Rechercher
Rechercher

Élections au barreau de Beyrouth

Le CPL réclame un report, l’ordre maintient l’échéance

Le CPL réclame un report, l’ordre maintient l’échéance

Le logo de l’ordre des avocats de Beyrouth.

Invoquant la crise sanitaire due à l’augmentation des cas de coronavirus dans le pays, les avocats partisans du Courant patriotique libre (CPL) ont appelé hier à un report des élections au sein de l’ordre des avocats de Beyrouth. En temps normal, celles-ci ont lieu chaque année le troisième dimanche de novembre. Au cas où l’échéance serait maintenue, il faudra élire quatre membres au sein du conseil pour un mandat de trois ans, l’élection du bâtonnier, Melhem Khalaf, ayant déjà eu lieu l’an dernier. On sait que le bâtonnier est élu pour un mandat de deux ans.

Dans un communiqué, la section des professions libérales au sein du CPL accuse le conseil de l’ordre d’« enfreindre les lois sur la suspension des délais » (votées en mai et août derniers) en voulant maintenir l’échéance électorale à la date prévue. Or, affirme à L’Orient-Le Jour une source proche du conseil, la suspension des délais ne s’applique pas en l’espèce, les élections ayant lieu non pas dans un délai, mais à une date fixée par la loi sur l’organisation de la profession d’avocat.

Dans une comparaison, le communiqué rappelle par ailleurs que « les élections au sein des ordres des ingénieurs et des médecins (initialement prévues en mars et mai) avaient été ajournées en vertu de deux arrêts de la cour d’appel ». « La partie en charge de la défense de la loi (en allusion au conseil de l’ordre) tente de la contourner sous couvert de démocratie et d’alternance du pouvoir », ont encore allégué les avocats du CPL, accusant l’organisme de faire de « la surenchère, alors que l’organisation des élections expose les avocats à de graves dangers sanitaires ».

Selon la source du conseil, l’ordre des avocats entend organiser les élections malgré la propagation du Covid-19. Des mesures drastiques seront certes adoptées pour supprimer quasiment tout risque de contamination, notamment l’extension du vote sur une durée de 12 ou 24 heures. Ces mesures devraient être expliquées par M. Khalaf dans une vidéo qui serait diffusée sous peu à l’adresse des membres du barreau. « Il s’agira d’un modèle exemplaire d’élection », promet à L’OLJ un des nombreux avocats volontaires engagés dans l’organisation de l’événement, évoquant « une véritable ruche d’abeilles qui œuvre pour sa réussite ». Pour lui, la demande de report présentée par le CPL est le signe que ce parti craint un échec lors des prochaines élections au sein de l’ordre. « Cela, observe-t-il, à un moment où de nombreux indépendants tentent leur chance auprès de leurs pairs », qui ont élu l’an dernier Melhem Khalaf, figure du mouvement du 17 octobre.


Invoquant la crise sanitaire due à l’augmentation des cas de coronavirus dans le pays, les avocats partisans du Courant patriotique libre (CPL) ont appelé hier à un report des élections au sein de l’ordre des avocats de Beyrouth. En temps normal, celles-ci ont lieu chaque année le troisième dimanche de novembre. Au cas où l’échéance serait maintenue, il faudra élire quatre...

commentaires (0)

Commentaires (0)