Rechercher
Rechercher

Coronavirus au Liban

1.520 nouveaux cas en 24h, le nombre de lits supplémentaires "insuffisants"

"Les deux semaines de confinement inégalement respecté ont échoué à combler les attentes au niveau national", admet le ministre sortant de la Santé.

1.520 nouveaux cas en 24h, le nombre de lits supplémentaires

Des petits et ados libanais portant un masque de protection sanitaire, lors de la reprise des cours après le reconfinement du pays. Photo Shakib Erslan/An Nahar

Alors que le Liban est entré depuis lundi dans une première phase de déconfinement progressif qui s'achèvera le 7 décembre, 1.520 nouveaux cas de coronavirus et 12 décès ont été enregistrés au cours des dernières 24 heures, selon le bilan officiel du ministère de la Santé publié jeudi. Ces chiffres qui restent élevés font grimper à 132.776 le nombre cumulé des contaminations depuis l'apparition du virus au Liban en février, au nombre desquels 1.067 décès et 84.142 guérisons. Parmi les personnes actuellement contaminées, 968 sont hospitalisées, dont 370 aux soins intensifs.

Sur la ligne de front depuis bientôt un an, plusieurs médecins libanais ont déjà payé de leur vie, au Liban et à l'étranger, leur engagement à soigner les patients atteints de Covid-19. Le Dr Mohammad Ali Zaraket, en poste à Rome, est ainsi décédé des suites du coronavirus contracté alors qu'il soignait des malades contaminés. "La communauté libanaise en Italie a perdu l'un de ses médecins les plus importants, aux premières lignes depuis le déclenchement de la pandémie, risquant sa vie pour en sauver d'autres", a réagit l'ambassadrice du Liban à Rome, Mira Daher.

Contaminations en flèche

Sur le plan local, le ministre sortant de la Santé, Hamad Hassan, a une nouvelle fois reconnu mercredi l'échec du reconfinement qui avait été imposé du 14 au 30 novembre. "Les deux semaines de confinement, inégalement respecté, ont échoué à combler les attentes au niveau national. Les contaminations montent en flèche et les lits, quoique plus nombreux et durement gagnés, ne suffiront pas", a averti le ministre sur son compte Twitter.

Toutefois, au terme d'une réunion du comité interministériel en charge du suivi de la pandémie, Hamad Hassan a tenu des propos moins pessimistes. "Nous avons repoussé le pic de la deuxième vague. Nous n'avons pas réussi à réduire le nombre de contaminations, cependant nous avons travaillé, tout comme les pays qui ont imposé un confinement avant les fêtes, à augmenter la capacité en termes de lits dédiés aux patients atteints de Covid-19 dans les unités de soins intensifs. Nous avons également réussi à renforcer les capacités de dépistage à tous les niveaux. Nous avons intensifié le suivi des cas dans les hôpitaux et les urgences, d'autant plus que la propagation du coronavirus coïncide avec les cas de grippe", a-t-il affirmé.

En début de soirée, les autorités se sont prononcées en faveur d'une prolongation de l'état de mobilisation générale jusqu'au 31 mars 2021, sur recommandation du Conseil supérieur de défense.

Le Covid-19 a entravé les campagnes nationales contre le VIH

Le Covid-19 a entravé les campagnes nationales contre le VIH

Pour sa part, le directeur de l'hôpital gouvernemental Rafic Hariri de Beyrouth (RHUH), le Dr Firas Abiad, a déploré "le nombre de décès des suites du Covid-19 élevé rapporté hier. "Fait inquiétant, deux personnes sont mortes à la maison, dont une femme de 55 ans. Les patients se présentant au service des urgences de l'hôpital dans un état critique après un traitement à domicile sont de plus en plus fréquents", a twitté le médecin, affirmant que certaines personnes refusent de se rendre à l'hôpital "par peur de la solitude" et qu'à cet égard, l'établissement avait assoupli sa politique de visite aux patients contaminés.

Entre-temps, le déconfinement progressif a été entamé lundi. Lors de cette période, le couvre-feu s'étendra de 23h à 5h et les véhicules pourront circuler tous les jours. Les bars et les boîtes de nuit resteront fermés et les rassemblements publics aux mariages interdits, tandis que les commerces et restaurants pourront rouvrir leurs portes, à 50 % de leur capacité de salle. Dans ce contexte, le ministère du Tourisme a enjoint jeudi "tous les établissements touristiques et restaurants à fermer leurs portes à 22 heures afin que les salariés soient chez eux à 23 heures au plus tard, conformément aux décisions du comité ministériel de suivi du coronavirus". Il a averti que ceux qui enfreindront ces règles pourraient faire l'objet d'une mise sous scellés.


Alors que le Liban est entré depuis lundi dans une première phase de déconfinement progressif qui s'achèvera le 7 décembre, 1.520 nouveaux cas de coronavirus et 12 décès ont été enregistrés au cours des dernières 24 heures, selon le bilan officiel du ministère de la Santé publié jeudi. Ces chiffres qui restent élevés font grimper à 132.776 le nombre cumulé des contaminations...

commentaires (1)

A Brescia ou j'habite en Italie il y a en a des médecins Libanais qui sont très bien , j'en connaît un très bien , ils sont des chiites

Eleni Caridopoulou

18 h 15, le 03 décembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • A Brescia ou j'habite en Italie il y a en a des médecins Libanais qui sont très bien , j'en connaît un très bien , ils sont des chiites

    Eleni Caridopoulou

    18 h 15, le 03 décembre 2020