Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Berceau vs cercueil

« Écrire ne sert à rien ! Vous ne pouvez pas modifier la destinée de votre pays natal. Acceptez-la comme elle se présente, pas nécessairement comme vous aimeriez qu’elle soit ! »

À partir de cette recommandation, agir en sens inverse devient la norme !

Que nous soyons libanais ou étrangers, résidents ou expatriés, touristes de passage ou en long séjour, nous avons tous une histoire avec le pays du Cèdre. Qu’elle soit fraîche ou lointaine, fascinante de beauté ou accablante de douleur, cette histoire nous habite. Intemporelle, universelle, elle a réussi à transcender notre personne pour atteindre tous les êtres où qu’ils soient, au vu de son appartenance à une patrie mosaïque dans toute sa diversité, à un pays symbole dans toute son unicité, portant cinq lettres : Liban.

Ce n’est pas par hasard que s’est produite cette expansion dans le temps et dans l’espace, mais par devoir. Un devoir qui a consacré le pouvoir des mots. Une exigence qui a entériné la puissance de l’image. L’impératif de dire et de retranscrire, de transmettre et de diffuser de génération en génération, au nom de ce pays berceau des civilisations.

Non, nous ne renoncerons pas à ce rituel ni par dissuasion ni par lassitude! Raconter, écrire, peindre, dessiner, photographier, aussi longtemps que nos cœurs battront, nous ne nous tairons pas!

Car il ne s’agit pas d’un phénomène de mode à adopter et à retirer au gré des consignes, mais d’un joyau de valeurs singulières et plurielles à porter par des femmes et des hommes qui ne savent pas se laisser faire par désenchantement, mais qui savent laisser rugir leur protestation par conviction, déterminés à rétablir le rayonnement de ce paradis de la Méditerranée.

Nous ne nous contenterons pas de brandir notre légendaire résilience, certes louable, mais ô combien pernicieuse ! Elle a bien fini par se retourner contre nous…

En cette période cruciale, nos mots et nos actes sont observés et interprétés par le monde entier. Notre inertie aussi…

Non, nous ne céderons pas ! Nous ne permettrons pas à la sinistre étiquette « Libanisation » de s’élargir et d’annoncer la conversion de ce berceau des civilisations en cercueil de morts-vivants déchus de leur identité à force d’avoir été persuadés de leur prétendue incapacité à modifier la destinée de leur pays natal.

Nous agirons tous en sens inverse au mépris de toute recommandation !


Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


« Écrire ne sert à rien ! Vous ne pouvez pas modifier la destinée de votre pays natal. Acceptez-la comme elle se présente, pas nécessairement comme vous aimeriez qu’elle soit ! » À partir de cette recommandation, agir en sens inverse devient la norme ! Que nous soyons libanais ou étrangers, résidents ou expatriés, touristes de passage ou en long séjour, nous avons tous...

commentaires (0)

Commentaires (0)