Rechercher
Rechercher

Conseil supérieur de défense

L'état de mobilisation générale prolongé jusqu'en mars 2021 au Liban

"Il est vrai que le gouvernement a démissionné et qu'il expédie les affaires courantes, mais les circonstances actuelles imposent une certaine expansion de ce domaine", estime le président Aoun.


L'état de mobilisation générale prolongé jusqu'en mars 2021 au Liban

Le président Michel Aoun lors d'une réunion du Conseil supérieur de Défense, le 3 décembre 2020. Photo Twitter/Présidence libanaise

Le Premier ministre libanais sortant a estimé jeudi qu'il fallait prolonger jusqu'en mars 2021 l'état de mobilisation générale, en vigueur depuis le 15 mars 2020 pour lutter contre la pandémie de coronavirus, alors que le nombre de contaminations et de décès restent élevés au Liban malgré un reconfinement de deux semaines levé lundi dernier.

Le chef du gouvernement sortant suit ainsi une recommandation formulée dans ce sens par le Conseil supérieur de défense qui s'est réuni aujourd'hui au palais présidentiel de Baabda sous la houlette du chef de l'Etat, Michel Aoun.

"La mise en œuvre des procédures (lors du reconfinement généralisé) était bonne. Il est clair que le prestige de l'État est toujours présent et efficace, et que les services militaires et de sécurité peuvent être fermes en imposant l'application de lois et procédures", a affirmé M. Diab lors de la réunion. Il a ensuite conclu qu'il est "nécessaire de renouveler la mobilisation générale, qui prend fin à la fin de cette année, pour trois mois supplémentaires, jusqu'en mars 2021".

Lire aussi

1.520 nouveaux cas en 24h, le nombre de lits supplémentaires "insuffisants"

Selon l’article 2 de la loi sur la défense nationale, "si la nation ou une partie de la nation, ou l’un de ses secteurs publics ou encore un groupe de sa population ont été confrontés à un danger, il est possible de décréter l’état de mobilisation partielle ou générale afin de limiter l’exposition de la population et des infrastructures vitales au danger, et d’assurer les opérations de mobilisation et le recours aux forces armées". Ce processus requiert l’émission de décrets pour que chaque ministère puisse s’atteler à la tâche qui lui incombe. C'est dans le cadre de cette mobilisation qu'ont été prises les différentes décisions relatives à la lutte contre la pandémie.

Le Conseil supérieur de défense a formulé une recommandation au gouvernement Diab selon laquelle la mobilisation générale devrait être prolongée du 1er janvier 2021 au 31 mars 2021. Le Conseil a également demandé d'identifier les montants nécessaires pour couvrir l'achat des futurs vaccins contre le coronavirus commandés par le ministère de la Santé.

"Situation exceptionnelle"

La réunion du Conseil supérieur de défense était également consacrée à la situation sécuritaire du pays, alors que plusieurs incidents impliquant des clans armés ont été enregistrés ces dernières semaines, ainsi que des arrestations dans les milieux jihadistes. Le Conseil a, à ce sujet, demandé aux forces armées et sécuritaires d'"être entièrement mobilisées pour la période des fêtes" de fin d'année.

Le président Michel Aoun a affirmé en début la réunion que "la situation actuelle dans le pays est une situation exceptionnelle qui nécessite un suivi exceptionnel et la prise de décisions pour traiter cela. Il est vrai que le gouvernement est démissionnaire et se trouve dans une situation d'expédition des affaires courantes, mais les circonstances actuelles imposent une certaine expansion de ce domaine pour répondre aux besoins du pays et des citoyens jusqu'à la formation du prochain gouvernement", a-t-il ajouté.

Le processus de formation du gouvernement, dont a été chargé le Premier ministre désigné Saad Hariri, fait du surplace depuis des mois, alors que le cabinet sortant de Hassane Diab expédie les affaires courantes depuis le 10 août dernier. Après l'échec, au bout d'un mois, de Moustapha Adib à former un cabinet, Saad Hariri avait été désigné en octobre Premier ministre, sans toutefois parvenir à mettre en place son équipe face aux exigences des partis politiques traditionnels concernant les portefeuilles ministériels.

