Rechercher
Rechercher

Politique - Crises au Liban

Mgr Abdel Sater aux dirigeants : L'histoire se souviendra de vous comme de tyrans et d'assassins

Le patriarche réitère son appel à une conférence internationale sous l'égide de l'ONU pour éviter "l'effondrement du Liban". 

Mgr Abdel Sater aux dirigeants : L'histoire se souviendra de vous comme de tyrans et d'assassins

L'archevêque maronite de Beyrouth, Boulos Abdel Sater. Photo ANI

L'archevêque maronite de Beyrouth, Boulos Abdel Sater, s'en est pris mardi aux responsables politiques libanais, dont il a dénoncé "les mensonges et l'irresponsabilité", déclarant que l'histoire se souviendra d'eux comme des "tyrans, corrompus et assassins".

Ce prêche du dignitaire maronite a été lancé alors que le Liban fait face, depuis plus d'un an, à plusieurs crises d'une grave ampleur, aussi bien socioéconomique, financière, politique que sanitaire, tandis que les autorités libanaises, largement contestées par la rue, ne parviennent pas à lancer des réformes qui permettraient de mobiliser l'aide de la communauté internationale. En raison de ces crises, aggravées par la pandémie de coronavirus et la double explosion du port de Beyrouth, qui a tué plus de 200 personnes, plus de la moitié de la population libanaise vit désormais sous le seuil de pauvreté, dans un pays qui connaît une inflation rampante.

"Il y a un an j'ai lancé devant de nombreux responsables le cri du peuple libanais qui est opprimé et désespéré, à qui l'on a volé sa dignité, et son droit à manifester et réclamer des comptes. Depuis, rien n'a changé. Au contraire, les choses ont empiré, la corruption a proliféré, les mensonges et l'irresponsabilité se sont généralisés", a lancé l'archevêque, lors d'une messe en l'église Saint Maron. "Prenez garde, vous les dirigeants qui construisez votre gloire sur l'oppression et l'humiliation de ceux qui ont confiance en vous. L'histoire n'aura pas pitié de vous et retiendra vos noms parmi les tyrans, les corrompus et les assassins", a-t-il déclaré. 

"Ils n'ont pas bougé le petit doigt"
"Pourquoi soutenons-nous des responsables qui n'ont pas versé une seule larme face aux maisons dévastées et aux corps démembrés, qui n'ont pas bougé un petit doigt pour que la vérité soit faite ? Pourquoi sommes-nous divisés à cause de politiciens qui exploitent nos peurs et nos souffrances pour rester au pouvoir ?", s'est encore interrogé Mgr Boulos Abel Sater. Et d'appeler à "cesser de faire passer le Liban après les intérêts confessionnels ou partisans et les allégeances internes ou externes". "Refusons de devenir les agents des projets des grandes puissances", a-t-il exhorté. 

Pour mémoire

Boulos Abdel Sater sera-t-il vraiment « l’évêque des pauvres » ?

L'année dernière, à l'occasion également d'une messe donnée pour la Saint Maron, l'archevêque maronite de Beyrouth avait déjà marqué les esprits en appelant la classe politique, dont beaucoup de représentants étaient présents, à "assurer une vie digne aux Libanais ou à démissionner". Cet appel avait été lancé alors que le Liban connaissait, depuis plusieurs mois, un mouvement de contestation de grande ampleur contre l'ensemble de la classe politique. 

"Eviter l'effondrement"
Pour sa part, le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, a réitéré lors d'une messe à Bkerké son appel à l'organisation d'une conférence nationale, sous l'égide de l'ONU, dédiée à "éviter l'effondrement du Liban". Les Nations unies ont "la responsabilité d'aider tous ses Etats membres qui font face à des crises existentielles", a-t-il affirmé, estimant que le Liban a besoin aujourd'hui d'un acteur international qui joue un rôle "décisif et strict". "Les Libanais doivent être sauvés", a-t-il déclaré. "Nous appelons donc toutes les forces qui croient en l'unité du Liban, sa souveraineté et ses particularités, à coopérer pour remettre le Liban sur le chemin de la renaissance", a encore appelé le dignitaire. 

Et le patriarche de rappeler les mots qu'a eus lundi le pape François concernant le Liban. Lors d'une réunion avec des membres de diplomates accrédités au Vatican, le chef de l'Eglise catholique avait en effet averti du risque que "le Liban perde son identité et se trouve encore plus impliqué dans les tensions régionales" et plaidé pour un "engagement politique national et international renouvelé pour favoriser la stabilité" du pays.

