Rechercher
Rechercher

Économie - Liban

Diab réclame l'application immédiate de la loi sur le dollar étudiant

L'application du texte commencera "au début de la semaine prochaine", assure Berry.

Diab réclame l'application immédiate de la loi sur le dollar étudiant

Des parents d'étudiants à l'étranger devant le siège de la BDL à Beyrouth, le 13 novembre 2020. Photo ANI

Le Premier ministre démissionnaire Hassane Diab a réclamé vendredi l'application immédiate de la loi sur le "dollar étudiant", conformément au texte adopté mi-octobre, alors que les Libanais souffrent depuis plus d'un an de restrictions bancaires aussi drastiques qu'illégales. Le chef du Parlement, Nabih Berry, a de son côté affirmé que ce texte sera mis en application la semaine prochaine, alors que les mouvements de protestation de parents souhaitant bénéficier de cette loi se sont intensifiés ces derniers jours. Un groupe d'entre eux a même passé la nuit devant le siège de la Banque du Liban à Beyrouth.

La loi, adoptée le 16 octobre sans pourtant être appliquée, permet le transfert à l'étranger d'un montant annuel de 10.000 dollars sur la base du taux officiel de 1.515 livres libanaises pour un dollar à tout étudiant inscrit dans une université étrangère pour l’année 2020-2021. Depuis son adoption, la Banque du Liban planche sur un "mécanisme central" pour ce texte afin d’éviter les fraudes, mais les parents accusent le gouverneur de la BDL, Riad Salamé, d'atermoiements.

"Lourds dommages"
"Les parents d'étudiants qui sont inscrits à l'étranger ont le droit d'obtenir le dollar étudiant, conformément à la loi adoptée par le Parlement", a écrit M. Diab, qui ne cache pas ses désaccords avec Riad Salamé . Il a estimé dans un communiqué que le fait que les responsables concernés se "soustraient" à l'application de cette loi "engage leur responsabilité légale", soulignant que les parents d'étudiants et ces derniers souffraient de "lourds dommages". Et le Premier ministre démissionnaire d'appeler à une application "immédiate" du texte.

Le président de la Chambre, Nabih Berry, a de son côté affirmé que l'application de cette loi commencera "au début de la semaine prochaine", après avoir eu une série d'entretiens avec les responsables.

Lire aussi

Les parents reprochent à Riad Salamé ses atermoiements

Signe de la grogne qui monte, des parents d'étudiants à l'étranger ont passé la nuit de jeudi à vendredi devant le siège de la BDL à Beyrouth, en signe de protestation contre les atermoiements dans l'application de la loi sur le "dollar étudiant".

Dans la matinée, l'Association libanaise des proches d'étudiants dans les universités étrangères a tenu une réunion exceptionnelle, au cours de laquelle ses membres ont rappelé que de nombreux jeunes ont été obligés d'arrêter de suivre leurs cours à l'étranger, n'ayant pas pu payer leurs frais d'inscription. L'Association a par ailleurs appelé les personnes souhaitant envoyer des fonds à leurs enfants à se rendre dans les banques pour réclamer le droit d'effectuer de tels transferts et à documenter tout refus des établissements bancaires. 

Mercredi, le juge des référés de Nabatiyé, Ahmed Mazhar, avait obligé une banque libanaise à opérer le transfert de l'argent destiné à payer les frais de scolarité d'un étudiant libanais en médecine en Russie, avec une mise en œuvre accélérée, sans quoi la banque devait payer une pénalité de 50 millions de livres libanaises pour chaque jour de délai.


Le Premier ministre démissionnaire Hassane Diab a réclamé vendredi l'application immédiate de la loi sur le "dollar étudiant", conformément au texte adopté mi-octobre, alors que les Libanais souffrent depuis plus d'un an de restrictions bancaires aussi drastiques qu'illégales. Le chef du Parlement, Nabih Berry, a de son côté affirmé que ce texte sera mis en application la semaine...

commentaires (3)

La loi du dollar étudiant est une loi populiste à la va-vite qui encourage les abus aux dépends des autres déposants. 1. Les montants à transférer se substituront à d’autres transferts d’autres déposants (comme les frais médicaux), les capacités des banques en devises étant limitées. 2. En l’absence d’une “Centrale des Risques de Conversion”, les demandeurs de dollar étudiant ont la possibilité d’y accéder au taux de 1.507 auprès de plusieurs établissements pour le même bénéficiaire. 3. Les transferts peuvent se faire au compte de l’étudiant plutôt que directement à l’Université, ce qui permet les détournements. 4. Quiconque possède un compte en dollar peut arbitrer nos taux de change multiples. Il suffit de convertir environ $3.850 au taux (de la circulaire 151) de 3.900, puis de re-transférer au taux étudiant de 1.507 les LL 15 million ainsi obtenus, pour finir avec $10.000 à l’extérieur. Résultat: miracle! $3.850 dollar locaux se transforment en $10.000 extérieurs. Conclusion: baucoup trop d’amateurisme et de précipitation en une seule loi. Il faut donc la changer ou la clarifier pour la rendre viable.

Akote De Laplak

23 h 46, le 13 novembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • La loi du dollar étudiant est une loi populiste à la va-vite qui encourage les abus aux dépends des autres déposants. 1. Les montants à transférer se substituront à d’autres transferts d’autres déposants (comme les frais médicaux), les capacités des banques en devises étant limitées. 2. En l’absence d’une “Centrale des Risques de Conversion”, les demandeurs de dollar étudiant ont la possibilité d’y accéder au taux de 1.507 auprès de plusieurs établissements pour le même bénéficiaire. 3. Les transferts peuvent se faire au compte de l’étudiant plutôt que directement à l’Université, ce qui permet les détournements. 4. Quiconque possède un compte en dollar peut arbitrer nos taux de change multiples. Il suffit de convertir environ $3.850 au taux (de la circulaire 151) de 3.900, puis de re-transférer au taux étudiant de 1.507 les LL 15 million ainsi obtenus, pour finir avec $10.000 à l’extérieur. Résultat: miracle! $3.850 dollar locaux se transforment en $10.000 extérieurs. Conclusion: baucoup trop d’amateurisme et de précipitation en une seule loi. Il faut donc la changer ou la clarifier pour la rendre viable.

    Akote De Laplak

    23 h 46, le 13 novembre 2020

  • Les pourris des banques abusent au maximum de leur clientèle. Ils touchent toujours des intérêts élevés sur leur dépôts à la BDL, et ont fixé le taux à 1% ou1, 5% sur les dépôts à terme, n'importe, en livres. Du jamais vu. Tout ce qu'on peut leur dire: rira bien qui rira le dernier.

    Esber

    18 h 50, le 13 novembre 2020

  • "... Diab réclame ..." - Réclame? Réclame? Tu es pommier ministre ou pas? Alors tu ne réclames pas. Tu exiges! Et celui qui n'applique pas immédiatement (avec effect rétroactif pour les mois de retard) sera invité "à boire le thé" à Roumieh. Non mais... Ce banques commencent à nous donner de l'urticaire. De toutes façons, restructuration du secteur ou pas, vous finirez tous en taule, car les procès vont continuer à tomber, et après les hommes politiques ce sont les "banquiers" véreux qui seront en pointe de mire.

    Gros Gnon

    14 h 26, le 13 novembre 2020

Retour en haut