucle sera bouclee... Il faut cesser de s'illusionner. Ils sont tous solidaires dans la crapulerie. Kellon Ya3ne Kellon

    Michel Trad

    18 h 15, le 25 mars 2021

  • Baabda nest que la boite a lettres

    Jack Gardner

    15 h 18, le 25 mars 2021

  • Pourquoi c'est maintenant et seulement maintenant que ces deux opposants reçoivent à tour de bras les ambassadeurs étrangers, enfin sauf celui d'iran dont le ministre wehbé attend encore un signe.... Voilà déjà plus de sept mois que l'on est dans la panade et ces deux (ir)responsables, comme dans une cour d'école en sont à dénoncer le petit camarade...persuadés qu'ils sont ,d'être, dans le vrai

    c...

    15 h 01, le 25 mars 2021

  • Celui qui bloque la formation du gouvernement, est-il conscient vraiment du danger imminent de famine, avec la dégradation continue de la monnaie nationale, et où il y a une pénurie imminente également de carburants et d'envol des prix ? Les voitures ne trouveront plus de pièces de rechange, et le usines d'électricité, les usines diverses aussi. Est il vraiment responsable de ses actes ?

    Esber

    13 h 34, le 25 mars 2021

  • LISEZ BIEN CE QU,ELLE DIT ET A QUI ELLE S,ADRESSE. A CEUX QUI FORMENT DES DEMANDES QUI BLOQUENT LA FORMATION DU GOUVERNEMENT. LISEZ BIEN ET COMPRENEZ BIEN, C,EST A AOUN DE COMPRENDRE TOUT CE QUE FRANCAIS, SAOUDITES ET AMERICAINS LUI DISENT INDIRECTEMENT MAIS FERMEMENT.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    13 h 27, le 25 mars 2021

  • Compromis?? Les USA nous livre donc à l'iran comme ils l'avaient fait en 90 en nous livrant à la syrie. What's in it for us!??? Rien, nada, Machiii, ...

    Wlek Sanferlou

    13 h 11, le 25 mars 2021

  • Le peuple meurt de faim , et nos responsables devant les ambassadeurs cherchent toujours le sexe des Anges . Triste .

    Antoine Sabbagha

    12 h 38, le 25 mars 2021

Retour en haut