Le patriarche a par ailleurs reçu le vice-président de la Chambre, Elie Ferzli, qui a estimé, à l'issue de leur entretien, que la crise que traverse actuellement le Liban est sur le point de devenir une crise "existentielle". M. Ferzli a souligné que, pour le dignitaire, il n'y a pas plus important que la formation d'un gouvernement qui permettrait de mettre le pays "sur la voie du salut" et de résoudre "les problèmes des citoyens et les crises économique, monétaire, politique et sociale". Mgr Raï a déclaré qu'"avec la formation du gouvernement, les droits de toutes les composantes de la société libanaise seront respectés". "La question des dommages subis par toutes ces composantes de la population est bien plus importante que les prétentions de certains à protéger leur communauté", a-t-il ajouté. 


L'archevêque maronite de Beyrouth, Boulos Abdel Sater, s'en est pris mardi aux responsables politiques libanais, dont il a dénoncé "les mensonges et l'irresponsabilité", déclarant que l'histoire se souviendra d'eux comme des "tyrans, corrompus et assassins". Ce prêche du dignitaire maronite a été lancé alors que le Liban fait face, depuis plus d'un an, à plusieurs crises d'une grave...

commentaires (13)

Nous sommes encore plus coupables qu’eux tous de les laisser se comporter comme s’ils étaient nos maîtres et qu’ils nous avaient achetés. L’église, le Vatican, les maronites libanais ainsi que tous les autres libanais de toutes confessions, vous qui continuez à croire que ces malfrats font partie de votre religion ou vénèrent le même dieu que vous, vous avez du sang sur les mains tout comme eux du fait de n’avoir pas agit jusqu’à maintenant pour les en empêcher. On ne peut pas sauver un pays du péril avec des bonnes paroles ou des remontrances, seuls des actes concrets et une union sacrée aboutiront à la gloire il faut enfin l’intégrer et agir en conscience.

Sissi zayyat

13 h 50, le 10 février 2021

Tous les commentaires

Commentaires (13)

  • Nous sommes encore plus coupables qu’eux tous de les laisser se comporter comme s’ils étaient nos maîtres et qu’ils nous avaient achetés. L’église, le Vatican, les maronites libanais ainsi que tous les autres libanais de toutes confessions, vous qui continuez à croire que ces malfrats font partie de votre religion ou vénèrent le même dieu que vous, vous avez du sang sur les mains tout comme eux du fait de n’avoir pas agit jusqu’à maintenant pour les en empêcher. On ne peut pas sauver un pays du péril avec des bonnes paroles ou des remontrances, seuls des actes concrets et une union sacrée aboutiront à la gloire il faut enfin l’intégrer et agir en conscience.

    Sissi zayyat

    13 h 50, le 10 février 2021

  • C'est qui le "peuple"?

    Beauchard Jacques

    10 h 30, le 10 février 2021

  • Leur dire ce que nous pensons d’eux, hommes et femmes politiques, c’est comme « mettre du beurre en broche » Le changement ne viendra que du peuple mais sa moitié est gangrené par le clientélisme...

    mokpo

    08 h 23, le 10 février 2021

  • Dixit un mec qui roule en berline Allemande avec plaque à trois chiffres..

    Ziad Traboulsi

    08 h 13, le 10 février 2021

  • Et dire que parmi ces "tyrans, corrompus et assassins", certains osent se dire disciples de St Maroun! S'il ne peut rien contre les autres, je crois que le patriarche devrait, au moins, excommunier ceux-là

    Yves Prevost

    20 h 49, le 09 février 2021

  • Ils n’y a pas assez de qualificatifs en langue française permettant de décrire la crasse politique qui soi disant nous gouverne. Mais même si on leur crache dessus, ils vous diront qu’il pleut. Alors les traiter de tyrans, de voleurs, de corrompus, d’irresponsables, d’incompétents... ça leur est complètement égal tant qu’ils écrasent le peuple et continuent à magouiller et de plus en plus à découvert. Le jour où les forces armées légales du pays seront aussi affamées que la grande majorité de la population, les fusils que les soldats ou policiers détiennent changeront de direction pour viser cette crasse politique et la renverser définitivement. Rien ne pourra arrêter le révolution de la faim, d’autant plus que les réserves alimentaires du pays ne représentent plus qu’un mois de consommation.

