Rechercher
Rechercher

Société - Élections estudiantines

Plusieurs blessés lors d’une nouvelle bagarre à Huvelin entre FL et Hezbollah

Les deux partis se sont lancés des accusations via des communiqués.

Plusieurs blessés lors d’une nouvelle bagarre à Huvelin entre FL et Hezbollah

Les forces de l’ordre déployées rue Huvelin suite aux échauffourées entre étudiants. Photo Samir Moukheiber

Pour la deuxième journée consécutive, une bagarre a éclaté hier entre des étudiants partisans des Forces libanaises et d’autres du Hezbollah, faisant plusieurs blessés près du campus des sciences sociales de l’Université Saint-Joseph (USJ), rue Huvelin, à Beyrouth, où se déroulent cette semaine des élections estudiantines. Comme la veille, les Forces de sécurité intérieure sont intervenues pour séparer les étudiants.

« Ce mercredi était un jour normal de démocratie quand, à midi à peu près, une trentaine de personnes vêtues de noir sont arrivées rue Huvelin du côté de la rue du Liban pour contourner la police qui formait un cordon dans la première rue. Certains de ces individus étaient munis de couteaux et de cocktails Molotov. Il y a eu au moins cinq blessés », affirme Chris Abou Harb, étudiant en deuxième année de droit à l’USJ, dans un témoignage recueilli par notre journaliste sur place, Samir Moukheiber. « Aucun des policiers n’est intervenu pour protéger les étudiants », regrette encore Chris. Avant de s’indigner que « cet État dans l’État agresse les étudiants qui n’ont rien demandé, au sein même des universités », en allusion au Hezbollah.

« Les agresseurs sont venus de l’extérieur susciter des accrochages », affirme pour sa part Charbel Abi Karam, étudiant en troisième année de droit à l’USJ et candidat de la liste unissant Kataëb et indépendants.

D’après notre journaliste sur place, une personne a été frappée à la tête par des agresseurs munis de couteaux. La tension est restée palpable entre les deux partis durant plusieurs heures.

Communiqués des deux partis

« En dépit de tous les appels au calme lancés par les Forces libanaises (...), nous avons été surpris ce matin par des groupes étrangers à l’université, armés de bâtons, de couteaux, de pierres, d’outils tranchants et de fusées éclairantes, entrant dans les rues d’Achrafieh dans le quartier de l’université, comme s’il s’agissait d’un champ de bataille et non d’un lieu civilisé dédié à l’éducation, dans le but d’attaquer les étudiants et de les effrayer, les intimider et de saper le processus électoral », ont réagi les FL dans un communiqué. « Les étudiants qui ont été blessés dans l’attaque barbare ont porté plainte pour tentative de meurtre et les forces de sécurité, qui ont jusqu’à présent arrêté trois des assaillants, s’emploient à boucler les lieux et l’incident », a ajouté le parti, qui avait également dénoncé la bagarre de mardi.

Lire aussi

Lorsque les étudiants indépendants décortiquent leurs objectifs et leurs espoirs

Pour sa part, le mouvement estudiantin du Hezbollah a publié un communiqué dans lequel il estime que « loin de toutes les interprétations erronées des faits, il faut rappeler que les élections estudiantines mènent souvent à des escarmouches auxquelles un terme est rapidement mis ». « Toutefois, l’exploitation de ces incidents par certaines parties, qui en profitent pour attiser les dissensions confessionnelles et lancer des slogans provocateurs en agressant les autres, peut mener à une réelle discorde à laquelle n’aspirent que ceux qui la provoquent », ajoute le texte.

De son côté, Samy Gemayel, chef des Kataëb, a estimé que « l’agression perpétrée par des membres du Hezbollah contre des étudiants de l’USJ est une preuve de l’étendue du non-respect de la démocratie et du concept électoral (et des résultats) dont fait preuve ce parti. Leur refus que se tiennent des élections législatives anticipées et leurs tentatives d’empêcher de prochaines élections ne nous étonnent pas. »

Chaque année se joue une bataille électorale enflammée sur le campus des sciences sociales de l’USJ qui accueille les facultés de droit, de sciences politiques et de gestion et management.

Les affrontements entre étudiants y sont monnaie courante.

Le panorama politique est toutefois quelque peu différent des années précédentes, après la montée en puissance des indépendants, lors des dernières élections estudiantines, par rapport aux coalitions traditionnelles dites du 8-Mars et du 14-Mars.

Des candidats indépendants ont en effet enregistré des victoires lors des dernières élections de l’Université américaine de Beyrouth (AUB), de celles de l’Université Rafic Hariri, ainsi que la Lebanese American University (LAU).Cette année, la date du scrutin a été exceptionnellement fixée à la première semaine de décembre, le conseil de l’université ayant hésité avant de voter et de trancher en faveur de l’organisation des élections, compte tenu des conditions sanitaires liées à l’épidémie de coronavirus.


Pour la deuxième journée consécutive, une bagarre a éclaté hier entre des étudiants partisans des Forces libanaises et d’autres du Hezbollah, faisant plusieurs blessés près du campus des sciences sociales de l’Université Saint-Joseph (USJ), rue Huvelin, à Beyrouth, où se déroulent cette semaine des élections estudiantines. Comme la veille, les Forces de sécurité intérieure...

commentaires (2)

Les membres du Hezbollah n’ont rien à faire à la rue Huvelin. Il n’y a pas d’occupation israélienne à Achrafieh à ma connaissance. Qu’ils aillent par exemple résister ailleurs comme en banlieue sud infestée d’espions israéliens. Et si les partisans FL allaient manifester sur la route de l’aéroport, comment le Hezbollah réagirait. Les Kataeb et les FL ont payé très cher en nombre de martyrs la libération des régions chrétiennes de l’occupation syrienne, la population de ces régions a payé aussi un très lourd tribut pour cette libération. Que le Hezbollah nous laisse tranquilles dans nos régions et qu’il aille résister ailleurs au Liban, en Syrie, en Irak, en Arabie ou au Yémen.

Liberté de Penser

09 h 50, le 03 décembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Les membres du Hezbollah n’ont rien à faire à la rue Huvelin. Il n’y a pas d’occupation israélienne à Achrafieh à ma connaissance. Qu’ils aillent par exemple résister ailleurs comme en banlieue sud infestée d’espions israéliens. Et si les partisans FL allaient manifester sur la route de l’aéroport, comment le Hezbollah réagirait. Les Kataeb et les FL ont payé très cher en nombre de martyrs la libération des régions chrétiennes de l’occupation syrienne, la population de ces régions a payé aussi un très lourd tribut pour cette libération. Que le Hezbollah nous laisse tranquilles dans nos régions et qu’il aille résister ailleurs au Liban, en Syrie, en Irak, en Arabie ou au Yémen.

    Liberté de Penser

    09 h 50, le 03 décembre 2020

  • Le EBOLA a encore frappé ! bi kaffina CORONA looo! EBOLA KAMEINE ! UF ....!

    PHENICIA

    08 h 40, le 03 décembre 2020

Retour en haut