Rechercher
Rechercher

Coronavirus au Liban

Bouclage levé pour neuf localités

Le pays a enregistré 1.241 nouveaux cas et cinq décès ces dernières 24 heures.

Bouclage levé pour neuf localités

Des passantes, certaines portant un masque de protection contre le coronavirus, dans une rue de Saïda, le 1er octobre 2020. Photo d'illustration REUTERS/Aziz Taher

Neuf localités, notamment du Akkar et du Kesrouan, ont été retirées mercredi de la liste des villes et villages soumis à un bouclage strict, dans le cadre des mesures prises pour lutter contre la propagation du coronavirus, selon une circulaire du ministère de l'Intérieur. Depuis lundi, près de 80 localités faisaient l'objet d'une nouvelle annonce de confinement localisé, alors que les autorités utilisent cette méthode depuis plusieurs semaines et publient, semaine après semaine, les listes des localités concernées.

De cette dernière liste en date, neuf localités ont été retirées mercredi. Ainsi, dans le Akkar, les villages de Mazraat el-Nahriyé, Abboudiyé et Majdel sont désormais exemptés des mesures de bouclage. Dans le Kesrouan, il s'agit de Ghadir, Haret Sakhr et Sarba. Le confinement a également été levé dans les villages de Choueir-Aïn Sindiyané, dans le Metn, Sofar, dans le caza de Aley, et Choukine, dans la région de Nabatiyé. Dans ce dernier village, le bouclage avait provoqué la colère des habitants qui avaient fermé mardi la route menant à la localité pour protester contre cette décision.

Dans la circulaire publiée ce mercredi, le ministère souligne que la situation continue d'être évaluée dans toutes les localités bouclées, afin de décider d'une éventuelle levée des mesures de restriction, sur base des résultats des tests menés, des statistiques de contamination locales et du respect sur place des mesures de prévention comme la distanciation sociale et le port du masque. 

Lire aussi

Coronavirus : gare aux surfaces contaminées


Pour rappel, les habitants des localités qui restent bouclées sont appelés à rester chez eux, à ne pas circuler ou entrer en contact avec d'autres personnes et à porter le masque lorsqu'ils sont obligés de sortir. Toutes les institutions publiques et sociétés privées de ces villes et villages devront fermer leurs portes durant cette période. Tous les événements sociaux, les fêtes et les rassemblements seront interdits. Les autorités civiles coordonneront avec les autorités religieuses afin d'annuler les cérémonies et autres événements religieux. Sont exemptés de ces mesures de bouclage dans ces villes les hôpitaux, les dispensaires, les centres médicaux, les pharmacies, les opticiens, ainsi que les professionnels de l'audition pour le secteur de la santé. Les épiceries, les boulangeries, les boucheries et les usines de fabrication de denrées alimentaires resteront également ouverts. Les usines de fabrication de médicaments, de produits d'hygiène, de ciment et de verre, les minoteries, ainsi que la régie des tabacs resteront aussi ouvertes, à l'instar des médias. Les entrepôts de distribution de carburant, d'oxygène, de matériel médical sont également exemptés, tout comme les sièges régionaux de la Banque du Liban, de la Caisse nationale de sécurité sociale et les municipalités. La circulaire demande aux mohafez des régions concernées de faire respecter ces mesures, quitte à faire appel aux Forces de sécurité intérieure.

Sur le plan national, le couvre-feu quotidien de 1h à 6h est toujours en vigueur, à l'exception des voyageurs allant et venant de l'aéroport de Beyrouth. Les bars, les boîtes de nuit et les parcs d'attraction restent fermés "jusqu'à nouvel ordre".

Le bilan du jour
Selon le bilan quotidien publié mercredi soir par le ministère de la Santé, cinq décès et 1.241 contaminations ont été enregistrés ces dernières 24 heures. Ainsi, depuis l'apparition de la pandémie au Liban en février, 65.577 cas ont été officiellement déclarés, dont 536 décès. Au total, 30.470 patients se sont rétablis, alors que 685 personnes sont encore hospitalisées, dont 238 en soins intensifs.

Les prisons surpeuplées du pays constituent des clusters qui suscitent l'inquiétude. Dans ce contexte, les Forces de sécurité intérieure (FSI) ont annoncé mercredi que 616 des détenus ayant été contaminés dans les établissements pénitentiaires de Roumieh, le plus grand du pays, et de Zahlé sont désormais guéris. Malheureusement, un autre est décédé à l'hôpital où il avait été admis, selon les FSI, sans donner plus de précisions.


Neuf localités, notamment du Akkar et du Kesrouan, ont été retirées mercredi de la liste des villes et villages soumis à un bouclage strict, dans le cadre des mesures prises pour lutter contre la propagation du coronavirus, selon une circulaire du ministère de l'Intérieur. Depuis lundi, près de 80 localités faisaient l'objet d'une nouvelle annonce de confinement localisé, alors que...

commentaires (3)

C’est quoi les critères pour débloquer une municipalité? Un zaïm allié au hezb ou au tayyar?

Gros Gnon

20 h 33, le 21 octobre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • C’est quoi les critères pour débloquer une municipalité? Un zaïm allié au hezb ou au tayyar?

    Gros Gnon

    20 h 33, le 21 octobre 2020

  • Si tous les politiciens ou simili politiciens se la bouclaient et arrêtent de nous casser les oreilles, on serait un peu plus tranquilles et on aurait moins mal à la tête faute de trouver du Panadol

    Liberté de Penser

    14 h 49, le 21 octobre 2020

  • DES DECISIONS DE BOUCLER ET DE DEBOUCLER DE LA DERIVE !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    11 h 25, le 21 octobre 2020