    Liberté de Penser

    19 h 28, le 09 février 2021

  • ????????????????

    Eleni Caridopoulou

    19 h 14, le 09 février 2021

  • LE PEUPLE NE DOIT PAS ATTENDRE L,HISTOIRE POUR PUNIR LEUR MEMOIRE. LE PEUPLE DOIT LES DEGAGER LE PLUS TOT, AUJOURD,HUI AVANT DEMAIN, LEUR INTERDIRE DE QUITTER LE PAYS ET LES JUGER TOUT EN LES REMPLACANT. IL EST REQUIS UN ALEXANDRE POUR COUPER LE NOEUD GORDIEN ET IMPOSER LE CHANGEMENT DANS LE PAYS. UN TRIUMVIRAT DE MILITAIRES SERAIT LE BIENVENU POUR DEGAGER LES MAFIEUX ET SAUVER LA PATRIE ET LE PEUPLE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    17 h 35, le 09 février 2021

  • Il n'y a pas si longtemps quelques crétins répétaient à longueur de journée, en évoquant l'avènement du Liban nouveau et fort, que l'Histoire ne retient que les vainqueurs en parlant de ces individus immondes qui nous gouvernent depuis leur coup d'Etat. Aujourd'hui que ces soi-disant vainqueurs sont bannis de la société et susceptibles d'être poursuivis en justice (https://www.change.org/p/hold-the-government-of-lebanon-and-its-state-institutions-guilty-of-crimes-against-humanity-under-article-7-1-k-of-the-rome-statute?recruiter=1179676440&utm_source=share_petition&utm_campaign=petition_show&utm_medium=whatsapp&utm_content=washarecopy_27240922_en-US%3A7&recruited_by_id=658a9ac0-68af-11eb-854c-bfaa202b6bea), on ne les entend plus ? Bizarre.

    Robert Malek

    16 h 37, le 09 février 2021

  • Ils en sont arrivés à un tel degré d'entêtement et de perte du sens de la réalité, qu'ils ne sont plus capables de voir dans quel état se trouvent notre pays et son peuple ! Même St. Maroun re-descendu sur terre, dont ils se réclament pourtant...ne pourrait plus les ramener à la raison...! - Irène Saïd

    Irene Said

    15 h 41, le 09 février 2021

  • LES PIRES VOLEURS DES HISTOIRES DES MAFIAS DE LA CAUSA NOSTRA, CAR C,EST DE LEURS CAUSES PERSONELLES ET MAFIEUSES QU,IL EN EST QUESTION. LES PIRES CRIMINELS DE L,HISTOIRE DU MONDE ET NON SEULEMENT DU LIBAN. QUE MAIGRE FUT ALIBABA ET SES 40 VOLEURS EN COMPARAISON DE CEUX QUI ONT PRATIQUEMENT DEVALISE LES ECONOMIES D,UNE VIE DU PEUPLE LIBANAIS ET VIDE LES CAISSES DU PAYS ET DES BANQUES. VOLEURS ET CRIMINELS DU PLUS HAUT DE L,ECHELLE ET JUSQU,AU DERNIER ECHELON. TFEHHH OU DI3AN EL BAZAA 3ALEYKON !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    15 h 16, le 09 février 2021

  • "L'histoire n'aura pas pitié de vous et retiendra vos noms parmi les tyrans, les corrompus et les assassins..." ...il faut se souvenir que de leur vivant ces polichinelles ne donne même une ishriit basslé de ce que tout le monde, des deux pôles jusqu'à l'équateur, alors l'histoire pour eux est déjà bi khabar kana... Yalé bala dam, bala alb...

    Wlek Sanferlou

    13 h 54, le 09 février 2021

  • "L'histoire se souviendra", oui mais l'histoire sera écrite par les vainqueurs. Les vaincus n'auront pas l'occasion d'écrire, ils la ferme et subissent ! Les Chrétiens représentent constitutionnellement 2 fois plus de forces politiques que chacune des deux autres grandes communautés, Ils sont au moins 2 fois plus responsable de cette chute aux enfers que les autres. Ce que les religieux chrétiens peuvent faire est de mettre la pression sur les 2 chefs-belligérants de la communauté pour qu'ils dégagent de la scène politique afin d'unir toutes les forces pour la renaissance du pays.

    MGMTR

    13 h 29, le 09 février 2021

Retour en haut