Rechercher
Rechercher

Société - Liberté d’expression

Vague de répression parmi les militants ayant pris part aux manifestations de Tripoli

Vague de répression parmi les militants ayant pris part aux manifestations de Tripoli

Après avoir procédé au cours des derniers jours à une série d’arrestations parmi les militants qui ont pris part aux manifestations de Tripoli la semaine dernière, les autorités se retrouvent aujourd’hui sous le feu des critiques. Si le nombre de manifestants arrêtés reste inconnu pour l’heure, de nombreux militants indiquent qu’au moins une trentaine de personnes issues en majeure partie de Tripoli et de la Békaa ont été entendues par les services de sécurité. Certains auraient été arrêtés de façon musclée par les SR, tandis que d’autres ont disparu des radars pendant plusieurs jours. « Il y aurait eu entre 30 et 40 personnes interpellées ces derniers jours. Nous ne savons pas au juste combien d’entre elles sont encore arrêtées en ce moment », confie à L’Orient-Le Jour Samir Skaff, journaliste et militant. « Hier, les autorités ont contacté quatre autres activistes pour leur signaler qu’ils étaient convoqués aujourd’hui à Beyrouth par les renseignements », ajoute-t-il. Il s’agirait des Tripolitains Jalal Selmi, Saïd Fcheich, Seifeddine Houssami et Ahmad Bakiche.

Jad Dagher, président de l’assemblée générale du parti Sabaa, indique pour sa part qu’il y aurait eu environ 30 arrestations depuis les manifestations de Tripoli, dont plusieurs membres de Sabaa. « Nous n’avons pas de chiffres exacts sur ces arrestations nimbées de mystère, déplore-t-il. Certains ont quasiment été kidnappés. » « Après avoir fait pression sur les autorités, nous avons finalement appris que leurs dossiers ont été transférés au ministère de la Défense, mais qu’ils sont eux-mêmes détenus chez les renseignements à Tripoli. Deux autres, Rabih Chemali et Ibrahim el-Bast, ont été interpellés mercredi soir et conduits au ministère de la Défense », ajoute-t-il.

Lire aussi

Le leadership sunnite face à la colère de Tripoli

« Les protestataires interpellés ont été battus et leurs familles intimidées, déplore par ailleurs Jad Dagher. Certains ont été arrêtés par les renseignements de l’armée alors qu’ils se trouvaient chez eux, comme s’il s’agissait de terroristes. »

Pas d’avocats autorisés

Sans grande surprise, la plupart des militants convoqués par les autorités n’étaient pas accompagnés d’un avocat, contrairement aux dispositions de l’article 47 du code de procédure pénale. Amendé en octobre dernier, cet article prévoit que les prévenus puissent être accompagnés d’un avocat lors de leurs interrogatoires.

Me Mazen Hoteit, avocat au barreau de Beyrouth, confirme à L’OLJ que peu d’avocats ont pu voir les prévenus. « Nous sommes en train de suivre cette affaire. La loi stipule clairement que les personnes interrogées ont le droit de recourir à un avocat. Cette loi doit être appliquée par les services de sécurité », martèle-t-il.

Samir Skaff assure lui aussi que les services de sécurité « n’ont pas permis aux avocats d’accompagner les prévenus, contrairement à l’article 47 ». « Les arrestations effectuées ne sont pas normales. Elles ont été exécutées de la même manière que dans les États policiers, sans mandat d’arrêt. Les militants sont d’abord arrêtés, le mandat d’arrêt est ensuite délivré », dénonce le journaliste.


Après avoir procédé au cours des derniers jours à une série d’arrestations parmi les militants qui ont pris part aux manifestations de Tripoli la semaine dernière, les autorités se retrouvent aujourd’hui sous le feu des critiques. Si le nombre de manifestants arrêtés reste inconnu pour l’heure, de nombreux militants indiquent qu’au moins une trentaine de personnes issues en...

commentaires (6)

Demain lorsque tous les libanais descendront dans les rues pour demander leurs dûs, ils les taxeraient d’agents collaborants avec les ennemis du pays. Ne dit on pas au Liban que le voleur a peur pour sa maison? Ces vendus croient que tous les libanais sont achetables et qu’ils sont leurs semblables. Le fait qu’il y aurait dans tous les pays du monde des patriotes qui sont prêts à mourrir pour sauver leur honneur et leur nation et que seul cette motivation les portent et leur donne tout le pouvoir les dépasse. Il ne faut pas oublié que depuis des siècles ces slogans fallacieux ont été la propagande de tous les tyrans que les nôtres ont minutieusement copiés.

Sissi zayyat

13 h 22, le 08 février 2021

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Demain lorsque tous les libanais descendront dans les rues pour demander leurs dûs, ils les taxeraient d’agents collaborants avec les ennemis du pays. Ne dit on pas au Liban que le voleur a peur pour sa maison? Ces vendus croient que tous les libanais sont achetables et qu’ils sont leurs semblables. Le fait qu’il y aurait dans tous les pays du monde des patriotes qui sont prêts à mourrir pour sauver leur honneur et leur nation et que seul cette motivation les portent et leur donne tout le pouvoir les dépasse. Il ne faut pas oublié que depuis des siècles ces slogans fallacieux ont été la propagande de tous les tyrans que les nôtres ont minutieusement copiés.

    Sissi zayyat

    13 h 22, le 08 février 2021

  • N'oubliez pas on n'ait pas au Lban mais en Iran ?????

    Eleni Caridopoulou

    17 h 54, le 05 février 2021

  • On brule le Sérail , la municipalité , le tribunal, on bloque les routes, on jette des grenades , puis on va boire un café, fumer le narguilé, se promener sur la corniche pendant le confinement , ne pas travailler parce que c'est dégradent et fatigant ensuite on joue l'innocent qui a faim ...Les photos des politiciens sont toujours en place ...

    aliosha

    10 h 57, le 05 février 2021

  • COMME SONT REPRISES DES DEMANDES DE + EN + NOMBREUSES DE DEMISSION DES MEMBRES DE LA MAGISTRATURE, MOI JE DEMANDE-J'EXIGE PAREIL DES PARLEMENTAIRES DEVENUS ARTICLES INUTILES. MEME LE PEU DE LOIS VALABLES VOTES PAR EUX NE SONT PAS APPLIQUEES. ALORS FOUTEZ LE CAMP , ECONOMISONS DES MILLIONS DONT CES MEMES TRIPOLITAINS MALMENES ONT URGEMMENT BESOIN.

    Gaby SIOUFI

    10 h 49, le 05 février 2021

  • QUE COMMENTER ? HELAS ! DOMMAGE ! LIBANAIS, LES PEUPLES DU MONDE ONT IMPOSE LES CHANGEMENTS.

    JE SUIS PARTOUT CENSURE POUR AVOIR BLAMER GEAGEA

    10 h 07, le 05 février 2021

  • Puisque tous les princes qui nous gouvernent, du député au sommet de l'État, se moquent de la Constitution, pourquoi les forces de police se soucieraient-elles de respecter la loi? Du coup, les simples citoyens se croient autorisés à faire de même. Hélas, non! Là, on n'est plus d'accord!

    Yves Prevost

    07 h 12, le 05 février 2021

Retour en haut