Rechercher
Rechercher

Liban

Raï : Tout cabinet formé à l'image des précédents mènerait à la "ruine totale" du pays

"Selon la Constitution, les communautés doivent être représentées de manière équitable au sein du pouvoir exécutif, et non les forces politiques et les blocs parlementaires", souligne le patriarche maronite. 

Raï : Tout cabinet formé à l'image des précédents mènerait à la

Le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, lors d'une messe à Bkerké, le 22 novembre 2020. Photo ANI

Le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, a lancé dimanche une nouvelle salve de critiques à l'encontre des responsables politiques concernant notamment leur gestion du dossier gouvernemental, estimant que tout cabinet qui serait formé à l'image des précédents, avec la participation des principales formations politiques, risque de mener le pays à sa "ruine totale". 

Les Libanais attendent "un nouveau gouvernement qui libérera le pays", a déclaré Mgr Raï dans son homélie dominicale, à Bkerké. "Tout le monde sait que les obstacles à la formation du cabinet sont liés à un retour à la politique du partage du gâteau et des portefeuilles" entre les différentes formations politiques et à la question du "tiers de blocage", a-t-il accusé. Les tractations gouvernementales se sont enlisées, rappelle-t-on, face aux revendications des partis et aux divergences opposant Saad Hariri, désigné Premier ministre il y a tout juste un mois, et le chef de l'Etat, Michel Aoun, en ce qui concerne le mécanisme de nomination des ministres. Ces pratiques et la politique du "renforcement d'une partie et la marginalisation d'autres" a, selon le patriarche maronite, "renforcé la corruption, l'accaparement et le gaspillage des fonds publics et elles ont mené le pays à la faillite et l'effondrement". 

Equilibre confessionnel et non politique

"Ceux qui entravent la mise sur pied du cabinet ne savent-ils pas que le Produit intérieur brut (PIB) s'est écroulé cette année de 54 à 25 milliards de dollars et que nous avons perdu une année complète pour appliquer les réformes", a lancé le patriarche. Et d'estimer que si le futur cabinet est formé "à l'image des précédents, à Dieu ne plaise, cela provoquera la ruine totale" du pays. "Ce qui est bizarre, c'est qu'ils refusent les conseils et les remarques et qu'ils agissent en violant la Constitution", a-t-il encore accusé. Il a dans ce contexte souligné que la Constitution stipule que "les communautés doivent être représentées de manière équitable au sein du pouvoir exécutif, et non les forces politiques et les blocs parlementaires". 

Le futur cabinet est censé être une équipe "de mission" resserrée, comme définie dans l'initiative du président français Emmanuel Macron, rendue publique le 1er septembre à Beyrouth. Le nouveau cabinet est attendu depuis la démission, il y a plus de trois mois, du Premier ministre sortant Hassane Diab, dans la foulée des explosions meurtrières du 4 août au port de Beyrouth. Ces atermoiements s'étirent alors que le pays connait, depuis plus d'un an, une crise économique et financière aigue, marquée par un effondrement de la monnaie nationale et une inflation galopante. Des aides ont été promises par la communauté internationale mais elles ne pourront être débloquées qu'en cas de réformes.

Le patriarche maronite a par ailleurs déclaré, à l'occasion du 77e anniversaire de l'Indépendance du Liban, que cet événement n'était pas seulement célébrer pour marquer la fin du mandat français, mais aussi "la sortie du pays de la politique des axes et le début de la neutralité". "Depuis l'Indépendance, chaque fois que le Liban s'est conformé à la neutralité, il a connu une période de croissance et son économie s'est épanouie". Il a dès lors appelé à un retour à un Etat "indépendant", au sein duquel il y aurait "une armée et pas plus", en référence implicite aux armes du Hezbollah, et "une allégeance et pas plus". 

Et d'appeler enfin à ce que tous les responsables "peu importe leur importance" soient interrogés dans l'affaire des explosions du 4 août, qui ont fait plus de 200 morts.