Équipes "prêtes à rouvrir les routes"

Sur un autre plan, le chef de l'Etat a indiqué qu'il était "nécessaire de continuer à prêter attention à l'état des routes", après des inondations spectaculaires la semaine dernière suite à de fortes pluies. A l'ouverture de chaque hiver, avec l'arrivée des pluies, de nombreuses routes sont inondées au Liban, les infrastructures étant mal entretenues tandis que les autorités sont accusées de ne pas faire ce qui est requis en prévision des intempéries. "Les équipes du ministère des Travaux publics étaient prêtes à rouvrir les routes et les désengorger des eaux", a toutefois assuré le président Aoun, sans expliquer pourquoi cela n'a pas été fait à temps. Le Conseil supérieur de défense a demandé sur ce plan au ministre des Transports de "poursuivre le nettoyage des canalisations sur toutes les routes et au niveau des fleuves, et a chargé le ministère de l'Intérieur de demander aux municipalités d'entretenir les réseaux routiers intérieurs".

Par ailleurs, le Conseil supérieur de défense a demandé au ministre des Finances d'assurer 150 milliards de livres pour les distribuer sous formes d'aides à la rénovation pour les personnes sinistrées par l'explosion meurtrière du 4 août au port de Beyrouth. Il a également chargé le ministère des Travaux publics de poursuivre avec l'armée le déplacement hors du port des conteneurs renfermant des matières dangereuses, en vertu du contrat signé avec la société allemande Ombi Lift.


Le Premier ministre libanais sortant a estimé jeudi qu'il fallait prolonger jusqu'en mars 2021 l'état de mobilisation générale, en vigueur depuis le 15 mars 2020 pour lutter contre la pandémie de coronavirus, alors que le nombre de contaminations et de décès restent élevés au Liban malgré un reconfinement de deux semaines levé lundi dernier.Le chef du gouvernement sortant suit ainsi...

commentaires (3)

LE PRESTIGE DE L,ETAT EST TOUJOURS PRESENT ET EFFICACE ! RENDEZ LES ECONOMIES D,UNE VIE AUX DEPOSANTS APPAUVRIS ET AFFAMES PAR VOTRE POLITIQUE DE L,ETAT FORT QUI A DESCENDU LE PEUPLE LIBANAIS AUX ENFERS. DE QUI SE RIT-IL ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

18 h 52, le 03 décembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • LE PRESTIGE DE L,ETAT EST TOUJOURS PRESENT ET EFFICACE ! RENDEZ LES ECONOMIES D,UNE VIE AUX DEPOSANTS APPAUVRIS ET AFFAMES PAR VOTRE POLITIQUE DE L,ETAT FORT QUI A DESCENDU LE PEUPLE LIBANAIS AUX ENFERS. DE QUI SE RIT-IL ?

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    18 h 52, le 03 décembre 2020

  • Le vaccin de la grippe est jusqu'à ce jour absent dans les pharmacies. Et l'on parle du vaccin anti corona. Ce sera idem que le vaccin de la grippe, et, à part la priorité aux médecins et infirmiers, on ne saura jamais où il va disparaître.

    Esber

    18 h 26, le 03 décembre 2020

  • Les décisions sont faciles, mais les bons résultats sont difficiles à obtenir. Objectivement, il nous faut savoir pourquoi les 2 semaines de confinement n'ont pas abouti à ce qu'on espérait, et pourquoi on n'arrive pas à diminuer les contaminations. Est ce que tous les contaminés savent au moins comment ils l'ont été ? Si la majorité ignore la raison ou la cause, c'est dangereux, et il faut alors investiguer le problème et trouver une réponse ou une solution

    Esber

    18 h 09, le 03 décembre 2020