Le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, a lancé dimanche une nouvelle salve de critiques à l'encontre des responsables politiques concernant notamment leur gestion du dossier gouvernemental, estimant que tout cabinet qui serait formé à l'image des précédents, avec la participation des principales formations politiques, risque de mener le pays à sa "ruine totale". 

Les...

commentaires (8)

RAÎ CONTINUE À NOUS ENDORMIR AVEC SES DISCOURS VIDES COMME S'IL VIENT DE DÉCOUVRIR LA SITUATION DU LIBAN QUE TOUT LE MONDE CONNAIT AVANT LUI. C'EST ENNUYEUX À DORMIR DEBOUT. AU LIEU DE NOMMER LES RESPONSABLES QUI SOUTIENNENT LE HEZBOLLAH QUI SONT AOUN, BASSIL ET SLEIMAN FRANGIÉ 2.

Gebran Eid

19 h 35, le 23 novembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • RAÎ CONTINUE À NOUS ENDORMIR AVEC SES DISCOURS VIDES COMME S'IL VIENT DE DÉCOUVRIR LA SITUATION DU LIBAN QUE TOUT LE MONDE CONNAIT AVANT LUI. C'EST ENNUYEUX À DORMIR DEBOUT. AU LIEU DE NOMMER LES RESPONSABLES QUI SOUTIENNENT LE HEZBOLLAH QUI SONT AOUN, BASSIL ET SLEIMAN FRANGIÉ 2.

    Gebran Eid

    19 h 35, le 23 novembre 2020

  • C,EST LA VERITE. SI ON LES LAISSE FAIRE IL N,Y AURA PLUS DE LIBAN MEME SUR LA CARTE. AILLEURS SEULES LES REVOLUTIONS ONT IMPOSE LE CHANGEMENT. L,UNION QUI FAIT LA FORCE FAIT BIGREMENT DEFAUT AU LIBAN.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    18 h 42, le 23 novembre 2020

  • Représentation équitable? Pour les libanais elle se réalise seulement dans les pays de l'émigration où ils sont élus à différents postes démocratiques et même celui de président juste pour leurs mérites et leurs programmes... Alors que dans leur pays d'origine ils se font traités comme des imbéciles par des truands...Allah yisseidak ya baladna

    Wlek Sanferlou

    12 h 35, le 23 novembre 2020

  • Vox clamens in deserto !

    Yves Prevost

    09 h 26, le 23 novembre 2020

  • Le pauvre Patriarche il a compris mais il fait semblant de ne pas comprendre que le gouvernement est leHezbollah

    Eleni Caridopoulou

    21 h 20, le 22 novembre 2020

  • Il pourrait commencer par excommunier tous ceux qui prétendent agir "au nom des chrétiens" sans nous demander notre avis...

    Gros Gnon

    19 h 35, le 22 novembre 2020

  • Oui MGr. Vous avez tout à fait raison de le crier sur tous les toits. Le Liban doit être distancé de tous les problèmes régionaux, un gouvernement devrait être formé en représentant toutes les confessions et non pas les partis, le pays devrait avoir une seule armée et tous les autres devraient respecter la constitution...Mais comment y arriver? Nous avons un chef d’état qui est de mèche avec les vendus et bloque toutes les issues. Il faut frapper fort en excommuniant les deux têtes de file qui prétendent vous représenter ainsi que tous les chrétiens du pays alors qu’ils ont creusé les tombes et nous promettent à tous l’enfer comme récompense. Forts de leurs voyous armés ils se croient intouchables et œuvrent à maintenir leurs protecteurs vendus en place pour éviter leur chute. Alors comment fait on pour nous en débarrasser?

    Sissi zayyat

    13 h 22, le 22 novembre 2020

  • ET DE UNE ! MARIKA DOIT LE COMPRENDRE...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    13 h 02, le 22 novembre 2020